A l’Elysée, deux conseillers se croisent : «Tu as vu, lance le premier au second, le discours a plu à Eric Zemmour, il a demandé sur CNews qui en était l’auteur !»

Le cynisme des mafieux sans foi ni loi.

Une image léchée, impeccable. Entre les hauts murs du Panthéon, Emmanuel Macron écoute le chœur de l’armée française chanter La Marseillaise. Le chef de l’Etat vient de présider une cérémonie de naturalisation, prétexte à vanter la République comme un « bloc », fustiger « séparatisme » et repentance. Devenir français, c’est « aimer nos paysages, notre histoire, notre culture », clame-t-il ce 4 septembre, sa voix résonnant comme dans une église. « Le sacre de Reims et la Fête de la Fédération. On ne choisit jamais une part de France, on choisit la France. » D’un bloc, toujours. Quatre jours plus tard, à l’Elysée, deux conseillers se croisent dans les couloirs du palais. « Tu as vu, lance le premier au second, le discours a plu à Eric Zemmour, il a demandé sur CNews qui en était l’auteur ! »

En coulisses, ce discours commémoratif – également salué par Jean-Pierre Chevènement ou l’ex-plume de Nicolas Sarkozy Camille Pascal – a été l’objet d’un jeu d’influences qui en dit long sur l’évolution du quinquennat depuis trois ans. Inspirée par le conseiller mémoire, Bruno Roger-Petit, et mise en musique par la plume du président, Jonathan Guémas, tous deux tenants d’une ligne dite « régalienne » à l’Elysée, cette harangue aux accents patriotes tranche singulièrement avec l’esprit de 2017, quand le candidat d’En marche !, qui affichait optimisme et modernité, reprochait à Manuel Valls sa rigidité. Mais, à deux ans de la présidentielle, il n’est plus temps de vanter la diversité ou de prôner une vision ouverte de la société. Plutôt d’opérer la mue « républicaine » du macronisme, en lançant une offensive sur la laïcité, le communautarisme ou la sécurité.

(…)  Enfin, le directeur du cabinet du chef de l’Etat, Patrick Strzoda, défend lui aussi une stratégie de reconquête des classes populaires à travers ces sujets. « Je m’en fous des bourgeois, ils voteront toujours pour nous ! », a-t-il un jour glissé à un visiteur.

www.lemonde.fr