Le rapport choc sur l’islam radical en prison : 60% de Musulmans en Prison

Alors qu’environ 60 % de la population carcérale en France, c’est-à-dire 40.000 détenus, peuvent être considérés comme de culture ou de religion musulmane, la radicalisation islamiste est aujourd’hui susceptible de concerner plusieurs centaines de détenus. » C’est le constat établi par le député UMP de l’Yonne, Guillaume Larrivé, dans un rapport «pour un plan d’action anti-radicalisation islamiste en prison» dont Le Figaro publie les meilleurs extraits. (…)

Source

229298Prison

L’escroquerie intellectuelle du multi-culturalisme

Zunera Ishaq est une musulmane pakistanaise arrivée au Canada suite au parrainage de son mari. Arrivée ici, au moment de faire son serment de citoyenneté, elle a refusé de retirer son niqab alors qu’une directive gouvernementale exige qu’on fasse ce serment à visage découvert.

Elle poursuit désormais le gouvernement canadien qui l’empêcherait d’exercer pleinement sa liberté de religion.

Son avocat accuse notamment le ministre Jason Kenney d’avoir imposé ses convictions personnelles à l’ensemble de la population, et de violer les droits constitutionnels de la plaignante. On notera que c’est en prenant la pose de la victime persécutée qu’elle entend s’inscrire dans son nouveau pays.

C’est le multiculturalisme à son meilleur. On en connait désormais parfaitement la règle fondatrice. C’est l’inversion du devoir d’intégration. Ce n’est pas à l’immigrant de s’intégrer au pays qui l’accueille mais c’est à ce dernier à se transformer pour accommoder la «diversité».

Et si le pays d’accueil ne se couche pas, on l’accusera de discrimination et de ne pas s’ouvrir à l’autre, dont l’apport sera nécessairement bénéfique, dont la contribution sera inévitablement positive… (…)

Plus largement, dès qu’une communauté culturelle peinera à s’intégrer, on accusera la société d’accueil de la marginaliser, mais jamais on n’invitera cette communauté à l’autocritique.

Nous sommes devant une machine à culpabiliser la société occidentale, pour la désarmer idéologiquement et politiquement, et la neutraliser psychologiquement en la convainquant que chaque fois qu’elle affirme, elle opprime.

On nous dira qu’il ne faut pas réduire la femme en question à son niqab, qui n’est d’ailleurs que l’expression de ses convictions les plus intimes, qu’il ne faudrait pour rien au monde brusquer, tant le droit canadien s’est défini selon le principe du respect des «croyances sincères».

On répondra qu’il s’agit d’une escroquerie intellectuelle grossière. Celle qui porte le niqab, et on pourrait appliquer ce commentaire à d’autres symboles Lire la suite

Limiter l’immigration pour ménager l’environnement?

Les Suisses se prononceront le 30 novembre sur l’initiative Ecopop qui vise à limiter à 0,2% la croissance de la population, soit à 17’000 personnes par an. Tous les partis y sont opposés, mais l’objet pourrait créer la surprise.

Que veut l’initiative ?

Le texte «Halte à la surpopulation – oui à la préservation durable des ressources naturelles» d’Ecopop (pour «ECOlogie et POPulation», association fondée en 1986) s’articule autour de deux volets. D’abord il veut plafonner à 0,2% (soit 2x plus que la situation en Allemagne et en France et plus que l’UE dans son ensemble) la croissance annuelle de la population due à l’immigration. Ce taux représente environ 16 à 17’000 étrangers par année contre plus de 80’000 aujourd’hui. Deuxième point : l’initiative demande parallèlement que 10% de l’aide au développement soit affectés au contrôle des naissances dans les pays pauvres. Ce qui représente quelque 150 millions par an.

Quels sont les arguments des initiants?

