Archives de catégorie : Média-mensonge et propagande

Mobilités et inégalités : la nouvelle lutte des places (France Culture)

Des extraits de l’émission bavarde de France culture: « Mobilités et inégalités : la nouvelle lutte des places.

1er extrait

Michel Lussault : « Je crois que ce qu’il faut casser c’est le « chez nous » et le « pas chez nous » (…) « Pourquoi les calaisiens anti-migrants n’ont pas compris qu’ils avaient des intérêts avec les migrants? »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

2ème extrait

Lamia Missaoui (…) « La Mondialisation, elle arrange beaucoup les migrants (…) ce lien très fort entre les transmigrants pauvres et les multinationales, se retrouve, se croise dans ce désir de mondialisation qui permet aux frontières de s’effondrer, de s’effacer, et aux États-Nations d’être encore moins puissants qu’ils ne l’ont jamais été. Peut-être que les États-Nations continuent à courir derrière leur puissance et ils sont mis à mal de façon irrémédiable par les transmigrations »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

3ème extrait:

Lamia Missaoui (…) Le migrant nous propose de ne pas nous endormir sur nos lauriers du bien-être sédentaire, il nous propose quelque chose d’autre qui est probablement de l’ordre d’une capacité à nous sortir de ces crises multiples dans lesquelles nous sommes constamment ramenés; et la pire des crises probablement c’est celle du retour identitaire

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

4ème extrait

Michel Lussault : Les Hyperlieux font exploser les États-Nations. Les États-Nations ne veulent pas le reconnaitre; nous sommes dans un moment de réaffirmation postiche des États-Nations, ça n’est pas un hasard si des gens comme Trump, le mot postiche s’applique bien à lui y compris à sa chevelure, si ces acteurs là sont aujourd’hui des acteurs dominants parce qu’ils nous proposent un postiche qui est celui de l’État-Nation; un leurre qui vient dire à ceux qui sont piégés par leur sédentarité: « Nous allons vous proposer une ré-assurance d’enracinement »… mais c’est un mensonge…. On ne sortira pas de la crise les personnes piégées par leur sédentarité par un ré-enracinement identitaire, au contraire on précipitera leur crise.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

5ème extrait

Lamia Missaoui Les nouvelles technologies permettent à l’étranger d’être constamment connecté avec chez lui, avec sa famille et son pays d’origine et ça rend plus difficile l’idée qu’on puisse le sédentariser quelque part chez nous. (…) Les nouvelles technologies ne facilitent pas ce que nous défendons comme notion d’intégration

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Emission dans son intégralité Continuer la lecture de Mobilités et inégalités : la nouvelle lutte des places (France Culture)

Mélenchonisme: L’Homme que nous aimons le plus. (Archives cinéma français)

L’homme que nous aimons le plus c’est une brochure mais aussi un film. Une plongée soignée (et saisissante) dans l’organisation par le P.C.F. du culte à Staline durant la guerre froide. Ce film, interdit par la censure, n’obtint pas de visa (commercial ou non commercial) reçut le Prix du court-métrage au festival de Karlovy-Vary en 1950… Il est en fait une version courte de L’homme que nous aimons le plus, expurgée après son éviction en 1952 des passages où apparaît André Marty. La version longue complète a été numérisée en 2015.

Cette archive en dit long sur l’idéologie qui a gangréné (et qui gangrène encore) le milieux de la culture en France….

Le soixante dixième anniversaire du vainqueur de Stalingrad, en 1949, fut d’ailleurs l’occasion du plus stupéfiant déferlement d’adoration qu’un humain ait pu connaître au XXe siècle. Le PCF ne fut pas en reste qui publia une brochure et diffusa un film intitulés « L’homme que nous aimons le plus ». L’Humanité du 8 décembre 1948 publia à sa gloire un poème intitulé « Joseph Staline », dû à la plume de l’un des plus grands poètes français du XXe siècle : Continuer la lecture de Mélenchonisme: L’Homme que nous aimons le plus. (Archives cinéma français)

Ces journalistes qui changent de vie pour faire de la politique

C’est un exemple supplémentaire des allers-retours entre journalisme et politique: Laurence Haïm a annoncé mercredi qu’elle rejoignait l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron pour devenir sa porte-parole pour les questions de politique étrangère. La journaliste, qui a couvert les cinq dernières élections présidentielles aux États-Unis pour le groupe Canal +, a expliqué à l’AFP qu’elle considérait Emmanuel Macron comme le «French Obama». Ce changement de cap inattendu rappelle que ces trajectoires du monde journalistique à celui de la politique ne manquent pas, que ce soit lors d’une campagne électorale ou au sein d’un cabinet ministériel.

