Polémique autour d’un concours de rap organisé dans un lycée de Carcassonne

L’éducation entre les mains de la gauche donne de fameux résultats. Les élèves de France sont tellement performants qu’on peut même se permettre d’organiser des concours de rap dans l’enceinte d’un lycée. C’est en tout cas ce qu’ont dû se dire les profs bienpensants de Carcassonne – sans doute des électeurs de Mélenchon – pour permettre à l’un de leurs élèves d’en appeler à l’action terroriste contre la France.

ET une enquête a été ouverte par la brigade de sûreté urbaine du commissariat de police de Carcassonne, sur une vidéo mise en ligne dernièrement sur le site Internet « You Tube. »

La vidéo présente un adolescent de 17 ans, élève au lycée Jules-Fil, en train de chanter du rap, micro en main, dans le cadre d’un concours « slam, rap et hip-hip » organisé dans son établissement, en partenariat avec l’association « 11 Bouge », et la direction du Chapeau Rouge (salle de concert de Carcassonne).

Sur le support vidéo, tourné le 2 mars, le jeune chanteur annonce clairement la couleur :

« Je sors le Uzzi » (pistolet-mitrailleur israélien), « J’ai baisé l’État », « Nique la police, nique les flics », « Je sors les balles à ailettes », « La guerre à la França », « J’assume mes conneries, mon pays c’est l’Algérie. »

Selon le procureur de la République de Carcassonne, Antoine Leroy, « l’enquête est en passe d’être close, bien que le mis en cause, inconnu des services de la police et de la justice, n’a pas encore été entendu. » [...]
Lire la suite

A la demande des autorités françaises, le Qatar reporte son aide financière aux banlieues après les élections

Annoncé en décembre, le lancement par le Qatar du fonds d’investissement de 50 millions d’euros au profit des banlieues a été gelé jusqu’en juin, après les échéances électorales françaises.

«Le Qatar était pressé de lancer son fonds, mais les autorités françaises lui ont demandé d’attendre après les élections présidentielle et législatives», nous a déclaré une source proche du dossier.

Le lancement du fonds n’est pas remis en cause, ajoute Kamel Hamza, l’un des élus de banlieue partie prenante au projet, mais «il est plutôt bon d’attendre, la période électorale risquait d’attiser le feu» des critiques.

Ce fonds est destiné à financer des projets économiques portés par des habitants des banlieues. En novembre, dix élus issus de l’immigration – cinq hommes et cinq femmes – s’étaient rendus à Doha où ils avaient été reçus par l’émir Cheikh Hamad al-Thani. Mais peu après l’annonce de la création de ce fonds, Marine Le Pen, la présidente du Front national, avait accusé le Qatar «d’investir massivement» et sur une base communautaire dans les banlieues françaises. Ces investissements «sont à raison de la proportion très importante de musulmans qui sont dans les banlieues françaises, avait déclaré Marine Le Pen. C’est donc critiquable parce qu’on laisse un pays étranger choisir ses investissements en fonction de la religion de telle ou telle partie de la population ou du territoire français».

[...]

Le Figaro

Sarkozy et les « musulmans d’apparence », la famille d’Abel Chennouf indignée

Le président candidat Nicolas Sarkozy a qualifié de « musulmans en tout cas d’apparence » deux des trois soldats tués par le jeune jihadiste Mohamed Merah à Toulouse et Montauban (sud-ouest).
Dénonçant des propos contre l’islam tenus par Marine Le Pen à propos des assassinats commis par Mohamed Merah, Nicolas Sarkozy a affirmé sur France Info :

« Les amalgames n’ont aucun sens, je rappelle que deux de nos soldats étaient… comment dire… musulmans, en tout cas d’apparence, puisque l’un était catholique, mais d’apparence ». (…)

Cette formulation a provoqué l’indignation de la famille d’Abel Chennouf et de celle de sa compagne Caroline, a indiqué Me Gilbert Collard. « La famille de la victime trouve outranciers les propos du président de la République, chefs des armées, qui a osé confondre apparence et religion », a précisé Me Collard lisant une déclaration des proches du soldat.

