Baby boom algérien !

Pas moins de 1.104.000 nouveaux nés vivants ont été enregistrés auprès des services de l’état-civil au niveau national durant l’année 2014, a-t-on appris, du sous-directeur chargé de la santé de procréation et planing familial au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

Une moyenne dépassant 2.700 nouveaux nés par jour a été relevée en 2014 contre 2.600 en 2013, a indiqué Dr Hamchi Lotfi lors d’une journée d’étude sur « le programme national de planing familial ». […]

Source

Bruxelles demande la solidarité des 28 face à l’afflux de migrants

e président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker propose, sur la base de différents critères de répartition, que les 28 pays membres de l’Union se distribuent l’effort d’accueil de 40 à 60.000 demandeurs d’asile, pour l’essentiel des Syriens et Erythréens. Cette mesure ne fait pas l’unanimité auprès des Etats, certains ne voulant pas entendre parler de quotas.

Chaque pays de l’Union Européenne sera mis à contribution, à la hauteur de ses moyens et en fonction de critères bien définis, pour faire face à l’afflux de demandeurs d’asile, essentiellement ceux fuyant la guerre civile en Syrie et la répression en Erythrée. L’idée figure dans un projet en cours de rédaction et porté par le commissaire européen à l’immigration Dimitris Avramopoulos, et pourrait être soumis dès le 16 juin prochain lors d’une réunion des 28 ministres de l’Intérieur et de la justice.

« Les propositions de la Commissions sont concrètes, de plus en plus concrètes » Philippe Leclerc, représentant du HCR

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, demande donc à chaque Etat membre de participer à l’effort de solidarité. La proposition, détaillée ce mercredi, ne concerne que les demandeurs d’asile qui se présenteront après le 1er juillet, et n’intègre pas les candidats à l’immigration économique ou les migrants clandestins. Le nombre de personnes concernées devrait être de 40.000, et la Commission prévient que 20.000 autres Syriens pourraient s’ajouter dans l’année. Jusqu’à présent, ce sont une poignée de pays de l’Union qui absorbent jusqu’à 80% de l’immigration, Grèce et Italie en tête.

Clefs de répartition

Pour une distribution « équitable » des demandeurs d’asile, la Commission européenne propose des « clefs de relocalisation », en d’autres termes des critères de répartition, applicables selon les pays : PIB, population, taux de chômage et nombre de demandeurs d’asile déjà enregistrées. Mais certains Etats membres, comme le Royaume-Uni, la République Tchèque ou la France, ont d’ores et déjà prévenu qu’ils ne voulaient pas entendre parler de quotas d’immigration. Mercredi, Jean-Claude Juncker les a enjoints de trouver une autre clef de répartition, puisqu’aucun de ces pays ne conteste par ailleurs l’urgence d’une décision.

ide-migrants-quotas-europe-20150527-01

Toujours est-il que ces propositions vont dans le bon sens pour les associations : le représentant du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) Philippe Leclerc y voit « des Lire la suite

Cours d’arabe dans le Lot : le FN s’indigne

Vu et lu sur Fdesouche

612445

mVZgWMh

Lettre ouverte

Monsieur le Directeur,

« Plusieurs parents d’élèves nous ont fait part récemment de leur trouble d’avoir trouvé dans le cahier de liaison de leurs enfants, une lettre émanant de vos services mais non signée, leur proposant des cours d’Arabe donnés après les heures de classe par des enseignants payés par les ambassades du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie (voir exemples joints en Annexe). Nous nous étonnons que cette langue étrangère soit ainsi proposée à l’exclusion de toute autre, avec de plus un choix possible par les parents selon l’origine du pays de l’enseignant. S’agit-il d’imposer ainsi la connaissance de l’Arabe au détriment d’autres langues plus proches de nous ?

