Archives de catégorie : Culture, idées, Média…

Propagande : Pour LCP et France télévision le socialiste Déat et le communiste Doriot étaient d’extrème droite. (vidéo)

L’absence de nuance et de profondeur c’est ce qui caractérisent les documentaires de la télévisions française. On ne cherche pas à montrer la complexité du réel, non, on fait de la propagande, de la morale et du sentimentalisme….

Là encore pour préserver l’histoire officielle, et ne pas égratigner les susceptibilités de la gauche, on affirme que Déat et Doriot étaient d’extrême droite, sous-entendu, des salops. Sauf qu’ils étaient de gauche, et que l’extrême droite comme les croix de feu de François De la Roque (1) (interné par les allemands), elle est germanophobe. Divisée comme toutes les formations, l’extrême droite sera la première à entrer dans le résistance. (lire à ce propos l’excellent livre de Daniel Cordier, Alias carcalla)

(1) François de La Rocque se marie en 1912 avec Édith Marie-Louise Allotte de la Füye avec laquelle il a trois fils. Il est enterré à Saint-Clément avec ses trois fils : Jean-François (1916-1940), Jacques (1919-1948) – tous deux aviateurs morts pour la France – et, à leurs côtés depuis novembre 2001, Gilles, chasseur alpin, blessé au combat en juin 1940 (croix de guerre), prisonnier des Allemands à Dortmund. C’est lui qui est reçu en 1957 par le général de Gaulle pour lui demander la reconnaissance des titres de « déporté résistant » refusés de son vivant à leur père. Cette réparation officielle interviendra le 30 avril 1961, jour anniversaire de la Déportation, sur l’initiative du chef de l’État.

Gérard Filoche (PS) : « le communisme n’a jamais existé, il n’a tué personne »

« Mais non, le communisme c’est le bien… cette idéologie qui s’est appliquée dans divers pays n’a pas pu déboucher sur le mal. Si c’est le cas c’est que ce n’était pas du communisme. » Voilà en bref ce que signifie le tweet lancé il y a déjà quelques semaines par le socialiste Gérard Filoche, ancien membre du PCF, de la ligue communiste révolutionnaire, de la CGT et de l’UNEF.
Un négationnisme qui consiste à laisser supposer que l’idéal communiste a été dévoyé de son objectif initial. Ce sont les mêmes arguments que l’on retrouve dans l’islam comme dans toutes les religions ou idéologies.

filoche

Les paroles de Filoche sont choquantes pour toutes les personnes qui ont eu à souffrir de la barbarie communiste. Et pourtant avez vous entendu les belles âmes s’indigner ? Avez-vous entendu l’avocat de SOS racisme ? Avez-vous vu Manuel Valls faire la danse du ventre devant le Crif en promettant qu’il allait châtier ce négationniste ? Avez-vous entendu Ruth El Krief geindre sur BFM TV ? Où sont les UNE du Monde, de Libé, du Nouvel Obs ? Pourtant comme l’a dit Stéphane courtois, le communisme fut un génocide de classe et un génocide de race.
Il a été expérimenté dans une trentaine de pays divers et variés, et ça s’est toujours traduit par des dictatures épouvantables, des gens massacrés, des pays ruinés. Le rêve des communistes fut tout simplement un cauchemar. C’est ce rêve qu’ont soutenu les intellectuels et la majorité des politiciens qui composent la gauche en France

Mais pour eux, comme pour le socialiste Gérard Filoche, les morts, les goulags, les camps de concentrations… ça n’a jamais existé. Où alors c’était pas à cause du communisme… c’était la faute à pas de chance, ou à la droite ou même peut-être déjà à Marine Le Pen.

Quand Mélenchon nie les morts du communisme sans même que les journalistes ne le lui reprochent :

L’affaire nous fait rire tellement c’est grossier, tellement la gauche qui fait la morale, juge et exécute, trimballe derrière elle des charrettes remplies de cadavres, tellement son discours est si arrogant, si funestement dictatorial et sectaire… ça nous fait rire et pourtant, imaginons un instant que quelqu’un dise :

le national socialisme n’a jamais existé, il n’a tué personne.

Que se passerait-il ?.  Loi Gayssot, Procès, case prison.

