Vidéo de l’agression de Pulvar et Montebourg.

L’agression du couple socialo-bobo est un vulgaire fait divers. Mais comme nous sommes en France, il occupe la Une de tous vos journaux. Comme d’habitude c’est l’occasion pour le parti du violeur et des escrocs de monter une belle instrumentalisation politique.  Nous y reviendrons. En attendant, et en exclusivité, on vous a réservé la faveur d’un scoop: la vidéo de l’agression des deux nigauds du Marais.

Attention regardez bien derrière l’enfant qui mange sa glace.. l’agresseur est en train de téléphoner, c’est lui le nazi.

Le Front de Gauche de Mélenchon relaie l’appel d’un antisémite Grec, Mikis Theodorakis

Après avoir manifesté avec des représentants du Hezbollah et du Hamas dans le cadre d’un manifestation anti-israélienne, après que Clémentine Autain ait signé l’appel des Indigènes de la république, le petit père sans peuple du Front de Gauche soutient l’appel du compositeur antisémite Mikis Theodorakis dont le texte figure en bonne place sur le site du parti de Gauche.

Mikis Theodorakis est  un antisémite convaincu et assumé. Et il est impossible de l’ignorer. Car le coming out du célèbre compositeur a fait l’objet d’une vive polémique, comme nous l’apprend sa fiche Wikipédia. En effet, le 4 novembre 2003, lors d’une conférence de presse pour promouvoir l’un de ses livres, Míkis Theodorakis a accusé les Juifs d’être « à la racine du Mal ».

Le 3 février 2011, dans un entretien donné à la chaine de télévision grecque HIGH, Míkis Theodorakis a déclaré : « Oui, je suis antisémite et antisioniste. J’aime le peuple juif et j’ai vécu avec lui, mais les Américains juifs se cachent derrière tout, les attentats en Irak, les attaques économiques en Europe, en Amérique, en Asie, les Juifs américains sont derrière Bush, Clinton et derrière les banques. (…) les Juifs américains sont derrière la crise économique mondiale qui a aussi touché la Grèce

Dans un texte intitulé Antisémitisme et Sionisme publié sur son site, Míkis Theodorakis écrit qu’il considère ceux qui l’accusent d’antisémite comme de « répugnants vers de terre » avant de regretter « le rôle du lobby juif américain dans l’élaboration de la politique impérialiste des États-Unis ». « Mes adversaires se livrent à des actions qui me salissent en tant que personne et en tant que compositeur. Surtout en tant que compositeur puisque les Sionistes contrôlent 99 % de la vie musicale mondiale (…) le lobby juif américain, tant pour son rôle leader dans les crimes de la machine de guerre américaine en Irak que pour ses plans visant à éliminer les États-nations, avec le but ultime d’établir la prédominance mondiale des colosses de la Banque financière entièrement contrôlés par lui. »

La polémique conduira le Parlement autrichien à retirer la Trilogie de Mauthausen du programme de la Journée de Commémoration de l’Holocauste à Vienne du 5 mai 2011.

Míkis Theodorakis a également mis en doute la responsabilité d’Oussama Ben Laden dans les attentats du 11 septembre 2001, il estime ainsi que Ben Laden « a très bien pu travailler pour les services secrets américains » (lorsque les attaques ont eu lieu). « Je ne pense pas que ce sont ces nus-pieds d’Afghanistan [qui ont fait le 11-septembre]. C’est une blague. Même la technologie japonaise ne peut pas faire ça. Pas même la technologie allemande. (…) Le Mossad a la technologie. Mais même, ils ne sont pas une superpuissance. Les Américains contrôlent tout ».

Mélenchon qui reprochait à Jean Marie Le Pen de citer Brasillach devrait tourner 7 fois sa langue dans sa bouche édentée. On aimerait aussi que nos média si friands de vérité demandent des explications à Mélenchon, comme ils se seraient empressés de le faire si cet appel avait figuré sur le site de Marine Le Pen.  Rappelons aussi à nos baltringues de l’information que le plus grand représentant du négationnisme dans le monde est un communiste français: Roger Garaudy.

Alors oseront-ils poser la question suivante: Mélenchon est-il Antisémite ou pas ?

Voir aussi cet article de la presse Israélienne.

Livre: Circus Politicus dévoile la fuite en avant anti-démocratique européenne(Vidéo)

On vous le dit sur ce blog: la politique française n’est qu’un théâtre d’ombre. Hollande et sarkozy sont des pantins. Leurs promesses ne les engagent à rien, aucune ne pourra être tenue. Car l’essentiel du pouvoir se trouve aujourd’hui à Bruxelles.
C’est cette situation que dénoncent Christophe Deloire et Christophe Dubois dans leur livre « Circus Politicus « .
S’appuyant sur des documents secrets et des archives inédites, les auteurs dévoilent les coulisses à la fois édifiantes et surprenantes de notre Circus politicus, sur fond de crises gouvernementales et de chaos européen.
Une enquête percutante qui démontre que les décideurs européens sont en train de construire une « démocratie éloignée des contraintes électorales »… en gros un pouvoir technocratique et autoritaire.
On découvre entre autre que Sarkozy est d’une servilité confondante et que Dominique Strauss-Kahn militait pour une autorité budgétaire indépendante.

L’interview commence à partir de 2mn30 et elle est à voir absolument !

Mesure-t-on véritablement les conséquences du putsch qui a été commis, à notre insu, contre la démocratie?

Reynald Seycher, historien de la Vendée, déprogrammé sans explication par France Culture

Alors que la France cherche à donner des leçons au monde entier, et empile les lois mémorielles liberticides, Reynald Secher, historien spécialiste de l’histoire Vendéenne, vient d’être censuré par France Culture. Ce n’est pas une première pour cet historien qui fut largement ostracisé et persécuté par la bureaucratie Marxiste de l’université française. Son tord: avoir trouvé suffisamment d’éléments pour prouver que la République s’est rendue coupable d’un génocide en Vendée.

Celui-ci se serait manifesté, à ses yeux :

. par le vote, à la Convention nationale, de trois lois spécifiques à la « Vendée » : celle du 1er août 1793 prescrivant l’extermination des hommes, la déportation des femmes et des enfants, et la destruction du territoire ; celle du 1er octobre prescrivant l’extermination de tous les « brigands », qu’il identifie à la population vendéenne ; celle du 7 novembre rebaptisant la Vendée du nom de « Vengé » ;
. par la mise en œuvre de ce supposé plan d’anéantissement et d’extermination par les colonnes infernales du général Turreau.

Les hypothèses et les découvertes de Reynald Seycher ont toujours gêné le milieu universitaire et politique français. Elles donnent une mauvaises image de la république et remet en cause la vision marxiste et romantique de la révolution française. Reynald Seycher démontre surtout que la révolution française fut la matrice des génocides qui suivront ailleurs en Europe et dans le monde.
Autant dire que les syndicats de l’enseignement n’ont pas supporté.

On ne peut que regretter qu’une meute de gauchistes puisse continuer à faire la pluie et le beau temps en matière de liberté d’expression.Nous n’avons pas besoin dans une démocratie de ces procureurs de la bienpensance.
Rappelons aussi que le film  » Le Mur » mettant en cause la psychanalyse vient lui aussi d’être censuré. Sa réalisatrice est poursuivie en justice par des psychanalystes. Une situation qui a fini par inquiété l’association reporter sans frontière ainsi que la Scam (Société civile des auteurs multimedia)

Cette hystérie inquisitoriale devrait tous nous faire réfléchir sur la régression des libertés dans notre pays.
Dans la première vidéo Reynald Seycher explique pourquoi il a été exclu de l’université pour ses recherches.
Dans les suivantes il raconte le génocide.


Quart d'heure de célébrité de Reynald SECHER par enquete-debat

Lire la suite

J. Cahuzac apprend que F. Hollande entend imposer les plus riches à 75% (vidéo)

Le candidat amateur du PS devrait au moins mettre au courant ses conseillés quand il décide de faire une annonce de démago.
Alors que sur TF1 François Hollande propose benoitement d’imposer les plus riches de 75%, Jérôme Cahuzac chargé du pôle budget, finances et fiscalité au sein de son équipe de campagne; découvre cette proposition 1h00 plus tard sur France 2. Et il en est tout abasourdi.


Cahuzac apprend que Hollande entend imposer les… par LeNouvelObservateur

Petite note au passage:

Cette proposition ne vise en rien à changer le système. D’autant que sur cette nouvelle tranche d’imposition qui taxera à 75 % tous les revenus au-dessus d’un million d’euros par an, il faut ajouter plus 15,5% sur les revenus du patrimoine, la CSG et la CRDS, ça fait «90%», sans tenir compte de l’ISF. La conséquence: Hollande n’aura pas le temps d’ouvrir la porte de l’Élysée que les plus hauts revenus seront déjà parti avec femmes et bagages. Il n’y aura plus un seul investisseur en France et la proposition ne passera même pas le barrage du Conseil constitutionnel. C’est donc une idée de baltringue, et François Hollande en est conscient.
Son objectif est de reprendre la main sur Sarkozy, et de donner des gages à sa gauche pour faire oublier ses déclarations au Guardian. Alors il en fait des caisses. Seulement, le petit père sans peuple Méchantcon veut lui taxer à 100 % les riches à partir de 360 000 euros de revenu par an (30 000 euros/mois)… autant dire que François Hollande est encore un peu loin du compte…