L’enseignement des langues étrangères est une chose louable. Nous sommes cependant surpris que l‘Arabe fasse ainsi l’objet d’un traitement spécifique. Cet enseignement serait-il destiné à une communauté particulière ? Si tel est le cas, cela ne peut qu’enfermer cette communauté dans sa culture d’origine et nous semble donc préjudiciable à son assimilation dans la communauté nationale. Dans le cas contraire, on peut se poser la question de l’utilité d’enseigner l’Arabe aux enfants lotois alors que le bénéfice professionnel qu’ils Lire la suite

Michel Winock : « L’histoire est aussi un enjeu idéologique »

Un intéressant entretien avec un historien, qui pour être de gauche, perçoit bien la valeur de l’histoire dans la construction de l’identité nationale, son importance dans la formation de la jeunesse et qui livre une critique construite de la réforme des programmes scolaires.
Mais Michel Winock devrait également s’interroger sur la responsabilité qu’ont les intellectuels de gauche comme lui dans cette dérive suicidaire.

Article du JDD
Spécialiste de l’histoire de la République, Michel Winock s’interroge sur le sens de la réforme des programmes.

De nombreux intellectuels, à droite comme à gauche, condamnent le projet de réforme des programmes scolaires. Redoutez-vous, comme eux, un « affaiblissement » de l’enseignement?
Je ne ferai pas le procès des « faiseurs » de programmes car c’est un exercice impossible. Il est illusoire de vouloir contenter tout le monde. Et puis, gardons-nous de toute fausse polémique avant de connaître leur contenu définitif! Je crois que ces protestations traduisent surtout un questionnement sur l’identité nationale. Depuis une vingtaine d’années, la société française a été confrontée à des bouleversements sans précédents. La France ne sera plus jamais ce qu’elle a été. Il faut l’accepter, le comprendre. L’enseignement des langues, de la culture, de l’histoire est au cœur de cette révolution.

Quels sont les risques de la réforme en cours?
Le sort qui sera réservé aux langues anciennes! Supprimer l’apprentissage du latin traduirait un très grand mépris vis-à-vis des enfants issus des classes populaires. J’ai grandi à Arcueil, dans une banlieue de l’ancienne ceinture rouge parisienne. Mes parents n’avaient pas fait de latin. C’est mon frère aîné qui m’y a incité en m’expliquant son intérêt. Ce qu’il faut donner aux élèves c’est l’information, la motivation… Je m’élève contre un principe démagogique qui conduirait à abaisser le niveau général de tout le monde plutôt que d’élever celui du plus grand nombre.

«On peut porter sur le passé des regards multiples, et l’histoire devient ainsi un enjeu idéologique»

L’enseignement de l’histoire est également au cœur des débats. Pourquoi suscite-t-il tellement de passion dans l’opinion?

Il nous ramène à la question de l’identité. L’enseignement de l’histoire a été constitutif de la conscience nationale. Le manuel d’Ernest Lavisse a été, avant 1914, le catéchisme républicain des écoliers. Mais, on le sait, l’histoire n’est pas une science et différents récits historiques peuvent concourir : à côté d’un récit républicain, les manuels d’histoire de l’enseignement catholique ne présentaient pas la même version des faits. Songez aussi à l’histoire ouvrière, celle qui mettait en avant les hauts faits de la révolution sociale, comme la Commune, en 1871. On peut porter sur le passé des regards multiples, et l’histoire devient ainsi un enjeu idéologique.

L’histoire est devenue l’un des principaux thèmes du débat politique? Pourquoi?

C‘est que l’histoire sert à identifier des groupes : la nation, bien sûr, mais aussi des régions, des religions, des minorités, des classes sociales. Le problème aujourd’hui est posé par l’avenir de l’État-nation. Celui-ci est menacé par deux forces simultanées : d’une part, la construction des ensembles supranationaux, à commencer par l’Union européenne ; d’autre part, les revendications hétérogènes et centrifuges qui ne se reconnaissent pas forcément dans l’histoire nationale. Il y a une tension entre l’histoire et les mémoires des groupes qui estiment que l’histoire générale ne fait pas assez sa part à leur propre passé humilié ou martyrisé. Les « indigènes de la République », les Vendéens, les anciens combattants, les Arméniens, les descendants d’esclaves, les pieds-noirs, etc., tous ces groupes ou communautés revendiquent leur place dans l’histoire. Le danger est de transformer l’histoire en histoire des victimes ; car, dans ce cas, ce n’est plus de l’histoire, c’est de la morale! De leur côté, les nationalistes français déplorent la mise à mal de « l’histoire de France ». D’où les crispations.

