Archives de catégorie : Culture, idées, Média…

Décès de Claude Lanzmann, auteur de Shoah et mémoire du XXe siècle

L’écrivain et cinéaste est décédé à l’âge de 92 ans ce jeudi selon son éditeur Gallimard. Ami de Jean-Paul Sartre et compagnon de Simone de Beauvoir, il fut également directeur de la revue Les Temps modernes.


Quel défi immense de résumer en si peu de lignes l’existence de Claude Lanzmann. L’homme aux mille vies répétait de sa voix rauque et posée: «Je me suis fabriqué moi-même, je ne suis pas un héritier.» «La vie de Claude Lanzmann est intimement et intensément liée au XXe siècle», Continuer la lecture de Décès de Claude Lanzmann, auteur de Shoah et mémoire du XXe siècle

Les concerts britanniques de Morrissey annulés car il a apporté son soutien à Tommy Robinson

L’ancien leader de Smiths a récemment fait des commentaires de soutien au leader emprisonné de l’EDL Tommy Robinson.

Les dates de tournée au Royaume-Uni et en Europe de Morrissey le mois prochain ont été reportées en raison de « problèmes logistiques ».

Sa direction a fait l’annonce vendredi soir, affirmant que les problèmes sont « hors de notre contrôle ».

L’ancien chanteur des Smiths, 59 ans, devait jouer deux concerts à Castlefield Bowl dans sa ville natale de Manchester les 7 et 8 juillet.

D’autres spectacles avaient été programmés à Reading, Portsmouth et Edimbourg en juillet.

(…) Sky.com

Douglas Murray : « Personne n’a donné aux ONG open-borders le droit de dicter l’avenir du continent ! »

Une évidence que nos bienpensants et les bavards qui déblatèrent sur les ondes radios n’évoquent jamais: les ONG n’ont pas le droit de se substituer à l’Etat donc à la souveraineté nationale. Evidemment personne ne veut regarder la question des migrants par ce prisme là. Tous préfèrent se parer des atours d’un humanisme mal digéré.


Pour le britannique, auteur du best-seller L’Etrange Suicide de l’Europe, l’affaire de l’Aquarius met en lumière les responsabilités des ONG pro-migrants, ainsi que des autorités européennes, dans l’enlisement de la crise migratoire.(…)

Douglas MURRAY.- Il est remarquable de voir se perpétuer cette même folie que je décris dans mon livre. Sur notre continent, personne ne semble vouloir apprendre quelque leçon que ce soit ou penser autrement que dans les termes les plus courts. Quelqu’un pense-t-il vraiment qu’une fois que l’Espagne aura accueilli les quelque 600 personnes de l’Aquarius, le problème sera résolu? Qu’il n’y aura personne pour observer ce qui se passe et décider d’en faire autant en suivant le même chemin que l’Aquarius? En réalité, quelle est notre politique? Que quelqu’un qui monte sur un bateau peut faire route vers l’Europe? Que quelqu’un qui arrive ainsi en Europe a le droit d’y rester? Manifestement, c’est là notre politique actuelle. Et elle est intenable.(…)

Ce phénomène n’est-il pas aussi partiellement causé par les ONG?

Bien sûr. Tous ces phénomènes sont largement favorisés par les ONG «open borders», organisations dirigées par des gens qui sont Continuer la lecture de Douglas Murray : « Personne n’a donné aux ONG open-borders le droit de dicter l’avenir du continent ! »

Une étude internationale montre que les centristes sont les citoyens les plus hostiles à la démocratie, pas les « extrémistes »

Il n’y a pas plus dictatorial que ceux qui se présentent comme des modérés…


Les signaux d’alerte sont au rouge : la démocratie est menacée. En Europe et en Amérique du Nord, les candidats sont davantage autoritaires, les systèmes de partis sont plus instables, et les citoyens sont plus hostiles envers les normes et les institutions de la démocratie libérale.

Ces tendances ont déclenché un débat important entre ceux qui pensent que le mécontentement politique trouve ses origines au niveau économique, culturel ou générationnel. Mais toutes ces explications partagent une croyance principale : la menace vient des bords extrêmes de l’échiquier politique. Continuer la lecture de Une étude internationale montre que les centristes sont les citoyens les plus hostiles à la démocratie, pas les « extrémistes »

L’écrivain américain Tom Wolfe est décédé à l’âge de 87 ans.

Tom Wolfe était un écrivain politiquement incorrect et un journaliste génial. « Acid test » et surtout « Le Bucher des vanités » sont à lire de toute urgence si vous ne les avez pas encore lu.

L’écrivain et journaliste américain Tom Wolfe est mort, lundi 14 mai, dans un hôpital de Manhattan, à New York, a confirmé son agent au New York Times (en anglais). Le quotidien new-yorkais parle d’une infection, tandis que le Wall Street Journal (en anglais) évoque une pneumonie. Il avait 88 ans, et non 87, a rectifié son agent via l’agence Associated Press (en anglais).

Tom Wolfe était l’un des inventeurs du « nouveau journalisme », un style qui fait appel à des techniques littéraires dans la rédaction de non-fiction. Cet auteur de plus d’une dizaine d’essais et de romans était aussi connu pour son look de dandy au chic démodé. Il avait publié Le Règne du langage (éd. Robert Laffont) en 2017.