« Ce sont des militaires français qui ont été assassinés, aucun d’eux, au moment de sa mort, n’exhibait la croix ou le Coran », affirme la famille par la voix de son avocat. « La famille d’Abel souhaite, dans le respect de toutes les religions, que l’on respecte la sienne », conclut la famille, en ajoutant que « dans le service des armées, il n’existe que des frères d’armes ».

Le Figaro

Réaction du père d’Abel Chennouf, d’origine Kabyle et catholique… et totalement oublié de nos média bien-pensant


"Apparence musulmane", le père d’un militaire… par BFMTV

L’affaire Bettencourt se rapproche de Nicolas Sarkozy (vidéo)

A quelques semaines seulement du terme de son mandat, Nicolas Sarkozy est, pour la première fois, directement visé par un juge d’instruction. Le juge Jean-Michel Gentil, qui instruit au tribunal de grande instance de Bordeaux les principaux volets de l’affaire Bettencourt, semble bien déterminé à enquêter sur le président de la République – protégé par l’immunité pénale que lui confère la Constitution durant son mandat.

Le juge soupçonne désormais ouvertement le président d’avoir fait financer illégalement sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. De nombreux documents judiciaires, dont Le Monde a eu connaissance, en attestent.

(…)

UN SYSTÈME DE SORTIE DE FONDS EN ESPÈCES ORGANISÉ PAR PATRICE DE MAISTRE

Le juge paraît accorder d’autant plus de crédit à ces témoignages et aux écrits de M. Banier – plus qu’à ses déclarations – qu’ils sont confortés par les découvertes effectuées en Suisse, dévoilées par Le Journal du Dimanche du 25 mars.

Le magistrat, en s’intéressant à un compte suisse de Mme Bettencourt, a mis au jour un système de sortie de fonds en espèces organisé par Patrice de Maistre, l’ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, dont une partie pourrait avoir alimenté les caisses du candidat Sarkozy il y a cinq ans.
Via un mécanisme de compensation passant par des établissements financiers français et suisses, M. de Maistre – mis en examen pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux et placé en détention provisoire le 23 mars – aurait récupéré en toute discrétion un total de 4 millions d’euros entre 2007 et 2009.

Sept retraits auraient été effectués par un intermédiaire mandaté par M. de Maistre. Les fonds étaient remis au gestionnaire de fortune dans les locaux parisiens de la société Clymène, entité chargée de valoriser les actifs de Mme Bettencourt. Lire la suite

Marine Le Pen « Les 4 vérités » présentée par Roland Sicard sur France 2

Sur l’affaire Mohamed Merah:

« Dites-moi quel petit voyou de banlieue du type de Mohamed Merah a le numéro de téléphone direct du policier de la DCRI comme le révèle monsieur Squarcini dans Le Monde » [...] Monsieur Squarcini, quelques jours avant, a révélé une déclaration de Merah disant : ‘J’allais te téléphoner pour te dire que j’avais des tuyaux à te donner c’était pour te tuer’. Qui tutoie un officier de la DCRI ? Qui a le numéro de téléphone direct d’un officier de la DCRI ? Tout cela, ce sont des questions auxquelles le gouvernement va devoir apporter des réponses claires ! »

Sur l’affaire Bettencourt:

Je finis par me poser la question de savoir si Ségolène Royale n’avait raison, et si cette énergie déployée (par Sarkozy) ne vise pas, comme jacques Chirac en son temps, à se préserver des poursuites de la justice pendant les 5 années qui viennent.

Seine-Saint-Denis : « Des gamins comme Merah, il y en a d’autres » + ( les amis de Mélenchon en Vidéo)

Un gardien d’immeuble et une professeur d’histoire-géo, tous deux d’origine maghrébine et de confession musulmane, confient leurs inquiétudes sur une situation qu’ils jugent « alarmante » dans les banlieues.

