Archives de catégorie : Économie, Écologie…

Marc de Scitivaux de Greische: « Il s’agit de sauver l’euro jusqu’au dernier Grec vivant ! » (vidéo)

Ils vous disent: il faut aider les grecs. Nous sommes des Européens, et nous nous devons d’être solidaire… il n’y a pas d’autre solution. Faux. Tout ce qui est fait aujourd’hui se fait contre les Grecs. Et tout ce qui se fera demain, se fera contre les grecs. Ce qu’ils veulent c’est sauver l’euro… sur le dos des grecs. C’est sauver les banques… sur le dos des grecs.

Comme l’explique Marc de Scitivaux de Greische, (économiste français, fondateur et directeur de la publication des Cahiers verts de l’économie) dans cet extrait de l’émission Les clés de l’éco du dimanche 5 juin sur la chaîne i>Télé.

Marc de Scitivaux de Greische déclare une vérité que beaucoup de média et d’hommes politiques ou de pseudo-experts refusent de dire:

ll ne s’agit pas d’aider les Grecs ! Il s’agit de sauver l’euro jusqu’au dernier Grec vivant !

Et cerise sur le gâteau, Marc de Scitivaux de Greische préconise une sortie de l’euro avec une dévaluation comme solution vitale…. exactement comme l’avance Marine Le Pen et Dupont-aignan dans leur programme respectif….. mais quand c’est Marc de Scitivaux de Greische qui le dit ce n’est pas délirant, ni fasciste, ou réactionnaire, ou irresponsable… non, c’est juste la vérité !

Le concombre victime des cornichons médiatiques


23 morts en 10 jours des suites d’intoxications d’origine alimentaire ont déclenché un emballement dans toute l’Europe. Les médias aiment la peur car elle fait vendre. Le Système aussi aime la peur car elle rend les populations dociles. Mais le mensonge fait des victimes : consommateurs désinformés, citoyens ahuris, agriculteurs désemparés. Il faut noter que peu de média ont précisé l’origine bio des concombres injustement désignés… comme le souligne Alain Cohen-Dumouchel dans son article  » Intoxication aux concombres BIO : le black out des médias français » publié par le site Enquête et Débats:
On est en droit de se demander si ce déni d’information n’est pas la conséquence de l’implication outrancière de ces médias dans la promotion de l’agriculture prétendument “biologique”. Les fabricants d’opinion craignent probablement de se déjuger en admettant que la filière bio n’est pas si saine, après lui avoir fait une publicité démesurée. Voir aussi sur ce sujet le livre « Bio : fausses promesses et vrai marketing » de Gil Rivière-Wekstein.(1)

Addendum (11 juin 2011 ):

Une ferme «bio» à l’origine de l’épidémie de bactérie tueuse

Un article de Michel Geoffroy
Le concombre victime des cornichons médiatiques

Les anciens se souviendront sans doute que le sinistre Furax, héros de l’émission radiophonique et burlesque « Signé Furax » diffusée dans les années 1960, avait inventé le gruyère qui tue. Mais en 2011 la réalité médiatique dépasse désormais la fiction. En effet, les médias viennent d’inventer le concombre qui empoisonne.

L’affaire du concombre espagnol tueur d’Allemands est exemplaire, en effet, à plus d’un titre.

L’emballement médiatique à l’œuvre

Exemplaire d’abord des mécanismes de l’emballement médiatique. Ce sont toujours les mêmes : l’orchestration « d’informations » sur un mode accusatoire mais qui ne sont pas bien vérifiées, et qui va crescendo, car aucun média ne veut être en reste dans la course à l’audimat. Alors on en rajoute dans la simplification. On l’a vu dans l’affaire des prétendus espions chinois de Renault, dans celle de l’ophtalmo « raciste » ou dans la présentation de la catastrophe nucléaire imminente de Fukushima. A chaque fois ce qui compte c’est le sensationnel de la révélation médiatique du Mal. Pas la vérité de faits établis. Et le Mal a toujours un responsable, un coupable potentiel que l’on va, vite, jeter en pâture aux lecteurs et aux spectateurs, pour renouveler l’intérêt. Un coupable, cela rassure. Pas question donc de donner la parole à la défense. Encore moins à ceux qui doutent.

Dans cette affaire rien n’arrête le torrent médiatique. Car il va à la vitesse de la lumière. Il emporte les responsables politiques allemands, puis la Commission européenne à la suite des autorités sanitaires de Hambourg. En Europe on s’inquiète. Dans nos marchés on boude les légumes, d’autant qu’ils ont déjà pu subir le passage du nuage radioactif de Fukushima, n’est-ce pas ? Les Russes menacent de fermer leurs importations de légumes en provenance d’Europe de l’Ouest.

