Archives de catégorie : Média-mensonge et propagande

L’affaire de Carpentras: la manipulation du pouvoir socialistes. (vidéo)

L’affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras fait suite à la profanation de sépultures juives à Carpentras (Vaucluse) en 1990. L’affaire n’a été résolue que six ans plus tard. Un bel exemple de récupération politique d’un évènement tragique et de manipulation de masse.


Carpentras c'est toi ! par FrenchCarcan

YVES BERTRAND, ancien patron de renseignement Généraux :

COMMENT ON A MANIPULÉ L’AFFAIRE DE CARPENTRAS

[Extrait du livre de Yves Bertrand – « Je ne sais rien… mais je dirai (presque) tout, Conversations avec Eric Branca », Plon, 2007, p. 120-126]

Est-il arrivé, à votre connaissance, que le gouvernement se serve des RG pour influencer l’opinion, bref, qu’on vous demande de corroborer artificiellement, au moyen d’une enquête de complaisance, une thèse qui arrangeait le gouvernement ?

La réponse doit être nuancée. L’exemple le plus grossier me paraît être l’affaire de Carpentras. Je rappelle brièvement les faits. Au matin du 10 mai 1990, on découvre que le cimetière juif de Carpentras a été profané. Et pas n’importe comment : d’une manière particulièrement atroce. Trente-quatre tombes ouvertes et le corps d’un octogénaire mort quinze jours plus tôt exhumé. Détail sordide : on a placé entre ses jambes un pic de parasol. Le sacrilège est total, l’ignominie absolue. En 1989, déjà, une cinquantaine de sépultures du cimetière chrétien voisin avaient été saccagées. Et d’autres, quelques mois auparavant, dans les villages proches de Bédouin et Caron.

Mais, dans l’histoire récente, deux profanations seulement rivalisaient d’abjection avec celle de Carpentras. Continuer la lecture de L’affaire de Carpentras: la manipulation du pouvoir socialistes. (vidéo)

Ils veulent tuer les Juifs: le ministère de l’Intérieur leur accorde des visas pour le Rassemblement de l’UOIF du 6 avril 2012

Addendum, 25 mars:

Il semblerait que le travail fournit par Joachim Véliocas de l’observatoire de l’Islamisation, et les pressions exercées par riposte Laïque, le FN, et des associations juives aient porté leurs fruits. Le gouvernement vient en effet de faire machine arrière en privant de visa les deux fanatiques le Cheikh Yussuf Al-Qaradawi et l’égyptien salafiste Mahmoud al-Masri.(source)

Article du 21 mars

Avant même de connaitre l’identité du coupable, Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou, Eva Joly, ou encore François Hollande, ont accusé « ceux qui tiennent des discours de haine » d’être co-responsables des drames de Toulouse et de Montauban. Leur objectif était de détourner le regard des électeurs des sujets qui fâchent et de diaboliser leurs concurrents politiques.

Or, le coupable est un islamiste. Et pas un affreux neo-nazi que l’on aurait pu, à l’aide d’une grande acrobatie dialectique, associer à Marine Le Pen. Un islamiste qui a sans doute goûter à la verve antisémite des prédicateurs qui participeront, le 6 avril prochain, au rassemblement de l’UOIF, fédération musulmane proche des Frères Musulmans en charge d’ un grand nombre de mosquées françaises.

En effet, Claude Guéant vient de délivrer des visas au Cheikh Yussuf Al-Qaradawi et à l’égyptien salafiste Mahmoud al-Masri, ce qui leur donne l’autorisation de fouler le sol français. Un choix qui paraissait inconcevable il y a un mois, mais qui après la tuerie que nous venons de connaitre, apparaît comme scandaleux et infecte. Car comme le souligne Joachim Véliocas, sur son excellent site l’Observatoire de l’Islamisation, « en délivrant des visas pour ces fous dangereux, le ministère de l’Intérieur laisse s’installer les conditions idéologiques pour de nouvelles tueries de Juifs en France. »

Qui sont ces islamistes, faiseurs de guerre, dont les média ne vous parle jamais ? Joachim Véliocas vous les présente :

Cheikh Yussuf Al-Qaradawi est le président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR structure juridique mère de l’UOIF). Ce cheikh, sûrement le plus influent du monde sunnite (son émission du jeudi sur Al-Jazeera rencontre une audience inégalée dans le monde musulman) est un extrémiste notoire. « Si l’islam mondial avait un chef, ce serait lui » écrivit Xavier Ternisien (responsable des questions islamiques à la rédaction du journal Le Monde) en août 2004 dans un article du Monde. Il préside aussi l’Union Mondiale des Savants Musulmans, qui regroupe les plus grands juristes sunnites. Il fut celui qui dirigea les prières du vendredi place Tahrir au Caire en février 2010 après le départ de Moubarak devant des dizaines de milliers de fidèles.

