Le maire FN de Mantes-la-Ville veut expulser les occupants d’une salle de prière

Un maire qui respecte ses engagements, c’est rare.

——–

Mauvaise nouvelle pour les musulmans de Mantes-la-Ville. Cyril Nauth, le maire Front national de cette commune située dans les Yvelines, située à 52 km environ à l’ouest de Paris, veut demander l’expulsion de l’association des musulmans de Mantes-sud d’une salle de prière. Selon le journal Le Parisien, qui rapporte l’information ce mardi, le lieu concerné est situé boulevard Salengro.

Déjà en mai dernier, soit un mois à peine après son élection, Cyril Nauth annonçait son intention de bloquer la vente d’un bâtiment qui devait servir à accueillir une salle de prière musulmane. Le projet était pourtant décidé depuis plusieurs mois, par l’ancienne équipe municipale socialiste. Affaire à suivre.

(…) Yabiladi

Christophe Guilluy : « Des statistiques aux réalités territoriales : une nouvelle carte sociale se redessine-t-elle ? «

Vendredi, avec une certaine discrétion, Manuel Valls lançait aux côtés de Sylvia Pinel, les Assises de la ruralité à Fère Champenoise dans la Marne.

Alors que la réforme territoriale s’annonce, faut-il croire qu’elle enrayera les logiques d’exclusion socio-spatiale à l’œuvre en France ?

Les fiascos électoraux subis cette année par la majorité présidentielle marquent-ils le réveil – douloureux réveil – d’une France délaissée où vit 60% de la population ?

Christophe Guilluy est rejoint en deuxième partie par Béatrice Giblin, géopoliticienne, géographe, professeur à l’Institut français de géopolitique de l’université Paris 8 et directrice de la revue Hérodote, et Jean Lassalle, député de la 4e circonscription des Pyrénnées Atlantiques, vice-président du MoDem et qui a fait l’année dernière un tour de France à pied de 5000 km.


les matins – Des statistiques aux réalités… par franceculture

L’Europe de Bernard Henri-Lévy

 BHL qui a fait sa fortune sur la spoliation des africains, n’aime pas la France. Il n’aime qu’Israël. A plusieurs reprises et dans divers média il a tenu des propos insultants contre les français. Et pourtant, il est omniprésent dans les média et dans les cercles du pouvoir. Un exemple:

“Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, bourrées, binious, bref franchouillard ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.”
“Les patries en tout genre et leurs cortèges de vieilleries me dégoûte au dernier degré : tout cela n’est qu’un repli frileux et crispé sur les identités les plus pauvres. Parler patois, danser au rythme des bourrées, marcher au son des binious… tant d’épaisse sottise m’écœure.”

(Bernard Henri Levy, Le Globe et L’Idéologie française, 1981, pp. 212-216).

——–

BREIZATAO – URZH-BED NEVEZ (12/09/2014) Dans sa dernière “pièce de théâtre”, “Hôtel Europe”, l’écrivain juif Bernard Henri Lévy explique, paradoxalement, toute la haine qu’il nourrit pour notre civilisation.

Learning+PhilosophyCitons-le :

“Je suis ce Juif d’Europe qui ne se fait guère d’illusion sur les penchants criminels de l’Europe grecque, romaine, chrétienne, ou des Lumières (sic). Je suis ce Juif français qui voit avec effroi Amalek, en plein Paris, revenir dans les habits d’un nouveau discours de la haine qui laisse trop souvent mes concitoyens de marbre. Mais je sais que je n’échapperai pas pour autant, à ma vocation d’Européen. Je sais que c’est en Europe que j’aurai à accomplir, ou non, mon destin de Juif et d’homme. Et je sais que si le messianisme a un sens, si ce lent et douloureux travail par quoi le messianisme accompagne l’histoire du monde doit être, encore, l’affaire des Juifs modernes, c’est à tout moment et en tout lieu que, naturellement, il s’accomplira – mais que la scène principale restera, pour eux, celle de l’Europe. Jérusalem, bien sûr – comment en irait-il autrement ?”

