Archives de catégorie : Média-mensonge et propagande

Manipulation de masse et conformisme: l’expérience de Asch (vidéo)

L’expérience d’Asch, publiée en 1951, est une expérience du psychologue Solomon Asch qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d’un individu au sein d’un groupe. C’est exactement ce que cherchent à produire les instituts de sondages sur les électeurs.
Solomon Asch invita un groupe d’étudiants de 17 à 25 ans à participer à un prétendu test de vision. Tous les participants étaient complices avec l’expérimentateur, sauf un. L’expérience avait pour objet d’observer comment cet étudiant (le sujet) allait réagir au comportement des autres.

Les complices et le sujet furent assis dans une pièce et on leur demanda de juger la longueur de plusieurs lignes tracées sur une série d’affiches. À chaque fois, il fallait qu’ils désignent laquelle était la plus courte, lesquelles étaient de même longueur, etc. Au début, les complices donnent à l’unanimité la même fausse réponse avant de laisser le sujet répondre en dernier.

Tandis que la plupart des sujets répondirent correctement, beaucoup furent assez perturbés, et un grand nombre (33 %) finissait par se conformer aux mauvaises réponses soutenues à l’unanimité par les complices. Les sujets étaient même amenés à soutenir des réponses allant contre l’évidence et leur propre vue , pour par exemple affirmer que deux lignes avaient la même longueur, alors que l’écart était très visible car de plus de 5 cm.

Lorsqu’il n’y avait pas unanimité parmi les complices, les sujets s’émancipaient du groupe pour soutenir la réponse vraie, mais dissidente et contrariante pour le groupe ;
Des sujets témoins qui n’étaient pas soumis à un point de vue majoritaire, n’eurent aucun mal à donner toujours la bonne réponse.
Après l’annonce des résultats, le sujet attribuait généralement sa piètre performance à sa propre « mauvaise vue ». Ceci rejoint dans une certaine mesure l’expérience de Milgram où le sujet accuse l’expérimentateur d’être responsable de son comportement. Dans les deux cas, le sujet se dédouane

Les sondages sur Marine Le Pen seraient-ils manipulés ?

Il y a un mois, alors que le FN était à la recherche de ses signatures, le journaliste Emmanuel Ratier évoquait les possibles manipulations des sondages. Il dénonçait notamment le refus des instituts de sondages (tous affiliés soit à la droite soit à la gauche) à donner les chiffres bruts. En effet, les chiffres des études vendues à la presse sont soit lissés soit redressés. Cela permet d’augmenter de façon totalement subjective de 3 à 6 points un candidat ( redressement) ou de baisser d’autant les intentions de vote d’un autre.
Cette liberté d’interprétation permet de faire des coups médiatiques, d’animer la campagne et ainsi d’améliorer les ventes de la presse.

Convenons que le suspens est plus intense et l’information plus alléchante si Mélenchon talonne Marine Le Pen, que s’il se trouve à 6 points derrière.


R-Courtoisie 2012.02.13 Lesquen/Ratier – MLP par Hieronymus20

Prenons les intentions de vote de Marine Le Pen par catégorie professionnelle:

Intentions de Vote chez les agriculteurs: 21% (source)

Intention de vote chez les salariés du privé: Continuer la lecture de Les sondages sur Marine Le Pen seraient-ils manipulés ?

Coup de gueule de Goldnadel contre Pascale Clark et France Inter (RMC)

Dans les GG de RMC, Gilles-William Goldnadel pousse un coup de gueule contre les médias de gauche.

« Regardez dont la manière Pascale Clark a traité mon confrère Gilbert Collard, et la manière obséquieuse dont Mme Clark, ce matin, a traité Mélenchon ! C’était le jour et la nuit ! Et pourquoi je me fâche ? Parce que France Inter est une radio de service public ! » – Gilles-William Goldnadel

Voir aussi l’article de Marianne consacré à la façon dont le souverainiste Dupont-Aignan a été traité sur la radio des bobos-gaucho. Petit rappel: l’actuel directeur des programmes de France inter a été placé par Sarkozy. Il s’agit de philippe Val, l’ancien directeur du journal gauchiste et pseudo-subversif Charlie-Hebdo mais aussi partenaire de scène du pédophile patrick Font.

1er tour de la présidentielle : Le suspense reste entier

A 15 jours du vote, l’incertitude s’accroît à propos de l’issue du 1er tour de la présidentielle, Nicolas Sarkozy ayant pris un léger ascendant sur François Hollande selon les sondages, tandis que les limites de la dynamique créée par Jean-Luc Mélenchon sont difficiles à cerner et que l’électorat du FN reste «insaisissable».

«Objectivement, je ne vois pas comment Marine Le Pen peut passer en dessous des 15-17%», dit hors micro un ministre UMP.

Donné vainqueur au second tour par une marge significative (54-46 ou 53-47), le candidat socialiste reste aujourd’hui le favori du scrutin, mais a reculé dans les intentions de vote, selon la plupart des sondages, pour se situer désormais à 27-28% au 1er tour. […]
Selon Emmanuel Rivière (TNS Sofres), on ne peut encore écarter l’hypothèse d’une finale inattendue au soir du 22 avril. «Un duel trop certain, trop annoncé, a pour caractéristique de produire des effets qui peuvent fragiliser ce scénario», met-il en garde. […]

On ne peut exclure que François Hollande tombe sous les 25% d’intentions de vote dans les quinze jours, ni que Marine Le Pen fasse le 22 avril un score bien plus haut que celui qui lui est prêté actuellement (entre 13 et 15%), estime-t-il

La candidate du Front national «est à un niveau élevé, dans l’absolu. Cela crée une incertitude, avec un électorat FN insaisissable» qui peut jouer les trouble-fête si l’abstention est élevée, poursuit l’expert. Un électeur sur quatre est tenté de s’abstenir, d’après une enquête BVA. […]

La poussée Mélenchon conduit François Hollande à mettre en garde contre «la dispersion à gauche» et à agiter «le spectre du 21 avril 2002» dans un électorat encore traumatisé par cet épisode.

Le Parisien

Quand l’islamophile Mélenchon regrettait avec Hitler que Charles Martel ait « arrêté les arabes à Poitiers »

Pour le robespieriste Mélenchon, l’histoire de France commence en 1789. Pour l’islamophile Mélenchon, la France n’a pas de racine chrétienne. Pour ce nostalgique de la révolution bolchévique de 1917, un républicain tiers-mondiste et Franc-maçon doit être dur avec le catholicisme et faible avec la religion des nouveaux damnés de la terre, l’Islam .


Bruno Gollnisch : "j'aime la France comme on… par o-r-i-o-n

Ce constat n’est en rien exagéré. Les historiens-militants ont imposé une vision historique manichéenne. Selon eux, sans le monde arabo-musulman, la France n’aurait jamais connu de la Grèce antique. Thèse battue en brèche par l’historien Sylvain Gouguenheim dans son livre  » Aristote au Mont saint-Michel » où il démontre que c’est grâce aux chrétiens d’Orient que nous avons eu accès aux penseurs grecs. Comme de bien entendu, cet essai fit l’objet d’une vive polémique menée tambour battant par les censeurs de la gauche bienpensante.
Et le petit père sans peuple n’est qu’une voix au milieu d’une meute qui vitupère et impose son totalitarisme moral.
Par exemple, le 7 mai 2011, invité de l’émission « Répliques » de Alain Finkelkraut sur France Culture, Jean-Luc Mélenchon a atteint des sommets dans la propagande pour l’arabo-islamisme.

< – Au sujet de la bataille de Poitiers de 732, M. Mélenchon regrette la victoire de Charles Martel.

« … Si on avait pu s’épargner les siècles d’obscurantisme que nous a valu la main-mise de l’Eglise sur l’Occident chrétien, si on avait pu, nous, gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses… »

Et re-voilà le stéréotype de la merveilleuse civilisation andalouse auquel a fait son sort Jacques Heers, professeur émérite à la Sorbonne lorsqu’il explique : Continuer la lecture de Quand l’islamophile Mélenchon regrettait avec Hitler que Charles Martel ait « arrêté les arabes à Poitiers »

Affaire Merah : il déchire son passeport français dans une mosquée, « Allah akbar » (vidéo)