Personne parmi le courageux Establishment politique occidental ne veut courir le risque, en effet, d’être accusé un jour – par les médias et donc par un juge – de ne pas mettre en œuvre le fameux principe de précaution. On voulait nous vacciner contre une épidémie de grippe imaginaire. On nous protégera donc du terrible concombre et de sa « bactérie tueuse ». Pour notre bien.

Déni de cohérence ensuite

Mais, une semaine après, on ne sait toujours pas ce qui s’est passé ni qui a empoisonné qui. Il paraît maintenant que l’on suspecterait des… germes de soja produits en Basse-Saxe. Bravo à « la société de l’information » !

Les Espagnols sont à juste titre furieux : les conséquences économiques de cet embargo de fait seront lourdes pour leur pays déjà en situation extrêmement difficile. Il paraît qu’ils vont porter plainte à Bruxelles. Mais l’indifférence à l’égard des conséquences est la marque du système médiatique : il ne vit que dans l’instant. Il ne cherche qu’à capter notre attention pour diffuser les bons messages publicitaires, pas à générer notre réflexion ni à augmenter notre savoir.

Le principe de l’information contemporaine reste « Circulez, il n’y a rien à voir ! »

Curieusement, parmi ces « experts » médiatiques qui nous expliquent en permanence les bienfaits de la suppression des frontières et du commerce, de préférence mondial, aucun ne relève que le fait d’importer des concombres dans des pays tempérés qui pourraient très bien en produire (les concombres cela pousse partout, même en Russie) n’est peut-être pas un optimum social ni même économique. Ces mêmes médias nous expliquaient aussi, pour justifier leur discours cosmopolite, que « les frontières n’arrêtent pas les épidémies ». Pas de chance : le premier réflexe des autorités – d’abord allemandes – dans ce genre de situation est justement de rétablir des frontières sanitaires. Pour un tout petit concombre, au surplus. Ainsi les frontières cela marcherait aussi ? Et cela pourrait nous protéger ? Diable !

La mise en scène du Mal

Ce petit concombre révèle enfin que nos sociétés occidentales ne peuvent plus se passer de la mise en scène du Mal. N’importe lequel, pourvu qu’il fasse peur. Guerres (si possible loin), catastrophes (si possible avec beaucoup de morts), accidents (nucléaires, bien sûr), crimes (si possible odieux ou contre l’humanité), idées politiquement incorrectes (surtout si elles renvoient aux « heures sombres de notre histoire »), violences (si possibles urbaines) : tout est bon.

L’orchestration du Mal a, en effet, une fonction politique bien précise dans un système qui repose sur l’idée que s’il est imparfait, d’autres seraient bien pires encore. G. Orwell, dans son roman 1984, montrait que dans cet univers totalitaire les citoyens étaient régulièrement invités à célébrer « le quart d’heure de la haine » : celui où ils étaient conviés à voir le visage de leur ennemi, le visage du mal. Pour mieux aimer leur triste présent.

C’est pourquoi le Système médiatique produit en permanence des images du Mal, réel ou supposé. Fabriqué au besoin. Car la peur engendre la soumission vis-à-vis du pouvoir, vis-à-vis du Système et de ceux qui l’incarnent.

Exit Ben Laden. Voici maintenant le terrible concombre espagnol qui va tous nous empoisonner. Et ce légume inquiétant n’aurait-il pas déjà contaminé aussi nos salades, nos tomates, nos villes et nos campagnes ? Ah ces satanés Espagnols !

C’est qu’à l’ère des cornichons* médiatiques, les concombres sont rois.

Michel Geoffroy
07/06/2011

Source: polémia

(1) Interview de Gil Rivière-Wekstein auteur du livre: Bio : fausses promesses et vrai marketing sur le site Enquête et Débats.

Jacques Sapir : de la crise grecque à la fin de l’euro.

Petit à petit les choses se disent. Petit à petit on vous dit qu’on vous a menti. Jacques Sapir est économiste, il dirige depuis 1996 le Centre d’études des modes d’industrialisation à l’EHESS. Il vient de publier au seuil  » la démondialisation  »
Pour lui l’Euro depuis sa création n’était pas viable. Il faut aujourd’hui sortir de l’Euro, et aller vers plus de protectionnisme. C’est ce que préconisait dans les années 90 Maurice Allais, seul prix Nobel d’économie, ostracisé par les média parce que proche du FN.