Dans son ouvrage « Le licite et l’illicite » (éditions al-Qalam,2001) il recommande l’extermination physique des homosexuels (page 175), la possibilité de frapper les femmes (page 207). Sur Qatar TV,  le 25 février 2006, cet ami du Hamas déclara que « les opérations martyres sont autorisées » , « même s’il se trouve des civils parmi les victimes » précisa-t-il lors d’une session du Conseil européen de la Fatwa et de la recherche, réunie à Stockholm en juillet 2003. Pour ce qui est des occidentales violées, il tient à préciser leur part de responsabilité : les femmes violées « provocatrices parce que non habillées  décemment devraient être punies […]  pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite. » Quant aux victimes du tsunami asiatique, punition divine, elles méritaient leur sort en raison des « actes d’abominations »pratiqués dans les zones touristiques, comme les boites de nuits et les plages où les femmes sont logiquement peu vêtues. Comme si ce n’était pas suffisant, le vieux cheik dans un média égyptien précisa sa pensée envers ceux qui abjurent l’islam :  « le châtiment administré au murtadd (apostat) (…) est la mort » (Al-Ahram Al-Arabi (Egypte), le 3 juillet 2004. Traduction : MEMRI.)

Concernant l’antisémitisime et Hitler, voici ce qu’a affirmé Qaradawi le 28 janvier 2009 sur AlJazeera TV:

« Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait – et bien qu’ils [les Juifs] aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans. (…) Pour conclure mon discours, je voudrais dire que la seule chose que j’espère est qu’à l’approche de la fin de mes jours, Allah me donne l’occasion d’aller sur la terre du djihad et de la résistance, même sur une chaise roulante. Je tirerai sur les ennemis d’Allah, les Juifs, et ils me lanceront une bombe dessus et ainsi, je finirai ma vie en martyr. Loué soi Allah, Roi de l’univers. Que la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous. »

 

Autre conférencier (parmi tant d’autres psychopathes invités), le prédicateur égyptien salafiste Mahmoud al-Masri : Continuer la lecture de Ils veulent tuer les Juifs: le ministère de l’Intérieur leur accorde des visas pour le Rassemblement de l’UOIF du 6 avril 2012

Récupération politique: Le François Hollande de 2OO2 n’est pas celui de 2012.

Ils n’ont vraiment aucune pudeur.

En 2012 François Hollande déclare au sujet du drame de Toulouse sur RMC :

« C’est là qu’on voit un certain nombre d’esprits chavirés, bousculés par des thèses qui au départ n’ont l’air de rien lorsque l’on met en cause l’étranger, qui finissent par se retourner contre les Français eux-mêmes. » – François Hollande

En 2002, à trois semaines du premier tour de la présidentielle, François Hollande déclarait au sujet de la tuerie de Nanterre, perpétrée par Richard Durn; ancien militant PS passé chez les verts:

«Malheur à ceux qui en feraient un élément de campagne»
«ON N’EST JAMAIS À L’ABRI DE LA FOLIE. Est-ce que certains voudront déplacer le sujet sur le thème de l’insécurité en général? Cette histoire est tragique, horrible. Et malheur à ceux qui en feraient un élément de campagne.»

source

Attentat de la rue Copernic et manipulation.

L’attentat de la rue Copernic’ fut perpétré à Paris le vendredi 3 octobre 1980, soir du shabbat, alors qu’était célébrée la fête juive de Sim’hat Torah amenant un grand nombre de fidèles.

Cet attentat antisémite à la bombe, dirigé contre la synagogue de l’Union libérale israélite de France, rue Copernic à Paris, fait quatre morts et 46 blessés.

La plaque commémorative apposée sur la façade indique : « À la mémoire de Jean Michel Barbé, Philippe Bouissou, Hilario Lopez Fernandez, Aliza Shagrir tués lors de l’odieux attentat perpétré contre cette synagogue le 3 octobre 1980 ».

L’explosif, dans une sacoche de moto, aurait pu causer encore davantage de victimes s’il avait fonctionné quelques instants plus tard : en cette veille de shabbat, la synagogue était pleine.

Le lendemain, une manifestation spontanée de plusieurs milliers de personnes se tient devant la synagogue, puis part sur les Champs-Élysées. Tandis que d’autres manifestations de protestation ont lieu dans des villes de province. Le 7 octobre 1980, une manifestation voit défiler 200 000 personnes entre Nation et République. Plusieurs députés s’y joignent, tous partis confondus.