Sarkozy a beaucoup fait pour l’islam en France. Mais les islamistes ne lui sont pas reconnaissant. En Algérie ils sont même limite grognons. L’affaire Mérah leur reste en travers du coran.
Nous ne pouvons que leur conseiller de rester calme. Il n’y a aucune raison d’aller égorger des prêtres ou de se faire sauter dans un restaurant d’Alger à l’aide de quelques bâtons de dynamites discrètement dissimulés dans une couscoussière. Il faut raison garder.
Car en soutenant le père de Mohamed Mérah dans sa volonté de porter plainte contre la France, Pierre Laurent, premier secrétaire du PCF, vous a démontré qu’il existe des gens en France capables de faire preuve d’un peu d’humanisme. En déclarant que s’il était élu il se rendrait en Algérie parce que là bas nous y avons que des amis, le Franc-maçon Jean-Luc Mélenchon vous a fourni la preuve que la gauche aura toujours la main tendue en direction des damnés de la terre. Et François Hollande n’ a-t-il pas déclaré qu’il fallait que la France fasse repentance ?.
Alors, restons calme! Vous et tous vos amis barbus de la planète n’avez aucune raison de vous énerver. Dans quelques semaines, une fois élu à l’Élysée, les porteurs de valise de la gauche mélenchoniste, et l’ami de Ben Bella devraient vous arranger les choses. Et vous verrez tout redeviendra comme avant…

Avec la gauche vous aimerez la France à nouveau… et vous aurez même le droit de vote ! c’est pas cool ça !

une allocution du cheikh algérien Ali Belhadj, du Front Islamique du Salut, allocution lors de laquelle un musulman détenant la double nationalité française et algérienne déchire son passeport français devant la caméra.

90% des Français refusent d’être sondés, et ils ont raison !

Chaque jour nous vaut son lot de sondages sur l’élection présidentielle. Et voilà que Nicolas Sarkozy croise la courbe de François Hollande, et voilà que Jean-Luc Mélenchon dépasse François Bayrou et Marine Le Pen, atteignant le seuil symbolique des 15%.

Bien sûr, chaque publication se fait fort de reproduire l’avertissement de la Commission des sondages : « les sondages ne sont qu’un instrument d’analyse de l’opinion publique et non pas un outil de prévision des résultats électoraux. » Il n’empêche que les politologues en tirent des conclusions hâtives.

Or ces sondages sont entachés de nombreux biais et approximations qui mettent en cause leur « vérité » présentée comme scientifique voire comme parole d’Evangile.

Premier biais : les fameux « redressements ».

Les chiffres bruts sont corrigés à la hausse ou à la baisse, sous prétexte que des électeurs auraient honte de déclarer leur vote pour tel ou tel. En 2002 et 2007, les scores de Jean-Marie Le Pen étaient multipliés par deux voire par trois. On sait que cette correction fut insuffisante en 2002, et comme pour se rattraper, les sondeurs ont poussé le balancier trop loin dans l’autre sens en 2007. Et qu’en est-il pour Marine Le Pen en 2012 ? Mystère total, puisque les chiffres bruts sont soigneusement cachés au public.

Ces redressements relèvent donc plus de cuisine interne et opaque que d’une démarche scientifique. On dit qu’il se baseraient sur les déclarations de vote des sondés quand on les interroge sur leurs votes précédents. Encore faudrait-il qu’ils s’en souviennent, et qu’ils ne mentent pas… par honte ! Les nombreux déçus du sarkozysme diraient-ils tous qu’ils ont voté pour l’actuel président-candidat en 2007 ? Et si les vieux « frontistes » ne se gênent plus de dire vouloir voter pour Marine Le Pen, qu’en est-il de nouveaux électorats qu’elle pourrait conquérir, comme les fonctionnaires ou les personnes âgées, qui pourraient craindre le « qu’en dira-t-on » ? Et les jeunes, sont-ils plus francs et moins soucieux de la famée que leurs parents par franchise et bravoure, ou sont-ils encore plus soumis au « politiquement correct » de leurs aînés ? (1)


Bref, les « redressements », c’est du doigt mouillé soumis à des vents contraires et qui peuvent donc aller dans tous les sens.

Second biais connexe aux redressements : les sondés peuvent tout simplement mentir.

Voilà qu’on m’appelle au téléphone pour me demander pour qui je vais voter. La dame au bout du fil se présente de la part de tel ou tel institut, mais je n’ai aucun moyen de vérifier. Vais-je livrer mes opinions politiques (et parfois d’autres plus intimes parce que le sondage politique est noyé parmi d’autre pour limiter les frais) à une parfaite inconnue qui connaît donc mon numéro de téléphone et peut ainsi avoir mon identité ? Alors oui, je serai tenté de lui mentir, de lui dire que je ne pratique pas la sodomie, que j’ai tout ce qu’il me faut en équipement internet et téléphonique, et que je ne soutiens pas l’ultra-gauche.