Ecopop veut contribuer à une qualité de vie durable en Suisse. Or pour les initiants, l’augmentation de la population a un impact négatif sur l’environnement et la Suisse fonce dans le mur si elle ne stoppe pas sa croissance. Ils brandissent le spectre d’un pays à 12 millions d’habitants (contre 8 aujourd’hui). Avec des conséquences catastrophiques sur le trafic, le logement, les besoins en énergie, etc. Ils rappellent que chaque seconde, le terrain bâti gagne 1 m2. Et que 100’000 personnes supplémentaires par an (soit le nombre d’habitants en plus en Suisse en 2013) représentent la taille d’une ville comme Winterthour. Pour eux, la Suisse vit donc au-dessus de ses moyens et, comme elle consomme 4 à 5 fois ce qu’elle peut produire, il faut inverser à tout prix cette tendance. En outre, les autres partis – dont les Verts – se concentrent sur les économies et l’efficacité énergétique mais oublient l’empreinte écologique causée par la hausse de la population.

Quelle est la réalité des chiffres de l’immigration?

En 2013, la Suisse comptait 8,14 millions d’habitants, selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique publiés fin septembre. Un chiffre en hausse de 1,3%, ce qui fait de notre pays un des pays les plus dynamiques en matière de démographie sur le plan européen. Le nombre des personnes ayant rejoint la Suisse l’an dernier s’est élevé à 193’300 (+10,5% par rapport à 2012), dont 167’200 étrangers (10,8%). Dans l’autre sens, quelque 106’200 personnes ont quitté le territoire (+2%). Le solde migratoire est donc positif pour les étrangers (+89’500 personnes). A noter que depuis le début du 20e siècle, l’effectif de la population a plus que doublé: nous n’étions en effet que 3,3 millions en 1900.

(…)

Allier écologie et immigration, c’est nouveau? Lire la suite

Canada : le Parlement bouclé après des coups de feu

Plusieurs personnes sont soupçonnées d’avoir ouvert le feu autour, puis à l’intérieur du Parlement canadien à Ottawa, mercredi 22 octobre. Selon des témoins, plusieurs dizaines de tirs ont résonné dans l’enceinte du bâtiment, qui a été bouclé par la police, tout comme l’ensemble du centre-ville.

Un des auteurs des coups de feu tirés dans l’enceinte du Parlement s’est probablement retranché sur le toit du bâtiment, a indiqué un officier de police sur place. Un autre aurait été abattu par la police à l’intérieur du bâtiment, avance le site de la télévision publique CBC.  Au moins deux personnes seraient blessées à l’intérieur du parlement, dont un agent de sécurité. Une fusillade a aussi été rapportée au Chateau Laurier.

Dans un premier temps, un homme armé d’un fusil avait grièvement blessé un soldat qui se trouvait non loin du Parlement, avant d’y pénétrer. Des commandos de la police, lourdement armés, cherchaient frénétiquement le tireur ou les tireurs, des témoins ayant progressivement évoqué une seconde, voire une troisième personne.

Le journal Globe and Mail a diffusé cette vidéo montrant la progression des policiers et la fusillade qui s’en est suivi :

Le niveau d’alerte terroriste avait été augmenté, passant de bas à moyen, mardi. Il y a quelques jours, un homme se disant djihadiste avait renversé deux soldats canadiens, tuant l’un d’eux, à bord de son véhicule près de Montréal. La police de la province du Québec a confié que « la thèse terroriste [était] regardée par les enquêteurs ».

Une journaliste de Press TV tuée par les services secrets turcs pour avoir dévoilé les liens entre Ankara et Daesh

Serena Shim, journaliste américano-libanaise travaillant pour la chaîne iranienne anglophone Press TV, a été tuée dimanche dans un accident de route suspect à la frontière syro-turque.

Agée de 30 ans et mère de 2 enfants, la journaliste couvrait depuis la Turquie les combats dans la ville frontalière de Kobané, (Aïn el-Arab en arabe).

