Archives de catégorie : Média-mensonge et propagande

L’affaire Bettencourt se rapproche de Nicolas Sarkozy (vidéo)

A quelques semaines seulement du terme de son mandat, Nicolas Sarkozy est, pour la première fois, directement visé par un juge d’instruction. Le juge Jean-Michel Gentil, qui instruit au tribunal de grande instance de Bordeaux les principaux volets de l’affaire Bettencourt, semble bien déterminé à enquêter sur le président de la République – protégé par l’immunité pénale que lui confère la Constitution durant son mandat.

Le juge soupçonne désormais ouvertement le président d’avoir fait financer illégalement sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. De nombreux documents judiciaires, dont Le Monde a eu connaissance, en attestent.

(…)

UN SYSTÈME DE SORTIE DE FONDS EN ESPÈCES ORGANISÉ PAR PATRICE DE MAISTRE

Le juge paraît accorder d’autant plus de crédit à ces témoignages et aux écrits de M. Banier – plus qu’à ses déclarations – qu’ils sont confortés par les découvertes effectuées en Suisse, dévoilées par Le Journal du Dimanche du 25 mars.

Le magistrat, en s’intéressant à un compte suisse de Mme Bettencourt, a mis au jour un système de sortie de fonds en espèces organisé par Patrice de Maistre, l’ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, dont une partie pourrait avoir alimenté les caisses du candidat Sarkozy il y a cinq ans.
Via un mécanisme de compensation passant par des établissements financiers français et suisses, M. de Maistre – mis en examen pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux et placé en détention provisoire le 23 mars – aurait récupéré en toute discrétion un total de 4 millions d’euros entre 2007 et 2009.

Sept retraits auraient été effectués par un intermédiaire mandaté par M. de Maistre. Les fonds étaient remis au gestionnaire de fortune dans les locaux parisiens de la société Clymène, entité chargée de valoriser les actifs de Mme Bettencourt. Continuer la lecture de L’affaire Bettencourt se rapproche de Nicolas Sarkozy (vidéo)

Marine Le Pen « Les 4 vérités » présentée par Roland Sicard sur France 2

Sur l’affaire Mohamed Merah:

« Dites-moi quel petit voyou de banlieue du type de Mohamed Merah a le numéro de téléphone direct du policier de la DCRI comme le révèle monsieur Squarcini dans Le Monde » […] Monsieur Squarcini, quelques jours avant, a révélé une déclaration de Merah disant : ‘J’allais te téléphoner pour te dire que j’avais des tuyaux à te donner c’était pour te tuer’. Qui tutoie un officier de la DCRI ? Qui a le numéro de téléphone direct d’un officier de la DCRI ? Tout cela, ce sont des questions auxquelles le gouvernement va devoir apporter des réponses claires ! »

Sur l’affaire Bettencourt:

Je finis par me poser la question de savoir si Ségolène Royale n’avait raison, et si cette énergie déployée (par Sarkozy) ne vise pas, comme jacques Chirac en son temps, à se préserver des poursuites de la justice pendant les 5 années qui viennent.

Mohamed Merah aurait-il pu être un indic pour la DCRI ? (RMC)

Dans les GG de RMC, l’ancien directeur de la DST Yves Bonnet émet l’hypothèse que le terroriste musulman était peut-être en relation avec la DCRI. Il serait alors un « agent double ».

Cette information serait évoquée dans un journal italien, Il Foglio. Le journaliste italien prétend que Mohamed Merah voyageait à l’étranger avec une « couverture des services », probablement de la DGSE.

Traduction de l’article italien:

Ce jeune français d’origine algérienne qui a revendiqué la responsabilité de l’assassinat de sept personnes à Toulouse et Montauban et qui se disait affilié à al-Qaida aurait été couvert par des « services ». Selon des sources du renseignement français sur lesquelles s’appuient les journalistes italiens, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait obtenu pour lui – comme informateur – une entrée en Israël en septembre 2010, via la Jordanie. Mohammed Merah aurait séjourné en tant que « touriste », sur une durée de trois jours avant de retourner en Jordanie, puis de s’envoler pour l’Afghanistan. Sa présence en Israël, couvert par les services secrets français, était sans doute destinée à démarquer un réseau jihadiste acheminant des combattants d’Europe occidentale vers l’Afghanistan et le Pakistan. Continuer la lecture de Mohamed Merah aurait-il pu être un indic pour la DCRI ? (RMC)

Propagande UMPS dans un clip sur BFM-TV et BFM Business (vidéo)

Quoi de mieux en communication lorsque ce sont vos clients qui vous payent la campagne de propagande présidentielle ? Ci-dessous découvrez un plan de communication diffusé sur BFM-TV et BFM Business, deux chaînes appartenant au groupe coté en bourse NextRadioTV qui enregistre plus de 4 millions de téléspectateurs, des électeurs potentiels.

Intitulée « Des idées pour demain », la campagne publicitaire réalisée par KPMG en partenariat avec l’Institut Montaigne (créer par claude bébéar proche de l’UMP: voir notre article: La propagande des Think tanks de l’UMP/PS), vise à promouvoir tout bonnement les mesures de non sens du projet présidentiel des frères siamois qui se partagent le pouvoir depuis 30 ans.

Plusieurs thématiques sont abordées dans le but non dévoilé d’influencer l’opinion française tout en faisant croire que les solutions et « idées pour demain » sont celles à mettre en œuvre.

Leurs priorités se focalisent sur les points suivants :

– Lutter contre la récidive des personnes qui sortent de prison, leur trouver un emploi pendant et après leur détention… pendant que des Français honnêtes et sans histoires doivent lutter contre le chômage de masse. En utilisant l’excuse de la cohésion sociale et de la réinsertion, on perçoit un moyen détourné de jouer à la baisse sur les salaires à moindre coût en exploitant des dizaines de milliers de détenus en prison.

– On croyait l’euro sauvé et bien non, on apprend que ses jours sont comptés. Le message véhiculé consiste à faire prendre conscience que le niveau des dettes publiques à atteint un niveau dangereux pour la survie de la monnaie unique. On vous propose donc comme solution de vous vendre un espoir présidentiel. La possibilité d’exploiter vos économies, votre épargne en communauté vers une Europe fédérale qui ne dit pas son nom mais dont on devine l’idéologie. Vous vous porterez caution de la dette actuelle et surtout de celle à venir dans tous les Etats de la zone euro au travers d’un mécanisme aussi illogique que ses inventeurs, les Eurobonds.

– Ensuite vient le thème de la diversité, la discrimination, le fichage avec comme illusion celle de lutter in fine contre ceux qui n’imposeraient pas la discrimination anti-française en entreprise.

– Dans la dernière séquence, on découvre que l’imagination des idéologues mondialistes est optimale puisqu’on propose de devenir des acteurs et de vous jeter dans le vide ! On vous demande de souscrire à des bons d’épargne, des promesses qui seront rémunérées au même niveau que le Livret A à condition ultime que l’État choisisse de faire des économies ! Et on vous garantie une rémunération « nette d’impôt » pour vous faire avaler plus vite la couleuvre.

Demandez-vous toujours d’où l’on vous parle ….

source

France Info censure Bernard Lugan

Incorrigibles journalistes que ceux de France Info. Eux, si prompts à dénoncer la censure réelle ou supposée pratiquée de par le vaste monde, à commencer par la Russie, viennent en effet de se livrer à un acte de censure particulièrement grossier à l’encontre de Bernard Lugan, Historien, spécialiste de l’Afrique.

Exposé des faits : vendredi 23 mars à 10 heures 30, je reçois le mail suivant :

“Bonjour,

Je suis Catherine Duthu, journaliste au service “Monde” à France Info. Je souhaiterais faire une interview avec Bernard Lugan à propos de la situation au Mali. L’interview se passerait par téléphone et serait ensuite diffusée en longueur sur notre antenne dès 15h45 pour être ensuite rediffusée dans le courant de la journée. Pourriez-vous me contacter au plus vite pour me dire si cela est possible ? Je vous en remercie par avance.”