«La maladresse du projet a été de proposer, en gras, des questions obligatoires et, en maigre, des options»

Comment enseigner l’histoire et quelle histoire? Lire la suite

Europe : les fédéralistes poussent leurs pions

EUROPE (NOVOpress)
Berlin et Paris ont envoyé à Bruxelles un document de travail préconisant une gouvernance économique au niveau de la zone euro. Devant l’échec de la zone euro, la fuite en avant.

David Cameron joue-t-il le rôle d’épouvantail pour les europhiles ? C’est peu après sa victoire et son engagement d’organiser un référendum sur la sortie de l’Europe en Grande-Bretagne (et celle de l’eurosceptique polonais Andrzej Duda) que la France et l’Allemagne sortent de leur chapeau une contribution préconisant la mise en place d’un gouvernement économique de la zone euro. Une vieille réclamation française, mais une première pour l’Allemagne, qui, jusqu’à présent, croyait à une Europe encadrée par des règles plus qu’à une union définissant une politique commune.

L’objectif affiché ? Plus de croissance et de convergence au niveau européen, la tenue des déficits semblant être mise au second plan. Finies l’austérité et la réduction des déficits comme alpha et oméga de l’union, ce pourrait être le côté positif de cette démarche. La France et l’Allemagne ont en effet tiré les leçons de l’échec des années de crise financière, où l’UE s’épuisait à colmater les brèches, trouvant des solutions d’urgence pour « sauver » l’Irlande, le Portugal, la Grèce, précipiter l’Union bancaire… Ils acceptent enfin d’aller au bout de la démarche fédéraliste, une monnaie commune sans politique commune étant par nature vouée à l’échec.

Il ne faut donc pas s’y tromper : le carcan européen qui pèse sur les pays ne ferait que se renforcer.

Selon la contribution commune franco-allemande, plus question de piloter son économie chacun dans son coin. Chaque année, un sommet de chefs d’État serait consacré à la définition d’une politique commune.

Commission européenne

La Commission ferait alors des propositions, qui seraient discutées au sein de l’Eurogroupe, l’instance qui réunit les ministres des Finances de l’UE. Sa capacité d’action serait d’ailleurs renforcée en donnant plus de moyens et de capacité d’action au président de ce groupe. Se dessine en filigrane la création d’un poste de ministre des Finances de la zone euro, qui aurait aussi une fonction de représentation dans les instances internationales.
Afin d’habiller cette nouvelle structure des indispensables oripeaux démocratiques, Merkel et Hollande envisagent la mise en place de « structures dédiées spécifiques à la zone euro au sein du Parlement européen ». (Traduire : une commission parlementaire d’enregistrement des décisions prises par la commission et avalisées par l’Eurogroupe).

L’objectif affiché est donc très louable : assurer plus de croissance au niveau européen, doper la compétitivité et l’emploi tout en maîtrisant les finances publiques de la zone euro. Comment s’y prendre ? Devant le constat d’une zone économique ayant une monnaie commune, mais des structures économiques et sociales radicalement différentes, le maître mot sera de

favoriser la convergence réelle des économies de la zone euro

Cela passera donc par le renforcement du marché intérieur (bancaire, capitaux, industrie, services, numériques, énergie…), mais aussi par une harmonisation de Lire la suite

Mélenchon supplie Taubira de faire condamner Marine le Pen : l’incroyable aveu

2024362_tract2

Communiqué de presse de Steeve Briois, Vice-président du Front National, Député français au Parlement européen

Après avoir déserté le terrain électoral et politique face à l’ascension de la présidente du Front National, Jean-Luc Mélenchon a cru bon de mener un combat judiciaire qu’il vient de perdre par K.O devant la Cour d’appel de Douai. Non content de subir une nouvelle déroute judiciaire devant la juridiction d’appel, Jean-Luc Mélenchon cherche désormais tous les moyens pour tenter d’abattre Marine le Pen. Et quoi de plus surprenant pour ce pourfendeur professionnel de la gauche gouvernementale, que de chercher refuge chez la ministre de la justice Christiane Taubira.

En effet, le fossoyeur de la gauche a adressé un courrier à Christiane Taubira pour lui supplier qu’elle ordonne au Parquet général de se pourvoir en cassation contre l’arrêt de relaxe rendu par la Cour d’appel de Douai. Cette nouvelle manœuvre judiciaire n’est motivée que par la volonté de nuire politiquement à Marine le Pen. C’est pourquoi une réponse favorable de la part de Christiane Taubira attesterait de l’action du Parquet général à des fins politiques et non dans l’intérêt de la loi.

Cependant, nous tenons à remercier Jean-Luc Mélenchon pour son incroyable aveu : celui d’appartenir au système qu’il fait mine de pourfendre. Aveu qui précipitera son déclin politique pour occuper son temps à attaquer avec haine le premier parti de France : le Front National.

La machination américaine contre la Russie – et l’Europe – Par Guillaume Faye

FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

La stratégie de Washington est de créer un conflit ouvert en Europe avec la Russie, en y entraînant l’Union européenne. La crise ukrainienne n’est qu’un aspect de cette politique. Une guerre contre la Russie est envisagée sérieusement. Essayons de décrypter sereinement les événements et les faits, en évitant l’anti-américanisme simpliste et dogmatique ; en séparant bien les desseins des dirigeants oligarques américains et les Etats-Unis, comme nation, dans leur complexité sociologique et politique.

9 mai 2015 : l’affront fait à la Russie

Lors des cérémonies du 9 Mai à Moscou célébrant le 70e anniversaire de la victoire alliée, les chefs d’État et de gouvernement occidentaux – et en particulier européens – n’étaient pas présents. Pour la France, seul M. Fabius, ministre des Affaires étrangères était à Moscou. Et encore, il s’est contenté de déposer une gerbe, refusant d’assister au traditionnel défilé militaire sur la Place Rouge. Ce boycott est probablement le résultat d’un ordre de Washington, auquel les gouvernements européens ont obéi avec servilité, comme toujours. C’est un geste inamical envers la Russie, voire insultant et d’une stupidité diplomatique insondable pour les Européens.

Boycotter la cérémonie de la victoire à Moscou, alors que sans la Russie et les peuples de l’URSS cette victoire aurait été obtenue par Hitler, a été une décision symbolique très blessante pour la nation russe. Ce fut une provocation de plus. D’autant que Vladimir Poutine s’était poliment rendu en Normandie pour l’anniversaire du Débarquement, répondant à l’invitation de M. Hollande.

M. Poutine d’ailleurs, dans son discours à l’occasion du défilé militaire du 9 mai, a bien dénoncé la volonté des dirigeants occidentaux – pilotés par Washington– de vouloir déstabiliser les relations internationales. Par ce boycott, les gouvernements occidentaux ont voulu manifester une hostilité à la Russie, lui signifier son exclusion du concert des nations. La France a suivi – quelle honte ! – oubliant son principe d’indépendance en matière de politique extérieure. Ce geste, d’une immense portée symbolique, a humilié le sentiment national russe et aura pour les Européens de graves conséquences. Car ce n’est pas la Russie qu’on isole, c’est l’Europe qui s’isole.

La démonstration de force de l’armée russe à l’occasion du défilé du 9 mai correspond à une volonté dissuasive et non pas agressive. C’est un message envoyé à Washington. La Russie augmente son effort militaire mais sans commune mesure avec le colossal budget militaire US (50% des dépenses mondiales en la matière). Le Kremlin anticipe une agression militaire US qui ne relève pas de la science-fiction, comme nous le verrons plus loin.

Le prétexte du boycott fut l’”annexion” de la Crimée, alors que cette dernière, territoire russe, a été rattachée à la Fédération de Russie par référendum régulier. Mais la véritable raison de cette insulte faite à la Russie est l’obéissance à Washington. Nos dirigeants ne sont pas tant antirusses qu’américanolâtres. Ils obéissent au suzerain.

L’erreur ukrainienne Lire la suite

Toujours plus de travailleurs détachés

Le nombre de travailleurs détachés en France, parmi ceux qui sont dûment déclarés, a de nouveau bondi en 2014, de 8 %, pour atteindre 230.000 (ils étaient… 7.500 en 2000). Les plus représentés sont les Portugais (19 %), les Polonais (16 %) et les Roumains (11 %). On les trouve surtout dans le BTP (37 %), l’industrie et l’agriculture. Les missions effectuées l’an passé représentent 9,7 millions de jours de travail, plus de 42.000 emplois à temps plein.

Surtout, un rapport du Sénat de 2013 estime que de 220.000 à 300.000 travailleurs sont dans le même temps détachés illégalement en France. Les employeurs étant peu regardants sur les conditions de travail, nombre d’entre eux évoluent dans une zone grise, avec une bascule dans le travail illégal après un premier détachement déclaré.
Distorsion de concurrence

Si le travail détaché permet de combler des besoins de main-d’oeuvre et tente de mettre en musique la libre circulation des travailleurs, certains dénoncent une distorsion de concurrence : les cotisations sociales d’un travailleur détaché sont dues dans son pays d’origine, où elles sont très souvent plus basses qu’en France. Les artisans du BTP, notamment, ne décolèrent pas. Mais tandis que la France promet de renforcer les contrôles des abus et des fraudes à ce dispositif (la loi Macron va durcir les sanctions contre les employeurs), les remontées du terrain font apparaître la difficulté de passer des paroles aux actes.

En cause : la complexité des règles européennes et le manque de collaboration de certains Lire la suite

Une nouvelle étude montre que la plupart des hommes européens descendent d’une poignée d’ancêtres

Une étude génétique identifie de récentes lignées paternelles en Europe

Dans une étude financée par le «Wellcome Trust», les généticiens de l’Université de Leicester ont séquencé l’ADN des chromosomes Y de 334 hommes provenant de 17 populations d’Europe et du Moyen-Orient.

En utilisant à la fois de nouvelles méthodes d’analyse des variations de l’ADN et la chronologies des événements des populations, l’équipe, dirigée par Mark Jobling et Chiara Batini, a constaté que deux hommes européens modernes sur trois descendent de seulement trois lignées paternelles qui partent de l’arbre généalogique des chromosomes Y européens.

L’étude suggère également que cette explosion de la taille de la population masculine a eu lieu il y a entre 2000 et 4000 ans.

« L’expansion de la population s’inscrit dans l’âge du bronze, qui entraîna des changements dans les pratiques funéraires, la propagation de l’équitation, et des développements en matière d’armement.

Les mâles dominants liés à ces cultures pourraient être responsables des modèles de chromosome Y que nous voyons aujourd’hui « , a déclaré Jobling dans un communiqué de presse.

On pensait à partir d’études génétiques précédentes que l’expansion de la population avait Lire la suite

Nantes : arrestation d’un pédophile « connu des services de police »

La mère d’un adolescent a été stupéfaite de découvrir qu’un homme au comportement suspect que lui avait décrit vendredi son fils, avait fait irruption à son domicile le lendemain.

Cet homme qui s’était introduit chez elle sans difficulté sera arrêté peu de temps après. L’individu connu des forces de police avait déjà été arrêté trois fois, dont une déjà, pour avoir pénétré dans un appartement où un enfant de 10 ans se trouvait seul.

Tout a commencé vendredi soir. Un collégien de 13 ans et un ami, en rentrant des cours, s’aperçoivent qu’un homme semble les suivre. Ils empruntent un chemin peu accessible pour vérifier et enjambent le muret du cimetière. L’homme est toujours là. L’adolescent court alors se réfugier chez son ami et raconte tout à ses parents.

