Eric Zemmour : “Les vieilles ficelles d’Harlem Désir” (vidéo RTL)

Comme nous l’avons déjà écris sur ce blog; la gauche se plait à définir ce qu’il est bon de dire et ce qui ne l’ai pas. Ses représentants incarnent un petit clergé dogmatique, dégoulinant de moraline, et largement étranger aux valeurs républicaines, mais qui, sans aucune pudeur et avec un aplomb de petit juge, ordonne selon ses propres critères les bons républicains d’un côté et les fachos de l’autre.

Le bon républicain étant évidemment un européiste convaincu, un multiculturaliste militant, un immigrationniste acharné et un libre échangiste engagé.

Les autres, ceux qui n’adhèrent pas au dogme, ceux qui sont pour la patrie, pour la nation, la lutte contre l’immigration, le protectionnisme, l’assimilation ; sont à ranger dans le camps des fachos, des « extrêmes droites », des suppôts de satan.

Cette classification se faisant bien sûr avec la complicité des média, petites mains serviles d’un système avachi sur le divan de ses certitudes, dont l’omnipotence sert à enfoncer plus profond le clou du mensonge et de la propagande dans le cerveau disponible de leur public engourdi par des années de conditionnement.

Dans cette chronique Éric Zemmour taille un costard au petit Pol-Pot de l’antiracisme: Harlem Désir… et on s’en réjouit:


"Z comme Zemmour" du 30 août 2011 par rtl-fr

Manipulations d’opinion : l’exemple de la Serbie et de l’Irak (vidéos)

Même si la manipulation de l’opinion est une vieille constante des conflits qui ont secoué le monde, dans nos démocraties les média devraient se faire un devoir de lutter contre la propagande. Or il n’en est rien. Pis même, ils se font les complices des pouvoirs en place.

Car si les causes des guerres sont restées les mêmes ( expansions stratégiques ou contrôles des ressources naturelles et des matières premières…), il convient pour les tenants du “camp du bien”, avides de guerres humanitaires et de “libération”, d’y mettre les formes. La modification sémantique aidant (ministère de la Guerre devenu “de la Défense”, la “bataille” cédant le pas à “l’intervention”, le “bombardement” au terme plus policé de “frappe”), les manipulations consistent aujourd’hui à donner bonne conscience au public avachi.

L’actualité syrienne et libyenne est l’occasion de nous souvenir de quelques gros trucages médiatiques orchestrés ces 30 dernières années.
Lire la suite

Leçon de politique ( Dessin humoristique)

Alors que les journées de communication politique du Ps à destination des média-complices se terminent, et que le parti du queutard frustré et de la maffia Guérini continue à faire comme si rien ne s’était passé dans le monde depuis la chute du mur de Berlin, je vous propose de vous délecter de cette bande dessinée publiée par Robert Cash en 2007…
Il s’agit d’un résumé efficace et malin des différences qui peuvent exister entre la gauche et la droite. Un manuel politique qui, à bien y regarder, n’ a pas pris une ride.
Lire la suite

Intoxication médiatique: le CNT reconnait que les images de la libération de Tripoli étaient bidonnées !

Il n’ y a pas de guerre sans propagande. Lors de la seconde guerre en Irak, les services de communication de l’armée américaine avait mis en scène la prise de Bagdad. En Serbie, on n’a pas hésité à inventer des camps de concentration. Et nous apprenons aujourd’hui par la voix du président du CNT libyen, Moustapha Abdeljalil, l’allié de Sarkozy et de BHL, que les images de la « libération » de Tripoli étaient bidonnées. Elles auraient été tournée au préalable au Qatar et retransmises par la suite à travers les médias complices… à part quelques journalistes indépendants du web, tous les média français ont suivi, le petit doigt sur la couture du pantalon, les chemins balisés de la bien-pensance. On pourrait croire qu’ils ne sont pas responsables. Qu’il est difficile de reconnaître le vrai du faux. Qu’ils n’ont pas assez de preuves pour dénoncer les discours de propagande des pouvoirs en place. Il n’en est rien. Ils sont une cheville ouvrière du système… ce sont des média-complices.

Zique de la semaine: The Vines & Hold your Horses

C’est la rentrée. Il nous faut du gros son. De l’énergie. Comme celle qui se dégage des morceaux du groupe garage australien The Vines.
Montez le volume… c’est un conseil de prêcha

The Vines: He’s a rocker.