Un contact téléphonique est donc établi avec la journaliste Catherine Duthu, laquelle, ayant lu mon communiqué sur le Mali publié la veille sur mon blog, souhaitait un entretien pour diffusion le jour même à 15h 45 dans l’émission « Regards sur le monde ».

L’entretien téléphonique se déroula normalement entre 11 heures et 11 heures 15 et la journaliste me confirma qu’il serait diffusé en temps et heure convenus. Or, à 15 heures 45, ce fut un autre intervenant, plus « politiquement correct » aux yeux de sa rédaction qui répondit aux mêmes questions que celles qui m’avaient été posées par Madame Catherine Duthu.

Pourquoi cette censure ? Parce que j’expliquais dans cet entretien que le règlement de la question touareg ne passait pas par des élections, mais par Continuer la lecture de France Info censure Bernard Lugan

« il faudra accepter de renoncer à la France, invention récente, et évidemment périssable, comme tout ce qu’emporte l’Histoire »

Christophe Prochasson est historien. Il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est très proche du PS. Christophe Prochasson tient une chronique sur France culture. En l’écoutant on touche du doigt l’ambition profonde que partagent communément l’UMP, le PS, et tous les modernistes: la construction d’une Europe Supra-nationale qui mettra fin à la nation.
Christophe Prochasson fait partie de ceux qui se posent en rebelles tout en étant en réalité proches du pouvoir. L’écrivain Philippe Muray appelait ces individus, les rebellocrates. Nous n’avons pas le talent de Philippe Muray, nous nous contenteront donc de désigner Christophe Prochasson par ce qui le représente le mieux, un triste guignol.

Il est à noter que sur France Culture (de gauche), on peut jouer au rebelle en faisant des amalgames stupides et révisionnistes comme le fait Christophe Prochasson. En revanche il est interdit de parler du génocide vendéen... la gauche a toujours une drôle de conception de la liberté d’expression.

Les invités fanatiques de l’UOIF enfin privés de visas

Depuis cinq ans le gouvernement Sarkozy octroie des visas pour que des prédicateurs islamistes voulant tuer pêle-mêle Juifs, apostats et homosexuels  puissent participer au rassemblement de l’UOIF (fédération musulmane proche des frères musulmans en charge de plusieurs mosquées en France). Et cette année encore ce sont deux « savants » particulièrement antisémites, le Cheikh Yussuf Al-Qaradawi et  l’égyptien salafiste Mahmoud al-Masri, qui ont reçu du cabinet de François Fillon et des services de Claude Guéant l’autorisation d’entrer en France.

Or il semblerait que le travail fournit par Joachim Véliocas de l’observatoire de l’Islamisation, et les pressions exercées par riposte Laïque, le FN, et des associations juives  aient porté leurs fruits. Le gouvernement vient en effet de faire machine arrière en privant de visa les deux fanatiques cités plus haut. Sage décision mais qui ne peut que nous laisser circonspect.

Car, comme le précise Joachim Véliocas :

 

il aura fallu sept morts, un « buzz » internet  mettant en ébullition toute la blogosphère juive, le communiqué de deux associations juives, un communiqué du FN et une dépêche AFP, pour que le cabinet de Claude Guéant daigne annuler les visas accordés par le très islamophile Quai d’Orsay d’Alain Juppé.

Le responsable de l’Observatoire de l’Islamisation  en profite au passage pour demander la démission du maire de Bordeaux, Alain Juppé, qui il accuse d’ avoir acheté avec l’argent des contribuables un terrain pour les Frères Musulmans, dans le but d’y construire une mosquée.

Notons quand même qu’il est stupéfiant de constater que ce sont de simples blogueurs issus de la société civile qui parviennent à informer et alerter sur l’extrémisme des prêcheurs connus pour justifier le meurtre au nom d’Allah, alors que les média se taisent et des milliers de fonctionnaires de l’Intérieur  ferment les yeux. Cette affaire en dit long sur la duplicité du système médiaticopolitque.

Car même si nous nous félicitons de ce rétropédalage du gouvernement, nous ne sommes pas dupe. Nous savons que jusqu’au bout, le gouvernement Sarkozy aura péché par laxisme à l’égard de l’islamisme, et ce n’est pas un micro réveil électoraliste à un mois du premier tour qui fera illusion.

D’autant que les relations qu’entretient le pouvoir sarkozyste avec le Qatar dont on sait qu’il finance les mouvements islamistes, se renforcent de jour en jour…. et devrait inquiéter les français…

 

 

Un exemple de manipulation visant à diaboliser le Front National

L’honnêteté intellectuelle est une vertu étrangère aux journalistes. Et c’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit du FN. On aurait pu croire que les choses changeraient avec l’arrivée de Marine Le Pen à sa tête. Il n’en est rien. Pourquoi ? . Tout simplement parce que cette caste qui constitue une partie de l’oligarchie déteste les idées patriotiques. Simples animateurs d’ambiance du système, les journalistes sont pour l’immigration de masse. Pour l’Europe fédérale et la disparition de la Nation. Contre l’assimilation républicaine et pour le communautarisme. En faveur d’une économie ultra-libéale et contre toute forme de protectionnisme.
Ils vénèrent la droite d’argent et s’accommodent très bien de la gauche caviar qui sont les deux face d’une même médaille.

Et Mélenchon ? me direz-vous. Et bien c’est un allié. Efficace dans une période de doute où les partis de la caste ont du mal à cacher leur forfaitures et les conséquences de leurs lâchetés passées. C’est même une divine surprise. Ils savent que le petit père sans peuple n’est qu’un internationaliste bourgeois au programme stupide. Ils savent que Mélenchon n’a nullement l’ambition de défendre les intérêts de la Nation en remettant en cause les règles du jeu que nous imposent les technocrates bruxellois. Il fait parti de la société du Spectacle. Mieux, il est le spectacle.

Cette haine affichée par les journalistes envers les candidats patriotes est-elle nouvelle ? Et bien non. Il en a toujours été ainsi.
Jean-Pierre Chevenement en a fait les frais. Philippe Seguin aussi. Tout comme Philippe De Villier. Et le Général De Gaule a exprimé dans un livre d’entretien avec Pieyreffite le dégout que les journalistes lui inspiraient:

Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps une pareille inconscience de la bassesse.

Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation.(…) En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir. Cela m’est complètement égal que vos journalistes soient contre moi. Cela m’ennuierait même qu’ils ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et l’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale ! »

Alors aujourd’hui, comme avant, pour tromper les électeurs, les journalistes serviles mentent et manipulent, comme le démontre le montage vidéo réalisé par un militant du FN.

Les journalistes regrettent que le coupable ne soit pas un nazi ! (Twitter)

C’est le grand sanglot des journalistes. Ils ont supputé, suggéré, théorisé mais la vérité est tombée comme un couperet sur les nuques raidies de leurs têtes bienpensantes : le salaud n’est pas celui qu’ils auraient souhaité.
Aujourd’hui la volaille qui fait l’opinion ne caquète plus. Elle titube comme un canard sans tête et fait du vent en agitant ses petite bras.
On compatit. Et on mesure bien la détresse morale dans laquelle doivent se trouver nos journalistes, qui, comme ceux du nouvel observateur, ont espéré jusqu’au dernier moment que le terroriste soit un nazi…comme le prouve les messages sur twitter qu’ils se sont échangés dés que la vérité fut révélée par les autorités.

Elle est belle la compassion avec les familles des victimes… NON ?

Sarkozy copie un discours d’Obama (vidéo)

Sarkozy comme Hollande sont des candidats marionnettes. Leurs paroles sont calculés. Leurs gestes sont orientés et pilotés par une armada de communicants. Des instituts de sondages à leur solde, ils naviguent au grès des humeurs du moment, et animent la campagne électorale en manipulant les résultats des intentions de vote.
On l’a déjà dit: une fois élus, le candidat de l’UMPS ne sera plus qu’un gouverneur aux ordres de l’Europe fédérale que ces deux partis ont battis dans le dos d’un peuple anesthésié et en phase de déculturation avancée.