Le zozo serait en garde-à-vue aussitôt son tweet diffusé. Taubira demanderait la levée de son immunité parlementaire et l’obtiendrait. Pressé par les média de s’excuser, le négationniste serait obligé de se flageller devant la porte de la LICRA pendant tout le restant de ses jours. Au parlement Jean marc Ayrault demanderait une minute de silence, le journal le Monde lui trouverait une cousine germaine amie de longue date avec jean-Marie Le Pen, Arte diffuserait le film Shoa, yves Calvi organiserait un débat au titre évocateur :  » Comment la lepenisation des esprits provoque des allergies aux falafels « .

Mais pour le communisme pas de problème. La sentence est le silence, l’oublie. On peut dire que les millions de morts du communisme n’ont jamais existé sans risquer de se faire attraper par la patrouille des maitres censeurs. Et peu importe que l’ami Staline ait fait plus de morts et ait été autant antisémite que tonton Adolphe. Ça ne compte pas on vous dit… Chez les communistes on n’aime pas jouer quand il faut compter les points.

Gérard Filoche est donc un négationniste, en feignant de l’ignorer nous insultons ces femmes, ces hommes et ces enfants que l’on a retrouvé mort dans les charniers du communisme…

Décidément c’est vraiment confortable d’être de gauche en France….

Stéphane Courtois: le livre noir du communisme, 15 après

Entretien avec Alain de Benoist La liberté de s’exprimer et de rire ne se partage pas !

Les médias s’excitent sur le phénomène Dieudonné, l’artiste qui a vendu le plus de billets en 2012. D’ailleurs, est-ce que monsieur M’Bala M’Bala vous fait rire ?

BenoistParfois, pas toujours. Je dois dire que ma conception de l’humour se situe quelque part entre Buster Keaton et Raymond Devos. Les comédies me font rarement rire, et je déteste Louis de Funès. Le style pamphlétaire me fatigue vite, lui aussi. Cela dit, Dieudonné a du talent. Il n’a pas de mal à surclasser les autres humoristes actuels, qui sont presque tous nuls. Facteur aggravant : il a du succès et ses partisans, qui sont en majorité « hors système », ne sont pas du genre à se laisser intimider.

Mais savoir ce que l’on pense de Dieudonné est tout à fait secondaire par rapport au projet de Manuel Valls de l’empêcher « dans le cadre de la loi » de s’exprimer. La seule vraie question qui est en cause est évidemment, comme d’habitude, celle de la liberté d’expression. Dans Le Nouvel Observateur, Laurent Joffrin, coutumier du genre, expliquait récemment que la liberté d’expression a des limites. La démocratie ne saurait accepter que s’expriment des opinions antidémocratiques. On pourrait dire aussi que sous le nazisme, toutes les opinions étaient admises à condition de ne pas être antinazies, sous les régimes communistes qu’elles étaient toutes autorisées à condition de ne pas être anticommunistes, etc. De ce point de vue, la démocratie selon Laurent Joffrin ne me paraît pas représenter un grand progrès. Je crois au contraire que la liberté d’expression n’a de sens que pour autant qu’elle est indivisible, et qu’en matière d’opinions, elle ne tolère par principe aucune dérogation. La liberté d’expression – faut-il le rappeler ? – n’a pas pour vocation de protéger les opinions convenables ou consensuelles, et moins encore celles qu’on partage ou qu’on approuve, mais au contraire celles qui nous choquent et que nous trouvons détestables. Voltaire se disait prêt à mourir pour permettre à ses adversaires de s’exprimer. C’est cette phrase qui a inspiré les fondateurs de Boulevard Voltaire (mais visiblement pas les aboyeurs de commentaires).

Les mêmes médias n’en finissent plus de célébrer le culte de Pierre Desproges et de Coluche, alors que la plupart de leurs sketches seraient aujourd’hui censurés, pour racisme notamment…

Il ne fait pas de doute que Dieudonné tient souvent des propos qu’on peut considérer Continuer la lecture de Entretien avec Alain de Benoist La liberté de s’exprimer et de rire ne se partage pas !

Grille politique contemporaine : tentative de synthèse des grands champs idéologiques.