Après la campagne présidentielle de 2012, plusieurs journalistes avaient quitté leur rédaction pour embrasser une nouvelle carrière dans la politique. C’est le cas de Claude Sérillon, journaliste à France 2 et ancien présentateur du journal télévisé. Ce proche de François Hollande devient conseiller en communication du président en 2013, un poste qu’il occupera jusqu’en 2014, rappelle L’Express.

C’est également en 2013 qu’Hélène Fontanaud, ancienne responsable du service politique d’Europe 1 passée par La Tribune, Les Inrocks puis l’éphémère agence Sipa News après vingt ans à l’agence Reuters, choisit de devenir responsable de la communication du Parti socialiste. Elle est désormais chargée de la communication du ministre de l’Économie Michel Sapin. «Ces deux métiers se ressemblent sans être pareils. On a le même intérêt pour l’actu, de pouvoir expliquer. L’avantage quand on est un ancien journaliste est qu’on connaît mieux les besoins matériels des médias», raconte l’intéressée à l’AFP.

La démarche est alors loin d’être nouvelle. Lors du précédent mandat présidentiel, celui de Nicolas Sarkozy, la journaliste Myriam Levy, ancienne responsable du service politique du Figaro passée par Continuer la lecture de Ces journalistes qui changent de vie pour faire de la politique

L’autre vérité sur l’affaire Adama Traoré

NDLR: La complaisance de certain média avec la famille Traoré est assez inquiétante!

(…)

En enquêtant, un élément surprend : à chaque fois que des questions sont posées sur la famille Traoré, les habitants de Beaumont refusent de s’exprimer. « La vérité, c’est que tout le monde a peur des frères Traoré ici », finit par livrer l’un d’eux. « Ce sont des caïds, un clan, c’est Bagui, la tête de réseau », cible carrément un autre qui nous fait jurer de ne pas citer son nom. En creusant, on apprend que Bagui Traoré — actuellement en prison —, qui selon nos informations n’aurait pas hésité à donner trois identités différentes aux enquêteurs et se fait appeler Gibs Traoré sur Facebook, a fait l’objet de plusieurs procédures judiciaires pour « extorsion (en 2003 et 2005), détention non autorisée de stupéfiants en 2013 […], vol à l’aide d’une effraction, port prohibé d’une arme de 6e catégorie […] ». Pas vraiment un tendre.

Quant à Youssouf, qui met en avant sa probité sur Canal Plus, il serait tout de même connu pour « violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, violences volontaires, rébellion, menaces de mort ». De son côté, Adama est connu depuis 2007 à travers dix-sept procédures !

Pas tout à fait le profil de l’enfant de choeur décrit dans les médias. Continuer la lecture de L’autre vérité sur l’affaire Adama Traoré

Laurence Haïm quitte iTélé et rejoint Macron

Hystérique multiculturaliste, immigrationiste déjantée, obamaniaque chronique, Laurence Haïm restera dans l’histoire des média la journaliste militante de gauche qui n’a pas su contrôler ses nerfs à la ré-élection de Georges Bush.

Le nomination Laurence Haïm comme porte-parole de Macron apporte une nouvelle preuve des rapports incestueux entre les média et la caste politique en place depuis 40 ans.
En juin dernier la militante déguisée en journaliste faisait d’ailleur semblant de découvrir Macron. Elle nous avait servi une séance de léchage de botte comme elle savait si bien le faire:

« Quand je vous écoute, j’ai l’impression que c’est un discours qu’un homme de droite pourrait tenir. Et c’est ça qui m’intéresse dans votre parcours », lui avait lancé la correspondante du groupe Canal aux Etats-Unis.

« Vous êtes très fort pour partir dans un romantisme verbal que je trouve intéressant », reconnaissait-elle aussi alors qu’Emmanuel Macron éludait une de ses questions.


Obama s’en va, elle aussi. Laurence Haïm, correspondante emblématique d’iTélé à la Maison Blanche, tire sa révérence de la chaîne d’information en continu.

La journaliste de 50 ans l’a annoncé sur son compte Twitter ce mardi, quelques heures seulement avant de couvrir le dernier discours de Barack Obama.

D’après les informations du Monde, Laurence Haïm devrait rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, dont elle devrait devenir l’une des porte-parole.

Seule journaliste à interviewer Obama en 2008

Continuer la lecture de Laurence Haïm quitte iTélé et rejoint Macron

I-Média : Migrants et vote FN, le pur bobard d’Europe 1

 I-Média S03E47 : Migrants et vote FN, le pur bobard d’Europe 1. « Dans un petit village du Loiret, l’arrivée des “migrants” a fait reculer le FN » : C’est le reportage de Mélanie Nunes, reporter pour Europe 1.

Pour la journaliste, la cohabitation entre la centaine de « migrants » et les habitants s’est bien passée. Mieux : les habitants, après avoir rencontré les « migrants » ne peuvent plus voter pour le Front national.

3 affirmations, mais en réalité 3 bobards dictés par une seule idéologie.

I-Média décrypte.

Le zapping d’I-Média

Retour des « envahisseurs » à Calais : un retour annoncé par TV Libertés au moment du démantèlement de la jungle. Continuer la lecture de I-Média : Migrants et vote FN, le pur bobard d’Europe 1

La France doit-elle sortir de l’UE ? L’interprétation litigieuse de Bourdin enrage Twitter

La France doit-elle sortir de l'UE ? L'interprétation litigieuse de Bourdin enrage Twitter© ERIC PIERMONT Source: AFP
Les résultats des sondages de Jean-Jacques Bourdin sur Twitter sont souvent surprenants

Un sondage sur la sortie de la France de l’Europe a mal tourné pour Jean-Jacques Bourdin. Le journaliste a déclaré que 53 % des internautes voulaient que la France reste dans l’UE alors que les votes montrent le contraire à 62%.

Spécialiste des sondages chocs, Jean-Jacques Bourdin n’a pas failli à sa réputation mardi 3 janvier. Le journaliste qui recevait Marine Le Pen, a posté sur Twitter une question chère à la candidate frontiste : la France doit-elle quitter l’Union européenne ?

Au terme du sondage, plus de 13 000 participants ont donné le «oui» largement vainqueur, à 62%, signe de l’euroscepticisme grandissant en France.

Ce n’est pas tant le résultat qui a choqué les internautes, mais l’interprétation donnée par Jean-Jacques Bourdin dans un tweet. Pour le journaliste, le «non» l’a emporté à 53%.

Devant l’incompréhension totale des internautes au cours de la journée, le Community manager de RMC sera contraint de venir éteindre l’incendie. Ses explications, pourtant claires et sans ambiguïtés, ne vont pas convaincre la twittosphère. Il aura beau expliquer que l’heure à laquelle les résultats sont relevés est fixe – et que par conséquent le tweet de Jean Jacques Bourdin était exact à ce moment précis –les utilisateurs du réseau social y voient une nouvelle manipulation médiatique.

Certains demeurent persuadés que la radio a choisi délibérément un moment d’annoncer le résultat. Mettant même en cause le patron de la radio, Patrick Drahi, européiste convaincu. Continuer la lecture de La France doit-elle sortir de l’UE ? L’interprétation litigieuse de Bourdin enrage Twitter

Syrie, une victime de plus : la crédibilité médiatique (Jean-François Kahn)

Jean-François Kahn est le champion des indignés par retardement. Le courage consiste à dénoncer les agissements de la caste pendant qu’elle ment et désinforme, pas après que le mal soit fait. Enfin, mieux vaut tard que jamais….

Concernant la Syrie, une vision, purement idéologique, s’est substituée à la prise en compte objective d’une situation qui échappait totalement au confort intellectuel d’un tel schématisme binaire.
Illustration. Ici, un homme agite un drapeau syrien alors que des membres de l’opposition sont évacués d’Alep dans un convoi – CHINE NOUVELLE/SIPA

Aussi respectable et même juste soit-elle, une cause justifie-t-elle que, pour la défendre, on abolisse le réel à partir du moment où il devient dérangeant, jusqu’à se construire un monde complètement imaginaire ?

Cette remarque vaut même pour les cas limites. Ainsi, il ne fait pas de doute que tout démocrate se devait, pendant la guerre d’Espagne, de se ranger aux côtés des Républicains contre le camp fascisto-franquiste. Pour autant, fallait-il s’interdire, surtout si on était journaliste, de rapporter les terribles exactions anticléricales commises par les anarchistes ou la façon dont les communistes – héroïques par ailleurs – liquidèrent, sur l’ordre de Moscou, des militants antistaliniens ?