Le premier ministre, Raymond Barre, choque le 3 octobre en déclarant sur TF1 : « Cet attentat odieux voulait frapper les israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic », lapsus que ses propos du 8 octobre à l’Assemblée nationale, assurant ses « compatriotes juifs » de la « sympathie de l’ensemble de la nation », n’effaceront pas des mémoires. Peu avant sa mort en août 2007, Raymond Barre a imputé cette campagne de protestations au « lobby juif ».

Pistes d’extrême droite et utilisation politique

Moins d’une heure après l’attentat, un correspondant anonyme téléphone à l’Agence France-Presse pour revendiquer l’attentat au nom des Faisceaux nationalistes révolutionnaires, un groupuscule d’extrême droite, reconstitution de la Fédération d’action nationale et européenne (FANE), organisation dissoute par le gouvernement le 3 septembre. Les défilés prennent prioritairement pour cible le gouvernement de droite alors au pouvoir. Le samedi 4 octobre, le Comité de liaison des étudiants sionistes socialistes (CLESS) organise un défilé aux cris de « Bonnet, Giscard, complices des assassins ! »

La police comme la DST ont cependant très tôt la certitude que la FANE n’est pas en mesure d’avoir commis l’attentat et privilégient la piste moyen-orientale. En novembre une note de la police criminelle allemande transmise à Paris, précise que l’attentat a été commis par un commando de cinq personnes venues du Liban.

Le commissaire de police Jean-Pierre Pochon décrit dans son livre les pressions exercées par le nouveau pouvoir politique socialiste pour diriger l’enquête vers les milieux d’extrême droite au détriment de la piste moyen-orientale

. Continuer la lecture de Attentat de la rue Copernic et manipulation.

La Grèce fait défaut… et on va payer cher !

La crise en Grèce est finie. Voilà la fable que nous sert le gouvernement relayé par des média-complices. On se demande parfois si nous ne sommes pas en union soviétique. Car, contrairement à ce que tous les économistes du système et les politiques de l’UMPS vous ont raconté ces derniers mois, la Grèce a fini par faire défaut, et les CDS vont être activés comme le signale le communiqué de presse de l’ISDA, Association internationale des Swaps et dérivés. (source communiqué de presse de l’ISDA. et la dépêche de l’agence Reuter tombée dans la nuit) Personne ne sait encore à combien s’élève le montant de ces CDS mais qu’un pays d’Europe soit reconnu en défaut, est une première dans l’histoire moderne, ce qui pourrait avoir de grosses conséquences sur les marchés financiers.
En effet on peut imaginer que le portugal, l’espagne, l’irlande et l’italie suivent le même chemin avec des défauts sur des montants beaucoup plus important que la grèce ! Des montants qui ne pourraient être payé d’où le risque de faillites en série des banques européennes et autres !

Et même si le discours dominant prétend le contraire, la Grèce est en faillite depuis 18 mois, puisque tout le monde a conscience qu’elle ne pourra pas payer sa dette.
L’objectif de ces derniers jours a donc consisté à jouer la montre. Résultats: les protagonistes de cette tragédie tentent coute que coute de s’en tirer le mieux possible sur le dos du peuple grec et des autres peuples d’Europe qui vont devoir recapitaliser les banques grecques grâce au fond de solidarité que leurs États ont abondé en s’endettant encore, encore et encore.

Comme l’explique Olivier Delamarche sur BFM Business/

« Je vous dis à tous, bienvenue au club, on va tous payer et on paiera cher […] Les banques grecques qui ont apportées la dette qu’elles détenaient. Aujourd’hui, il va falloir les recapitaliser parce qu’elles sont mortes avec ce qu’elles ont fait ! »

Il confirme que tout ce ramdam financier n’apporte aucune solution à la Grèce puisqu’« on est passé d’un endettement de la Grèce par rapport à son PIB de 161 % au 31 décembre 2011 à 159 % au 31 décembre 2012. »

Et pendant ce temps, c’est l’europe fédérale que l’on nous impose ! (vidéo)

Nicolas Bouzou est l’un des experts médiatiques les plus en vue dans le petit monde médiatique parisien. C’est un libéral bon teint. Il est directeur du cabinet de conjoncture économique Astérès, mais il enseigne aussi en MBA à l’université Paris Assas. Récemment, il a publié une note pour la fondation de l’innovation politique, le think tank de l’UMP, formulant « quatre propositions pour que l’Europe ne tombe pas dans le protectionnisme ».
Autant dire que Nicolas Bouzou adhère au projet d’une europe fédérale. Mais, contrairement à sarkozy et Hollande ou les verts et Le Modem, Nicolas Bouzou a l’honnêteté d’affirmer que les peuples ignorent quelles seront les conséquences du MES sur la vie politique de leurs pays.
C’est donc en toute franchise que l’expert des média a dévoilé sur BFM business ce que les européïstes Hollande et sarkozy vous cachent: Le MES et le traité qui ne sera pas soumis au vote du peuple, signent la perte de la souveraineté suprême des peuples et entérine l’impossibilité de décider de leur avenir:

« il y a des mécanismes de surveillance, justement, qui sont contenus dans ce Traité (…) ça nous fait entrer dans une Europe fédérale, je pense que c’est quelque chose qui a été complètement sous-estimé et dont on ne parle pas ; ce qu’on est en train de signer là c’est un accord qui a de très fortes composantes supranationales. »

Il prend un exemple fort intéressant pour souligner la perte du pouvoir de décision d’un État : « Si on voulait refaire la TVA dans la restauration c’est interdit, si on veut remettre la retraite à 60 ans c’est interdit, c’est désormais sorti des choix politiques nationaux, il faut que cela soit dit ! »

Pour ceux qui croient encore aux promesses de Sarkozy, de Hollande, de Bayrou, d’Effa Choly, et même de l’insignifiant Mélenchon, on leur conseille de réfléchir à deux fois avant de glisser un bulletin dans une urne.

Mélenchon n’est en réalité qu’un bourgeois socialiste… en mission pour le ps

A l’instar de SOS racisme, on peut se demander si le parti de gauche de Mélenchon n’est pas une création politicienne du PS. En effet, inquiet devant la montée du NPA de Besancenot qui flirtait il y a encore 4 ans avec les 9% dans les sondages, on peut légitimement penser que le parti socialiste n’a pas trouvé gênant de voir le sénateur Franc-Maçon engraissé sous les ors de la république redonner des couleurs au parti communiste moribond. Cette opération aura permis de concurrencer le NPA hostile à toute forme d’alliance, et d’envisager une force à gauche avec laquelle négocier pour bénéficier d’un report de voix confortable.
Cette OPA de l’ancien trotskiste sur le parti communiste ressemble à une nouvelle trahison. Son programme d’une indigence accablante est incompatible avec celui du PS. Et pourtant Mélenchon appellera à voter pour le candidat socialiste au deuxième tour, et certain de ses lieutenants participerons au gouvernement ou figurerons dans des exécutifs au sein des conseils régionaux et départementaux, comme c’est déjà le cas un peu partout en France. Mélenchon est donc bien la voiture balais du PS et l’idiot utile du système. Il est d’ailleurs nécessaire de faire remarquer que Mélenchon n’ a pas éprouvé le moindre problème financier pour créer son parti, chose suffisamment exceptionnelle pour être souligné et éveillé les soupçons. Il a bénéficié d’une équipe de bureaucrates déjà aguerris aux manœuvres politiciennes, et dont certains viennent de l’extrême gauche la plus radicale ( l’OCI dont est issu Mélenchon et de nombreux membres du PS. Mais aussi de la libre pensée, un élevage de Franc-maçons tenu par l’ancien syndicaliste de Force ouvrière Marc Blondel et qui est au service du POI soutien inconditionnel de toutes les dictatures islamistes.) En bref, la gauche est en train de refaire le coup des années 80, et les gogos qui s’apprêtent à cautionner cette magouille en votant pour eux, seront responsables des désastres politiques qui s’annoncent. Car comme le rappelle le journaliste de Lyon mag, derrière le petit père sans peuple se cache:

« un gros bourgeois socialiste en mission »

(…) L’homme est certes cultivé et maîtrise l’art de la dialectique avec un panache qui fait retrouver aux français le goût des tribuns qu’ils avaient perdu, faute d’orateurs charismatiques dans les partis de gouvernement.

Pourtant sa croisade du révolté de gauche, entreprise sur le tard, sonne faux au regard de son parcours politique.

Mélenchon n’est en réalité qu’un bourgeois socialiste qui s’est glissé avec talent dans le rôle du méchant.

Bourgeois, parce qu’il a pu s’embourgeoiser sous les ors du Sénat de 1986 à 2009 où nul ne l’a jamais entendu critiquer le train de vie fastueux de cette institution ni les privilèges d’Ancien Régime dont jouissent les sénateurs.

Député Européen depuis, Mélenchon qui se pose en révolutionnaire n’a jamais non plus remis en cause la gabegie financière de la Communauté Européenne ou le pouvoir féodal de son administration et ce certainement en souvenir de son vote pour le traité de Maastricht en 92… Pour parler au nom du prolétariat, des exclus, et des « damnés de la terre » Besancenot ou Arlette Laguiller étaient quand même plus crédibles !

Ministre discipliné et plutôt absent de Lionel Jospin durant deux années Continuer la lecture de Mélenchon n’est en réalité qu’un bourgeois socialiste… en mission pour le ps

Immigration/ Sophie, éducatrice spécialisée : « Nous sommes une pompe aspirante ! » (RMC) (vidéo)

Une éducatrice spécialisée travaillant auprès de femmes issues de l’immigration témoigne sur RMC de son quotidien. Elle s’insurge notamment contre le comportement de Sarkozy. Pour elle, ce n’est qu’un menteur. Car elle considère (à juste titre) que la politique de sarkozy a facilité l’entrée des immigrés dans notre pays. Et elle rajoute qu’il faut que la France cesse d’être une pompe aspirante. Pour ceux qui ne connaissent pas ce milieu, il faut savoir que le discours de cette éducatrice n’y est pas exceptionnel contrairement à ce que l’on pourrait croire.
En effet, quelques professionnels n’hésitent plus à parler ouvertement de l’urgence qu’il y a à stopper l’immigration. Or les média ont tendance à ne laisse passer que les discours immigrationnistes des militants associatifs de gauche.
D’ailleurs Olivier Truchot, (l’exemple parfait du journaliste grande gueule avec une petite tête), s’oppose violemment au discours de l’éducatrice. Un échange qui en dit long sur le peu d’indépendance dont font preuve les journalistes dans ce pays, mais aussi sur leur manque de compétence pour parler de sujet sur lesquels ils n’ont la plupart du temps que des opinions et des bons sentiments…. Passons sur l’idée formulée par Jacques Maillot, elle est à l’image de celui qui la professe, réductrice et stupide.

« Pourquoi les immigrés viennent en France ? Ils ne viennent pas en France parce qu’on est les meilleurs du monde, parce qu’ils nous aiment, parce que c’est le pays qu’ils ont choisi. Ils viennent en France parce qu’ils savent qu’ils auront des aides… » – Sophie

« Vous n’avez pas un autre pays au monde qui offre l’aide médical gratuit, pas un autre pays au monde qui offre des centres d’hébergement et de réinsertion social pour des publics sans-papiers ! Dites-moi où il y a un pays au monde qui accueille des gens sans-papiers ? » – Sophie

Regroupement familial : Sarkozy ment, il recycle ses propositions de 2007 (vidéo)

Après un discours musclé sur l’immigration à Bordeaux samedi 3 mars, le président du « Toujoursplusdimmigrés »a annoncé, sur le plateau de l’émission « Des paroles et des actes » sur France 2 (1), vouloir durcir la politique d’immigration et réformer les conditions du regroupement familial et l’attribution des visas à un étranger qui se marie à un Français ou une Française.

Mais ce qu’il a présenté comme une nouveauté correspond presque mot pour mot à son projet de 2007. C’est à croire qu’il a vraiment rien fait en 9 ans. ( 4 ans ministre de l’intérieur et du budget/ 5 ans en tant que président de la République)

(…) C’est écrit noir sur blanc dans le point 13 « Maîtriser l’immigration » (p.15) de son projet de candidat à la présidentielle en 2007 : « Le regroupement familial ne sera possible que si la personne a un logement et un travail lui permettant de faire vivre sa famille sans prise en compte des allocations familiales ».

De même, l’idée d’un test culturel et de maîtrise du français est déjà évoquée : « Je demanderai à ceux qui veulent venir s’installer en France de faire l’effort d’apprendre le français avant, parce que c’est une condition essentielle d’une intégration réussie et parce que cela sera un signe de leur volonté de respecter notre culture. »

Source: programme de Sarkozy 2007

(1): Et devant des journalistes bien dociles. N’est-ce pas Monsieur Lenglet: pas un mot sur le MES , ni sur l’argent jeté par les fenêtres pour la Grèce, fallait le faire !. Et sur le RSA, il s’est bien fait balader le journaliste expert: Sarkozy dit qu’il y aura une « évaluation tous les 18 mois » sur les efforts de réinsertion, etc. Sauf qu’il oublie qu’à l’heure actuelle, il y a une évaluation tous les 6 mois… Évaluation totalement bidon, et ce sera pareil avec 18 mois, surtout que ces évaluations sont assurées par les Conseil généraux socialistes qui sous-traitent à des associations subventionnées… alors Lenglet on a perdu sa langue de vipère, ou on ne la sort que quand c’est un candidat ou une candidate anti-système ???)