Lu sur Fromage Plus

Gauche et Droite sont devenus caducs pour cerner l’identité politique des gens ou des courants de pensée. Il faut ajouter un deuxième axe de lecture pour ne pas mélanger tout et n’importe quoi. Cet axe, c’est celui de la composante libérale ou anti-libérale, comme l’a très bien compris quelqu’un comme Michéa. Et cet axe est beaucoup plus méconnu à gauche qu’à droite. Voilà pourquoi j’ai concocté le tableau ci-dessous.

Chez les gens de gauche, on met cathos intégristes et rapaces capitalistes dans le même panier, alors que d’énormes divergences les opposent. Par exemple – pour donner une illustration simple de l’utilité de ce tableau – le catho intégriste est partisan des frontières étanches, alors que le businessman souhaite la circulation des marchandises et des capitaux la plus libre possible à travers le monde. Le catho intégriste est attaché au patrimoine naturel jusqu’au conservatisme radical, quand le businessman ne voit aucun problème à bétonner des hectares de centres commerciaux au pieds des châteaux de la Loire. Deux vision de « la Droite » complètement différentes, séparées par l’axe idéologique de la pensée libérale.

Les choses, bien entendu, sont encore plus complexes que cela, et des champs idéologiques a priori opposés trouvent parfois des convergences que mon tableau ne rend pas évidentes. Par exemple : on trouve les plus grands partisans de l’agriculture biologique dans le champ haut-gauche et dans le champ bas-droite, mais pour des raisons complètement différentes.

Ce tableau va forcément trouver son lot de critiques et de réactions, mais c’est normal. Il est forcément incomplet, et parfois peut-être contradictoire.

Notamment, je vois déjà venir ceux qui critiquent le fait que communisme et nazisme soient dans le même panier, c’est-à-dire à gauche. De nos jours en effet, il est convenu de penser que si le communisme est d’extrême-gauche, le nazisme est d’extrême-droite. Pourtant, rien n’est de droite dans le nazisme : le nazisme est pour l’hygiénisme, l’eugénisme, l’euthanasie, pour l’annihilation de l’individu dans la masse politisée (images célèbres des rassemblements géants typiques des systèmes totalitaires), pour l’adhésion au Parti Unique, contre la valorisation de l’héritage, contre le christianisme, contre la monarchie, pour le renouveau à base de tabula rasa (la nouvelle race régénérée, une culture toute neuve avec un drapeau pondu hors de toute historicité réelle), contre la Continuer la lecture de Grille politique contemporaine : tentative de synthèse des grands champs idéologiques.

Les responsables de la rafle du Vél d’Hiv étaient philosémites et de gauche (simon Epstein vidéo)

Simon Epstein obtient un doctorat en sciences politiques à La Sorbonne. En 1974, il s’installe à Jérusalem (Israël), puis travaille comme économiste pour le ministère israélien des Finances. Depuis 1982, son champ de recherche est l’antisémitisme et le racisme. Professeur et chercheur à l’Université hébraïque de Jérusalem, Simon Epstein y est directeur du Centre international de recherche sur l’antisémitisme.

« ce sont des Français qui viennent de l’intérieur, du système, de la république, la fameuse république radicale socialiste, centre gauche, centre droit »

« il sera très facile de se dégager de cette responsabilité en mettant tout sur l’extrême droite »

Conférence de Simon Epstein dans son intégralité :
http://youtu.be/piuegEYCY20

Voir notre article : La Gauche, fut la mère de la collaboration (vidéo)


La gauche, fut la mère de la collaboration! par thechouan

Collectif budgétaire 2013 : Marion Maréchal Le Pen dénonce la hausse de la fiscalité et le soutien clientéliste au journal l’Humanité.

addendum : 19 décembre.(première diff 18 decembre)

Intervention lors de la lecture définitive du vote du projet de loi de finance 2014

——————————

Marion Maréchal Le Pen est pour l’instant la seule responsable politique à s’être indignée de la politique clientéliste du PS, et de l’amendement voté en faveur de l’effacement de la moitié de la dette du journal l’Humanité. (voir notre article : Scandale : la Ripouxblique socialiste efface la dette du journal l’Humanité avec l’argent des contribuables). Elle dénonce cette caste composée d’incapables qui depuis plus de trente ans se refilent entre eux les postes après avoir le plus souvent faillit à leur tache.