Sarkozy vient encore une fois de nous donner la preuve de son indécence immuable. Incapable d’écrire un discours, le talent de sarkozy réside dans sa capacité à incarner le rôle que lui demande d’interpréter Henri Guaino. A Toulouse, sans doute à cours d’idée, les communicants du président n’ont rien trouvé de mieux que de plagier un discours d’Obama. Ils font suffisamment confiance à l’hypocrisie du président, pour savoir qu’il parviendra a joué suffisamment bien la comédie afin de faire illusion et enfoncer encore plus profond dans sa vase d’inculture le gogo qui le regarde et qui vibre….

Et comme cette stratégie marche plutôt bien auprès des Gogos, sarkozy s’est fait une spécialité dans le copier/coller. Comme l’a plusieurs fois démontré Yann Barthès dans son Petit Journal.

Comme après l’attentat de Liège, la meute médiatique fait volte face et accuse ceux qui ont dit la vérité.(vidéo)

Pour Jean-Jacques Bourdin sur RMC il fallait que le terroriste soit un nazi. Il n’avait au lendemain de la tuerie contre les enfants juifs de Toulouse, que l’exemple du terroriste d’OSLO à l’esprit. Or, l’histoire du terrorisme en France fut marquée par la folie des islamistes et de la gauche prolétarienne. Et cette fois encore c’est l’islamisme qui a frappé. Alors pourquoi Jean-Jacques Bourdin comme l’ensemble de la presse acquise à la gauche ont autant insisté pour faire un lien entre Oslo et la tuerie de Toulouse. Pourquoi n’ont-ils pas fait de lien avec l’attentat commis par un marocain musulman à Noël à Liège.

Tout simplement parce que l’hypothèse d’un Nazi aurait fait l’affaire de leur anti-fascisme de carnaval. Cela aurait ouvert la voie à un amalgame entre Marine Le Pen et le National Socialisme; même si entre le programme Gaullo-Chevènementiste de la présidente du FN et les idées nazis il y a un océan. La thèse du Nazi correspondait surtout à l’archétype qu’ils se font du vrai salopard: occidental, Blanc, catholique, islamophobe, antisémite. La seule raclure qui puisse exister dans la tête d’un bobo.
Or l’attentat a été commis par un islamiste d’origine algérienne. Damned !, c’est toute la construction idéologique de nos média qui s’effondre.
Qu’à cela ne tienne. Si le réel est contre les média, les média font le nécessaire pour faire entrer le réel dans les petites case de leurs petites certitudes mesquines. C’est ainsi qu’une fois avoir appris qu’il s’agissait d’un islamiste, ils sont devenus plus précautionneux. Pas d’amalgames. Pas de stigmatisation. Aussitôt, ici ou là, on invite des spécialistes pour expliquer que ce jeune homme relève de la psychiatrie. Que la religion d’amour et de paix n’a rien à voir avec cette folie. Des représentants religieux ont libre antenne. Le traitement médiatique devient de la propagande. La machine à cancan tourne à plein régime. Exactement comme en Belgique après l’attentat de Liège, comme l’explique ce citoyen belge dans la vidéo qui suit.
Il y déplore l’islamo-gauchisme, la propagande, l’occultation des faits par la presse et note que la haine qui se déverse dans les média ne va pas en direction des coupables mais vers ceux ont eu le courage de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.

Comme le dit le poète: « Le premier qui dit la vérité doit être exécuté »

Gilles-William Goldnadel dénonce l’instrumentalisation politique de Bayrou et Mélenchon.

Dans les GG de RMC, Gilles-William Goldnadel fustige les personnalités, notamment Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou, qui ont instrumentalisé le drame de Toulouse et Montauban pour accuser Marine Le Pen et le Front National.

Dans Carrément Brunet, Gilles-William Goldnadel en remet une couche à propos de l’instrumentalisation de Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou et Jonathan Hayoun (UEJF), qui ont tous pointé du doigt Marine Le Pen.