12.000 régularisations de clandestins de plus en 2013 (maj)

Addendum : Immigration : les régularisations ont bondi de 50 % en 2013

Article Le Monde

C’est un chiffre extrêmement sensible que le ministère de l’intérieur devait dévoiler, jeudi 10 avril, en milieu de journée : celui des régularisations d’étrangers en situation irrégulière en France, notamment au titre de la circulaire publiée par Manuel Valls en novembre 2012. Selon des informations communiquées au Monde par la Place Beauvau, ces régularisations ont atteint, en 2013, le nombre record de 35 000, soit une augmentation de plus de 50 % par rapport à 2012.

(…)

Avec ce nombre de régularisations, la France franchit surtout le cap symbolique des 200 000 entrées annuelles d’étrangers en France. Alors que celles-ci tournaient depuis le début des années 2000 autour de 190 000, elles atteignent cette fois, en 2013, le total de 206 330.

On compte 94 457 entrées pour motif familial (+ 8,4 %), 17 813 pour motif économique (+ 11 %), 62 984 pour motif étudiant (+ 7 %), 17 754 pour raisons humanitaires (– 3 %) et 13 322 de motifs divers.

(…) Au total, la circulaire de M. Valls ouvre une porte d’accès au territoire français relativement significative pour les étrangers en situation irrégulière. Selon les estimations, ils seraient entre 300 000 et 400 000 en France.

——–

Comme sarkozy le passage de Manuel Valls aura été marqué par une explosion de la délinquance, une explosion de l’immigration, une explosion des naturalisations et une explosion des régularisations… Valls, un ministre explosif.

valls-MPI

Près de 12.000 sans-papiers ont obtenu un titre de séjour en 2013 en vertu des nouvelles règles de régularisation fixées par Manuel Valls lorsqu’il était à l’Intérieur, selon des statistiques officielles publiées aujourd’hui.

Le nombre d’ »admissions exceptionnelles au séjour » est passé de 23.294 en 2012 à 35.204 en 2013, une hausse de 51%. L’écart concerne en grande majorité des parents d’enfants scolarisés (9.400) et des salariés (2.100), d’après un bilan publié sur le site du ministère de l’Intérieur. […]

Le Figaro