IVG/Louis Aliot à Pascal Clark: c’est vous qui êtes dégeulasse, faites votre travail.(vidéo)

Louis Aliot, vice-président du Front National en charge du Projet et Directeur opérationnel de la campagne de Marine Le Pen en charge du Pôle Rassemblement national, est l’invité de Pascale Clark dans l’émission « le 7/9 » sur France Inter.
Il revient sur les propositions de l’arriviste et du parvenu Sarkozy qui chasse sur le terrain des souverainistes. Mais vous remarquerez encore une fois le gauchisme de la radio publique France Inter. Pascale Clark, transfuge de canal+, est l’exemple même de la bobo parisienne. Indignée par la proposition de Marine Le Pen qui souhaite ne plus rembourser l’IVG de confort ( avortement contraceptif), la journaliste se transforme en procureur et s’exclame  » c’est dégueulasse ». Louis Aliot aura beau lui préciser que le terme d’IVG de confort est terme de médecine, employé notamment par des professeurs dans un article du Figaro. Son jugement est fait  » c’est dégueulasse ».

Notons que l’on se fout de l’opinion de cette mégère apprivoisée par le système, mais c’est ainsi: les journalistes, qui ne sont même plus capables de faire autre chose que de se copier entre eux (ce qui leur évite de travailler leurs dossiers), se prennent pour des juges. Pascal Clark est l’incarnation de cette caste médiatique essentiellement constituée de ceux que Ortega y Gasset désignait comme l’Homme masse. Un Homme moyen. Un Homme conformiste. L’ Homme du nivellement épris d’égalitarisme et qui se complait dans une médiocrité démagogique. L’Homme-masse, c’est l’enfant gâté, sans passé ni tradition. Un pays dans lequel l’Homme masse s’est substitué à une élite « aristocratique » et exigeante est un pays qui court à sa perte.


Louis Aliot par franceinter

Notons qu’il y a aujourd’hui 200 000 femmes qui avortent par an en France…le même chiffre que le nombres d’immigrés qui rentrent légalement. Précisons aussi que, contrairement à ce que suggèrent quelques journalistes, la loi Veil (1975) ne prévoyait pas le remboursement de l’IVG. Ce remboursement est venu plus tard, en 1982 par la loi Roudy.

« Lire l’article: IVG de confort » Source : Le Figaro – Santé

De plus en plus d’avortements de «confort»

Par – le 25/02/2009

Certains gynécologues-obstétriciens se détourneraient de cette pratique à cause des dérives constatées ces dernières annnées.

La pénurie annoncée de praticiens de l’avortement ne serait pas uniquement liée à un problème de restructuration hospitalière ou de renouvellement de génération, mais au désinvestissement de professionnels qui se posent de plus en plus de questions face à la consommation» de l’IVG. C’est en tout cas ce qu’observe le Dr Grégoire Moutel, responsable du laboratoire d’éthique médicale de l’université Paris-Descartes. «Beaucoup de professionnels, qui ne sont pas du tout des militants pro-vie, changent aujourd’hui de regard après avoir trop vu de glissements sur la pratique, explique-t-il. À l’origine, les indications d’un avortement impliquaient une détresse matérielle ou psychologique de la femme, elles sont aujourd’hui plus de l’ordre du confort, ce qui n’est pas dans l’esprit de la loi.»

Continuer la lecture de IVG/Louis Aliot à Pascal Clark: c’est vous qui êtes dégeulasse, faites votre travail.(vidéo)

Les instituts de sondages sont-ils indépendants ?

Les instituts de sondage sondent. Tous les jours. Heure par heure. Sur tout et n’importe quoi. C’est la « démocratie » d’opinion et sondagière à tous les étages. Les média s’en repaissent. Ils s’en gavent et ils nous gavent. Ils ont vite compris que ce serait le mauvais cholestérol du débat d’idée. Mais les idées ils s’en foutent les média. Ce qu’il veulent c’est du jeu, du pronostic, de la superstition, de la pseudo-science, du fumeux. Tout est bon pour attirer le gogo, le maintenir sous le joug servile de la médiacratie.
Que tout ceci soit du charlatanisme, n’a aucune importance. Que les instituts de sondages entretiennent des relations privilégiées avec les partis politiques dominants ne posent aucun problème aux média. A quoi bon s’en offusquer puisque les propriétaires des principaux média français ont leur jetons de présence dans les conseils d’administrations des instituts de sondage auquel ils commandent des études. Et à l’inverse il suffit de regarder les participations croisées des actionnaires et propriétaires des instituts de sondage dans différents types de sociétés, dont les groupes de médias ou bien certains think –tanks pour comprendre que tout ceci est une magnifique entreprise de propagande et de manipulation.(1)

Faisons un rapide tour des propriétaire:

L’entrepreneur Vincent Bolloré, influent dans les média et ami du Président Sarkozy, détient désormais l’intégralité du capital de CSA-TMO tandis que l’actuelle présidente du MEDEF, Laurence Parisot, était encore présidente de l’IFOP il y a peu.

