Archives de catégorie : Économie, Écologie…

« Un véhicule essence émet autant de particules fines que dix vilains diesel ! »

Alain Bonnafous est professeur émérite de l’Université de Lyon (IEP) et chercheur au Laboratoire Aménagement, Économie, Transports.

Ici où là on voit surgir la première question dérangeante qui nuance la condamnation du diesel: comment peut-on décréter la lutte contre les gaz à effet de serre et «en même temps» favoriser la disparition du diesel qui émet moins de CO2? Cela devient plus dérangeant encore si l’on compare les effluents nocifs des plus récents moteurs selon qu’ils soient à essence ou au diesel, les seconds étant devenus plus propres.

En préalable à toute argumentation, je précise que je ne me situe pas dans une opposition butée aux préoccupations écologiques, qu’il s’agisse des déséquilibres de la biosphère où de la pollution locale. Ayant été co-auteur du premier livre qui, il y a plus de 40 ans, suggérait de prendre en compte l’environnement dans l’évaluation de la politique des transports, je serais mal placé pour occulter quelques données bien établies, notamment sur les deux inconvénients initiaux du diesel: les émissions de particules fines aux effets nocifs reconnus et le dangereux dioxyde d’azote (NO2) qui, outre ses effets inflammatoires sur les voies respiratoires, favorise la formation de ces particules, notamment les plus fines, sous forme d’aérosols de nitrates.

Les avantages du petit Satan

En regard, le diesel a des avantages substantiels par rapport à l’essence: il émet 15 à 20 % de moins de CO2, gaz inoffensif mais qui alimente l’effet de serre, et nettement moins de monoxyde de carbone (CO) et d’hydrocarbures ; à l’exception du benzo(a)pyrène, souvent cité car cancérigène et produit essentiellement par des moteurs diesel anciens.

Aujourd’hui, un acheteur qui choisit l’essence émet autant de particules fines que dix vilains qui achètent un diesel.

La question des particules fines est une question sérieuse sur Continuer la lecture de « Un véhicule essence émet autant de particules fines que dix vilains diesel ! »

“Après le carburant, les Français vont voir leur facture d’électricité grimper”

L’économiste Philippe Herlin réagit aux annonces d’Emmanuel Macron et conteste “l’urgence même de la transition énergétique” que défend le président pour justifier la hausse des taxes sur les carburants. Entretien.


Selon différentes enquêtes réalisées par des instituts de sondage, les Français sont ultra-majoritaires à considérer que leur pouvoir d’achat a baissé depuis mai 2017. Comment expliquez-vous que ce décalage entre le sentiment des Français et les chiffres avancés par l’INSEE, et mis en avant par le gouvernement ? 
Parce que l’INSEE ment. Son indice des prix à la consommation (IPC) minore l’inflation, ce qui lui permet d’annoncer tous les ans une hausse fictive du pouvoir d’achat. Les Français ne sont pas dupes, les différents sondages le montrent bien. Le phénomène des Gilets jaunes marque le basculement vers un refus actif de cette mascarade. On pourrait comparer cela avec le « sentiment d’insécurité », que les politiques et les sociologues renvoyaient à la figure des gens qui se plaignaient de la hausse de l’insécurité, il y a quelques années. Les statistiques étaient également trafiquées pour faire croire à une stabilité des actes d’incivilité. Aujourd’hui, plus personne ne nie la hausse bien réelle de l’insécurité. Nous sommes en train de vivre le même phénomène avec le pouvoir d’achat.

Dans votre dernier ouvrage, Pouvoir d’achat, le grand mensonge, vous allez plus loin, puisque vous expliquez que le pouvoir d’achat des Français, depuis le début des années 2000, ne cesse de baisser quand l’INSEE s’obstine à mesurer l’inverse… Continuer la lecture de “Après le carburant, les Français vont voir leur facture d’électricité grimper”

« Réduire en France les émissions de CO2 de 20% évitera à la planète de se réchauffer de moins de 1/1000 ème de degré ! »

Pour François Gervais, l’angoisse générale au sujet du réchauffement climatique est infondée. « Tout d’abord on a complètement occulté la variabilité naturelle du climat. Ensuite, l’appréhension des émissions de CO2 est exagérée. Il faut savoir qu’en un siècle la concentration dans l’air de CO2 est passée 0,03 à 0,04%. Elle n’est pas près de doubler », a-t-il déclaré à André Bercoff.

« Quand on regarde les politiques françaises, elles visent toutes à réduire les émissions de CO2. Or, réduire les émissions de 20% permettra d’éviter à la planète de se réchauffer de moins d’un millième de degré ! Si on dit ça aux ‘gilets jaunes’, ils vont être contents ! »

, a poursuivi François Gervais.

Les éoliennes et les panneaux photovoltaïques ne diminuent pas le coût de l’électricité

Continuer la lecture de « Réduire en France les émissions de CO2 de 20% évitera à la planète de se réchauffer de moins de 1/1000 ème de degré ! »

Taxe sur les carburants : le gouvernement transfère 577 millions d’euros du budget de l’écologie vers le budget général

C’est un choix budgétaire qui devrait faire bondir les écologistes et énerver davantage le mouvement des gilets jaunes. Dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2018, examiné aujourd’hui au Sénat, le gouvernement transfère 577 millions d’euros de recettes de la taxe sur les carburants (TICPE), censée financer la transition écologique, pour les affecter au budget général. Pour rappel, le projet de loi de finances rectificative pour 2018 modifie certains crédits budgétaires prévus pour cette année, en fonction des dépenses réelles de 2018.

La droite sénatoriale n’a pas manqué de souligner ce choix du Continuer la lecture de Taxe sur les carburants : le gouvernement transfère 577 millions d’euros du budget de l’écologie vers le budget général

Affaire des bébés sans bras : La piste des pesticides se précise

Alors que Santé Publique France a démarré son enquête sur le cas de 18 bébés nés sans bras entre 2000 et 2014, la piste des pesticides se précise. L’investigation de l’institution va notamment porter sur le cas de veaux également nés mal formés à la même époque.

Qu’est-ce qui a pu causer l’agénésie des membres supérieurs de 18 nouveaux nés dans l’Ain ?
La question anime depuis quelques semaines les experts, les familles de victimes et les institutions depuis qu’Emmanuelle Amar, l’épidémiologiste du Remera (registre des malformations en Rhône-Alpes) a lancé l’alerte.

Parmi les pistes examinées : la contamination via les pesticides. La découverte de cas de veaux nés avec des malformations dans la même région et à la même période semble renforcer cette piste. L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) s’est d’ailleurs emparée du dossier et a fait appel à son un observatoire des maladies bovines pour examiner la corrélation des données.

Pourquoi les malformations de veaux sont similaires aux agénesies chez les humains ?

Dès 2011, lorsqu’elle a commencé à répertorier les cas de malformations dans la région, Emmanuelle Amar a comparé la Continuer la lecture de Affaire des bébés sans bras : La piste des pesticides se précise

Le groupe BIC porte plainte contre la France et l’Allemagne, accusés de laisser rentrer des briquets non conformes

Il faut donc des frontières avec des policiers et des douaniers…. et un puis mettre en pratique un très vilain mot : le protectionnisme.


Les dirigeants de Bic sont en colère. Ils viennent de porter plainte auprès de la Commission européenne contre la France et l’Allemagne, les accusant de laisser rentrer des briquets dangereux sur leur territoire. En ligne de mire, par exemple, le port de Hambourg qui serait une porte d’entrée pour les briquets fabriqués en Chine et au Vietnam.

Le groupe met en avant les défauts de surveillance des États et la défaillance des contrôles douaniers à l’entrée de l’Union européenne face à cette invasion de produits « potentiellement dangereux ». Dans le communiqué, Gonzalve Bich, directeur général de Bic, explique que « le problème a été résolu dans de nombreux pays dans le monde ».

Un danger pour les consommateurs

Continuer la lecture de Le groupe BIC porte plainte contre la France et l’Allemagne, accusés de laisser rentrer des briquets non conformes

Putain qu’il est nul ce Trump…. il fait baisser le chômage, augmente les salaires, baisse les impôts, signe des accords favorables aux ouvriers mexicains et américains, n’a engagé aucune guerre…. et en plus son pays devient les plus compétitifs du monde…
Qu’il est nul!


