Après des menaces de morts islamistes, le directeur de l’IUT de Saint-Denis agressé à Paris

Menacé de mort sur fond de climat délétère à l’IUT de Saint-Denis, son directeur a été agressé mercredi soir. Il sortait d’une réunion au Grand Orient de France.

7331379-menaces-de-mort-a-caractere-islamiste-a-l-iut-de-saint-denisSamuel Mayol, directeur de l’IUT de Saint-Denis a été agressé hier soir en plein Paris dans le IXème arrondissement, a révélé jeudi RTL. L’universitaire, qui a reçu depuis le 4 février dernier une quinzaine de lettres de menace de morts, a été agressé par deux hommes. Il a porté plainte auprès du commissariat du XXème arrondissement.

Au moment des faits, le directeur de l’IUT sortait d’une réunion au Grand Orient de France, l’une des obédiences maçonniques françaises. «les personnes qui l’ont agressé étaient donc au courant de cette réunion», s’émeut-on dans son entourage. Samuel Mayol a été attaqué alors qu’il était seul et sur le point de regagner sa voiture. «On t’aura», ont proféré les individus qui lui ont donné des coups de poing au visage. Étant donné la sensibilité de l’affaire, le dossier, actuellement entre les mains de la sécurité publique pourrait être transféré à la police judiciaire.

(…)

Le ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur a obtenu un dispositif de sécurité et de protection du directeur de l’IUT.

«J’appelle tous les musulmans à te punir. Tu dois payer, toi, tes proches, tes enfants.», disait l’une des dernières lettres expédiées chez lui. Deux plaintes ont été déposées, l’une émanant du directeur, l’autre de Jean-Loup Salzmann, président de Paris-XIII, à la tête par ailleurs de la Conférence des présidents d’université (CPU). Ce dernier travaille de concert avec le ministère de l’Enseignement supérieur et le rectorat de Créteil. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire pour «menaces de mort».

Ces menaces interviennent alors que règne une ambiance délétère à l’IUT de Saint – Denis, qui dépend de l’université Paris-XIII. En avril, Rachid Zouhhad, arrivé à la tête du département «techniques de commercialisation» en 2012, avait été destitué pour dysfonctionnements majeurs et soupçons d’emplois fictifs.

Le tout sur fond de communautarisme montant à l’université: vente de sandwich halal et découverte d’une salle de prière clandestine dans les locaux de l’IUT lors d’une alerte à la bombe.