Vous, pauvres et “criminels” Européens de souche celtique, germanique, latine ou slave, n’aviez pas compris une chose : l’Europe à venir sera le produit du messianisme juif. La “scène principale” comme le dit l’intellectuel juif. En effet, l’Europe défendue par Bernard Henri-Lévy semble être, précisément, l’exacte opposée de tout ce qui a fait la civilisation européenne.

On nous excusera, face à cette “Europe juive” après laquelle soupire l’écrivain, de passer notre tour et de bâtir la nôtre, chez nous. Sans Bernard Henri-Lévy.

Non, la dissolution de l’euro n’entraînerait pas un cataclysme financier

Pris en flagrant délit de propagande, le journal Le Monde s’est senti obligé de donner la parole à Aloïs Navarro, étudiant en droit et économie, mais aussi trésorier du Collectif Marianne, proche du Rassemblement Bleu Marine.. Savoureux

———-

Une récente tribune publiée sur Lemonde.fr défend l’idée qu’une sortie de l’euro engendrerait un cataclysme financier pour les entreprises. Il y est en effet écrit que l’endettement des entreprises exploserait du fait du renchérissement de leur dette extérieure, conduisant ainsi à la pire crise financière que la planète ait connue.

Les auteurs donnent tout d’abord raison dans un premier temps à l’existence de la Lex monetae (« Prise de dette sur la sortie de l’euro »), c’est-à-dire au fait que la dette publique française serait reconvertie en nouvelle monnaie nationale en cas de sortie de la France de l’euro.

Puis, ils étudient l’endettement privé. Il est vrai que la dette privée des entreprises financières et non financières est peu souvent abordée.

Mais, contrairement à ce que soutiennent ces économistes, la part des dettes des entreprises financières et non-financières en droit étranger ou non-reconvertibles n’est pas de 70% mais de 33%, ce qui relativise beaucoup de choses. Ce résultat provient d’une longue étude réalisée par Jens Nordvig, économiste en chef de la section « taux de change » de la banque Nomura, essayant d’évaluer les risques financiers en cas de sortie ou dissolution de l’euro (Jens Nordvig , Nick Firoozye , « Rethinking the European monetary union », 2012).

PERTES DE 100 MILLIARDS D’EUROS

Ainsi, en faisant l’hypothèse que les contrats privés de droit étrangers ne sont pas re-libellés en nouvelle monnaie nationale par les juridictions étrangères, et en cas de dévaluation de 20%, les « pertes » pour les entreprises se monteraient à environ l’équivalent de 100 milliards d’euros (et non 200 comme annoncé).

Cependant, c’est faire fi de plusieurs éléments non-mentionnés :

1/ Le bilan d’une entreprise est composé d’un passif (la dette), mais également d’un actif (les créances). Or, si l’on s’attarde sur la position nette (actif –passif), on s’aperçoit qu’en ce qui concerne les contrats de dette et de créance en droit étranger, elle est largement positive (+13% du produit intérieur brut français selon J.Nordvig). En clair, d’après Jens Nordvig, si on sortait de l’euro, les pertes au passif des entreprises seraient plus que compensées par les gains à l’actif ! Voilà de quoi dissoudre la vision apocalyptique dessinée.

2/ Qui peut croire un seul instant qu’une telle sortie ne se ferait pas de manière négociée, Lire la suite

Le CSA épingle D8 pour son doc en caméra cachée sur le Front National

L’UMP croule sous les affaires. Qui a eu l’idée de faire un reportage chez eux en caméra cachée?. Personne. Le PS est une maffia bien organisée, qui a penser enquêter et mettre sous contrôle les villes qu’il gère ?. Là encore personne. Comparé au traitement médiatique réservé au FN, l’UMPS bénéficie d’une impunité qui devrait faire réfléchir les électeurs.

———

Le CSA vient de mettre en garde D8 pour la diffusion en mai dernier d’une grande enquête : « J’ai infiltré une section du Front national ». Le journaliste avait choisi d’avancer masqué dans son sujet, pour proposer aux téléspectateurs une immersion dans le parti en suivant la campagne d’Hugues Sion, candidat du parti frontiste à Lens (Pas-de-Calais), lors des élections municipales de mars dernier. Une plongée pendant deux mois réalisée par le journaliste Sylvain Laurent en partie sous pseudonyme et caméra cachée.

(…) La convention de D8 avec le CSA prévoit en effet que « le recours aux procédés permettant de recueillir des images et des sons à l’insu des personnes filmées ou enregistrées doit être limité aux nécessités de l’information du public« . Par ailleurs, le Conseil reproche à D8 de ne pas avoir suffisamment flouté certains protagonistes du reportage qui étaient « tout à fait identifiables« .

« Un reportage honteux de malhonnêteté »

Lire la suite

Caroline Fourest épinglée par le CSA pour manque de professionnalisme

Le CSA se trompe, Fourest ne commet pas d’erreur de façon volontaire; elle ment et mène un combat politique en faisant de la propagande. C’est bien plus grave.

———

Le Conseil a été saisi de plaintes au sujet de l’émission Le Monde selon Caroline Fourest diffusée sur France Culture le 6 mai 2014, en raison d’une chronique qui portait sur le conflit en Ukraine et au cours de laquelle la chroniqueuse a fait état d’exactions qui auraient été commises à l’encontre d’officiers ukrainiens, en précisant notamment que « les paramilitaires séparatistes venaient de leur arracher les globes oculaires avec un couteau ».

Il a considéré que cette information – eu égard à sa sensibilité – n’avait pas fait l’objet de vérifications préalables suffisantes.

Le Conseil a rappelé fermement à la société Radio France la nécessité de faire preuve de davantage de vigilance et de rigueur, notamment pour des sujets sensibles d’actualité. Il a, à cette occasion, rappelé les orientations de la recommandation du Conseil du 20 novembre 2013 relative au traitement des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes par les services de communication audiovisuelle.

Source

Le tunnel, ou comment faire carrière sans mettre un pied dans la vraie vie

Texte de la socialiste Michelle Delaunay. On comprend comment la classe politique (UMPS; VERTS, FDG) est dans un entre-soit mortel. Et comment ces abrutis se reproduisent entre eux. (en sociologie on appelle cela, la reproduction des élites)

Un constat lucide.

———

Ils ont fait sciences- po, passé ou non un concours de l’administration, regardé autour d’eux… Et finalement trouvé un poste d’attaché parlementaire ou un job dans une collectivité et, pour les plus chanceux ou les pls habiles, dans un « Cabinet ».

Dans ces milieux un tantinet confinés, ils ont pris le virus. Rien à reprocher : la densité d’intelligence y est grande, les sujets d’intérêt nombreux et variés, l’endogamie forte et l’impression d’appartenir à une sorte d’élite pensante, bougeante et agissante, porteuse. L’envie vient d’aller plus loin, de fabriquer soi-même de l’immédiat au lieu de travailler à façon celui des autres, de projeter, d’échafauder, de bâtir ou du moins de l’essayer.

Cinq ou dix ans ont passé, ils entrent à leur tour dans la piscine. Grand bain pour les museaux les plus fins (tenter une élection uninominale, cantonale le plus souvent), moyen bassin pour la plupart (figurer sur une liste municipale ou régionale), pataugeoire pour les encore timides (tenir un rôle dans une équipe de campagne). Ils gagnent ou ils perdent, mais ils demeurent dans cet entre-soi réconfortant où l’on partage les mêmes idées avec pour conséquence de croire toujours avoir raison.

Ceux qui gagnent du premier coup sont les plus à risque : ils n’ont plus seulement le virus, mais la maladie. Grand air, bobine sur le journal après l’avoir eue sur de grandes affiches, ils sont quelqu’un, c’est à dire déjà plus tout-à-fait eux-mêmes. Les autres retenteront. Ce sera plus ou moins long, plus ou moins brillant, quelquefois péniblement stationnaire, mais ils arriveront quelque part, même si pas toujours où ils voulaient.