Après avoir achevé un reportage à Suruc (localité turque proche de la frontière syrienne qui accueille des milliers de réfugiés), un poids lourd a percuté sa voiture la tuant sur le coup. Le cameraman Judi July qui l’accompagnait a été blessé.

Press TV a diffusé un message télévisé de Serena Shim qui avait exprimé peu avant sa mort sa peur d’être arrêtée par les services de renseignements turcs qui l’avaient accusée d’être une espionne, vu qu’elle avait accusé -preuves à l’appui- les autorités turques d’entretenir des liens avec Daesh. Elle a fait état d’infiltration des takfiristes en Syrie via la frontière turque.

Elle avait également indiqué sur Press TV détenir des images de ces miliciens traversant la frontière, dissimulés dans des camions d’ONG et du Programme alimentaire mondiale (Pam) de l’Onu. Une affaire qui lui aurait couté la vie.

Dans un entretien avec Press TV, Rodney Martin, président de l’American Nationalist Lire la suite

Assurance-vie : Le conseil d’une ex-directrice de Goldman Sachs

Selon Natacha Valla, ancienne directrice exécutive chez Goldman Sachs de 2008 à 2013, l’argent placé sur les contrats d’assurance-vie est depuis longtemps évaporé et il faudra donc prendre les pertes, d’une manière ou d’une autre.

Émission C dans l’air (15 Oct. 2014)

Natacha Valla a été Directrice Exécutive chez Goldman Sachs de 2008 à 2013, après avoir été économiste à la BCE, puis à la Banque France. Elle a également été consultante pour le FMI et l’OCDE. Parallèlement elle a enseigné à HEC, l’IEP et l’université de Paris Dauphine. Elle a reçu le prix 2000 de la Society for Computational Economics.

Revoir: Crise de la dette, MON EPARGNE EN DANGER ! (vidéo)

Ville de Paris : un budget de 95 millions d’euros pour deux mille jeunes clandestins

Une quinzaine de jeunes clandestins africains soutenus par les syndicats lycéens seront pris en charge par la Ville de Paris.

La Mairie de Paris fait, elle, valoir ses efforts : 95 millions d’euros en 2014 (contre 35 millions d’euros en 2008) sont consacrés à la prise en charge de deux mille jeunes, dont sept cents sont majeurs et bénéficient d’un contrat « Jeune majeur », à condition qu’ils suivent avec sérieux leur scolarité.

Mardi 21 octobre, on savoure la victoire, et l’humeur est à la fête dans les locaux de ce Lire la suite

60 parlementaires seraient en délicatesse avec le fisc

L’hebdomadaire les appelle les «nouveaux Thévenoud», du nom de l’ex-secrétaire d’Etat débarqué sitôt nommé pour cause de problèmes fiscaux. Selon le «Canard enchaîné» à paraître ce mercredi, une soixantaine de députés et sénateurs seraient en délicatesse avec le fisc. Aucun nom ne circule pour l’instant.

«La liste définitive des fraudeurs devrait être connue d’ici à la fin de l’année», mais «après les régulations en cours, ils ne pourraient être qu’une grosse poignée», écrit l’hebdomadaire.

Toujours d’après le «Canard enchaîné», «la Direction générale des finances publiques procède actuellement à plusieurs recoupements, en s’appuyant sur les déclarations de patrimoine, désormais obligatoires, des 925 députés et sénateurs».

Les services fiscaux sont en train de contacter les parlementaires qui ne seraient pas en règle. «Nombre d’entre eux minimisent leur patrimoine, par négligence ou par calcul, mais sans dépasser les 5 ou 10 % de la valeur réelle. En revanche, ils sont quelques-uns à tenter sciemment de tromper l’administration», explique un responsable de Bercy au «Canard enchaîné».

Source

Les « nouveaux Thévenoud », comme se plait à les appeler l’hebdomadaire satirique, seraient actuellement contactés par les services fiscaux. Au terme d’une procédure contradictoire, ils seront invités à « se mettre en règle avec la loi ». De quoi rectifier le tire et faire sérieusement dégonfler la liste.