Prêchi vous propose un petit jeu.: trouver le nom de chacune des œuvres qui défilent dans le clip du groupe Hold Your Horses. La pop française au service de l’art et de la connaissance… pour une fois qu’elle sert à quelque chose, on ne va se plaindre !!!

Hold Your Horses !: 70 Million

À Montluçon, l’appel à la prière du muezzin…

À Montluçon, en Auvergne, la prochaine mosquée sera dotée d’un minaret destinée à l’appel à la prière du vendredi. Aziz Lamachi, le président de l’association As Salam, a déclaré: « Je pense que les Montluçonnais sont suffisamment ouverts pour l’accepter »

En ce qui nous concerne, nous espérons que ce minaret saura réveiller l’ardeur gauloise des auvergnats comme celle de Jean Dujardin dans OSS 117

À lire sur riposte laïque:

Bientôt l’appel à la prière du haut du minaret en construction à Montluçon !

M. le maire de Montluçon, en acceptant le muezzin, vous humiliez votre pays

Mon père n’a pas donné sa vie pour que Montluçon, sa ville, soit livrée à l’islam

Nuit d’émeute à Montluçon à l’emplacement d’une des deux futures mosquées. Hasard ?

Zique de la semaine: Claudine Longet & Dominique Walter

Parmi les bossas novas inattendues qui séduisent Prêchi, en voici une, très réussie, qui figure au menu du film de Blake Edwards « The Party ». Tourné en 1969, ce film dans lequel Peter Sellers joue un acteur indien aussi gaffeur qu’improbable, est avec Hellzapopin l’un des favoris des amateurs d’humour délirant.
Après diverses péripéties, Peter Sellers se retrouve invité par erreur à une gigantesque fête : « the Party » au cours de laquelle il multiplie les gaffes et les gags. Il sort pour se soulager dans le jardin, y déclenche l’arrosage automatique, rentre trempé dans le salon… C’est à ce moment-là que Claudine Longet entonne la jolie bossa écrite par le compositeur génial de la panthère rose, Henri Mancini : «Nothing to lose».

Prêcha a choisi de vous faire découvrir un mauvais garçon plein de talent… Dominique Walter.
Né Dominique Gruère le 22 mai 1942 à Paris, Dominique Walter est un chanteur français qui a vite disparu de la circulation. Il fut pourtant l’un des premiers jeunes interprètes masculins de Serge Gainsbourg. Ce dernier lui écrira notamment 7 chansons à partir de 1966 et certaines d’entre elles, mal perçues, voire incomprises par le public, vont lui conférer une image de garçon peu sympathique, ce qui va rapidement éroder sa carrière de chanteur. Parmi les titres les plus significatifs du bonhomme figure Les Petits Boudins (1967)
En 1966, Dominique Walter représente la France au Concours Eurovision de la chanson avec le titre Chez nous 2. Il termine en seizième position avec un seul point… ce garçon avait vraiment tout pour plaire à Prêcha:

Les petits boudins – Dominique Walter par le-pere-de-colombe

La fable de La dette et La loi de 1973. (vidéo)

Ils vous disent: la dette c’est vous. Vos dépenses. Votre voracité. Vos abus. Coupables, vous allez devoir vous serrer la ceinture et rendre ce que vous avez englouti.
C’est à la fois beau et terrifiant comme un conte pour enfant. Une jolie fable qui sert à vous endormir.
Car n’en déplaise aux tenants de la doxa, la dette n’est pas celle des citoyens de ce pays. C’est celle de ceux qui ont fait le choix de nous mettre sous l’emprise financière des banquiers et du marché, en votant la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, puis l’article 104 du traité de Maastricht, puis l’article 123 du traité de Lisbonne qui interdisent à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant celui-ci à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts. Et se sont les intérêts de ces emprunts qui s’accumulent et conduisent à la dette actuelle de plus de 1 600 milliards d’euros.
Lire la suite

Les financiers Allemands annoncent la fin de l’euro et conseillent à la grèce d’en sortir au plus vite ! (vidéo)

Ces Allemands interviewés sur France 2 seraient-ils des admirateurs de Marine Le Pen ou de Nicolas Dupont-Aignan ? Si non, comment expliquer que ces gens puissent développer des analyses économiques et politiques si saugrenues ?. Sont-ils fous ? Faut-il être atteint de démence pour imaginer un scénario aussi perfide et fasciste.
Devant tant de misère intellectuelle, on se réjouit de savoir que notre police de la pensée veille à notre bonne santé mentale !!!
Il devrait être interdit d’imaginer la chute de l’euro et de conseiller à la Grèce d’en sortir…. ????

Qu’on leur passe la camisole !


Les financiers allemands annoncent aussi la fin… par elouvrier

Londres vandalisée: L’ensauvagement de la société et la faillite du multiculturalisme (en photos et vidéos)

Ahuris, les Britanniques se réveillent depuis trois matins avec des images de rues dévastées, d’immeubles brûlées, de vitrines vandalisées. Ils voient sur internet des scènes insupportables, comme celle de ce pauvre gamin, en sang, par terre, à qui des crapules de toutes origines volent téléphone portable et affaires scolaires. Aucune raison sociale ou sociologique ne peut expliquer un tel acte… pas même la misère, pas même le chômage, pas même la révolte contre un système totalement inégalitaire… Non, c’est le signe d’une société devenue une Jungle dans laquelle l’Homme, sorti de la civilisation, est un loup pour l’Homme… un monde où la main que l’on vous tend n’est qu’un piège… un coup de poignard dans le dos… un monde où la sauvagerie primitive a gagné sur « la common decency » cher à George Orwell et son admirateur français le philosophe Jean-claude Michéa:
Lire la suite

l’Euro est tout simplement le Deutchemark déguisé (vidéo)

La zone euro, c’est la zone Deutschemark. L’ Allemagne est un pays industriel qui fabrique ses machines en Tchéquie, les assemblent en Allemagne et les vend à prix d’or à la France et au reste des pays européens désindustrialisés. Aujourd’hui, l’euro fort face à un dollar faible pénalise nos entreprises mais profite à l’Allemagne.
Il faut bien comprendre que cette situation économique est le résultat des choix politiques qui ont été fait par nos dirigeants ces 30 dernières années.
Sur le plateau de l’émission Ce soir ou jamais diffusée le 13 décembre 2010 sur France 3 Marie-France Garaud est revenue sur la bêtise magistrale de nos représentants : « L’Allemagne veut être souveraine, elle se fait souveraine, la cour de Karlsruhe le dit expressément dans toute une série d’arrêts. Et nous (la France et les Français) comme des imbéciles nous avons aliéné notre souveraineté dans les traités européens. Pourquoi avons nous été assez stupides pour aliéner notre souveraineté dans les traités européens ? C’est incompréhensible, ce n’est pas la peine d’être le pays le plus intelligent du monde pour se conduire d’une manière aussi bête ! »

Quand l’Allemagne gonfle les biscotos, la France baisse les yeux…. il serait temps de sortir des discours économiques et en revenir à la politique !!!!!


Marie France Garaud, l'euro c'est un deutshemark par FranceDomTom

Londres brûle (Photos et vidéos)

Les média français ont encore une fois été d’une discrétion accablante sur ce qui se passe actuellement à Londres. Le Monde, le journal des mécènes de la gauche française( Pigasse; Niel et Bergé) ira jusqu’à écrire: ““la presse britannique dramatise”… »L’ampleur que cela prend dans les médias est disproportionnée »
Il suffisait pourtant de regarder hier soir la BBC en direct pour se rendre compte que l'(im)Monde ment, et que la folie qui s’est emparée des racailles de la capitale de Grande-Bretagne est réellement désastreuse….

Mais peut-être que c’est la désinformation des médias français qui est disproportionnée ?????
Lire la suite

Grande-Bretagne: Enoch Powell n’avait-il pas raison de prédire le désastre ? (vidéo)

Dans les années 80, la Grande- Bretagne a fait le choix du multiculturalisme, du relativisme culturel et du communautarisme(1). Très vite ce modèle fut cité en exemple et l’ensemble des peuples européens furent enjoints par leurs élites à suivre la marche du progrès et de la discrimination positive.

