Arte et France 2 au seul service des Palestiniens

C’est peut-être un habitant de Ramallah qui aura le mieux résumé (Le Figaro du 30 novembre) le sens le plus profond de la résolution votée par l’Assemblée générale de l’ONU et qui proclame la Palestine comme « État observateur non membre » : « Moi, quand les Israéliens ne sont pas contents de quelque chose, je me dis que ça doit être bon pour nous. »

Rien, absolument rien ne va changer dans les faits. Mais une fois de plus, le monde arabe et une partie du vaste monde vont se réjouir de cet isolement métaphysique de l’État juif.

C’est dans ce rite humiliant, obtenu automatiquement auprès d’un aréopage composé majoritairement de gouvernements autocratiques, que les Palestiniens puisent régulièrement une jubilation un brin morbide.

C’est dans ce contexte délétère que l’audiovisuel du service public français a définitivement adopté le récitatif palestinien.

C’est donc sans surprise que, lors du nouveau round qui vient d’opposer pendant une semaine une organisation officiellement brevetée comme terroriste par le monde libre et Israël, on a assisté à des reportages unilatéraux et larmoyants.

C’est ainsi, à titre d’exemple, que la chaîne Arte, au lendemain du cessez-le-feu, a uniquement montré des images de destruction à Gaza, tant et si bien que de nombreux téléspectateurs franco-allemands ignoreront qu’il existe également des destructions dans le sud d’Israël.

Plus récemment, et dans un autre registre, la chaîne franco-allemande a purement et simplement menti, le mardi 27 novembre, en prétendant que la veuve Arafat, en saisissant la justice d’un hypothétique empoisonnement de feu son époux, incriminait l’État juif alors que, bien au contraire, ce même jour, à l’antenne de Radio J, son avocat mettait en cause l’entourage palestinien du défunt.

Impossible de saisir le CSA, s’agissant d’une chaîne franco-allemande, inaccessible à toute sanction française.

Quant à France 2, égale à elle-même, toujours au lendemain du cessez-le-feu, elle présentait dans le cadre d’un reportage qui se voulait sociologique, sobrement intitulé « L’héritage de la haine », une famille palestinienne, toutes générations confondues, en expliquant que chaque génération avait connu son lot de deuils, ce qui ne pouvait qu’expliquer ce ressentiment par sédimentation.

A contrario, on ne pouvait que comprendre que les familles israéliennes qui n’avaient elles à pleurer aucun mort dans les guerres de 48, 56, 73, 82 ou durant les attentats terroristes, étaient interdites de toute rancœur…

En revanche, il est inutile d’espérer le moindre reportage concernant, par exemple, cette réaction de rancœur désespérée de l’écrivain pacifiste israélien AB Yehoshua, encensé en Occident, qui vient de recevoir une nouvelle fois un prix pour son dernier ouvrage, et qui a déclaré au quotidien Republica : « Le temps est venu pour Israël d’admettre que Gaza est un ennemi. Et d’agir en conséquence : cesser de fournir de l’électricité et de faire passer de la nourriture. Déclarer officiellement que nous sommes en état de guerre et agir en conséquence. »

Aucune chance également de voir la presse française, et notamment le service public de l’audiovisuel, raconter l’acte d’héroïsme de Yaël, cette femme israélienne de 39 ans, résidente du village Sde Avraham, qui a réussi à chasser un terroriste palestinien ayant fait irruption dans sa maison et et qui la menaçait avec un couteau et une barre de fer. Le public français ignorera qu’elle a lutté avec celui-ci dans la maison, seule, pour protéger ses quatre enfants et qu’elle a réussi à faire fuir son agresseur.

Voilà pourtant un récit héroïque qui aurait pu intéresser les Français.

Mais il y a bien longtemps que leur télévision a décidé, une bonne fois pour toutes, de ne faire pleurer Margot dans sa chaumière qu’en lui racontant des histoires à faire mourir debout, exclusivement, les enfants de Palestine.

Une réflexion sur « Arte et France 2 au seul service des Palestiniens »

  1. Arte est aussi une chaîne turque. Arte a les yeux de Chimène pour les Turcs.
    Je crois savoir qu’Arte à une antenne en Turquie qui veille à l’information. On ne doit dire que du bien des Turcs et de la Turquie.

Les commentaires sont fermés.