Le suspect est arrêté peu de temps après, le signalement fait par la mère. Il avoue aux policiers s’être introduit dans la chambre de l’adolescent le vendredi, en son absence et lui avoir volé des bonbons. Dans sa voiture, des vidéos à caractère sexuel ont été retrouvées ainsi que les bonbons du collégien et sa tirelire. « On peut imaginer ce qu’il aurait pu faire en toute discrétion et on peut imaginer les conséquences pour notre famille« , témoigne encore la mère du collégien. […]

Source

Islamisation UMPS: A Mantes-la-Ville le maire FN devra verser 2 000 € aux musulmans

La mairie (FN) de Mantes-la-Ville va contribuer, à ses dépens, à financer l’acquisition d’une mosquée dans sa commune… Ce jeudi, l’Association des musulmans de Mantes-sud (AMMS) a appris que le tribunal de grande instance de Versailles avait obligé la municipalité à lui verser 2 000 €.

Cette somme correspond à une pénalité, fixée par le juge, après l’échec de la ville à demander l’expulsion de l’association de la salle de prière qu’elle occupe illégalement boulevard Roger-Salengro. Cette condamnation tombe au moment où l’AMMS s’apprête à acheter à Mantes-la-Ville un local afin de le transformer en mosquée. L’acquisition de cette salle est estimée à 600 000 €.

Voir aussi:
Islamisation: Un maire FN doublé par le préfet PS et la communauté d’agglo UMPS sur la création d’une salle de prière

A Mantes-la-Ville, le maire FN bloque la vente d’une salle de prière

A Mantes-la-Ville, le maire FN veut bloquer la construction d’une salle de prière

Belgique : le bourgmestre d’Anvers est menacé d’une exécution s’il ne se convertit pas à l’islam

Des nouvelles menaces de mort ont été proférées à l’encontre du président de la N-VA Bart De Wever.

Formulées dans une lettre rédigée en français, elles ont été affichées au Handschoenmarkt, à Anvers. Le document menace le bourgmestre d’Anvers d’une exécution s’il ne se convertit pas à l’islam. « J’ai toujours prédit que nous ne serions pas quitte dans l’immédiat de la menace de cet islam extrémiste. Cela a été négligé durant des années. Cette plaie est à présent ouverte avec la Syrie et beaucoup de pus s’en échappera encore avant que nous n’en soyons débarrassés » a commenté dimanche le patron de la N-VA sur VTM.

M. De Wever bénéficie d’une protection personnelle de longue date. L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace procède à des screenings pour évaluer le niveau de celle-ci.

Selon Bart De Wever, celle-ci est, en ce qui le concerne, d’un niveau tel qu’il reçoit une protection rapprochée.

lalibre.be

Un avion d’Air France escorté par des chasseurs américains après une menace

Un avion d’Air France, parti lundi matin de Paris à destination de New York, a été escorté en fin de trajet par des chasseurs américains à la suite d’une menace téléphonique. Il a atterri sans encombre à l’aéroport new-yorkais Kennedy. « Selon Air France tous les passagers et les membres d’équipage ont pu être débarqué. L’avion reste à disposition de la police américaine ».

Marion Maréchal Le Pen au pèlerinage de Chartres

Article du Lab: Marion Maréchal-Le Pen au pèlerinage de Chartres

En ce lundi de Pentecôte, la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen participe à une partie du pèlerinage de Chartres qui rejoint la commune après trois jours de marche et un départ de Paris. Une information repérée par une journaliste du Point grâce à une photo tweetée par un participant :

Plusieurs pèlerins ont relayé sur Twitter la présence de l’élue :

Une habitude chez la députée qui avait déjà fait partie de ce cortège catholique en 2011 puis en 2013. A chaque fois sans médiatiser sa venue.

Le 21 mai déjà, Marion Maréchal-Le Pen s’était affichée à côté du mouvement des « Veilleurs » à Versailles pour dénoncer les décisions de l’Union européenne vis-à-vis de la gestation pour autrui. Un rassemblement de plus de 300 « veilleurs » – ce groupe issu de La Manif pour tous, très opposé au mariage gay et majoritairement constitué de catholiques – a, comme à son habitude, chanté des cantiques assis sur le marché Notre-Dame.