Source

Calais : des centaines de migrants ont pris d’assaut la zone portuaire

La tension s’est encore aggravée lundi et mardi avec une série de heurts avec la police et la mort d’une jeune Éthiopienne.

Calais semble au bord de l’explosion. La mèche allumée depuis des mois avec l’afflux exponentiel des clandestins dans la ville (1.500 selon les autorités préfectorales, 3.000 selon la police) semble aujourd’hui enflammer ce qui est devenu une véritable poudrière. Lundi et mardi, une série d’affrontements opposant les migrants entre eux et aux forces de l’ordre, et la mort d’une adolescente de 16 ans, ont encore fait monter la pression.

Lundi après-midi, vers 15 heures, la ville portuaire a vécu une énième intrusion massive de migrants qui ont pris d’assaut les camions pour tenter de rejoindre «l’eldorado anglais».

Trois cents à quatre cents clandestins se sont rués sur une file de poids-lourds s’étirant sur deux kilomètres, selon le même modus operandi qui, depuis l’été dernier, consiste à profiter des ralentissements de camions sur la rocade desservant la zone portuaire pour sauter à leur bord.

Dépassés par les événements, les 180 CRS, déjà dépêchés en renfort dans le Calaisis ces dernières semaines, ont dû appeler à l’aide les forces de la Police aux frontières, du commissariat de Calais mais aussi de Boulogne-sur-Mer, soit entre «60 et 70 hommes» supplémentaires, témoignait mardi un policier. L’utilisation de gaz lacrymogènes a été nécessaire pour disperser ces réfugiés venus d’Afrique de l’Est mais aussi de Syrie, d’Afghanistan ou encore d’Irak. Les forces de sécurité n’y avaient eu recours qu’une seule fois jusque-là, en septembre, lors d’une intrusion dans le port où les migrants avaient tenté d’arracher les hautes clôtures barbelées.
«Une bataille rangée de jets de pierre et coups de bâton»

Lundi après-midi, la grande majorité de migrants «a été repoussée» vers le camp «Tioxide», nouvelle «jungle» de plus de 500 personnes réinstallée, depuis les démantèlements successifs de mai et juillet derniers, sur un site industriel toujours en activité, près de la rocade. «Pas mal ont cependant réussi à rester dans les camions et certains sont passés outre-Manche malgré les contrôles, comme d’habitude», déplore un officier de police.

Mais plus tard dans la soirée, alors que la situation était revenue sous contrôle, la zone d’accès au port s’est de nouveau enflammée.
Vers 22 heures, un affrontement entre le camp des Érythréens et le camp des Éthiopiens à cause d’«un différend pour vol», explique une source policière, a donné lieu à «une bataille rangée de jets de pierre et coups de bâton», occasionnant «un chaos» digne «d’une scène de guérilla», raconte un témoin.

Bis repetita: gaz lacrymogènes, appel au renfort des CRS. La bagarre a fait une dizaine de victimes parmi les migrants, aucune parmi les policiers. Les blessés ont été conduits Lire la suite

Quand le socialiste Gérard Filoche ironise sur la mort du PDg de TOTAL, Christophe de Margerie

Rappel pour Gérard Filoche les morts du communisme n’existent pas parce que le communisme ça n’a jamais existé. CQFD
Gérard Filoche: Le communisme n’a jamais existé et n’a tué personne.

Florian Philippot sur France 2

Florian Philippot sur France 2 face à l’immondice du journalisme Anne-sophie Lapix.
A noter: le petit socialiste, collabo de la dictature technocratique européenne, est tellement obnubilé par les déficits qu’il en oublie que ce sont les socialistes qui étaient au pouvoir quand nous avions de la croissance et que nous pouvions sans faire trop de dégâts réduire la dette et les déficits.
Ces incompétents sont donc doublement coupables.


Florian Philippot – 20 octobre 2014 par hurraken75