M. a 35 ans. Il a grandi en Île-de-France, et a choisi de devenir gardien d’immeuble. « Mais avec mon profil de maghrébin, on ne m’a proposé du boulot que dans le 93, en Seine-Saint-Denis » raconte-t-il. Aujourd’hui, il s’occupe du gardiennage de plusieurs immeubles dans une cité de Sevran. Il raconte un milieu au bord de l’implosion.

« Depuis vendredi dernier, dans la cité, il y a des tags qui rendent hommage à Merah. On lit « Gloire à Mohamed », « Gloire au martyr »… Si ça continue, ça va exploser. Des gamins capables de perdre la tête comme Merah, il y en a d’autres par ici. »

« Merah est « glorifié » parce qu’il a mis la France à genoux. » Cependant, comme le relatait hier Le Parisien, « plusieurs incidents graves », en lien avec l’affaire Mohamed Merah « ont été recensés par la police un peu partout en France depuis sa mort ». L’AFP signale elle qu’une inscription appelant à « venger » Merah a été découverte ce lundi dans une maison d’arrêt en Isère.

« Quand la police pense avoir une longueur d’avance, les jeunes sont déjà loin. On nous parle dans les médias d’Afghanistan et de Pakistan. Cela fait un moment que les jeunes ne vont plus là-bas. » L’homme va même plus loin. Il affirme que « désormais, ça se passe en Tunisie, et dans le sud de l’Algérie ». « Je vois des gamins disparaître de la cité pendant quelques mois. Quand ils reviennent, ils sont ultra-musclés, très déterminés, avec un comportement complètement différent : finis les nanas, le rap, l’alcool ou le shit. Ils se font laver le cerveau par des fondamentalistes qui nous font honte à nous, les musulmans. »

M. parle de parents « dépassés par leurs gamins qui ramènent des centaines d’euros à la maison grâce au trafic », de policiers pas assez présents, et d’un système auto-géré par les caïds et les dealers.

« Quand je fais venir un réparateur pour un ascenseur en panne, il a souvent le droit à une fouille au corps par un dealer, histoire de vérifier qu’il n’aurait pas un micro sur lui… »

(…)

France Soir

Les amis de Mélenchon et ses indigènes de la République chantent leur amour pour la France. Une inspiration artistique pour les Mohamed Merah de demain:

Oran, le 5 juillet 1962: un massacre oublié.

Le 5 juillet 1962 l’Algérie se réveille libre et indépendante. À Oran c’est l’horreur qui va s’abattre sur la ville. La foule qui vient du quartier arabe et qui se dirige sur celui des européens, va enlever, égorger, tuer au revolver et à la mitraillette toutes les personnes qui croisent son chemin.

Au bout de quelques heures, les cadavres jonchent les trottoirs, on en trouve pendus aux crochets des bouchers, dans des poubelles. Un massacre perpétré sous le nez et à la barbe de l’armée française qui, tenue informée de la tournure désastreuse que prenaient les événements, n’interviendra jamais.

Guillaume Zeller est le petit-fils d’un général connu. Il anime une chronique hebdomadaire sur Dieu Merci !, le programme religieux de Direct 8, et vient de publier Oran 5 juillet 1962, un massacre oublié.

À écouter aussi:
Pieds Noirs : la douleur de l’été 62.

On va pouvoir spéculer sur la dette française… planquez-tout ! (vidéo)

Non seulement le Qatar, avec la complicité de Sarkozy, rachète la France, mais dans quelques semaines il sera possible de spéculer sur la dette Française. Nos amis anglais se frottent déjà les mains…

Nous allons vivre des lendemains d’élections radieux !

On dit merci qui ???? Merci Sarko, Merci Hollande !

Marc Fiorentino – BFM Business, le 23/03/2012.