Jacques Sapir de la crise grecque à la fin de… par elouvrier

La Grèce sur l’autel de l’Euro !

Pour sauver la Grèce et les grecs il n’y a qu’une solution: qu’ils sortent de l’EURO.
Quand va-t-on prendre au sérieux marine Le Pen et Nicolas dupont-aignan, les seuls qui ont su dire la vérité.

Marc de Scitivaux, économiste, vs Natacha Valla, chef économiste de Goldman Sachs. (i>Télé, 5/06/11)

Il ne s’agit pas d’aider les Grecs ! Il s’agit de sauver l’euro jusqu’au dernier Grec vivant ! »

Le bon docteur DSK et son ami socialiste Ben Ali.

La presse et la classe politique française sont formels: DSK était un bon directeur du FMI.

Mais c’est quoi un bon directeur du FMI ?.

Selon la doxa, un bon directeur c’est celui qui mène des plans d’ajustement structurel visant à imposer la privatisation des services publics, le démantèlement de l’État, la chute des salaires et des pensions ainsi que la suppression des protections aux frontières dans les pays où il est censé intervenir.

Un bon directeur c’est un docteur qui prescrit du poison tout en faisant croire à son patient qu’il est en train de le guérir.

Et au regard des résultats obtenus en Irlande, au Portugal ou en Grèce , on peut dire que ce bon docteur DSK mérite les honneurs qui lui sont rendus.

Est-ce-que ce sont ses talents d’économistes qui lui ont valu d’être décoré par son camarade de l’internationale socialiste ben Ali … ou doit-il cette reconnaissance à ses qualités de prévisionniste ?.

Allemagne: l’Euro à terre.

Il y a encore quelques semaines toute personne qui osait remettre en cause l’euro passait pour un cassandre. Aujourd’hui au sein du sérail de la bienpensance, l’hypothèse de voir l’euro s’effondrer est de moins en moins tabou.

Ce week-end, dans l’émission « les clés de l’éco » (1) sur Itélé, l’économiste libéral Marc de Scitivaux a enfoncé le clou  » ceux qui avaient prévu lors de l’instauration de l’euro que celui-ci ne serait pas viable, comme Milton Friedman, avaient raison… et leurs analyses étaient absolument impeccables. »

Dans la classe politique française on ne peut compter que sur Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen pour apporter des réponses concrètes à une éventuelle disparition de la monnaie unique européenne.

( voir vidéo de l’émission « les clés de l’éco  » du 22 ami 2011: http://www.itele.fr/emissions/magazine/les-cles-de-leco)

Aujourd’hui c’est dans les pages du journal Le monde que l’on peut lire une tribune d’Elisabeth Humbert-Dorfmüller, consultante, spécialiste de l’Allemagne, et membre du PS et du SPD. Elle nous explique comment l’euro est sérieusement remis en cause Outre-Rhin:

Allemagne: l’Euro à terre.

Le débat existe depuis longtemps, mais il a commencé à prendre de l’acuité à l’occasion d’un succès en librairie d’un ancien patron de l’industrie [Hans-Olaf Henkel], fin 2010. Le livre s’appelle Sauvez notre monnaie ! (Rettet unser Geld !), et il préconise la partition de la monnaie européenne en euro du Nord (Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Luxembourg, Finlande essentiellement) et euro du Sud (France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce essentiellement).

Retraçant l’histoire de la monnaie commune, l’auteur souligne que l’euro est le fruit d’un deal franco-allemand qu’on peut réduire à l’équation : réunification allemande (revendication allemande) contre monnaie européenne (revendication française). L’euro est donc né parce que la France craignait une superpuissance allemande et pensait pouvoir la briser en l’impliquant dans une solidarité monétaire. Si Helmut Kohl voulait sa réunification, il n’avait pas le choix.

Tous les Allemands ne partagent pas cette analyse, mais voilà la force des best-sellers : un thème dont tout le monde parle, dans les médias ou dans le café du commerce, parvient à s’insinuer dans l’esprit de tous.

Dans les mois précédents, plusieurs tabous de la politique économique allemande avaient déjà été brisés : il y a d’abord eu dès 2009 les plans de relance imposés par les autres pays européens, France et Grande-Bretagne avant tout, qui allaient frontalement à l’encontre de la religion que la chancelière souhaitait imposer à tous, y compris ses partenaires de coalition sociaux-démocrates : une réduction constante des dépenses de l’Etat et la baisse des prélèvements obligatoires. Merkel fît mauvaise mine et accepta à la fin de coopérer pour éviter que la machine économique européenne sombre.