Devenu célèbre dans les années 1980 Continuer la lecture de L’écrivain américain Tom Wolfe est décédé à l’âge de 87 ans.

L’officier Arnaud Beltrame était–un bon militaire et un exemple ? Ni l’un ni l’autre.

Retour sur une affaire lamentable. Dans une armée, l’essentiel n’est pas l’héroïsme romantique, mais l’efficacité au combat : détruire l ‘ennemi passe avant tout. Se livrer en otage à la place d’une caissière comme l’a fait le lieutenant-colonel Beltrame,  avant de se faire piteusement assassiner, c’est peut–être héroïque au sens mystique, mais ce n’est pas glorieux. Un militaire n’a pas à être un héros sacrificiel mais un professionnel de l’élimination de l’ennemi. Le but  du militaire, c’est de vaincre, pas de donner sa vie gratuitement. Le lieutenant–colonel Beltrame s’est en tout cas comporté d’une manière médiatiquement spectaculaire et mystiquement sacrificielle, mais militairement catastrophique. Les autorités et les médias ont stupidement applaudi, les larmes aux yeux, tandis que les djihadistes et leurs sympathisants de plus en plus nombreux ricanent et se frottent les mains.

L’officier de gendarmerie se sacrifie mais s’humilie

Le voyou et repris de justice musulman djihadiste Radouane Lakdim, se réclamant de Dae’ch, ouvre le feu sur des CRS, le 22 mars 2017, tue ensuite trois personnes, puis prend en otage la caissière d’un supermarché à Trèbes comme bouclier humain, un pistolet sur la tempe. Les gendarmes, emmenés par le lieutenant–colonel Beltrame n’osent pas intervenir ou tirer de peur de tuer ou faire tuer la caissière.

Alors que le bon sens tactique aurait demandé d’employer la ruse et de dissimuler des gendarmes, encerclant Lakdim, afin de lui tirer dans le dos ou en pleine tête pour l’abattre avant qu’il n’ait eu le temps de tuer son otage, on assiste à cette scène hallucinante, hérésie totale, improvisation amateuriste pour tout tacticien militaire ou policier : Beltrame essaie de négocier avec le tueur Continuer la lecture de L’officier Arnaud Beltrame était–un bon militaire et un exemple ? Ni l’un ni l’autre.

Les Pâques, fête du printemps

Pâques est en quelque sorte la fête de l’équinoxe de printemps. C’est le retour du soleil, le soleil fécondant sans lequel rien ne naîtrait. L’hiver meurt, les neiges fondent, les rivières sont en crue, la nature retrouve sa verdure, les plantes leurs boutons, les arbres leurs bourgeons, le soleil est redevenu suffisamment puissant pour réchauffer la terre et lui apporter la vie. Jonquilles, primevères, jacinthes fleurissent dans les jardins et les jachères.

A l’avènement du christianisme la fête de Pâques — qui est la célébration de la résurrection du Christ (rappelons que la fête de Pâques a longtemps été la plus importante de la tradition chrétienne et qu’elle marquait le début de l’année, et cela jusqu’en 1563) — remplaça la fête d’Ostara ou fête du printemps, qui est la fête du renouveau, de la fécondité et de la fertilité dont les origines sont très anciennes. Cette fête porte le nom d’une déesse lunaire, Ostara, qu’un héros solaire aurait délivrée de la captivité au moment de l’équinoxe de printemps. On retrouve là un mythe très présent dans les mythologies européennes et même dans les contes (qui ne sont qu’une retranscription de ces mythes) auxquels Dominique Venner faisait souvent référence (*voir en encart : texte inédit). C’est Ariane Continuer la lecture de Les Pâques, fête du printemps

Boualem Sansal: « Quand j’ai lu les propositions de l’institut Montaigne sur l’islam de France, j’ai compris que le plan était un programme d’arabisation et d’islamisation ”

L’intégralité du discours de Boualemn Sansal à l’occasion de la remise du prix Varenne.

Le philosophe Clément Rosset vient de nous quitter à l’âge de 78 ans.

Clément Rosset était un philosophe tragique. Comme le dit son ami Roland Jaccard c’était un authentique schopenhauerien, la joie en prime. Ses livres vous enseignent un réalisme radical et l’unicité du réel. Ils sont un remède contre les fièvres idéologiques, des illusions, o des arrière-mondes métaphysiques et religeiux. D’une écriture limpide, joyeuse mais cruelle la pensée de Clément Rosset s’accommode mal des systèmes et des concepts.
Le livre qui permet le mieux de comprendre sa philosophie est « le réel et son double ». Il y étudie la façon dont l’Homme s’invente des fictions pour « fuir » le réel et son tragique .

Ami de cioran, clément rosset s’est fait connaitre dans les années 70 avec le livre « Lettre sur les Chimpanzés-Plaidoyer pour une humanité totale » dans lequel il se moque avec justesse des intellectuels de gauche à la mode.
A cause de cet ouvrage il sera longtemps ignoré des médias. Il n’y a que sur ces 15 dernières années que le talent de clément rosset a commencé à être salué par la presse. Nous devons cette reconnaissance à ses amis que sont Rolland Jaccard, Frédéric Schiffter et Raphael Enthoven.

Parmi les livres indispensables de Clément Rosset: