Allemagne : 40 % des réfugiés Nord-Africains se sont livrés à des délits, 0,5% des Syriens…

(…) «Depuis 2011, les coupables de délits venus de pays d’Afrique du Nord, en particulier l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, représentent une part considérable des vols à la tire à Cologne. Ce groupe est enclin à la violence et utilise fréquemment des armes, comme des couteaux ou des gaz lacrymogènes», écrit la police dans son rapport d’enquête.

Le nombre de personnes issues de cette région qui se sont rendues coupables de délits «a augmenté fortement en 2014», est-il mentionné. En 2015, «1 947 Nord-Africains» ont fait l’objet d’enquête. Les auteurs vont même plus loin, en se livrant à une comparaison avec un autre groupe d’immigrants sous le feu des projecteurs.

«Une évaluation montre que seulement 0,5 % des migrants syriens se sont livrés à des délits» pendant l’année qui suit leur arrivée, «tandis que cette proportion atteint 40 % pour les (réfugiés) Nord-Africains», lit-on.

Le phénomène des «Nafris», comme la police de Cologne les nomme, est surveillé depuis plusieurs mois. Dans une note interne citée par

le journal Kölner Stadt-Anzeiger, ces jeunes hommes sont signalés comme «agressifs». Ils peuvent être enregistrés comme demandeurs d’asile ou résider de manière irrégulière sur le territoire. La police ne donne pas d’explication à cette surreprésentation de ces groupes dans les statistiques de la délinquance. Il pourrait s’agir de mafias.

(…) Le Figaro