Attentats de Liège et d’Oslo : un Belge s’indigne du traitement médiatique.

Indigné par le deux poids deux mesures systématique, ce belge décrit parfaitement le terrorisme intellectuel auquel nous soumettent les média de masse, devenus de véritables organes de propagande idéologiques.

J’en ai marre d’être victime du racisme chez moi. Je suis blanc, je suis chrétien et je l’assume.”

La France a gagné 4,2 millions d’habitants en dix ans

Selon la Tribune la population française a augmenté de 4,2 millions de personnes entre 1999 et 2009. Soit une croissance de 7% en dix ans. Selon l’Insee, qui publiait ces chiffres ce jeudi matin, la France comptait plus de 64 millions d’âmes au 1er janvier 2009. Par comparaison, l’Allemagne a perdu près de 400.000 habitants sur la même période, selon l’institut Destatis.

Cette augmentation de la population en France s’explique par un plus grand nombre de naissances que de décès et un solde migratoire chaque année positif.

Petit rappel: le taux de substitution en France est de 19%. 30 ans d’immigration de masse, ça pèse !

Création de l’Euro : “Il fallait tuer l’idée de nation”

Michel prieur (numismate) confirme que la création de l’Euro avait pour objectif de tuer les Nations européennes:

L’idée des fonctionnaires de Bruxelles était de supprimer toute référence nationale. Il fallait tuer l’idée de nation. La monnaie existe depuis 27 siècles, et depuis 27 siècles, toutes les monnaies sont identitaires.

Désindustrialisation: 100 000 suppressions d’emplois en 3 ans

Le bilan des européistes de l’UMP, du PS, du Modem et des verts c’est toujours plus de désindustrialisation. En trois ans, la France a perdu 900 usines, et en a gagné près de 400, ce qui fait un seuil de près de 500 usines en moins… soit 100 000 suppressions d’emplois en 3 ans.

Bravo !

L’heure du reniement des social-démocraties européennes, par Michael Hudson (I/III)

Michael Hudson est professeur d’économie à l’Université du Missouri et analyste financier à Wall Street. Il est l’auteur entre autres de Super-Imperialism: The Economic Strategy of American Empire (1968 et 2003) et de The Myth of Aid (1971).
Dans cette série d’articles, il accuse les dirigeants de nos démocraties de nous avoir jeté dans les bras d’un système financier vorace et dangereux pour la démocratie.

« La meilleure façon de comprendre la crise financière de l’Europe c’est d’observer les solutions proposées pour la résoudre. Elles dessinent un rêve de banquier, un paquet cadeau que peu d’électeurs pourraient approuver lors d’un référendum démocratique. » Michael Hudson reprend à son compte les concepts de l’économie classique pour développer une critique radicale de notre moment historique : toute rente, toute extraction de richesse permise au détriment du corps social par une position privilégiée, fut-elle assise comme hier sur la noblesse terrienne, ou comme aujourd’hui par le privilège monétaire des banques et une répartition distordue des revenus (générateurs de dette, d’abord privée, puis publique), est un coût social injustifiable, dont l’acceptation remet en cause les fondements même de la démocratie – tout comme l’ « efficacité » économique. Le sort réservé à cette rente adossée à des contrats de dette désormais sans rapport avec la réalité des revenus et de l’activité économique déterminera notre futur, avertit Hudson. Si les démocraties occidentales acceptent cette extraction prélevée par le secteur financier sur les Etats et les sociétés, cela équivaudrait à un reniement de leurs valeurs fondatrices, à l’acceptation de laisser sombrer dans la récession nos économies, nos sociétés, au seul bénéfice d’une minorité prédatrice.

Lire la suite

Algérie : la Turquie a la mémoire courte.

Les déclarations du Premier ministre turc, Monsieur Erdogan, à propos du « génocide » que la France aurait commis en Algérie, relèvent à la fois de l’hystérie verbale et de la plus grotesque manipulation historique. De plus, Monsieur Erdogan est bien mal placé pour parler de « génocide » en Algérie, région qui fut durant trois siècles une colonie ottomane sous le nom de Régence d’Alger (Wilayat el-Djezair en arabe et Gezayir-i Garp en turc), et dans laquelle les janissaires turcs s’illustrèrent par leurs méthodes particulièrement brutales et expéditives.

En 1520, Sidi Ahmed ou el Kadhi fut le premier résistant kabyle à la colonisation turque, réussissant même à s’emparer d’Alger et forçant le chef de bande Khar ad-Din Barberos à se replier à Djidjelli.
En 1609, les Kabyles vinrent battre les murs d’Alger puis, entre 1758 et 1770, ce fut toute la Kabylie qui se souleva. Au début du XIX° siècle, plusieurs autres insurrections se produisirent, notamment entre 1805 et 1813, puis en 1816 et enfin en 1823. Il en fut de même dans les Aurès où les Chaouias réussirent à interdire toute présence effective du pouvoir ottoman. Constantine fut un cas à part car les Ottomans y avaient de solides alliés avec la tribu des Zemoul, ce qui n’empêcha pas les autres tribus kabyles de se soulever régulièrement.
Lire la suite

Pour un démontage concerté de l’euro

Les temps changent. Le journal Le Monde n’a jamais pris la peine de donner la parole aux économistes critiques sur l’Euro. Nous pouvons même dire que ce journal a tout mis en oeuvre pour ostraciser les pensées contraires au dogme européiste. Rappelons ici que Maurice Allais, seul économiste français ayant reçut le prix Nobel d’économie, n’ a jamais eu les honneurs du journal de référence. Les raisons de cette excommunication nous les connaissons, Maurice Allais était libéral mais opposé au libre échangisme imposé par Maastricht, il fut un adversaire de l’immigration, un ardent partisan du protectionnisme, un critique lucide de la monnaie unique… et un allié du Front National. Il fallut attendre sa mort en octobre 2010, à l’age de 99 ans, pour qu’enfin les média hypocrites lui rendent hommage. De toute évidence: ils le préfèrent mort que vivant.

Aujourd’hui, alors qu’il a passé son temps à ridiculiser et attaquer Marine le pen et Nicolas Dupont-Aignan, le Monde donne la parole aux économistes euro-septique qui, par leurs analyses donnent raison aux candidats précitées

Pour un démontage concerté de l’euro

La véritable cause de la crise de l’euro, c’est la montée inexorable de la dette extérieure dans la moitié des pays de la zone. La nécessité de faire appel à des capitaux étrangers indique que la question cruciale est que leurs ressources propres n’ont pas été utilisées suffisamment pour développer les capacités productives des pays concernés et les rendre compétitives. Si l’on retranche les créances que possède chacun des pays, une dette extérieure nette touche les deux tiers des membres de la zone euro.

Les plus affectés sont les pays les moins compétitifs, comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne ainsi que l’Irlande. Un deuxième groupe de pays comprend l’Italie, où la dette extérieure nette est de 27 %, et la France, dont les 30 % sont dus pour l’essentiel à une accumulation de sorties de capitaux d’investissements directs à l’étranger ; pour la Finlande et l’Autriche, la dette nette demeure minime, représentant moins de 8 % de leur PIB. Non seulement les autres pays de la zone euro ne sont pas concernés, mais ce sont au contraire des créances extérieures nettes qui apparaissent pour les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et surtout pour l’Allemagne.

Dans ces conditions, l’obstination des gouvernants à foncer, à marche forcée, dans l’impasse de l’euro ne peut conduire qu’à une aggravation générale de la situation économique en Europe. Bien que nos concurrents américain et chinois aient intérêt à la survie de la monnaie unique européenne, celle-ci est condamnée, tôt ou tard, à une explosion incontrôlable. C’est pourquoi, afin d’éviter ce désastre, les signataires de ce texte proposent qu’une concertation européenne soit engagée en vue d’aboutir au démontage nécessaire de l’euro. Celui-ci pourra se faire selon les six modalités suivantes.
Lire la suite

Espagne: un ancien de Lehman Brothers devient ministre de l’économie.