A chacun de ses passages à la tribune de l’assemblée nationale je me félicite de cette députée patriote. L’esprit de la démocratie serait bien plus vif si elle n’était pas aussi isolée. Bravo à elle. ( on remarquera l’empressement de la président de séance pour faire taire la députée… 5mn pour les patriotes mais pas une de plus…)

 

Les sources des blogueurs ne seront pas protégées. Parce que. C’est tout.

Texte d’Hashtable

Il y a quelques jours, les députés étaient amenés à s’exprimer sur la protection des sources d’information pour les blogueurs. Il leur était proposé d’étendre la protection qui s’applique aux sources des journalistes à celles des blogueurs. Bien évidemment, les parlementaires ont refusé.

Chose intéressante : la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) avait étudié la question et rendu un avis assez clair au sujet de ces sources en estimant que la protection dont bénéficie les sources des journalistes méritait largement d’être étendue aux sources des blogueurs et même, en toute bonne logique, aux sources de n’importe quel citoyen. Pour rappel, il s’agit ici de cette protection qui permet aux journalistes de ne pas dévoiler leurs sources et donc de leur permettre de conserver leur anonymat. Cette protection n’a évidemment jamais été un blanc-seing pour que n’importe qui puisse dire n’importe quoi : les informations révélées dans ce cadre doivent être vérifiée et les allégations portées doivent pouvoir être prouvées.

Autrement dit, même si les sources sont protégées, les informations sont toujours placées sous l’entière responsabilité du journaliste. Ce qui veut aussi dire que, par exemple, aussi secrètes soient les sources d’Edwy Plenel de Mediapart, il devra s’expliquer et prouver l’authenticité des documents qu’il a rassemblés dans le cadre de ses articles qui visaient à montrer que Sarkozy aurait eu des financements libyens pour sa campagne électorale.

La proposition de loi consistait donc ici à étendre la protection des sources journalistiques en englobant les blogueurs et, éventuellement, les citoyens en général, dans la démarche. Et on comprend que cette protection peut avoir un effet bénéfique sur la liberté d’expression : quelle liberté d’information peut-il exister lorsque ceux qui savent ne disent Continuer la lecture de Les sources des blogueurs ne seront pas protégées. Parce que. C’est tout.

Subventions : Le Monde et Le Figaro sont les journaux les plus aidés par l’État

Les deux titres reçoivent respectivement 18,6 et 18,2 millions d’euros, selon le tableau publié ce jeudi sur le site internet du ministère de la Culture. On a vu dernièrement que le gouvernement avait fait passer un amendement pour effacer la moitié de la dette du journal communiste l’Humanité.
Ces subventions qui sont contraires à l’indépendance de la presse augmentent d’année en année! ( voir le petit tableau:
https://twitter.com/Citadelle91/status/408607090396372992/photo/1)

Ces médias papier sont la propriété de grands groupes tels que Rotschild, Bolloré, Bergé. Par rapport au reste de l’Europe, le prix de vente moyen de la presse française est élevé. A titre de comparaison, « The Sun », le quotidien le plus populaire de Grande-Bretagne, coûte 40 pence (50 centimes), le « Daily Mail » 55 pence et « The Times » une livre.
L’État qui vient en aide à ces journaux en faillites obéit à la règle néo-libérale : privatisation des profits et socialisation des pertes.

Qui a dit que la presse est indépendante en France ?

subventionnez-nos-journaux-pourris

Les resultats du feminisme (vidéo de 1906)

Ce film muet français a été réalisée en 1906 par la première réalisatrice du cinéma français Alice Guy. Il pourfend la théorie du genre qui tend à remettre en cause la différence entre les sexes. L’auteur du film imagine qu’à l’age du féminisme, les hommes se comportent en femme et les femmes en hommes.
Une belle leçon pour tous nos modernistes en peau de lapin.

Défense de Léon Bloy contre la censure de la LICRA

Le Figaro

Publié il y a 121 ans, maintes fois réédité, « Le Salut par les Juifs » est aujourd’hui censuré par une décision de justice. Son arrière-petit-fils, Alexis Galpérine, réagit.À la suite d’une plainte de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), le juge des référés de Bobigny a ordonné, mercredi 13 novembre, la censure partielle du Salut par les Juifs de Léon Bloy. Une décision étonnante, lorsqu’on sait que ce livre a été régulièrement réédité depuis sa parution au Mercure de France en 1892. Il est disponible chez différents ­éditeurs. C’est sa présence au catalogue d’une maison d’édition (Kontre Kulture) occupée à remettre en circulation plusieurs textes antisémites, dont La France juive, d’Édouard Drumont, le livre qui a motivé la colère que laisse éclater Léon Bloy dans Le Salut par les Juifs, qui semble avoir troublé le discernement des avocats de la ­Licra et des juges de Bobigny. Léon Bloy, qui qualifie à plusieurs reprises l’antisémitisme de « crime » dans son Journal (collection « Bouquins », Laffont), ne peut aucunement être confondu avec Édouard Drumont. Nous avons reçu cette mise au point d’Alexis Galpérine, violoniste, professeur au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et arrière-petit-fils de Léon Bloy.

LEON BLOY

PAR ALEXIS GALPÉRINE: Devant le jugement rendu en référé par le tribunal de Bobigny, qui censure Le Salut par les Juifs, la famille de Léon Bloy se doit de réagir, non pas sur le ton d’une vertueuse indignation, mais pour rétablir certains faits incontes­tables et aisément vérifiables. Voir le nom de Bloy associé à celui d’Édouard Drumont et autres colporteurs de la propagande antisémite n’est pas seulement pé­nible, et même extrêmement douloureux, c’est à l’évidence un contresens énorme, et non innocent, qui ne peut manquer de faire bondir les connaisseurs de l’œuvre bloyenne.

Il ne peut être question ici, dans le cadre d’une tribune, d’entrer dans le détail de la pensée de Bloy, de portée essentiellement théologique, et qui appellerait d’amples développements. Cela a été fait cent fois par des personnalités venues d’horizons différents et dont l’autorité morale ne saurait être mise en doute. Continuer la lecture de Défense de Léon Bloy contre la censure de la LICRA

Djamel Debbouze incarne à merveille le remplaçant triomphant…

Dans une interview accordée à Atlantico il y a quelques jours, Alain Finkielkraut dit ceci : « Renaud Camus a raison d’avoir peur, mais je trouve effrayante l’expression de son effroi. Pour décrire un danger réel, il use lui-même d’un langage dangereux qui ne rend pas justice à la pluralité des situations : dans quel peuple doit-on ranger les immigrés qui s’intègrent ? » Qu’aimeriez-vous lui répondre ?

Que je suis désolé qu’on se serve de moi pour lui nuire. Que je lui suis très reconnaissant de sa loyauté parfaite à réaffirmer notre amitié en toute occasion, alors qu’elle lui fait du tort. Que je comprends très bien son insistance d’autre part à marquer les différences d’analyse entre nous.

7849223753249maisousontlesriches

Que pour ma part je ne crois pas “dangereuse” l’expression de “Grand Remplacement”, puisqu’elle est marquée du sceau de la vérité, et même de l’évidence. Qu’il suffit de descendre dans la rue, de prendre le métro, de parcourir le pays, de regarder la télévision, de voir un Djamel Debbouze, remplaçant triomphant, traiter comme un chien devant des millions de téléspectateurs un David Pujadas, remplaciste complaisant, à l’occasion d’un film, La Marche, qui ressuscite la grande tradition du cinéma colonialiste — douleur et abnégation des colonisateurs, leur détermination, leur héroïsme, leur triomphe final, que Debbouze incarne à merveille —, qu’il suffit de tous ces spectacles quotidiens pour se persuader de la pertinence, hélas, de l’expression.

Quand aux immigrés qui s’intègrent, il faut les ranger dans notre peuple, bien entendu. Je le répète depuis des lustres : la France peut parfaitement intégrer des individus, elle l’a toujours fait. Elle ne peut pas intégrer des peuples. Et le discours antiraciste est totalement irréaliste et trompeur quand il prétend déconnecter complètement l’origine et la citoyenneté, les appartenances diverses, ethniques, religieuses, civilisationnelles et l’appartenance nationale, les peuples, puisqu’il faut désormais le pluriel, et la nation. Les présupposés d’une telle Continuer la lecture de Djamel Debbouze incarne à merveille le remplaçant triomphant…