Le danger maximum vient avec le succès dans une élection où l’on a été parachuté, voire Lire la suite

Maffia UMP: Plusieurs sénateurs auraient détourné de l’argent public(Maj)

L’affaire avait été révélée par Le Parisien/Aujourd’hui en France au mois de mai dernier : le Parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour des faits de « détournements de fonds publics », « abus de confiance » et « blanchiment ». Dans son viseur, des sénateurs UMP qui auraient perçu des fonds publics (400 000 euros au total) sur leurs comptes personnels, via des associations parlementaires, notamment l’URS, l’Union républicaine du Sénat.

Ce lundi, Mediapart (article payant) publie « une partie de la liste des sénateurs UMP destinataires de chèques douteux de l’URS signés entre fin 2009 et début 2012, dont l’addition avoisinerait les 200 000 euros » :

© Photo capture d’écran Mediapart

Le site d’information en ligne a contacté plusieurs de ces personnalités politiques pour les interroger à ce sujet. Certains n’ont pas répondu. D’autres ont avancé des explications diverses : Joël Bourdin parle d’une « une vieille dette de l’UDF à [son] égard », Hubert Falco évoque « un complément d’indemnités » et « plaide la bonne foi », Gérard Deriot assure que c’était pour « le fonctionnement de [sa] permanence« .

Toujours est-il que, d’après Mediapart, les élus concernés doivent être « auditionnés en rafale d’ici quelques semaines » par les juges d’instruction René Cros et Emmanuelle Legrand.

Les transactions ne se seraient pas toujours faites via l’URS mais parfois directement du groupe UMP jusqu’à des sénateurs, comme ces 2000 euros versés par chèque à Jean-Pierre Raffarin en guise de défraiement. Mais le trésorier du groupe, cité dans l’article, explique que ces frais n’étaient « pas toujours remboursés sur facture », et que ces sommes étaient versés « en fonction de l’ancienneté, de l’implication… ».

Source

———

La justice enquête sur de possibles faits de « détournements de fonds publics », d’« abus de confiance » et de « blanchiment » au groupe UMP du Sénat. Des élus ont touché de l’argent par le biais d’une association écran. Mediapart a reconstitué en partie la liste des bénéficiaires, dont Jean-Claude Gaudin, Gérard Longuet, Hubert Falco ou René Garrec. Lire la suite

Un patron de TPE sur deux estime favorable au FN

Le Front national serait le parti le plus proche des Français pour près de 50% des patrons de très petites entreprises (TPE), selon un sondage Ifop pour la société Fiducial, publié ce lundi.

Avec 49% de réponses positives, le parti de Marine Le Pen devance nettement l’UMP (32%) et le Parti socialiste (17%) chez les patrons de TPE, indique Fiducial dans son communiqué. Ils sont également 24% à considérer que le FN « possède des dirigeants de qualité », soit plus que le PS (23%), mais moins que l’UMP (35%).

source

Grand remplacement : Le visage changeant de la Grande-Bretagne…

Les chiffres montrent qu’Il y a plus d’enfants musulmans que chrétiens grandissent à Birmingham.
Les dernières statistiques, extraites du recensement de 2011, donnent un aperçu de la rapidité de l’évolution démographique en Grande-Bretagne.
Il pointe plusieurs régions du pays où les croyances religieuses traditionnelles sont éclipsées pour la première fois.

Dans la deuxième ville d’Angleterre , Birmingham, sur 278 623 jeunes, 97 099 ont été enregistrés comme musulmans contre 93 828 en tant que chrétiens. Le reste étant des autres religions telles que hindoue ou juive, ou aucun.
Une tendance similaire a vu le jour dans les villes de Bradford et Leicester, les villes de Luton, dans le Bedfordshire, et Slough, Berkshire, ainsi que les arrondissements de Londres Newham, Tower Hamlets et Redbridge, où près des deux tiers des enfants sont islamiques.

510581