Les États-Unis ont l’économie la plus compétitive et la plus innovante du monde, révèle mercredi un classement dressé par le Forum économique mondial (WEF) après un changement de méthodologie, qui a relégué la Suisse de la première à la 4ème place. Pour l’édition 2018 de son Rapport sur la compétitivité mondiale, le WEF, qui réunit chaque année en janvier l’élite économique et politique dans la station de ski huppée de Davos (est de la Suisse), a utilisé «une toute nouvelle méthodologie afin de bien saisir la dynamique de l’économie mondiale en ces temps de quatrième révolution industrielle». L’organisation a mesuré la compétitivité de 140 économies par le biais de 98 indicateurs répartis en 12 piliers, notamment les institutions, les infrastructures, la stabilité macroéconomique et la capacité d’innovation.

Les atouts américains: un marché du travail dynamique, une capacité d’innovation unique

«Tous ces facteurs combinés, les États-Unis réalisent la meilleure performance globale avec un score de 85,6 (sur 100), devant Continuer la lecture de

France: oiseaux, chauves-souris et saumons en très fort déclin

On  a construit à n’en plus finir, les paysans sont devenus les esclaves de l’agro-alimentaire et des banques, les consommateurs se sont précipités dans les hypermarchés, on a transformé le voyage aristocratique en tourisme de masse,  on est passé en 40 ans de 40 millions  de français à plus de 65 millions grâce à l’immigration extra-européenne…


Selon le bilan 2018 de l’Office national des forêts, 180 000 espèces sont en danger, notamment en raison de l’usage de pesticides et de l’artificialisation des sols.

Trois mois après la publication d’une étude choc par le CNRS et le Muséum d’histoire naturelle, le bilan 2018 de l’Observatoire national de la biodiversité (ONB), publié lundi 18 juin, le confirme : les populations d’oiseaux connaissent un déclin vertigineux.
Ce projet participatif, piloté par l’Agence française pour la biodiversité (AFB), qui agrège les données sur le vivant récoltées par des dizaines d’organismes en métropole et outre-mer, montre notamment une baisse des espèces d’oiseaux agricoles de 30 % entre 1989 et 2017. (…)

Les oiseaux ne sont pas les seuls menacés. Le rapport de l’ONB met Continuer la lecture de France: oiseaux, chauves-souris et saumons en très fort déclin

Colère et indignation des apiculteurs, mobilisés contre la disparition des abeilles

Il y a quelques années Philippe De Villier publiait un livre : « Quand les abeilles meurent…» (ed. Albin Michel). Il fut insulté, traité de « farfelu » par la gauche et, même, traîné devant les tribunaux allemands.


À la sortie de l’hiver, le constat est sans appel : les abeilles sont frappées par «une mortalité catastrophique», alertent les professionnels du miel. Ils manifestent ce jeudi pour demander un «plan Marshall» pour sauver les abeilles françaises.

Année noire pour l’apiculture. Pour alerter l’opinion publique et les politiques sur la situation dramatique des abeilles, les professionnels se sont donné rendez-vous Place des Invalides à Paris, mais aussi en régions à Laon, Strasbourg, La Rochelle, Périgueux, Quimper, Rennes, Tours et Lyon. «Ce même jour, dans d’autres départements comme le Puy-de-Dôme, les Côtes-d’Armor, le Morbihan ou la Loire-Atlantique, les apiculteurs seront reçus en délégation par les préfets», annonce l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF).


La Bretagne, par exemple, où 20.000 colonies d’abeilles sont mortes cet hiver, est particulièrement touchée. Mais «c’est quasi-général» à travers la France, assure Gilles Lanio, président de l’UNAF. «Le ministre de l’agriculture est dans un déni de réalité. J’alerte depuis plusieurs mois sur la casse que les apiculteurs vont connaître cette année… La réalité est Continuer la lecture de Colère et indignation des apiculteurs, mobilisés contre la disparition des abeilles

Les oiseaux des campagnes disparaissent à une vitesse vertigineuse

Les oiseaux vivant en milieu agricole disparaissent à une « vitesse vertigineuse » en France, avec des populations qui se sont en moyenne réduites d’un tiers en 15 ans, alertent mardi le CNRS et le Museum d’histoire naturelle.

Les populations vivant en milieu agricole cultivé ont nettement diminué et cette tendance s’est encore intensifiée en 2016 et 2017, montrent les relévés faits depuis 1989 par le « Suivi Temporel des Oiseaux Communs » (STOC), qui, au sein du Muséum, surveille aussi la situation dans les villes et les forêts.

Pour le Muséum et le CNRS, ce déclin dans les campagnes « atteint un niveau proche de la catastrophe écologique ».