En ce qui concerne Ipsos, créé en 1975 par Didier Truchot et Jean-Marc Lech, le groupe Pinault( un ami de Sarko et Hollande) y réalisait en 1997 une prise de participation. Nicolas Bazire, aujourd’hui examen pour complicité d’abus de biens sociaux, en fut l’ administrateur. Une fonction qui ne l’empêcha pas de prendre la tête de la Fondation pour l’innovation politique « cercle de réflexion » de l’UMP chargé d’anticiper l’élection présidentielle de 2012.
Soulignons aussi que le socialiste benoit Hamon fut pendant quelques années le directeur du planning stratégique d’Ipsos.Comme quoi au PS, on sait aussi travailler avec l’UMP quand c’est une question de gros sous.

L’institut BVA est géré par Edmond de Rothschild Investment Partners, principal actionnaire du journal de gauche Libération et très présent dans l’équipe de François Hollande et les affaires du Parti socialiste.

Opinion Way.: Cet institut est proche du Figaro et de Patrick Buisson, spécialiste des études d’opinion et conseillé de sarkozy. En 2009, la cour des comptes, alors présidée par Philippe Seguin, révélait que l’Élysée finançait les sondages d’Opinion Way publiés par le Figaro.

Bien que la plupart des sondeurs travaillent de façon « confidentielle » pour la présidence, un seul est cité par la Cour, sans doute en raison de l’importance de ses relations avec l’Elysée : Opinion Way. Le cabinet anonyme a facturé en un an 392 228 euros à la présidence pour participer au « politoscope » bimensuel du sondeur. Or, cette enquête est régulièrement publiée par LCI et Le Figaro et il s’avère que « la comparaison des résultats publiés dans la presse et de ceux remis à la Présidence » ne fait « pas apparaître de différence »… Au moins quinze autres sondages parus dans la presse, réalisés par des instituts non précisés, ont également été facturés (en partie ?) à l’équipe présidentielle.

La Cour des comptes s’interroge sur le bien-fondé de la dépense pour l’Elysée.source

Alors peut-on encore décemment croire à l’indépendance des sondages qui nous sont données ?

Michel Field: un gauchiste devenu le chien de garde de l’UMPS (vidéo)

Lundi soir, dans Parole de candidat sur TF1, Michel Field interroge – pour la énième fois – Marine Le Pen au sujet de la « coïncidence troublante » entre la citation, par son père, de l’auteur collaborationniste Robert Brasillach et sa présence dans un bal à Vienne avec « le gratin des nostalgiques du troisième Reich » comme disent les anti-fascistes de carnaval. Michel Field fut plus discret et moins curieux quelques minutes plus tard avec Mélenchon. Pourtant il avait là une nouvelle occasion d’exercer sa vigilance de petit flic. Pourquoi ne poser aucune question sur le soutien qu’a manifesté Mélenchon en faveur de l‘antisémite grec  Mikis Theodorakis ?. Et pourquoi aussi ne rien dire sur ses accointances avec des islamistes. Ce laxisme s’expliquerait-il par un réflexe de connivence idéologique ? Ou par un sentiment nostalgique pour le passé gauchiste qu’ont en commun ces deux révolutionnaires devenus de grands bourgeois.
Hier alliés de Mao, Hồ Chí Minh, Fidel Castro… aujourd’hui complices comme des brigands. Car, franchement, quelle valeur peut bien avoir leur indignation de procureur quand on sait l’horreur des massacres qu’ils ont tout à la fois soutenu et nié ? Qui sont ces foutriquets aux mains pleines de sang pour délivrer des certificats de bonne conduite ?

Si il est bon dans une démocratie de tenter de démasquer les politiques, il devient urgent de dévoiler qui sont réellement ces « journalistes » omnipotents et menteurs.

Michel Field: De la Révolution prolétarienne aux plateaux de TF1

Au Lycée Claude-Bernard, Michel Field est responsable lycéen de la Ligue communiste. Il y milite de 14 à 20 ans. Élève brillant mais frondeur, il est à la fois présenté au concours général et exclu du lycée Claude-Bernard à l’automne 1971 au moment où un mouvement de protestation agite le milieu lycéen (parmi les leaders de l’époque : Jean-Christophe Cambadélis). À la suite de son exclusion, Michel Field fait paraître une tribune dans Le Monde. Il est l’un des leaders du mouvement lycéen contre la Loi Debré (1973) : lors d’un débat télévisé, il lance un fameux « rigolo ! » au ministre de l’Éducation, Joseph Fontanet.