Le Putsch des banques sur les États européens continue. Nous avons assisté il y a quelques semaines au débarquement du gouvernement grec et son remplacement par le gang de la banque Goldman Sachs composé de Mario Draghi ( nouveau président de la Banque centrale européenne ), Mario Monti ( résident du conseil italien ) et Lucas Papadémos ( nouveau premier ministre grec )
Aujourd’hui, c’est Luis de Guindos, ancien président de la banque Lehman Brothers pour l’Espagne et le Portugal qui devient ministre de l’économie en Espagne.
C’est comme si on demandait au pédophile marc Dutroux de diriger une colonie de vacance.

À lire ou relire:

- L’oligarchie impose ses hommes à la tête de États Européens.

Au Canada, des références chrétiennes en voie de disparition

Sous prétexte de ne pas heurter les sensibilités culturelles et religieuses différentes, des responsables politiques et des médias font pression depuis dix ans pour gommer les références chrétiennes entourant Noël, comme le sapin ou l’échange de vœux.

Après les chants, la crèche et le sapin, ce sont désormais les décorations et les vœux de Noël qui sont menacés de disparition dans les rues du Canada. Sous prétexte d’éviter de froisser d’autres sensibilités religieuses, élus et journalistes suppriment ce qui peut connoter chrétiennement cette fête.

L’épisode qui a fait le plus de bruit est la publication, révélée début décembre par le quotidien québécois La Presse , d’une directive de Service Canada, le programme canadien de prestations sociales, interdisant d’afficher des décorations de Noël dans les espaces publics. Devant l’ampleur de la grogne, le ministère fédéral des ressources humaines a annulé cette décision.

Au Canada, des références chrétiennes en voie de disparition

Sous prétexte de ne pas heurter les sensibilités culturelles et religieuses différentes, des responsables politiques et des médias font pression depuis dix ans pour gommer les références chrétiennes entourant Noël, comme le sapin ou l’échange de vœux.

Après les chants, la crèche et le sapin, ce sont désormais les décorations et les vœux de Noël qui sont menacés de disparition dans les rues du Canada. Sous prétexte d’éviter de froisser d’autres sensibilités religieuses, élus et journalistes suppriment ce qui peut connoter chrétiennement cette fête.
Lire la suite

Deux chaînes islamistes se lancent en Espagne pour Noël

Une chaîne saoudienne, une autre iranienne, vont commencer à émettre en espagnol depuis la région de Madrid. La presse espagnole couvre largement l’évènement. Avec inquiétude.

Le satellite Hispasat va émettre de la propagande islamiste. Cela commence aujourd’hui pour la chaîne iranienne Hispan TV , qui va diffuser des série iraniennes traduites en espagnol, des films et bien sûr des prédications islamiques.

Autre chaîne qui a obtenu un droit d’émission sur le même satellite, « Cordoba Television », qui ouvre ses bureau dans une ville proche de Madrid à San Sebastian de los Reyes, avec une cinquantaine d’employés, en majorité des espagnols convertis, et des professionels de grandes chaînes nationales comme Telecinco et Antena 3.Cordoba Television, référence explicite au califat que les islamistes rêvent de restaurer, est détenue par La Fondation Pour le Message de l’islam, propriété de Abdulaziz al Fawzan un cheikh saoudien qui s’est récemment distingué par des propos appellant à avoir une « haine positive » à l’encontre des chrétiens. Ce furieux est membre du Comité de supervision de la charia en Arabie Saoudite,et professeur de charia à l’Université de l’Imán Mohamed Ibn Saud… (source: El Pais)