« On ne prend pas de grands risques en disant que les pratiques agricoles sont bien à l’origine de cette accélération du déclin », a dit à l’AFP Grégoire Loïs, directeur-adjoint de Viginature, qui chapeaute le STOC, car les oiseaux ne déclinent pas au même rythme dans d’autres milieux.

« Il y a un déclin léger sur le reste du territoire, mais rien à voir en termes d’amplitude » avec les zones agricoles, ajoute-t-il.

En zones agricoles, des espèces comme l’alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan, ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Continuer la lecture de Les oiseaux des campagnes disparaissent à une vitesse vertigineuse

Philippe Dessertine sur Trump: «Sa réforme fiscale est vraiment très importante en termes de baisse de la #fiscalité pour les entreprises. Les Etats-Unis deviennent très attractifs.»

Si Trump s’amuse à baisser le dollar, et que de façon mécanique l’euro morte, l’europe explose.

Grâce à la réforme fiscale de Trump, Disney offre une prime de 1 000$ à 125 000 employés et JPMorgan crée 4 000 emplois

Rappel:
WALMART, 1ER EMPLOYEUR PRIVÉ US, ANNONCE AUGMENTER SON SALAIRE MINIMUM GRÂCE À LA RÉFORME FISCALE DE TRUMP (MAJ)
ETATS-UNIS : GRÂCE À LA RÉFORME FISCALE DE TRUMP, APPLE VA PAYER 38 MILLIARDS D’IMPÔTS SUR SES BÉNÉFICES À L’ÉTRANGER


«Grâce à la réforme fiscale de Donald Trump, JP Morgan investit 20Mds$ sur 5 ans, créera 4 000 emploisaugmentera de 10% le salaire des 22 000 employés les moins bien payés et améliorera leur couverture santé. Les clients en profitent aussi car l’enveloppe des prêts va augmenter pour les petites entreprises et les ménages les plus fragiles

«De nombreuses entreprises ont annoncé ces dernières semaines des augmentations de salaire et des investissements massifs compte tenu du contexte plus favorable créé par la réforme fiscale.

Même chose chez Disney où plus de 125 000 employés vont recevoir une prime de 1 000$. Disney va aussi lancer un programme d’éducation et de formation à destination de ses salariés pour 50M$.

Le FMI salue la réforme fiscale de Donald Trump

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé ce lundi sa prévision de croissance mondiale pour 2018 anticipant un impact positif à court terme de la réforme fiscale américaine et un rythme de croissance plus soutenu des économies avancées.

Après une hausse de 3,7% en 2017, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait progresser de 3,9% cette année et au même rythme en 2019, soit une amélioration de 0,2 point par rapport aux précédentes prévisions d’octobre.

Pour les États-Unis, où l’administration Trump a adopté juste avant Noël une vaste réforme des impôts, le FMI table sur une croissance de 2,5% cette année, soit une hausse de 0,6 point de pourcentage comparé à ses prévisions d’automne et de 2,7% l’an prochain (+0,4%).

« La révision reflète le rythme de croissance mondiale plus rapide et l’impact attendu des changements de politique fiscale aux États-Unis », a résumé le FMI dans un rapport de conjoncture mondiale.

Vers une hausse des investissements

Continuer la lecture de Le FMI salue la réforme fiscale de Donald Trump

Etats-Unis : grâce à la réforme fiscale de Trump, Apple va payer 38 milliards d’impôts sur ses bénéfices à l’étranger

Si Trump est fou comme le prétendent certains, je veux que nous sortions tous les malades mentaux des hôpitaux psy pour former une assemblée et un gouvernement de tarés en France


Voilà qui ne devrait pas ravir l’Union européenne. Apple va payer 38 milliards de dollars d’impôts sur ses bénéfices réalisés à l’étranger, en raison de la récente réforme fiscale votée aux Etats-Unis, a-t-il annoncé mercredi. « Un paiement de cette ampleur serait le plus important de ce type jamais fait », a souligné l’entreprise américaine dans un communiqué, précisant être d’ores et déjà le premier contribuable américain.

Avant la réforme, ces bénéfices échappaient totalement à l’impôt tant qu’ils restaient « parqués » à l’étranger et se retrouvaient Continuer la lecture de Etats-Unis : grâce à la réforme fiscale de Trump, Apple va payer 38 milliards d’impôts sur ses bénéfices à l’étranger