Alexis Tsipras :, le complice de Mélenchon, soutien l’ultralibéral Junker à la présidence de la commission européenne.

Tsipras : Juncker au nom de la démocratie

Et ce, alors que les prises de positions en faveur de l’ancien Premier ministre luxembourgeois se multiplient. Membre du PPE comme le Luxembourgeois, la chancelière Merkel lui a apporté son soutien, après quelques réserves. Elle a toutefois souligné la nécessité de prendre en compte le point de vue de Londres.

image-d-archive-d-une-precedente-rencontre-le-21-mai-2012-entre-jean-luc-melenchon-et-alexis-tsipras-leader-de-la-gauche-radicale-grecque-et-etoile-montante-de-la-gauche-radicale-europeenne-dont-il-va-etre-le-candidat-

Pus étonnant, l’ex-eurodéputé des Verts Daniel Cohn-Bendit soutient Jean-Claude Juncker. Le candidat à la présidence de la Commission de la gauche radicale, le Grec Alexis Tsipras, lui aussi, défend le conservateur au nom de la «démocratie», a-t-il déclaré dans «le Monde».

Cette année pour la première fois, les partis avaient pu choisir leur candidat, comme le prévoit le Traité de Lisbonne et choisir un président hors de ce cadre ne serait pas un bon signe en direction des Européens.

Les chefs d’État et de gouvernement européens doivent proposer un nom lors de leur prochain sommet les 26 et 27 juin à Bruxelles. Le Parlement européen se prononcera sur cette proposition lors d’une session plénière à Strasbourg à la mi-juillet.