Second biais : les refus de répondre. Dans une interview de 2011 Brice Teinturier, grand sondeur devant l’Eternel et les caméras, nous apprenait que pour constituer le classique panel de 1000 votants, les instituts de sondage réalisaient 7000 appels. Alain Garrigou, spécialiste du sujet qui donne moult conférence, parle quant à lui de 13 000 appels pour obtenir 1000 réponses. Soit un rapport moyen de 1 à 10 !

Quand est-ce que les sondeurs tombent sur « des becs » ? Continuer la lecture de 90% des Français refusent d’être sondés, et ils ont raison !

Georges marchais dévoile l’imposture Mélenchon sur l’immigration

C’est certainement parce que notre société s’attache un peu trop aux apparences et au spectacle que les média-complices présentent Mélenchon comme une réplique de Georges Marchais. Or, même si le petit père sans peuple interprète à merveille son rôle de composition, il est à des années lumières du secrétaire générale du PCF. Et particulièrement sur la question de l’immigration. Parce que pour Jean-Luc Mélenchon,  » les pays qui vivent entre vieilles souches se rabougrissent ». Mêchantcon a le même objectif que celui du MEDEF: accueillir toujours plus d’immigrés et régulariser tous de ceux qui se trouvent sur notre sol.

C’est la confirmation que Mélenchon n’est qu’un attrape BOBO… pour Marchais, il en allait tout autrement:

Jean-Luc Mélenchon… l’idiot utile du système

A un mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2012, l’islamogauchiste Jean-Luc Mélenchon est porté aux nues dans les médias. Car il entre dans le jeu tactique du candidat Sarkozy, dont il affaiblit les concurrents, et dans la stratégie de la superclasse mondiale car si le sénateur Mélenchon vitupère il ne conteste ni l’immigration, ni le libre-échange ; enfin, il concentre ses coups sur la candidate populiste.
Michel Geoffroy décrypte pour Polémia une séquence de la campagne électorale.

M. Jean-Luc Mélenchon monterait dans les sondages. Il talonnerait, paraît-il, Marine Le Pen et dépasserait François Bayrou (LeFigaro.fr du 27 mars 2012). C’est la nouvelle que les médias nous diffusent en ce moment sur l’air des lampions.

C’est en tout cas une bonne nouvelle pour Nicolas Sarkozy. Car le candidat du Front de gauche aurait l’avantage de prendre des voix à la fois au parti socialiste et à Marine Le Pen. Il favoriserait en outre une dispersion des suffrages au premier tour dont le président candidat espère profiter. Comme la majorité des journalistes déclare en outre une sensibilité de gauche, tout le monde rame dans le même sens : des pigistes aux commanditaires, pour promouvoir saint Jean-Luc en qualité de populiste fréquentable. Voilà, pour l’oligarchie, ce qui s’appelle joindre l’utile à l’agréable.

Un vieux film nostalgique

L’homme a, il est vrai, un talent oratoire certain : une voix impérieuse qui s’entend, un style gouailleur et la tête de l’emploi. On le verrait bien jouer dans un film policier en noir et blanc à côté de Lino Ventura ou avec Jean Gabin dans La Bête humaine de Jean Renoir.

Car il nous la joue sur un mode nostalgique, Jean-Luc : il nous mime le retour de la gauche laïque du temps des deux Georges : Georges Marchais pour le parti communiste et Georges Séguy pour la CGT. Il nous repasse un vieux film politique mais en version colorisée, badigeonnée d’un soupçon de révolte sur la Place de la Bastille, au son de l’accordéon : cela plaît aux bobos qui, eux, rêvent de revivre Mai 1981 à défaut de Mai 1968.

Jean-Luc excelle à nous renvoyer à l’époque où le monde était simple et écoute son programme électoral comme on verrait de vieilles images d’actualité en cinéma muet : il n’y a qu’à « prendre l’argent où elle est », comme disait le vieux Georges, créer des emplois publics et des logements sociaux, nationaliser et, bien sûr, faire payer les riches. Jean-Luc promet aussi de mettre en place une Constituante, comme en 1946.

A lire son programme électoral on se sent rajeunir : nous ne sommes plus en 2012 mais au mieux en 1970. Cela doit assurément plaire aux papys qui rêvaient d’un grand soir de « justice sociale ». Nostalgie, quand tu nous tiens…

Il a tout compris
Continuer la lecture de Jean-Luc Mélenchon… l’idiot utile du système

Les sondages : une pseudo-science et un outil de manipulation de masse.

Un récent communiqué de la Commission des Sondages, passé  inaperçu, vient de sonner la fin de récréation dans le landerneau politico-médiatique parisien.

Cette commission indique que les sondages électoraux sont à regarder avec la plus grande prudence, ajoutant que « les sondages ne sont qu’un instrument d’analyse de l’opinion publique et non pas un outil de prévision des résultats électoraux «.

Diantre, pourtant chaque nouvelle vague de sondages montre un duel annoncé entre Hollande et Sarkozy ( totalisant à eux deux 50 à 60% des intentions de vote ) loin devant la candidate Marine Le Pen ( 15 à 18% ).

Pourquoi une telle distorsion ?

Arrêtons-nous un instant sur les modalités techniques de réalisation des sondages.

Généralement un sondage est réalisé sur un échantillon de 1000 personnes ; sur ces 1000 individus, environ 30% n’iront pas voter et entre 10 et 20% demeurent indécis ; au final donc entre 600 et 700 réponses sont prises en compte, avec une marge d’erreur annoncée de l’ordre de 4%.

Dans la réalité, il existe 2 biais majeurs à ces enquêtes.

Le 1èr biais concerne les redressements opérés par les instituts de sondage, qui sont aujourd’hui sujets à caution. Outre les redressements dits « techniques » ( méthode des quotas ), il existe un second type de redressement beaucoup plus contestable : en partant du principe qu’une partie des sondés ne dit pas la vérité sur leurs intentions futures, on les interroge sur leurs votes passés ( Présidentielle 2007, derniers scrutins locaux) puis on modifie les scores des candidats en fonction des écarts constatés.

Ce type de démarche conduit inévitablement – ou volontairement ? – à minorer le score de Marine Le Pen pour 2 raisons :

  • La première est liée au fort taux d’abstention lors des récentes élections locales qui a impacté – on ne l’a pas assez dit –  l’électorat traditionnel du FN, c’est-à-dire les classes populaires;  ceci conduit à réduire le score de Marine Le Pen.
  • La deuxième raison a trait aux ressorts psychologiques des individus; pour beaucoup d’anciens électeurs de Sarkosy, il y a comme un goût de trahison et l’impression – et ce n’est pas qu’une impression ( sic ) – de s’être fait « roulé dans la farine » ; je ne sais pas vous, mais moi il ne m’est jamais agréable de dire que l’on s’est fait possédé, particulièrement si l’interlocuteur en face est un parfait inconnu. Il parait donc probable que les déclarations de vote des sondés minimisent le score de Sarkozy en 2007, ce dernier étant par la suite redressé à la hausse, donc A TORT, au détriment du score de Marine Le Pen ; ceci expliquerait le niveau actuel du président, proche de 2007, alors qu’il bat tous les records d’impopularité.

 

Maintenant attachons-nous au deuxième biais des sondages, qui n’est que très rarement évoqué, alors qu’il constitue à notre avis une distorsion majeure.

Dans une interview de 2011 Brice TEINTURIER, délégué d’IPSOS France, Continuer la lecture de Les sondages : une pseudo-science et un outil de manipulation de masse.

Attentat du Milk Bar : Zohra Drif ne regrette rien (vidéo)

Colloque de Marseille pro-FLN: De Jean Daniel à Guy Bedos en passant par Benjamin Stora, la gauche assume ses horreurs.

La rencontre entre Zohra Drif, la poseuse de bombes du Milk Bar, et Danielle Michel-Chich, une de ses victimes, était attendue. Mais la confrontation n’a pas tenu ses promesses, Zohra Drif se contentant d’expliquer que c’est l’Etat français qu’elle visait…

A peine entrée sur scène, Zohra Drif s’attire déjà les foudres du public :

« Vous êtes une criminelle de guerre ! Vous avez tué des enfants ! ».

Face à ces accusations, elle reste de marbre, sans doute habituée. Pour ne pas trahir sa pensée, l’ancienne militante pour l’indépendance choisit de lire son texte comme un discours bien rôdé. La salle plonge alors dans le silence, dans l’attente d’excuses qui ne viendront jamais : « Nous avons pris les armes pour combattre un système. Ce genre de système ne vous laisse d’autre choix que de mourir pour vivre dans votre pays. »


Réponse de Zohra Drif à Danielle Michel-Chich par Marianne2fr

Zohra Drif est née en 1938 dans une Algérie alors considérée comme française. Pendant ses études, elle découvre les grands philosophes qui l’amènent à s’interroger sur la condition de son propre pays. Convaincue que « les Algériens méritent plus qu’un simple statut de sujet », elle s’engage dans la lutte pour l’indépendance et rejoint le « Réseau des bombes », en cheville avec le Front de Libération Nationale (FLN).

Pour une cause qu’elle considère encore aujourd’hui comme juste, elle va jusqu’à poser une bombe dans un bar fréquenté par les pieds-Noirs. Pourtant Zohra Drif persiste et signe.

Et même minimise : « J’ai posé une petite bombinette » ! (…)

Marianne2

La Mosquée islamiste de Bordeaux: Juppé a une tendresse pour les frères musulmans

Il y a un an, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé jugeait « intéressants » les échanges qu’il avait eu au Caire avec des jeunes issus du mouvement islamiste des Frères musulmans.
Il avait même déclaré lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de sa visite:

« Le dialogue que j’ai eu avec l’ensemble de cette délégation, et en particulier avec les membres des Frères musulmans, a été intéressant, et m’a permis de bien mesurer que la présentation qui est faite parfois de ce mouvement mérite d’être éclairée et approfondie »

Mais Monsieur Juppé n’est pas sans savoir que le chef des Frères musulmans n’est autre que Al Qaradawi, l’imam que le gouvernement vient opportunément d’interdire  après que le Front National et une série d’associations se soient indignés du visa qui lui avait été délivré.

Petit rappel des propos tenus par Al Qaradawi:

Sur le djihad «Vers Jérusalem nous nous dirigeons, martyrs par millions.» (vidéo)

«L’opération martyre est le plus haut de toutes les sortes de djihad dans le sentier d’Allah.» (lire)

Sur les juifs «Allah a imposé Hitler sur les juifs pour les punir, et si Allah le veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants» (vidéo)

Sur les homosexuels: « Les diverses écoles de pensée (de l’islam) divergent d’opinion quant à la façon de punir (les gays). Certains disent qu’ils devraient être punis comme les fornicateurs. (…) Certains disent qu’ils devraient être projetés du haut d’endroits élevés comme Dieu l’a fait avec les gens de Sodome. Certains disent qu’on devrait les brûler, etc. Il y a désaccord. La chose importante c’est de traiter cet acte (homosexuel) comme un crime. » (vidéo)

Fatwa contre Noël dans toute la péninsule arabe : « Il est déraisonnable que de telles célébrations puisse avoir lieu au Qatar, qui se trouve dans la péninsule arabe et dont la langue de la population est musulmane.» (vidéo)

 

Mais le ministre français des Affaires étrangères  ne se contente pas de parler avec les frères musulmans, il leur donne aussi les moyens de prêcher « leurs bonnes paroles » en France. En effet, comme le précise Joachim Véliocas auteur du livre « Ces maires qui courtisent l’islamisme « , Alain Juppé déroule le tapis rouge à un imam marocain dont le modèle est Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères Musulmans…La conquête du pouvoir politique est évoquée explicitement par l’islamiste qui va diriger la Grande Mosquée de Bordeaux…

 

 » J’ai dis dès le départ qu’il me semblait normal et même nécessaire que les musulmans de notre ville puissent pratiquer leur culte [note : les musulmans modérés apprécieront l’amalgame avec les islamistes de l’AMG qui portent le projet] dans une mosquée moderne (…) nous sommes en contact permanent avec les promoteurs du projet c’est à dire l’Association des musulmans de la gironde [ note: affiliée à l’UOIF, fédération islamiste proche des Frères Musulmans] , le recteur de la mosquée l’imam Tareq Oubrou et nous espérons que ce dossier va avancer, j’ai dis que je ferai  tout pour qu’un terrain soit disponible [ note: le terrain a déjà été acheté par la mairie] sur la rive droite c’est le site que nous avons choisi (…) j’espère que le projet pourra se concrétiser dans les prochains mois« 

L’imâm Oubrou dont parle Juppé est bien connu de nos lecteurs. Le livre-enquête Ces Maires qui courtisent  l’islamisme paru récemment a analysé sur  70 pages ses références doctrinales, ses liens avec des associations islamistes et ses positionnements fluctuants au cours des années, l’homme se polissant crescendo à mesure de la progression de son accès aux médias.

Quelques citations  extraites d’une de ses conférences en interne, avant son opération séduction avec la république, auraient pourtant dû suffire à justifier un renvoi au pays : Continuer la lecture de La Mosquée islamiste de Bordeaux: Juppé a une tendresse pour les frères musulmans

Colloque sur le cinquantième anniversaire de la guerre d’Algérie à Marseille. (vidéo)

À Marseille, le vendredi 30 mars 2012 aura lieu un colloque animé uniquement par des intervenants de gauche… Autant dire que cet événement n’a rien à voir avec un colloque d’historien mais ressemble plus à une petite sauterie entre amis bienpensants, dont il faut préciser qu’un grand nombre d’entre eux furent les complices du FLN

On rêve d’un temps où la manipulation de l’Histoire par des pseudo-intellectuels aura cessé. Peut-être retrouverons nous alors un vrai débat démocratique et républicain… mais la gauche est-elle encore soucieuse de la démocratie et de la République ?

Ce colloque va réunir, non seulement, d’anciens terroristes comme Zohra DRIFF, aujourd’hui sénatrice algérienne, Yacef SAADI bien connu à Alger, mais également une pléiade de pieds noirs rouges, porteurs de valises du FLN pendant la guerre, comme J. DANIEL, L. GARDEL, Benjamin STORA, Guy BEDOS, Elisabeth GUIGOU, Bernard Henry LEVY et des amis du FLN comme Pierre JOXE, G. SITBON, P. BLANCHARD, M. CZAFRAN, J.L BIANCO, Jacques JULLIARD, Jean-François KAHN, Jean jacques AILLAGON, Jack LANG, peut-être, Manuel VALLS remplaçant François HOLLANDE, Robert VEDRINE, et Ségolène ROYAL…

Nous ne trouvons aucun interlocuteur historien de droite pour apporter quelque vérité et faire les interventions nécessaires pour rétablir certains faits. Vous apprécierez la démocratie qui règne dans ce colloque !

L’organisation étant réalisée sous la houlette du Journal Marianne, du journal Algérien El Khabar, France Inter, le journal La Provence, la chaine télé LCM, Radio Bleue, la Société Casino et le Conseil général des Bouches du Rhône.

http://www.rnfaa.com/

Zemmour face au trotskyste Edwy Plenel, ancien directeur du journal Le Monde et co-fondateur de Médiapart.


Eric Zemmour sort de ses gonds face à Edwy Plenel par TELEOBS

Polémique autour d’un concours de rap organisé dans un lycée de Carcassonne

L’éducation entre les mains de la gauche donne de fameux résultats. Les élèves de France sont tellement performants qu’on peut même se permettre d’organiser des concours de rap dans l’enceinte d’un lycée. C’est en tout cas ce qu’ont dû se dire les profs bienpensants de Carcassonne – sans doute des électeurs de Mélenchon – pour permettre à l’un de leurs élèves d’en appeler à l’action terroriste contre la France.

ET une enquête a été ouverte par la brigade de sûreté urbaine du commissariat de police de Carcassonne, sur une vidéo mise en ligne dernièrement sur le site Internet « You Tube. »

La vidéo présente un adolescent de 17 ans, élève au lycée Jules-Fil, en train de chanter du rap, micro en main, dans le cadre d’un concours « slam, rap et hip-hip » organisé dans son établissement, en partenariat avec l’association « 11 Bouge », et la direction du Chapeau Rouge (salle de concert de Carcassonne).

Sur le support vidéo, tourné le 2 mars, le jeune chanteur annonce clairement la couleur :

« Je sors le Uzzi » (pistolet-mitrailleur israélien), « J’ai baisé l’État », « Nique la police, nique les flics », « Je sors les balles à ailettes », « La guerre à la França », « J’assume mes conneries, mon pays c’est l’Algérie. »

Selon le procureur de la République de Carcassonne, Antoine Leroy, « l’enquête est en passe d’être close, bien que le mis en cause, inconnu des services de la police et de la justice, n’a pas encore été entendu. » […]
Continuer la lecture de Polémique autour d’un concours de rap organisé dans un lycée de Carcassonne