 Le cas syrien est certes moins limite. Il n’en était pas moins louable, a priori, de se déclarer solidaire d’une rébellion qui entendait lutter contre une implacable dictature. Est-ce à dire qu’il convenait de plier totalement, comme on l’a fait, le réel à une vision manichéenne que rien de dérangeant ne devait brouiller ? L’approche journalistique devait-elle à ce point se transformer en approche ultra militante ?

Car il va bien falloir, à la fin, l’admettre : la façon dont certains grands médias ont rendu compte de cette épouvantable tragédie correspondait de moins en moins à la vérité complexe de ce drame.

Pour des raisons sans doute respectables, on s’est de plus en plus raconté des histoires, auto-intoxiqué. Une vision, purement idéologique, s’est substituée à la prise en compte objective d’une situation qui échappait totalement au confort intellectuel d’un tel schématisme binaire.

Récemment Le Monde rapportait, incidemment, qu’en 2013, les Continuer la lecture de Syrie, une victime de plus : la crédibilité médiatique (Jean-François Kahn)

«C à Vous», «TPMP!», «On n’est pas couché»… Les salaires des chroniqueurs dévoilés

Ces salaires sont à ajouter aux autres salaires que ces chroniqueurs touchent par ailleurs… on comprend alors pourquoi toute cette caste souhaite que le système perdure.


Cette semaine, nos confrères de Télé 2 semaines lèvent le voile sur les salaires des chroniqueurs de la télévision. De «Vivement dimanche prochain» à «Touche pas à mon poste!», en passant par «C à Vous» ou encore «C dans l’air»: découvrez combien gagnent les stars du petit écran par intervention.

«Vivement dimanche prochain» : chaque semaine, à tour de rôle, des humoristes se produisent dans le studio Gabriel pour amuser les invités du canapé rouge de Michel Drucker. Pour chaque prestation, ils sont rémunérés entre 1200 et 1500 euros. Lorsqu’ils sont en duo, à l’image des Chevaliers du Fiel, ils perçoivent deux fois ce montant. Anne Roumanoff, humoriste dans le talk-show depuis septembre 2007, est la mieux payée: 3000 euros par émission.

«On n’est pas couché» : Continuer la lecture de «C à Vous», «TPMP!», «On n’est pas couché»… Les salaires des chroniqueurs dévoilés

« Fake news » dans les médias allemands (palmarès 2016)

[L’hebdomadaire Junge Freiheit a établi une liste des principales « fake news » diffusées par les médias outre-Rhin. Cela va du « krach boursier en cas de victoire de Trump » à une « chasse aux réfugiés faite par la populace dans les rues de Bautzen ». Extraits :]

Petry veut ouvrir le feu sur les réfugiés

Au mois de janvier, six semaines avant d’importantes élections régionales, tous les médias annoncent que Frauke Petry, patronne de l’AfD, demande qu’on donne « l’ordre d’ouvrir le feu » pour défendre l’Allemagne contre les réfugiés. La vérité : Lors d’une entrevue avec le journalMannheimer Morgen , les reporters l’interrogent huit fois jusqu’à ce que Petry finisse par citer une loi qui autorise les gardes-frontières à faire usage de leurs armes en cas de nécessité. Les journalistes sont les seuls à parler d’ »ordre d’ouvrir le feu ». Elle déclare : « Aucun policier n’a l’intention de tirer sur un réfugié. Et moi non plus. »

Les réfugiés sont des personnes qualifiées

Les réfugiés sont hautement qualifiés, continuent d’affirmer en 2016 les médias dominants. Ils vont remédier au manque de personnel qualifié et alimenter les caisses sociales et de retraite. La vérité :Deux tiers sont analphabètes, même les Syriens qui ont un Continuer la lecture de « Fake news » dans les médias allemands (palmarès 2016)

Quand DIDIER MAÏSTO (Sud Radio) dénonce les petits arrangements entre RMC, Patrick Drahi, CSA… etc… etc…

J’étais passé à côté de cette interview. Parce qu’elle est très révélatrice de la mafia qui tient le paysage médiatique en France, je vous invite à l’écouter.

