Agression d’un militant d’extrême gauche : Réaction de Marine Le Pen.(vidéo)

Florian Philippot invité de LCI Matin le 6 juin 2013

Selon une source policière, il était connu des services spécialisés comme appartenant à un groupe de militants d’extrême gauche qui recherchaient la confrontation avec des militants d’extrême droite, notamment la vingtaine de skins constituant le noyau dur des JNR (Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupuscule radical), avec qui ils « jouaient à cache-cache et se cherchent depuis quelque temps ». – TF1 News

 

addendum :

Après un échange d’insultes et de menaces, trois skins accompagnés d’une fille seraient allés alerter un agent de sécurité lui confiant que des jeunes se présentant comme « antifas » (antifascistes, ndlr) les attendaient pour régler leur compte. L’agent de sécurité serait alors sorti pour parlementer. Puis serait remonté dans le magasin avant de dire aux jeunes au crâne rasé que la voie était libre.

Le Point

Apathie n’est pas un journaliste… c’est un commissaire politique comme il en existait dans les jolies pays communistes cher à Mélenchon et ses ouailles. Selon les dernières informations, aucun agresseur du militant d’extrême gauche, ne portait de vêtement marqué FN. RTL va donc prendre un jolie procès pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles.


Marine Le Pen : « J’ai déjà vu ce type d’amalgame » par rtl-fr

Serge Ayoub, le leader des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), le groupe skin mis en cause par le Parti de gauche dans la bagarre qui a laissé un militant d’extrême gauche dans un état désespéré, a démenti aujourd’hui toute implication de son groupe.

« C’est absolument faux », a dit, lors d’un entretien téléphonique avec l’AFP, Serge Ayoub, alias « Batskin », qui a par ailleurs rejeté sur les militants d’extrême gauche la responsabilité de la bagarre survenue près de la gare Saint-Lazare à Paris.

Le Figaro

 

[…] Selon M. Ayoub, qui dit avoir « eu le temps de se renseigner » sur l’agression, « trois jeunes hommes et une fille, la compagne de l’un des jeunes », se sont rendus « normalement » mercredi dans une vente privée du quartier de la gare Saint-Lazare. Selon lui, ce sont « des jeunes qui ont le malheur d’avoir les cheveux trop courts et une marque de blouson qui déplait à d’autres ».

 

Jeudi matin, les trois amis de la victime n’avaient pas souhaité déposer plainte.
Le Monde

 

Sur le lieu de la vente privée, « ils ont été pris à partie par cinq militants d’extrême gauche qui leur ont promis de les massacrer à la sortie. Le service d’ordre de la vente privée en a été témoin. Il a proposé à ces trois jeunes plus la gamine d’attendre », affirme-t-il. « La sécurité est descendue pour demander aux jeunes d’extrême gauche de s’en aller. Au bout d’une demi-heure d’attente, la sécurité leur a proposé (aux autres jeunes, NDLR) de descendre en disant que cela s’était calmé », poursuit M. Ayoub. »Quand ils sont descendus dans la cour – la vente se situait dans les étages -, les jeunes d’extrême gauche les attendaient. La sécurité est sortie une deuxième fois pour les accompagner dehors ». […]

TF1 News

D'autres articles: