Archives de catégorie : Laïcité

Inauguration de la Grande Mosquée de Toulouse

Avec le lâcher de colombes, le mot «paix» restera comme le message principal de l’inauguration de la Grande Mosquée de Toulouse, ce samedi 23 juin, dans le quartier d’Empalot, le premier édifice du culte musulman de cette ampleur avec plus de 2 000 m2 de surface de plancher, un minaret et une coupole dorée visibles depuis le périphérique.

Pour que «la religion vive dans la dignité», comme s’en réjouit ici Patrick Pignard pour le Département, il faut lui donner sa place. «C’est la seule façon de rendre claire la distinction entre islam et islamisme», a affirmé Jean-Luc Moudenc [le maire de Toulouse] qui a rappelé l’existence de deux autres projets, à Basso-Cambo et La Faourette.

La Dépêche

Inauguration de la Grande Mosquée de Toulouse : l’imâm algérien vante le califat pour la « communauté supérieure »

La Grande mosquée de Toulouse dite d’Empalot va être inaugurée en grande pompe ce samedi 23 juin  prochain.  Financée avec les contributions de l’Algérie qui pourchasse les chrétiens, à hauteur de 213 000 euros et celui du Koweït pays bailleur de fond des groupes djihadistes, pour 131 000 euros. Le terrain avait été vendu par la mairie UMP-LR de Jean-Luc Moudenc à un prix qui avait scandalisé les professionnels locaux de l’immobilier. 

Un article de Robert Langlois fait le point sur ce coup de pouce foncier :

« À l’origine du projet, l’Imam TATAÏ avait acheté une ancienne propriété de 5.000 m2 pour 213.429 € dans un parc situé au 2, chemin des Côtes-de-Pech David, dans un quartier de villas et de résidences neuves de qualité. À ce prix là, à cet endroit, la constructibilité du terrain devait être très faible. Affaire sensible, le terrain ne convient pas pour un tel projet incompatible avec le voisinage. On veut bien faire plaisir aux musulmans, mais il ne Continuer la lecture de Inauguration de la Grande Mosquée de Toulouse : l’imâm algérien vante le califat pour la « communauté supérieure »

L’expulsion d’un imam salafiste de Marseille suspendue par la CEDH

Ce qui signifie que nous ne sommes plus maître chez nous… et ça n’a pas l’air d’effrayer grand monde!


Un influent imam salafiste marseillais s’est vu notifier mardi matin l’arrêté d’expulsion pris à son encontre par le ministère de l’Intérieur, pour ses prêches radicaux, mais son application a été aussitôt suspendue par la CEDH, a-t-on appris de sources concordantes.

Le ministère de l’Intérieur a précisé à l’AFP que l’imam El Hadi Doudi se trouvait mardi en centre de rétention administratif, le temps que la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) statue sur le fond du dossier, «dans quelques jours».

Me Nabil Boudi, avocat de l’imam, a affirmé à l’AFP que la CEDH avait suspendu l’arrêté d’expulsion sur la base de l’article 39 de son règlement, prévoyant la possibilité de prendre des mesures Continuer la lecture de L’expulsion d’un imam salafiste de Marseille suspendue par la CEDH

Les Pâques, fête du printemps

Pâques est en quelque sorte la fête de l’équinoxe de printemps. C’est le retour du soleil, le soleil fécondant sans lequel rien ne naîtrait. L’hiver meurt, les neiges fondent, les rivières sont en crue, la nature retrouve sa verdure, les plantes leurs boutons, les arbres leurs bourgeons, le soleil est redevenu suffisamment puissant pour réchauffer la terre et lui apporter la vie. Jonquilles, primevères, jacinthes fleurissent dans les jardins et les jachères.

A l’avènement du christianisme la fête de Pâques — qui est la célébration de la résurrection du Christ (rappelons que la fête de Pâques a longtemps été la plus importante de la tradition chrétienne et qu’elle marquait le début de l’année, et cela jusqu’en 1563) — remplaça la fête d’Ostara ou fête du printemps, qui est la fête du renouveau, de la fécondité et de la fertilité dont les origines sont très anciennes. Cette fête porte le nom d’une déesse lunaire, Ostara, qu’un héros solaire aurait délivrée de la captivité au moment de l’équinoxe de printemps. On retrouve là un mythe très présent dans les mythologies européennes et même dans les contes (qui ne sont qu’une retranscription de ces mythes) auxquels Dominique Venner faisait souvent référence (*voir en encart : texte inédit). C’est Ariane Continuer la lecture de Les Pâques, fête du printemps

Quand Clémentine Autain (FI) réagit au tweet de Marine Le Pen sur l’effraction de clandestins dans la basilique St Denis

Clémentine Autain approuve la profanation des tombes de la basilique St Denis perpétrée en 1793 (Sic). Profanation qui rend ce lieu à ses yeux totalement anodin et que l’on pourrait, avec un peu de tolérance et d’amour de l’autre, transformer en squatte pour clandestins musulmans. (re-sic)

Yassine Belattar, faux clown et vrai danger

Avant le lever de rideau sur la scène du Théâtre de l’Atelier, un fan confiait à son voisin : « Kouchner ! Pujadas ! Bruckner ! », « Il y va fort, tant mieux ! Moi, j’ étais un dieudonniste acharné ! » Yassine Belattar surgit, rugit : des figures contre lesquelles il a fait le buzz à la télé, et tout de suite la salle est à lui. Sont-ils venus pour le comique de métier – petit talent – ou pour beaucoup plus grave : les mots que ce représentant autoproclamé de « la banlieue », invité de France 2 et de LCI, a lâchés sur le terrorisme rétréci à « des actes isolés » ? Acclament-ils cette logorrhée confuse et tonitruante dans laquelle un type pas très connu, piaffant d’être enfin dans la lumière médiatique, emballe le déni de réalité (« Il n’y a pas d’islam politique en France ! ») ?

Prières de rue: Quand LR (Ex-UMP) dénonçait les outrances de Marine Le Pen.

En 2010 Marine Le Pen était la seule à dénoncer les prières de rue musulmanes. Pour les avoir comparé à une occupation, elle fut poursuivie en justice. À l’époque toute la classe politico-médiatique la désigna comme le diable. Les premiers qui sonnèrent la charge furent les membres de l’UMP et du gouvernement Fillon.

Un député LFI avoue avoir évolué sur la question du voile islamique au contact des musulmanes en banlieue

Plusieurs cadres du mouvement demandent un « débat » interne sur les divergences autour de cette question de laïcité.

(…) Autre élément fondamental pour comprendre ces nuances autour de la laïcité : « La réalité du terrain. » LFI a réalisé de très bons scores dans les quartiers populaires – six députés sur les dix-sept que compte le groupe ont été élus en banlieue parisienne –, où la question du voile peut être prégnante.

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis, avoue ainsi avoir évolué depuis la campagne des législatives. « On a très longtemps considéré le voile comme un signe d’une vision intégriste d’une religion, un signe d’inégalité hommes-femmes. On avait raison, mais dans les quartiers, beaucoup de femmes voilées le portent comme un signe culturel, sans la corrélation qu’on y mettait il y a quelques années, explique le parlementaire. Le voile n’est pas forcément synonyme d’intégrisme ou d’asservissement de la femme par l’homme. »

Le Monde

Bretagne: La statue de Jean-Paul II va devoir se séparer de sa croix (Maj: vive réaction du FN et de DLF)

Réaction de louis Aliot (FN)

Réaction de Nicolas Dupont-Aignan


Jean-Paul II va perdre sa croix dans la petite commune de Ploërmel (Morbihan). Les juges du Conseil d’État ont donné six mois à la commune pour retirer la croix au nom de la loi sur la séparation de l’Église et de l’État.

A Ploërmel dans le Morbihan, le pape Jean-Paul II n’est plus en odeur de sainteté. Le Conseil d’Etat vient en effet d’ordonner au maire de la commune de procéder au retrait de la croix surplombant la statue du pape. Le monument, qui fait près de huit mètres de haut, avait été érigé en 2006 sur une place publique de Ploërmel. Elle avait été offerte par le sculpteur russe Zurab Tsereteli au maire de l’époque, Paul Anselin.

Depuis son installation, la statue n’a cessé de cristalliser les tensions dans cette petite commune du Morbihan. Saisi par la Fédération de la libre-pensée, une association laïque, le tribunal administratif de Rennes avait le 30 avril 2015 sommé le maire de Ploërmel de procéder au retrait de la statue, au motif que l’arche surplombée Continuer la lecture de Bretagne: La statue de Jean-Paul II va devoir se séparer de sa croix (Maj: vive réaction du FN et de DLF)

Des élus de Dreux suppriment le cochon d’une affiche de fête pour ne pas choquer les musulmans

Le projet d’affiche pour la foire de Dreux a fini en eau de boudin. La faute à un petit cochon qui a provoqué un débat tiré par la queue.

La Saint-Denis est passée et elle s’est bien passée : certains ont mangé de la choucroute, d’autres des moules-frites. Les affiches annonçant la foire traditionnelle de Dreux ont disparu du paysage, elles ne laisseront pas un souvenir impérissable. C’est plutôt le projet d’affiche et le débat qu’il a suscité dans la majorité municipale qui prêtent à réflexion.