Il obtient son agrégation de Philosophie et devient professeur à l’École normale d’institutrices de Douai puis à l’École normale d’instituteurs de Versailles. En 1992, il quitte l’enseignement, et arrive à France 2 où il crée et présente « Le cercle de minuit ».

Au fil des ans, le révolutionnaire devient un présentateur à tout faire de la télévision française. Il n’est donc pas étonnant que Michel Field soit l’un des « héros » -involontaire- du film Les Nouveaux Chiens de garde qui dénonce la collusion des journalistes avec les pouvoirs économiques et politiques. Dans l’extrait qui suit vous allez découvrir  Michel Field faire des « ménages » pour le groupe Casino (ces prestations commerciales sont normalement interdites aux journalistes), et animer un meeting de l’UMP pour le « oui » au Traité constitutionnel européen, où il fait acclamer son patron sur Europe 1, le milliardaire et marchand d’armes, par ailleurs intime de Nicolas Sarkozy, Arnaud Lagardère. Il est aussi un invité récurrent des dîners du Siècle, où se réunit toute l’oligarchie française.

Ancien trotskyste, homme-sandwich pour Casino, animateur de meeting UMP, membre du Siècle… Le cas Michel Field illustre parfaitement de quelle manière les médias dominants recyclent l’impertinence, digèrent la contradiction.
Michel Fiel est un cerbère du système; ce qui explique qu’il ait montré les crocs ce lundi soir face à Marine Le Pen… son ami sarko lui a surement dit avant l’émission: « Allez Michel: attaque t’auras ton no-n’os ( OUAF! OUAF!)… gentil le chien….

Les « économistes à gages » sur la sellette

On a encore vu, lors de l’émission Parole de candidat sur TF1, des économistes ou journalistes économiques s’opposer de façon fielleuse et mensongère aux propos de  Marine Le Pen.

Un exemple de mensonge relevé parmi une série d’autres:

EDF et GDF.

Marine Le Pen prétend que si les prix comme celui de l’énergie augment c’est en partie à cause de la privatisation partielle de nos entreprises publiques. Le journaliste prétend qu’il n’y a pas eu de privatisation d’EDF-GDF. Or cet ancien monopole, après un changement de statut,(  la loi 2004-803 du 9 août 2004, transforme l’EPIC en société anonyme .) a bien été ouvert aux actionnaires privées dans le cadre d’une privatisation partielle comme le commandait l’Europe de Bruxelles.

 

La loi no 2006-1537 relative au secteur de l’énergieautorisant la privatisation de Gaz de France est finalement adoptée le 7 décembre 2006 après une bataille parlementaire qui verra l’opposition déposer plus de 140 000 amendements et le gouvernement menacer d’utiliser le « 49-3 » (adoption sans vote).

( voir les article: Électricté de France, Gaz de France)

 

Aujourd’hui EDF a 15 % d’actionnaires privés, et GDF 64 %.  Marine Le Pen a donc eu raison de parler d’une privatisation partielle.

De plus, le journaliste de TF1 prétend que cette augmentation est due à l’investissement nécessaire dans le parc Nucléaire. Là aussi, notre économiste oublie de parler de la loi NOME.  Cette  loi entrée en application le 1er juillet 2011  et qui vise à favoriser la concurrence dans le marché de l’électricité, a , comme le soulignait le nouvel Observateur en 2010, ouvert la voie à la hausse des prix. D’autre part, le financement des investissements dans le nucléaire peut fort bien être financé par des emprunts, puisqu’il correspond à un prolongement sur 10 à 20 ans de l’utilisation des centrales. Prétendre  comme le fait le pseudo-expert que ces investissements doivent être financés sur 5 ans c’est confondre la durée des travaux avec la durée des remboursements. C’est comme prétendre que puisque la construction d’une maison prend un an, il faut pouvoir payer les travaux en 1 an, même si la maison dure 50 ans.

Alors pourquoi cette malhonnête de la part de nos économistes médiatiques ? Peut-être parce qu’ils ont tous des intérêts dans ce système, comme le souligne l’article du Monde diplomatique dont on vous propose quelques extraits.

Pour lire l’ensemble du texte c’est ici: Le Monde Diplomatique

 

Les « économistes à gages » sur la sellette

Éditoriaux, matinales radiophoniques, plateaux de télévision : en pleine campagne présidentielle, une poignée d’économistes quadrillent l’espace médiatique et bornent celui des possibles. Présentés comme universitaires, ils incarneraient la rigueur technique au cœur de la mêlée idéologique. Mais leurs diagnostics seraient-ils aussi crédibles si ces « experts » rendaient publiques leurs autres activités ? Continuer la lecture de Les « économistes à gages » sur la sellette