Or, la machine n’a pas mis longtemps à s’enrayer. Au fil des ans l’immigration a augmenté, et les groupes ethnico-religieux sont devenus de plus en plus exigeants en matière d’accommodement raisonnable.
Au début de l’année 2011, le premier ministre Britannique David Cameron n’a pu que constater l’échec des politiques menées à l’égard des minorités ethniques et religieuse depuis les années 80, et s’est engagé à réduire l’immigration. (2) Une immigration qui, si l’on en croit le récent sondage publié par le Daily mail, est rejetée par plus de 70% des britanniques.(3) Et ce ne sont pas les émeutes qui ont éclaté à Tottenham qui vont améliorer la situation. (4)
Lire la suite

Elisabeth Levy: Après le meurtre de masse, le procès collectif

Dans son dernier article mis en ligne sur son site Causeur, Elisabeth Levy confie qu’elle ne sent pas responsable du massacre d’Oslo et en profite pour régler ses comptes avec la bien-pensance qui, aussitôt le Jobard arrêté, n’a pas hésité à le désigner comme le porte- flingue des méchants réactionnaires et de tous ceux qui osent critiquer le multiculturalisme et l’immigration.

Quelques extraits de l’article « Oslo, la faute aux nouveaux réacs ? » que vous pouvez lire dans son intégralité ici.

En quelques heures, une vague de spécialistes en « motivations et inspirations de tueur de masse à pedigree d’extrême droite » déferle sur nos écrans. On pourrait penser qu’il faut du temps pour faire avouer ses secrets à un acte qui suscite d’abord l’effroi et l’incompréhension. Que nenni. En trois reportages dans la « fachosphère » – au moins, c’est pas cher – et au prix d’une palanquée de syllogismes et glissements sémantiques – dont leurs auteurs sont pour la plupart parfaitement inconscients de les commettre, convaincus qu’ils sont d’être dans le bon camp – l’affaire est pliée. Anders Behring Breivik est un symptôme. Peut-être un avertissement. Le nouveau visage de la bête immonde qui déploie ses multiples et hideuses têtes dans toute l’Europe, y compris, bien sûr, en France où il dispose d’idiots utiles mais aussi de complices objectifs tout aussi criminels que lui. Comme de toute façon, sur la Norvège, on ne sait pas grand-chose et qu’après quatre reportages pleins d’émotion on n’a plus grand-chose en rayon, on va s’intéresser aux vrais coupables. Ceux qui ont armé ce bras.
À qui la faute ? La question excite d’autant plus les médias que sur ce coup-là, ils peuvent lui donner la réponse qui leur plait. Et sortir l’attirail de l’indignation morale et la rhétorique du dimanche qui va avec – « les mots qui tuent », « les racines de la haine ». Le drame norvégien est peut-être l’occasion de réussir à l’échelle européenne la diabolisation qui a donné avec le FN l’heureux résultat que l’on sait, autrement dit de mettre à l’index une partie du corps électoral, coupable de ne pas savoir ce qui est bon pour lui.

Sur RTL, l’inénarrable Rokhaya Diallo remarque très sérieusement que dans sa logorrhée numérique, Breivik cite deux fois Alain Finkielkraut. « Ce n’est pas un hasard », lâche-t-elle sentencieusement avant d’en appeler à la responsabilité de l’intellectuel. On pourrait lui faire remarquer que Ben Laden a cité Emmanuel Todd et Allah, mais ce n’étaient pas le vrai Todd et pas le vrai Allah. Là, c’est autre chose. Ce Breivik sait lire. D’ailleurs, il faudrait songer à interdire 1984 qui est l’un de ses livres de chevet. À ce compte-là, comme l’a fait remarquer Rémi Lélian, il serait temps de placer sous surveillance les penseurs écologistes et trotskystes qui inspirèrent Richard Durn, le tueur de Nanterre et Audry Maupin. On pourrait aussi faire remarquer à mon estimable camarade de On refait le monde qu’il n’est pas très cohérent de brandir à tout bout de champ la tolérance et l’ouverture à l’autre et d’être incapable d’examiner une opinion différente de la sienne. Comme d’habitude, personne ne moufte. De même que personne ne sursaute, dans les jours qui suivent, en entendant répéter en boucle que le refus du multiculturalisme, c’est la haine des étrangers…..

