A Poitiers, la deuxième mosquée reste d’actualité

Un article du journal bien nommé  » La Nouvelle République« 

Le président du conseil régional du culte musulman défend le projet d’une seconde mosquée. Concernant la première, il souhaite la transparence.

A l’image du reste de la société, la communauté musulmane n’est pas constituée d’un seul bloc. A Poitiers comme ailleurs, des tiraillements, parfois de réelles divergences se font jour entre différentes tendances de l’islam. Elles émergent notamment au sujet de la future grande mosquée, encore en chantier du côté de la rue de la Vincenderie, dont le permis de construire fut accordé en octobre 2003 à l’UOIF ( Union des organisations islamiques de France).

«  L’entretien coûtera cher  »

« Déjà en 1998, rappelle le poitevin Bouchaïb Kamali, aujourd’hui président du conseil régional du culte musulman, un groupe avait commencé à réfléchir sur un projet de mosquée à Poitiers. » Puis le projet de la Vincenderie est arrivé, piloté par le président de la communauté musulmane Boubaker El Hadj Amor, l’un des dirigeants de l’Union des organisations islamiques de France, réputée proche des Frères musulmans (1).
A plusieurs reprises, le financement de la mosquée a posé question. D’où vient l’argent ? Des émirats arabes unis ? Des Etats du Golfe ?

« Il n’y a pas de traçabilité et de transparence sur l’origine des fonds. Deux millions d’euros ont déjà été dépensés. Et puis c’est un grand monument dont l’entretien coûtera cher. Comment gérer l’après ? Je crois en fait que tous ces éléments n’encouragent pas la communauté musulmane locale à donner », déplore Bouchaïb Kamali, inquiet par ailleurs de la destination d’une certaine partie de la future mosquée.

« Un institut de formation ou une école d’imams ? J’émets toutes mes réserves sauf si l’encadrement est fait par l’Etat, de manière claire et transparente. La formation des imams doit se traiter au niveau national. La question ce n’est pas de finir la mosquée, c’est son entretien et son utilisation, une fois construite… »
Aujourd’hui, Bouchaïb Kamali affirme qu’il est en train de travailler « sur un projet poitevin de deuxième mosquée. Une mosquée de proximité qui intégrerait toutes les nationalités et communautés, des Turcs aux Algériens… »

 

(1) Boubaker El Hadj Amor s’exprimera à son tour dans l’une de nos toutes prochaines éditions.