Didier Maïsto, président de Sud Radio et Lyon Capitale, revient sur sa mésaventure avec le CSA en 2011. Dans son entretien à TVL, il montre comment les hautes autorités « indépendantes » sont totalement liées au pouvoir politique et économique.

Source: OJIM
Alors qu’un appel à candidatures avait été lancé pour l’attribution de 6 fréquences TNT, le patron du puissant groupe Fiducial Medias avait déposé, le 18 octobre 2011, un dossier pour une chaîne de débats et de documentaires appelée « D-Facto ». Le but était de diffuser, chaque soir, un documentaire de qualité suivi d’un débat citoyen. Adossé à un groupe solide et porteur d’un projet sérieux, M. Maïsto avait alors reçu de belles promesses.

Finalement, aucune fréquence ne lui a été attribuée. Et pour cause : d’après ses dires, tout ceci n’était qu’un simulacre et l’affaire était pliée d’avance. Ainsi, avant même le jour de clôture officiel des dépôts, ce dernier connaissait déjà la liste des heureux gagnants parmi lesquels la chaîne RMC Découverte détenue par Alain Weill, pourtant déjà présent sur la TNT, et surtout Numéro 23, chaîne de la « diversité » dirigée par Pascal Houzelot.

Numéro 23, c’est une coquille vide qui n’a presque aucun salarié, seulement 11 000 euros de capital et qui se contente de rediffuser des séries Z à longueur de journée. Continuer la lecture de Quand DIDIER MAÏSTO (Sud Radio) dénonce les petits arrangements entre RMC, Patrick Drahi, CSA… etc… etc…

Audrey Azoulay : « Dès 2017, l’État investira 10M€ supplémentaires par an pour stabiliser le secteur de la presse

Comment espérer avoir une presse indépendante et libérée du conformisme idéologique quand celle-ci dépend de plus en plus des subsides de l’État. Ce système s’éloigne des fondements qui régissent la démocratie.


Source

La ministre de la Culture Audrey Azoulay rappelle l’importance du financement public du secteur de la presse et promet une augmentation significative des investissements en 2017.

 Les grands éditeurs de presse étant de plus en plus la propriété de groupes industriels, l’argent public ne va-t-il pas à des acteurs industriels qui n’en ont pas besoin ?

Audrey Azoulay : Le soutien des pouvoirs publics est indispensable à l’ensemble de l’écosystème de la presse, particulièrement fragile actuellement. Les gros éditeurs sont ceux qui réalisent les plus fortes ventes et donc qui contribuent le plus à l’ensemble de la filière, y compris à la rémunération des marchands. Mais après avoir attribué l’aide au pluralisme à une cinquantaine de titres dont la diffusion ne doit pas dépasser 300.000 exemplaires, nous l’étendons aux mensuels, bimensuels et aux trimestriels de la presse locale d’information politique et générale.

(…)

 Pour soutenir la presse écrite, ne faudrait-il rediriger les aides sur la diffusion et plus particulièrement vers les kiosques ? Continuer la lecture de Audrey Azoulay : « Dès 2017, l’État investira 10M€ supplémentaires par an pour stabiliser le secteur de la presse

Anne Frank et sa famille n’auraient peut-être pas été dénoncés

Heureusement que cette info est sortie d’un musée adoubé par le système. Si un historien s’était risqué  à faire cette révélation, il aurait été conspué par la planète entière.


Des recherches tendraient vers une découverte « par hasard » de la famille Frank en 1944.

Une photo d'Anne Frank diffusée en 1959, 15 ans après sa mort
Une photo d’Anne Frank diffusée en 1959, 15 ans après sa mort 

Qui dénonça la famille d’Anne Frank en ce jour fatidique de l’été 1944 ? Après des décennies de vaines recherches, une nouvelle étude suggère que l’adolescente juive et les autres clandestins de l’Annexe pourraient avoir été découverts « simplement par hasard ».

Pour le musée Anne Frank d’Amsterdam, qui publie l’étude, « il est possible » que la perquisition qui mena à la découverte de l’appartement secret de l’entreprise familiale ait été effectuée « à cause d’emplois illégaux et d’un trafic de coupons de rationnement ».

Et donc, que « les enquêteurs aient découvert Anne Frank et les sept autres clandestins simplement par hasard ».

Née à Francfort-sur-le-Main en Allemagne le 12 juin 1929, Anne Continuer la lecture de Anne Frank et sa famille n’auraient peut-être pas été dénoncés