Afrique du Sud : le système de santé au bord de l’asphyxie

[…]
Un quart de siècle après l’avènement de la démocratie, l’accès aux soins et leur qualité constituent une des préoccupations majeures des Sud-Africains, qui éliront leurs députés le 8 mai.

Baragwanath est le plus grand établissement public de santé du pays. Chaque jour, six à douze personnes atteintes de troubles mentaux se présentent aux urgences et devraient être hospitalisées.

Mais faute de lits, certaines doivent patienter jusqu’à trois jours, confie sous couvert d’anonymat un médecin du service.
[…]

Le fonctionnement des urgences n’est qu’une des nombreuses difficultés de l’hôpital Baragwanath.

Avec 3.200 lits pour une population de 1,5 million d’habitants, l’établissement souffre d’un manque criant de moyens.

Depuis l’an dernier, 62 postes de médecins et 320 d’infirmiers sont gelés faute de budget insuffisant. « Ils ont promis de construire cinq hôpitaux à Soweto pour alléger la charge de travail de Baragwanath mais il n’y en a jusque-là qu’un seul », se plaint le médecin.
[…]

« Nous sommes le seul pays au monde qui dépense 4,5% de son PIB pour la santé de 16% de la population et 4,2% pour les 84% restants », a récemment regretté le ministre sud-africain de la Santé, le Dr Aaron Motsoaledi, « si nous ne rééquilibrons pas ça, nous n’y arriverons jamais ».

Le gouvernement a donc proposé une refonte du système, qui prévoit la création en 2022 d’un système d’assurance santé publique obligatoire (NHI) proche du système français.
[…]

Science et Avenir