La 838e foire de Dreux était placée sous le signe de l’Alsace. En référence à sa choucroute et sa charcuterie, l’une des affiches mettait un cochon dessiné en scène. Mais ce cochon rose plus sûrement sorti d’un dessin animé que d’une porcherie a mis le feu aux poudres : peut-on afficher un cochon sur les murs d’une ville qui compte une importante communauté musulmane de religion et de culture ?

Et, curieusement, ce sont plutôt les conseillers non-musulmans de l’entourage du maire qui s’y sont opposés avec force plutôt que les élus de culture musulmane.

Le maire, Gérard Hamel, a tranché et choisi une affiche sans cochon, suivant en cela ce que l’un de ses collaborateurs constatait sur les réseaux sociaux : « Pas de problème d’organiser une fête sur le thème de l’Alsace dans une ville qui compte 55 % de musulmans. » Mais il considère que le cochon serait une « provocation ».

Lire la suite sur l’Est Républicain

Eglise attaquée à Montpellier : « Veut-on faire complètement partir les chrétiens ? » s’interroge le curé

Le bâtiment est devenu la cible d’actes d’incivilités et de dégradations dans le quartier de La Paillade à Montpellier.

Un climat d’inquiétude entoure l’église Saint-Paul de La Paillade. L’édifice religieux installé au cœur du quartier est devenu, ces derniers temps, la cible d’incivilités et de petites dégradations. Un projectile, notamment, a été lancé contre l’une des fenêtres du presbytère, tandis qu’une intrusion dans le lieu de culte a été relevée.
Un message adressé aux responsables musulmans Continuer la lecture de Eglise attaquée à Montpellier : « Veut-on faire complètement partir les chrétiens ? » s’interroge le curé

Quand Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, octroyait une subvention d’1 million d’€ pour un centre islamique

Gérard Collomb savait la partie serrée. Il y a une semaine, au conseil municipal, son opposition avait fustigé le « manque de transparence » qui entourait l’octroi d’une subvention d’1 million d’€ pour la construction de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM), à Lyon. Elle dénonçait notamment la présence de cofinanceurs étrangers et le « flou » de la gouvernance du futur centre culturel.

Hier, c’était au tour des élus de la Métropole de se prononcer sur une subvention équivalente. Et pour convaincre sa majorité plurielle et notamment les centristes du groupe Synergies, Collomb a soigneusement déminé ce dossier explosif. Avec succès : 115 élus ont voté pour, 43 se sont abstenus mais pas un n’a voté contre hier soir, alors qu’au conseil municipal, les voix des Républicains, des centristes de l’UDI et du FN étaient contre, à de rares exceptions près.

Interrompu pendant quelques minutes par une quinzaine Continuer la lecture de Quand Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, octroyait une subvention d’1 million d’€ pour un centre islamique

Dijon (21) : l’Académie, la CAF et la ville partenaires des islamistes du CCIF

Rencontre / débat autour du livre « Petit manuel pour une laïcité apaisée » de Jean BAUBEROT et le Cercle des enseignants-e-s laïques.
Avec la présence d’un des auteurs.
Gatuit, bar associatif
En partenariat avec le CCIF.
resa@lamaisonphare.fr / 03 80 45 45 26

Facebook
Continuer la lecture de Dijon (21) : l’Académie, la CAF et la ville partenaires des islamistes du CCIF

Rediff/Grande-Bretagne: Enoch Powell n’avait-il pas raison de prédire le désastre ? (vidéo)

Le 08 aout 2011

Dans les années 80, la Grande- Bretagne a fait le choix du multiculturalisme, du relativisme culturel et du communautarisme(1). Très vite ce modèle fut cité en exemple et l’ensemble des peuples européens furent enjoints par leurs élites à suivre la marche du progrès et de la discrimination positive.

Or, la machine n’a pas mis longtemps à s’enrayer. Au fil des ans l’immigration a augmenté, et les groupes ethnico-religieux sont devenus de plus en plus exigeants en matière d’accommodement raisonnable.
Au début de l’année 2011, le premier ministre Britannique David Cameron n’a pu que constater l’échec des politiques menées à l’égard des minorités ethniques et religieuse depuis les années 80, et s’est engagé à réduire l’immigration. (2) Une immigration qui, si l’on en croit le récent sondage publié par le Daily mail, est rejetée par plus de 70% des britanniques.(3) Et ce ne sont pas les émeutes qui ont éclaté à Tottenham qui vont améliorer la situation. (4)
Continuer la lecture de Rediff/Grande-Bretagne: Enoch Powell n’avait-il pas raison de prédire le désastre ? (vidéo)

Revue de presse et commentaires sur l'actualité