Pierre Laurent (PCF-Front de Gauche): on peut « peut-être comprendre » la détresse du père de Merah

Les communistes ont pour habitude de toujours se ranger du côté des assassins, la preuve: Interrogé sur RTL au sujet de l’intention manifestée par Mohamed Benalel Merah (le père de Mohamed Merah), de déposer une plainte contre la France pour avoir tué son fils, le communiste Pierre Laurent a répondu sans détours :

« Ecoutez, dans une affaire comme celle-là, la détresse du père, on peut peut-être la comprendre aussi ». « Mais évidemment, c’est une affaire qui le regarde, je veux dire, a-t-il poursuivit. Bon, moi je n’ai pas de commentaire particulier à faire sur la détresse du père de ce jeune homme ».

Du point de vue de ce principal soutien à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle,

« il faut comprendre comment un jeune homme comme ça, de la banlieue toulousaine, peut s’engager dans une telle dérive criminelle, après avoir croisé dans son parcours, plusieurs fois, la police et la justice ».

Source

N’oublions pas que Mélenchon avait regretté que Charles Martel ait « arrêté les arabes à Poitiers »dans l’émission Réplique d’Alain Finkelkraut sur France Culture le samedi 7 mai

Goldnadel : Pourquoi peine-t-on à voir les véritables racines de ce terrorisme islamiste à la française ?

 

Pourquoi ce dépit exprimé par certains que le tueur de Toulouse n’ait pas été un néo-nazi et pourquoi est-il si difficile de rappeler publiquement que la seule communauté à avoir été visée en tant que telle par Mohamed Merah est la communauté juive ?

Après, c’est comme avant, rien ne change. L’islamisme est la maladie infantile de l’islam, le gauchisme celle du socialisme. Les deux sont très copains et ont des parents permissifs.

Inutile de revenir sur la tentative avortée, en raison de la célérité policière, d’avoir lancé une nouvelle fois le leurre néonazi, je l’ai évoqué – y compris dans ces colonnes – on ne tire pas sur une ambulance remplie d’aveugles malentendants.

On se contentera d’évoquer ce journaliste dépité d’apprendre l’identité de l’assassin, «twitter» à un confrère helvétique tout aussi progressiste que lui un : «putain, je suis dégouté, le type est un islamiste, j’aurais tellement préféré que ce soit un facho».

On compatira à sa peine à l’aune de sa réelle compassion à l’égard des victimes. (…)

(…) Le Figaro de ce lundi, rapporte que : « Diverses réactions de soutien au meurtrier inquiètent la police ». Entre autres témoignages, une enseignante d’Argenteuil relate :

« Au moment de la minute de silence, à 11 heures, deux élèves de ma classe ont refusé d’y participer, en jetant : je ne vais pas me lever pour des Juifs ! »

Le professeur a toutefois fait obtempérer les deux élèves, mais manifeste son inquiétude : « Il faut savoir que régulièrement les débats autour du conflit israélo-palestinien empoisonnent les cours, tous les cours. »

« Beaucoup d’enseignants n’ont pas imposé cette minute de recueillement, souvent par crainte des comportements des élèves, témoigne un autre professeur.

Tandis que nous nous taisions, nous entendions le brouhaha des classes voisines. »
Lire la suite

Mohamed Merah aurait-il pu être un indic pour la DCRI ? (RMC)

Dans les GG de RMC, l’ancien directeur de la DST Yves Bonnet émet l’hypothèse que le terroriste musulman était peut-être en relation avec la DCRI. Il serait alors un « agent double ».

Cette information serait évoquée dans un journal italien, Il Foglio. Le journaliste italien prétend que Mohamed Merah voyageait à l’étranger avec une « couverture des services », probablement de la DGSE.

Traduction de l’article italien:

Ce jeune français d’origine algérienne qui a revendiqué la responsabilité de l’assassinat de sept personnes à Toulouse et Montauban et qui se disait affilié à al-Qaida aurait été couvert par des « services ». Selon des sources du renseignement français sur lesquelles s’appuient les journalistes italiens, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait obtenu pour lui – comme informateur – une entrée en Israël en septembre 2010, via la Jordanie. Mohammed Merah aurait séjourné en tant que « touriste », sur une durée de trois jours avant de retourner en Jordanie, puis de s’envoler pour l’Afghanistan. Sa présence en Israël, couvert par les services secrets français, était sans doute destinée à démarquer un réseau jihadiste acheminant des combattants d’Europe occidentale vers l’Afghanistan et le Pakistan. Lire la suite

Mise en détention de Patrice de Maistre: le financement de la campagne de sarkozy en 2007 en cause ?

Patrice de Maistre, gérant de la fortune de Liliane Bettencourt et « gros donateur » de l’UMP, vient d’être mis en détention provisoire. Les juges d’instruction auraient déterminé que, juste avant le premier tour de 2007, les arrivées d’argent liquide en provenance des comptes suisses de la famille Bettencourt, coïncidaient avec les rendez-vous entre Patrice de Maistre et Éric Woerth, alors revêtu de la double casquette de trésorier de l’UMP et de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Les soupçons sur la régularité du financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy existaient déjà. Ils sont considérablement renforcés

Le nouvel Observateur.

(…) Dans son communiqué, le parquet visait aussi laconiquement des « charges nouvelles », s’ajoutant à sa mise en examen pour abus de faiblesse du 15 décembre. (…)

(…) Les versements de 2007 semblent en outre pouvoir être liés au financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy.

Le premier, selon l’ordonnance, a lieu le 5 février, « deux jours avant (un) rendez-vous dans un bar entre Patrice de Maistre et Eric Woerth », le trésorier de l’UMP (puis ministre) à qui M. de Maistre avait indiqué vouloir remettre de l’argent, selon les déclarations constantes de l’ancienne comptable des Bettencourt, Claire Thibout.

Le deuxième retour d’argent de Suisse a lieu entre les deux tours, le 26 avril 2007, alors que François-Marie Banier, proche de l’héritière de l’Oréal, fait état, dans son journal, d’une conversation de Liliane Bettencourt qui lui confie : « De Maistre m’a dit que Sarkozy avait encore demandé de l’argent. J’ai dit oui ».

En outre, le juge relève que « des témoins attestent d’une visite du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, au domicile de Bettencourt pendant la campagne électorale de 2007″. (…)

 

 

Islamisme radical : la région toulousaine compte environ 1200 sympathisants pour 200 militants actifs + vidéo

Alors qu’ à Nice on vient d’arrêter une trentaine de jeunes  recrutés par un braqueur devenu prédicateur d’un islam radical en partance pour l’Afghanistan, le journal Le Monde nous apprend que la région Toulousaine compte 1200 sympathisants islamistes radicaux pour 200 militants actifs soit l’équivalent d’un régiment et de deux grosses compagnies de militaires. Et c’est seulement pour la ville de Toulouse. Car comme le soulignait Pierre Cassen :  si, comme le prétendent nos belles âmes, seulement 2% de musulmans sur les 1O millions qui vivent en France sont des intégristes ,  cela fait tout de même 200 000 cinglés ( voir la vidéo qui suit).

Article du journal Le Monde

C’est le 22 novembre 2011, alors qu’il se remet d’une hépatite A contractée au Pakistan, que Mohamed Merah répond à la convocation des policiers du renseignement intérieur à Toulouse. Ils sont deux à l’interroger : un fonctionnaire rattaché à la direction régionale et un spécialiste de la mouvance islamiste de la direction centrale descendu de Paris.

Dans le compte-rendu qu’ils font de cet entretien, les policiers expliquent qu’ils ont le sentiment d’avoir en face d’eux un jeune homme sournois, cynique, potentiellement dangereux. Il est « bizarre » mais il affiche un profil de jeune délinquant « de cité », plus que celui d’un djihadiste. Il évoque ses « larcins » pour justifier son train de vie. Les deux fonctionnaires ont la sensation d’avoir affaire à un individu un peu perturbé.

Plus de 1200 heures de surveillance opérationnelle ont été exécutées.

Contrairement à son frère Abdelkader, il ne fréquente pas les milieux islamistes qui, selon le renseignement intérieur, comptent dans la région toulousaine environ 1200 sympathisants pour 200 militants actifs.