…. L’intérêt de la manœuvre est évident : disqualifier et même criminaliser toute critique des transformations des sociétés induites par l’immigration – ou plus précisément dans le cas de la France par le renoncement à assimiler les immigrés. S’il existe un fil rouge menant d’Alain Finkielkraut à Breivik en passant par l’électeur de Wilders ou de Marine Le Pen, toute réticence à l’égard du multiculturalisme tel qu’il s’installe en Europe mène au meurtre. Bien sûr, vous avez le choix : ou vous pensez que les changements culturels produits par les flux migratoires sont une bénédiction pour nos sociétés sclérosées et, par conséquent, qu’il serait monstrueux de demander aux populations fraîchement installées de s’adapter aux mœurs locales, ou vous êtes un salaud prêt à sortir son revolver dès qu’il entend le mot « différence ».

lire l’article: http://www.causeur.fr/je-n%E2%80%99y-suis-pour-rien,10830

Burkapapa enfin arrêtée.

La police est parvenue à intercepter Burkapapa. Une vilaine personne qui cherche à parodier et se moquer de Barbapapa, le héros de notre enfance.
Le mari de Martine Aubry, Mr Brochen, va-t-il se porter volontaire pour la défendre ?

Attention une vidéo qui fout la gerbe…. il faudrait dire à l’apprenti documentariste musulman que le cinéma c’est à l’horizontal que ça se passe….

Zique de la semaine: Mompou & Bourvil

Connaissez-vous le pianiste et compositeur espagnol, Fédérico Mompou. Si tel n’est pas le cas, Prêchi vous propose de découvrir l’une de ses oeuvres: Musica Callada.
Inspirée du poète St Jean de la croix, Musica Callada est une musique silencieuse dont l’audition se fait à l’intérieur de celui qui l’écoute. Fédérico Mompou la définissait comme un « faible battement de coeur ».
Le pianiste a entretenu un longue correspondance avec le philosophe Vladimir Jankélévitch dont vous pouvez lire quelques extraits ici

Prêcha a choisi le « petit bal perdu » de Bourvil. Alors Prêcha aurait pu décider de vous proposer soit le clip de Philippe Decoufle (1), soit le clip d’origine avec Bourvil en noir et blanc. Face à ce dilemme, prêchi a tranché, et s’est laissé séduire par le caractère désuet du clip d’origine.
Pourquoi ?. Par nostalgie ?. Peut-être… mais c’est surtout parce qu’on y voit le visage de Bourvil. Un visage du monde d’avant. Un visage de paysan. Un visage qui ne passerait plus la barrière de la télé, du Showbizz, des majors et des jugements petits bourgeois des modernistes branchés. Pas la gueule tuméfiée de fatuité d’un Cali. Pas les borborygmes boboïsants d’un Raphaël dont la poésie est aussi subtile qu’un article de télérama. Non, le visage rehaussé d’une cravate et d’un veston… le visage a jamais fané de Bourvil… voilà c’est pour ça !:

(1) le clip en couleur et agité de Decouflé:
http://www.youtube.com/watch?v=f53v4KTKV4I&feature=related

Quand la ville d’Evry prenait exemple sur le multiculturalisme de Tottenham. ( vidéo)

Tottenham, un quartier de la banlieue nord de Londres, a été le théâtre hier de violentes émeutes. Ce n’est pas une première, dans les années 80, ce quartier était régulièrement secoué par de graves incidents.

Mais depuis quelques temps, les choses semblaient avoir changé. Tottenham était même devenu un exemple à suivre. C’est ainsi qu’après les émeutes qui avaient embrasé les banlieues françaises en 2005, une délégation de la ville d’Evry s’était rendue dans ce quartier Nord de Londres pour s’inspirer de la politique de promotion des minorités ethniques mise place par les autorités britanniques acquises aux promesses d’un multiculturalisme bonhomme.

« Dans ce quartier où cohabitent 39 nationalités, les panneaux d’informations sont systématiquement écrits en plusieurs langues. Et c’est une autre découverte pour les jeunes français.« 


Tottenham-Evry par prechi-precha

Écouter sur Prêchi-Prêcha, Vincent Latours, Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail sur le multiculturalisme en Grande Bretagne.

http://www.prechi-precha.fr/2011/02/07/grande-bretagne-le-multiculturalisme-en-question-entretien-radio-avec-vincent-latour/