Puis, tout au long de l’année 2010, la Banque centrale européenne (BCE) a racheté des obligations de l’Etat grec pour que leur prix ne s’effondre pas. Cette décision a été prise exceptionnellement sans consensus au sein du Conseil des gouverneurs, et notamment avec le désaccord du président de la Bundesbank Axel Weber qui craignait que le bilan de la BCE, pilier de l’orthodoxie monétaire, se remplisse d’actifs de valeur douteuse. Weber a, quelques mois plus tard, démissionné de son poste et d’une possible succession à Jean-Claude Trichet. Le futur banquier central européen sera, avec très probablement l’Italien Mario Draghi, un représentant de l’Europe du Sud.

Ensuite, l’influence de l’Eurogroupe que certains n’hésitent pas à appeler un gouvernement économique, s’accrut. Si les Allemands pensaient encore éviter une coopération renforcée car ils ne veulent surtout pas d’un transfert décisionnel notamment dans les domaines budgétaire, fiscal et social vers une structure multilatérale, 2010 a été l’année de toutes les concessions pour eux.

Aujourd’hui, il n’y a guère que les directions des partis politiques établis (les chrétiens-démocrates, les sociaux-démocrates, les libéraux et les Verts) qui argumentent en faveur du maintien de la zone euro dans sa configuration actuelle. La base a commencé à se mobiliser contre ce dogme officiel, et un nombre croissant de députés se singularisent en réclamant la fin des opérations de sauvetage monétaire. De toute façon, partout ailleurs, le démontage est en cours : des économistes influents, des grands journaux nationaux (Bild bien sûr et son tirage de 3 millions d’exemplaires, mais aussi les très sérieux FAZ et Die Welt) et, surtout, les innombrables talk-shows télévisés dont les Allemands sont tellement friands : tous considèrent déjà cette aventure monétaire comme un échec, et, en tout état de cause, comme préjudiciable aux équilibres économiques de l’Allemagne. Ainsi, les finances publiques seront à nouveau sur une mauvaise pente en cas de sauvetage de pays du Sud, alors même que l’Allemagne s’est dotée d’une obligation constitutionnelle de ne quasiment plus s’endetter à partir de 2016. Mais il y a aussi le spectre de l’inflation qui guette la zone euro en raison d’une politique de taux trop laxiste durant les trois dernières années.

Sur le plan plus émotionnel, la messe est également dite : pour une raison un peu mystérieuse, et en tout cas pas très compréhensible historiquement, les Allemands considèrent qu’ils sont les vaches à lait de tout le monde. Est-ce le traumatisme du Traité de Versailles de 1919 qui imposa des réparations impossibles à honorer à l’Allemagne ? Ou n’a-t-on pas besoin de chercher une référence historique, et est-ce tout simplement la cure économique des dix dernières années qui a donné la rage à ceux qui se sont serré la ceinture, sur le ton de « si j’ai souffert, d’autres le devront également ».

Le grand philosophe Jürgen Habermas constate en tout cas que cette nouvelle mentalité allemande s’est installée au moment de la réunification et s’est renforcée depuis l’élection d’Angela Merkel en 2005. Il parle d’un recul de la « culture de la réserve » au profit d’une « conscience auto-centrée », aussi dans le domaine de la politique européenne qui vise désormais à installer « une Allemagne européenne dans une Europe germanisée ».

L’opinion publique allemande semble imposer sa volonté d’agir en faveur de l’intérêt allemand avant tout, et la zone euro et sa gouvernance actuelle sont perçus comme contraires à cet intérêt. Tant que les dirigeants politiques ne s’émanciperont pas de cette pression, l’euro et la politique impulsée par l’Eurogroupe sont en danger de mort.

Elisabeth Humbert-Dorfmüller, consultante, spécialiste de l’Allemagne, et membre du PS et du SPD

Zemmour et Los indignados.

L’ Espagne va mal. A l’occasion des dernières élections municipales, les socialistes au pouvoir ont été sanctionnés pour leur politique d’austérité contre la crise et un chômage record.

Depuis plusieurs jours déjà, un mouvement spontané de chômeurs et de précaires s’est rassemblé autour de la Puerta del Sol. Ce sont les indignés. Selon El Païs ils seraient plus de 15.000 personnes a être concentrées autour de cet endroit symbolique de la capitale espagnole.
Qui sont-ils ?.
Los indignados sont en majorité des jeunes qui subissent de plein fouet les conséquences désastreuses des politiques européistes et mondialistes menées depuis de nombreuses années par la droite et par la gauche espagnole.

Jusqu’où ira la chute de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande, de la Grèce ?????


"Z comme Zemmour" du 23 mai 2011 par rtl-fr

La Grèce est sous la dictature de l’euro.

Petit à petit les langues se délient. Certains commentateurs semblent se rendre compte que défendre l’euro n’est plus tenable. Dernièrement dans la rubrique « Indiscrets » du journal L’Express on pouvait lire ceci:

« La sortie de l’euro inquiète :

L’aveu émane d’un ministre : si le discours de Marine Le Pen sur la sortie de l’euro trouve tant d’écho dans la population, c’est bien parce qu’il s’appuie sur une réalité. ‘Notre monnaie est surévaluée et on n’a pas les moyens de la ramener à sa juste valeur, face aux Chinois et aux Américains’, note ce membre du gouvernement »

Sur BMF le Chroniqueur Nicolas Doze se lâche:

« La Grèce ne pourra pas rembourser sa dette, tout le monde le sait, personne ne le dit »

(BFM TV – Rubrique Eco du 18-05-2011)

Et ce n’est pas fini. Cette semaine dans le journal le Monde on a pu lire cette tribune de Stéphane Madaule essayiste et maître de conférences à Sciences Po Paris…. les temps changent…

La Grèce est sous la dictature de l’euro.

Décidément, la potion libérale imposée à la Grèce depuis mai 2010 ne passe toujours pas : allongement des délais de remboursement des prêts de 110 milliards d’euros accordés par les Européens et le FMI, dégradation simultanée de deux crans de la notation de la dette publique à court terme et à moyen terme par l’agence Standard&Poor’s, le 9 mai, rumeurs avec de plus en plus d’insistance de restructuration de la dette publique, déficit budgétaire toujours hors contrôle, activité en berne, climat social dégradé… Annoncé en 2000, « le bouclier euro » qui devait assurer notre prospérité à tous s’est progressivement transformé en un objet non identifié qu’il convient de soutenir à coups de milliards et qui est si fragile qu’il devient l’objet de toutes les attentions, de toutes les dépendances. Qu’on en juge.

Chaque Etat de l’Eurogroupe n’est plus libre de fixer sa propre politique économique, sa propre politique financière, et doit ajuster ses principaux ratios d’endettement et de déficit public sur le plus vertueux des Européens. A l’inverse et de manière symétrique, la fiscalité et les transferts sociaux qui sont encore de compétence nationale, doivent flirter avec le moins-disant, c’est-à-dire le gouvernement le plus libéral. Chaque attaque sur la dette souveraine d’un Etat de l’Eurogroupe – Grèce aujourd’hui, Irlande et Portugal demain, Espagne et Italie après-demain – renforce les mécanismes d’une gestion commune qui voit les pays forts prêter aux pays faibles, en échange de programmes d’ajustements structurels élaborés par eux sous la houlette du FMI, ce qui les dépossède progressivement de leurs souverainetés économiques respectives. Baisse des déficits, modération des salaires, réduction de la protection sociale et des services publics sont devenus « les incontournables » d’une bonne gestion de la dette souveraine en euro.

Alors que reste-t-il aux gouvernements de l’Eurogroupe en matière de liberté d’action face à la dictature d’un euro sujet de toutes les attentions. Que reste-t-il aux libéraux de tout poils qui nous vantaient les mérites de l’euro et se trouvent en retour progressivement corsetés dans un dédale de contraintes toujours plus nombreuses à respecter ?

Mais si le prix à payer pour l’euro avait pour contrepartie une croissance économique plus forte que celle d’autres zones économiques, si le prix à payer pour l’euro était compensé par un bien-être supérieur en Europe, on pourrait à la rigueur accepter des sacrifices. Mais rien de tout cela. Aucun bénéfice de ce type. Depuis 2000, la croissance de la zone euro est systématiquement plus faible que celle des grandes zones économiques comparables. Les inégalités s’accroissent et se creusent au sein de l’Union. Globalement, à l’exception de l’Allemagne, l’emploi industriel et l’activité en général fuient la vieille Europe qui essuie sans réagir les dumping social, environnemental et monétaire de ses principaux concurrents.

RÉPARTITION ÉQUITABLE DES EMPLOIS

Alors à court d’arguments, les thuriféraires de la zone euro s’échinent à nous convaincre que la sortie de l’euro ou la fin de l’euro serait une catastrophe, comme si un tel système était installé une fois pour toute sans possibilité d’en changer, comme si toute évolution de ce type signifierait la fin de l’Union. Mais le simple citoyen comprend bien que les Grecs aujourd’hui, comme les Irlandais et les Portugais demain, auront bien du mal en serrant « les boulons » de leurs dépenses publiques à devenir comme par enchantement aussi compétitifs que les Allemands ou les Hollandais. Ce dont les pays du Sud de l’Europe ont urgemment besoin, c’est d’un ajustement monétaire leur permettant de retrouver des chances d’activité par rapport à leurs principaux concurrents européens.

Le simple citoyen comprend bien que ce n’est plus la lutte contre l’inflation et le niveau de l’euro qui sont prioritaires mais plutôt la quantité et surtout la répartition équitable des emplois sur l’ensemble du territoire européen. Ils ne croient plus à ceux qui nous disent que toute protection est devenue impossible, un salarié sur quatre travaillant pour l’exportation. Pourquoi mentir par omission et ne pas dire que les produits importés ont une balance supérieure en emplois aux exportations, singulièrement pour des pays comme la Grèce.

La rentabilité de l’activité d’une entreprise multinationale est systématiquement supérieure hors zone euro qu’en son sein. C’est bien pour cette raison que les grands groupes européens se délocalisent, continuent à faire de larges bénéfices, mais paient de moins en moins d’impôts en Europe. D’ailleurs dans un tel système, attention à ne pas s’extasier trop vite devant les excédents commerciaux allemands ? Il peut s’agir d’un indice de fragilité future, un indice d’inadaptation qui verrait les entreprises allemandes handicapées à terme par une délocalisation insuffisante de leurs activités, la seule porteuse de forte rentabilité dans un système qui prospère sur le socle des inégalités dans les conditions de production ?

L’euro devait être un bouclier nous assurant plus de liberté, plus de prospérité, plus d’indépendance. Il est progressivement devenu un boulet qui bride chaque jour un peu plus, qui rigidifie nos politiques économiques et financière, là où l’inventivité et la flexibilité devraient être de mise. Il est curieux que les libéraux ne s’en rendent pas compte, eux qui sont si attachés aux libertés publiques ? Il est curieux que les républicains laissent tragiquement aux extrêmes le champ libre pour débattre de ces questions. Méfions-nous des symboles intouchables qui mènent dans l’impasse. Le sort réservé à la Grèce n’est pas de bon augure.

Stéphane Madaule est notamment l’auteur de Questions d’Europe dont la troisième édition est parue aux éditions l’Harmattan. Il a publié « L’Allemagne puissance » dans la revue Le Débat (n°162 – décembre 2010).

Stéphane Madaule, essayiste, maître de conférences à Sciences Po Paris

Intervention de Marine Le Pen en séance plénière au Parlement européen


Intervention de Marine Le Pen : Évolution de la… par polecom

CONTRE LES TABOUS INDISCUTÉS par Maurice allais

Le point de vue que j’exprime est celui d’un théoricien à la fois libéral et socialiste. Les deux notions sont indissociables dans mon esprit, car leur opposition m’apparaît fausse, artificielle. L’idéal socialiste consiste à s’intéresser à l’équité de la redistribution des richesses, tandis que les libéraux véritables se préoccupent de l’efficacité de la production de cette même richesse. Ils constituent à mes yeux deux aspects complémentaires d’une même doctrine. Et c’est précisément à ce titre de libéral que je m’autorise à critiquer les positions répétées des grandes instances internationales en faveur d’un libre-échangisme appliqué aveuglément.

Le fondement de la crise : l’organisation du commerce mondial

La récente réunion du G20 a de nouveau proclamé sa dénonciation du « protectionnisme » , dénonciation absurde à chaque fois qu’elle se voit exprimée sans nuance, comme cela vient d’être le cas. Nous sommes confrontés à ce que j’ai par le passé nommé « des tabous indiscutés dont les effets pervers se sont multipliés et renforcés au cours des années » (1). Car tout libéraliser, on vient de le vérifier, amène les pires désordres. Inversement, parmi les multiples vérités qui ne sont pas abordées se trouve le fondement réel de l’actuelle crise : l’organisation du commerce mondial, qu’il faut réformer profondément, et prioritairement à l’autre grande réforme également indispensable que sera celle du système bancaire.
Continuer la lecture de CONTRE LES TABOUS INDISCUTÉS par Maurice allais

En Islande, une révolution anti-FMI qui n’intéresse personne

Vous vous souvenez peut-être qu’il y a quelque trois ans, c’est l’Islande qui faisait les gros titres en raison de sa crise supposément cataclysmique et de ses banques en faillite. Aujourd’hui, tout va beaucoup mieux, même le FMI le reconnaît. Mais les remèdes appliqués ne sont pas ceux que l’on préconise à Bruxelles et au FMI. Les Islandais ont froidement refusé de transférer les pertes des banques au contribuable. Ils les ont laissées faire faillite et le monde ne s’est pas écroulé. Le Parlement islandais vient quand même d’accepter de rembourser certaines sommes à la Grande Bretagne et aux Pays-Bas, mais dans des conditions très améliorées par rapport à un précédent projet rejeté par référendum :

Lire article de Reuter

Au passage, le peuple a repris le pouvoir, s’est prononcé par référendum et est en train d’élaborer une nouvelle constitution.

Un article de Courrier International, relayant le Daily Telegraph, fait le point sur la sortie de crise de l’économie en Irlande et en Islande. Les moyens employés par l’Islande sont radicalement opposés à ceux imposés à l’Irlande :

Située hors de la zone euro, l’Islande est restée maîtresse de ses stratégies de sortie de crise. Pas question de transférer les pertes des banques sur les contribuables et de se laisser imposer une cure déflationiste qui aggrave la dette.

Résultat : deux ans à peine après une crise présentée comme apocalyptique, l’Islande est en train de s’en sortir. Et c’est le FMI qui le dit. Pour être précis, c’est son représentant Mark Flanigan qui déclare : “La récession s’est révélée moins profonde que prévu”. Le modèle social nordique a été préservé et l’endettement décroît progressivement, grâce à une forte dévaluation de la monnaie (qui a perdu 30 % en deux ans) et à l’inflation qui atténue les dettes. Le chômage est fortement retombé (de 9,7% à 7,3 %, pourcentage à comparer à celui de l’Irlande : 14,1 %). La reprise se traduit en chiffres (1,3 % au troisième trimestre).

Le président islandais s’en explique sans ambages à Bruxelles : “La différence est qu’en Islande nous avons laissé les banques faire faillite, a-t-il expliqué. C’étaient des institutions privées ; nous n’y avons pas injecté de l’argent pour les maintenir à flot.. L’Etat n’a pas à assumer cette responsabilité.”

Paul Krugman attribue ce redressement aux facteurs suivants : dévaluation de la monnaie, contrôle des capitaux. Il constate aussi que l’Islande est faiblement sanctionnée.

Mais ce n’est pas tout : non seulement l’Islande a su maîtriser la crise économique, mais en outre elle a approfondi sa démocratie. Déjà, c’est par référendum qu’elle a décidé de ne pas rembourser les dettes des banques :

Lire article de Wikipédia

Qui plus est, elle a élu une Assemblée constituante :

Lire article Wikipédia

Des banquiers ont été arrêtés pour manipulation des marchés :

Lire article 7 sur 7

La grande presse s’intéresse peu à la sortie de crise islandaise. Les gens sérieux n’ont rien à en dire, sauf un certain Paul Krugman, qui n’est jamais que prix Nobel d’économie ; celui-ci a écrit, dans le New-York Times, un article titré « Mangeons les Irlandais » :

Sur le mode de l’ironie grinçante, Krugman dénonce le poids que subit le peuple irlandais du fait du transfert des dettes des banques sur le contribuable. Il félicite l’Islande d’avoir choisi une toute autre voie et note même, que cette dernière, en refusant de payer des dettes indues, a paradoxalement obtenu plus de confiance de la part des marchés financiers, et donc des taux d’intérêt plus bas. En effet, ce que le prêteur attend de l’emprunteur, c’est qu’il soit solvable et non qu’il soit vertueux, ou pseudo-vertueux (car ce n’est pas de la vertu que d’accepter de payer ce qu’on ne doit pas). Krugman écrit :

« Pourtant, à ce stade, l’Islande semble faire mieux, pour le moins, que son quasi-homonyme. Sa crise économique ne fut pas pire que celle de l’Irlande, ses pertes d’emplois moins sévères, et elle semble en meilleure posture pour une reprise. En fait, les investisseurs semblent considérer aujourd’hui que la dette islandaise est plus sûre que la dette irlandaise. Comment une telle chose est-elle possible ?

Une partie de la réponse réside dans le fait que l’Islande a laissé les créanciers étrangers des banques qui s’étaient emballées payer le prix de leur propre manque de jugeotte plutôt que d’obliger ses propres contribuables à garantir de mauvaises dettes privées. Comme le note le Fonds monétaire international – d’un ton approbateur ! – « les faillites du secteur privé ont entraîné un déclin significatif de la dette extérieure ». Dans le même temps, l’Islande a permis d’éviter une panique financière en partie en imposant des contrôles temporaires sur les capitaux, c’est-à-dire en limitant la possibilité pour les résidents de sortir des fonds du pays.

L’Islande a également bénéficié du fait que, contrairement à l’Irlande, elle possède encore sa propre monnaie : la dévaluation du krone, qui a rendu les exportations islandaises plus compétitives, fut un facteur important dans la limitation de la crise islandaise.

Aucune de ces options hétérodoxes n’est envisageables pour l’Irlande, selon les sages. L’Irlande, disent-ils, doit continuer à infliger des souffrances à ses citoyens, parce que faire quoi que ce soit d’autre saperait fatalement la confiance.
Mais l’Irlande est maintenant dans sa troisième année de rigueur, et on dirait que la confiance ne fait que s’épuiser. Et il faut vous demander jusqu’où il faudra aller pour que les gens sérieux se rendent compte que le fait de punir la population pour les péchés des banquiers est plus qu’un crime : c’est une erreur.
»

En lisant cet article, je me suis particulièrement délectée de la remarque du FMI : « les faillites du secteur privé ont entraîné un déclin significatif de la dette extérieure ». Donc, si mon banquier fait faillite, mon emprunt disparait avec lui. Sont fortiches, quand même, au FMI, d’avoir poussé la réflexion économique jusque là !

Le sujet Islande circule de blog en blog. Une analyse détaillée se trouve sur le site « Le bon dosage » :

Nous en extrayons ce passage :

« La croissance économique du pays semble maintenant en voie de rétablissement, bien sûr cela dépend aussi de la dynamique mondiale, les pays voisins d’Europe étant dans une situation périlleuse le pays et sa croissance pourrait en pâtir. Cependant la récession est aujourd’hui du passé, la dévaluation a rétabli la compétitivité du pays. La production locale s’est substituée aux importations réduisant la dépendance de cet état aux importations. Le choc fut violent mais salutaire, car là où les Irlandais ne voit plus aucune perspective mais évite momentanément l’inflation et la dévaluation, les islandais eux ont vue une crise passagère et retrouve maintenant une économie en meilleur forme. Et cette fois la croissance islandaise ne s’accompagne pas d’une inflation de bulle immobilière avec déficit commercial, il s’agit d’une croissance plus saine et plus auto-centrée.

Le graphique suivant montre bien les effets d’une dévaluation brutale de grande ampleur, les importations ont vue leur coût exploser à cause de la perte de valeur de la monnaie locale. Ce faisant le prix des produits importés ont explosé provoquant une inflation très forte dans un premier temps. Cependant par la suite on voit bien que l’inflation décroît, les produit locaux se substituant petit à petit aux importations, cela prend du temps évidement ce qui explique la violence des taux d’inflations. Cela montre que réguler les échanges commerciaux uniquement avec des taux de change est d’une violence extrême. Des taxes et des quotas étant plus stable ils permettraient une planification à long terme des productions et de l’équilibre de la balance commerciale en évitant les variations brutales qui sont nuisibles pour la production industrielle. Sinon avec cette dévaluation les gens ont fini par changer leur mode de consommation et il l’ont réorienté vers les produits du pays. Cela a relancé la production d’emploi dans l’industrie locale et la croissance réelle a fini par repartir, et c’est une vrai croissance, celle fondée sur les revenues de la population et non sur l’endettement privé. Le taux d’inflation islandais après avoir connu deux années très fortes est revenu à la normale aux alentour de 2.5%. Ce taux d’inflation très fort momentanément a traduit un transfère des revenues vers des couches sociales différentes de celle de l’organisation économique antérieur à la crise. D’une économie d’importation, de service et de bulle immobilière, l’économie islandaise est redevenue une économie de production, de pêche et d’industrie. Et l’inflation a traduit dans les statistiques ce brutal changement dans la répartition des revenues. Bien loin d’être une catastrophe c’est au contraire un indice de l’évolution d’un pays, l’inflation fut finalement la punition infligée aux rentiers locaux pour leur trop grande gourmandise. »

Voici donc une révolution exemplaire, sans violence, qui oblige les vrais responsables de la crise à la payer, approfondit la démocratie, et refonde l’économie en l’asseyant sur les secteurs réellement productif.

Qui se plaindra ?

Hé bien on note les gémissements de Rue 89 et du Nouveau Parti anti-capitaliste, qui trouvent que cette révolution n’est pas assez conforme au modèle déposé léniniste :

http://www.rue89.com/2011/01/09/la-revolution-democratique-en-islande-tient-du-fantasme-184214

http://www.npa2009.org/content/l%E2%80%99introuvable-r%C3%A9volution-islandaise

Catherine Ségurane de Riposte laïque