Si on veut s’attaquer aux montants les plus indignes en matière de salaire, il faudrait en revenir au fordisme comme l’a souligné Bruno Lemaire, conseiller Economie de la campagne de Marine Le Pen.
En effet, le grand entrepreneur Henri Ford déclarait, il y a près de 100 ans, qu’aucun chef d’entreprise ne devrait gagner plus de 30 fois ce que gagnait le plus humble de ses collaborateurs. Pourquoi ne pas faire entrer au niveau des contrats collectifs une mesure de cet ordre, disons un écart maximum de 40 entre la rémunération du plus haut « gradé » et celle du moins bien payé de ses collaborateurs. Si le patron veut gagner 85.000 euros, il faudra que le moindre de ses collaborateurs gagne au moins 2.000 euros. Voilà une véritable mesure, à la fois sociale et de grande portée économique, ni démagogique ni incohérente.

De quoi l’Europe souffre-t-elle ? par le prix Nobel Paul Krugman

Voilà un article du Prix Nobel d’économie de 2008 Paul Krugman pour la RTBF info que vous ne lirez peut-être jamais dans la presse française. C’est donc une tribune à lire avec la plus grande attention, car hormis Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Jacques Rosa, Jacques Sapir, gerard Lafay ou feu Maurice Allais, personne en France n’ose tenir ce discours. On aimerait d’ailleurs que François Lenglet le petit télégraphiste de l’UMP/PS si sourcilleux sur les mesures techniques du programme de ses invités dans le cadre de l’émission « Des paroles et des actes » prenne deux minutes pour lire un prix Nobel… peut-être qu’il gagnerait en courage et que sa duplicité ne serait plus qu’un mauvais souvenir.

( Attention: Quand Paul Krugman parle de républicain, ce sont ceux que l’on désigne comme étant des libéraux en France)

la création de l’euro a engendré un faux sentiment de sécurité parmi les investisseurs privés, libérant de gigantesques mouvements de capitaux non durables dans les pays émergents de l’Europe. En conséquence de ces mouvements, les coûts et les prix ont augmenté, l’industrie est devenue non compétitive et les pays qui avaient un commerce à peu près équilibré en 1999 se sont alors mis à accumuler d’importants déficits commerciaux. Puis la musique s’est arrêtée.

Si les pays en développement avaient encore leur propre monnaie, ils pourraient et ils utiliseraient la dévaluation pour retrouver rapidement la compétitivité.

Lisbonne, Portugal – Ici, tout va très mal puisque le taux de chômage dépasse les 13 %. C’est encore pire en Grèce, en Irlande et d’une certaine façon en Espagne et l’Europe toute entière semble glisser vers une nouvelle récession.

Pourquoi l’Europe est-elle devenue le malade de l’économie mondiale ? Tout le monde connaît la réponse. Malheureusement, la majeure partie de ce que les gens savent n’est pas la vérité - notre discours économique est plein d’histoires fausses quant aux maux dont souffre l’Europe.

Si on lit un éditorial à propos de l’Europe – ou, comme trop souvent, un article censément factuel – on y rencontrera très certainement l’un des deux récits que je me représente comme le récit républicain et le récit allemand. Aucune de ces deux histoires ne colle à la réalité.

Le récit républicain – et c’est l’un des thèmes centraux de la campagne de Mitt Romney – veut que l’Europe ait des problèmes car elle en a trop fait pour aider les pauvres et les moins chanceux, et que nous assistons aux derniers souffles de l’état Providence. D’ailleurs, cette histoire est une histoire révérée par les républicains depuis très longtemps : en 1991, lorsque la Suède souffrait d’une crise bancaire causée par les dérèglements (ça vous rappelle quelque chose ?), le Cato Institute a publié un rapport triomphant démontrant que c’était l’échec du modèle de l’état Providence.

Ai-je mentionné le fait que la Suède, qui possède toujours un état Providence très généreux, est aujourd’hui un pays ultra performant, avec une croissance économique plus rapide qu’aucun autre pays développé ?

D’ailleurs, faisons cela de manière systématique. Regardons les 15 pays européens qui utilisent l’euro (laissons Malte et Chypre de côté) et classons-les selon le pourcentage de leur PIB qu’ils ont dépensé pour des programmes sociaux avant la crise. Est-ce que les pays GIPEI (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, Italie) se démarquent par leur état Providence particulièrement clément ? Pas du tout ; seule l’Italie était dans les cinq premiers et même à ce niveau-là, son état Providence était plus faible que celui de l’Allemagne. Des états Providence excessivement généreux ne sont donc pas la cause des problèmes.
Lire la suite

Les capitaux grecs fuient la Grèce

Standard and Poor’s a une nouvelle fois dégradé la Grèce ( SD: défaut sélectif). Les Grecs vont planquer leur capital à l’étranger (60 milliards d’euros ont été retirés des comptes bancaires depuis le début de la crise des dettes souveraines). Les banques, pour stopper cette hémorragie, font preuve d’une étonnante générosité. Elle proposent pour retenir leur client de rémunérer leurs dépôts à des taux parfaitement délirants, allant jusqu’à 7 %.

On le répète cette situation aurait pu être régler il y a déjà deux ans. Mais par idéologie, la troïka ainsi que Sarko, Merkel et tous les européïstes ont choisi le pire des scénario pour sauver l’euro: sacrifier le peuple grec.

Standard&Poor’s met en avant qu’on pourrait revenir à une monnaie locale en Grèce.

Pasolini: Télévision, fascisme et société de consommation (vidéo)

Entre le Frioul, où il naît, et Ostie, où il meurt, Pier Paolo Pasolini aura passé sa vie à taper du pied dans tous les centres idéologiques. Poète, cinéaste, romancier, dramaturge et essayiste, Pasolini vocifère. Brûle. Hurle. Amplifie. Irrite. Viole. Il faut le comprendre, c’est pas sa faute, à lui qui collectionne les scandales ; c’est pas sa faute s’il est quasi seul, en Italie, à se battre contre une violence neuve, et encore souterraine dans les années 70, la violence du « vrai fascisme ». La violence du conformisme. La violence de l’homogénéisation sociale, et de sa conséquence, l’acculturation.

Lire et re-lire les écrits corsaires de Pasolini…

Marine Le Pen et les journalistes.

Dans les média, l’anti-sarkozysme semble céder sa place à l’anti-marinisme. Le rouleau compresseur est en marche, et généralement, rien ne l’arrête. C’est ainsi que nous avons eu droit à l’occasion de l’émission « Des paroles et des actes » à une réplique des procès de Moscou. Ce fut la démonstration que cette émission n’a pour seul objectif que de flatter l’égo du journaliste qui y participe et de lui donner, sans trop de risque, le rôle du vaillant résistant opposé à la bête immonde.

Certains diront qu’une bonne dose d’agressivité de la part d’un journaliste, ça ne peut pas faire de mal. Oui, mais à condition que cette agressivité soit aussi destinée à l’ensemble des autres candidats. Or, il faudrait être aveugle pour ne pas voir que le traitement médiatique est aujourd’hui totalement déséquilibré. Et notamment au détriment de Marine Le Pen.

Car enfin, de deux choses l’une : soit on considère que le FN, notamment de par les idées qu’il véhicule, constitue un danger pour la démocratie et doit donc être interdit ; soit on estime qu’il s’agit d’un parti politique comme les autres et on en tire toutes les conséquences.
Dans ce dernier cas, les journalistes devraient mettre un point d’honneur déontologique à se montrer d’une parfaite neutralité.

C’est semble-t-il ce comportement qu’ont choisi d’adopter François Bachy de LCI et Roland Sicard de France 2. Leurs interviews offrent l’avantage pour le citoyen de se faire une idée sur le programme d’un candidat, à la différence de ces faux débats et de ces joutes de bateleurs qui imposent aux téléspectateurs un spectacle toujours néfaste à la démocratie.

François Bachy sur LCI dans l’émission « Les mots politiques »

Lien: Marine Le Pen - Les mots politiques

Marine Le Pen invitée des « 4 vérités » sur France 2

Paris : Il tente de brûler vive sa fille de 23 ans car trop émancipée

La jeune femme a été aspergée d’essence samedi soir à Paris (XIe) par son père avant qu’il ne tente d’allumer un briquet. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme trouvait sa fille trop émancipée.

Une jeune femme de 23 ans a échappé, de justesse, à une agression d’une rare violence samedi soir à Paris. La victime a été aspergée de gaz lacrymogène puis d’essence par son père, qui a ensuite tenté d’allumer un briquet pour la brûler vive. Il a été mis en fuite par des témoins. L’homme, prénommé Ali et âgé de 49 ans, a finalement été interpellé à son domicile du XIe arrondissement à Paris hier matin, vers 11h30, avant d’être placé en garde à vue dans les locaux du 2e district de police judiciaire (DPJ).
Selon les premières investigations qui restent à confirmer, l’agresseur, présenté comme « un musulman fondamentaliste », aurait agi parce que sa fille se serait montrée « trop émancipée » à son goût. (…)

Selon les premières investigations, Ali aurait abandonné son enfant alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. Il avait renoué récemment contact avec elle. « Depuis leurs retrouvailles, cet homme, de nationalité tunisienne, a emmené sa fille dans son pays pour tenter de la marier sous la contrainte, indique un proche de l’affaire. Elle était parvenue à se sortir de cette situation en lui promettant de se comporter comme il le voudrait. » Le père, déjà connu des services de police notamment pour des faits de violences sur mineurs, était toujours entendu hier soir par les enquêteurs.

Suite et source : Le Parisien