Archives de catégorie : Média-mensonge et propagande

Les instituts de sondages sont-ils indépendants ?

Les instituts de sondage sondent. Tous les jours. Heure par heure. Sur tout et n’importe quoi. C’est la « démocratie » d’opinion et sondagière à tous les étages. Les média s’en repaissent. Ils s’en gavent et ils nous gavent. Ils ont vite compris que ce serait le mauvais cholestérol du débat d’idée. Mais les idées ils s’en foutent les média. Ce qu’il veulent c’est du jeu, du pronostic, de la superstition, de la pseudo-science, du fumeux. Tout est bon pour attirer le gogo, le maintenir sous le joug servile de la médiacratie.
Que tout ceci soit du charlatanisme, n’a aucune importance. Que les instituts de sondages entretiennent des relations privilégiées avec les partis politiques dominants ne posent aucun problème aux média. A quoi bon s’en offusquer puisque les propriétaires des principaux média français ont leur jetons de présence dans les conseils d’administrations des instituts de sondage auquel ils commandent des études. Et à l’inverse il suffit de regarder les participations croisées des actionnaires et propriétaires des instituts de sondage dans différents types de sociétés, dont les groupes de médias ou bien certains think –tanks pour comprendre que tout ceci est une magnifique entreprise de propagande et de manipulation.(1)

Faisons un rapide tour des propriétaire:

L’entrepreneur Vincent Bolloré, influent dans les média et ami du Président Sarkozy, détient désormais l’intégralité du capital de CSA-TMO tandis que l’actuelle présidente du MEDEF, Laurence Parisot, était encore présidente de l’IFOP il y a peu.

En ce qui concerne Ipsos, créé en 1975 par Didier Truchot et Jean-Marc Lech, le groupe Pinault( un ami de Sarko et Hollande) y réalisait en 1997 une prise de participation. Nicolas Bazire, aujourd’hui examen pour complicité d’abus de biens sociaux, en fut l’ administrateur. Une fonction qui ne l’empêcha pas de prendre la tête de la Fondation pour l’innovation politique « cercle de réflexion » de l’UMP chargé d’anticiper l’élection présidentielle de 2012.
Soulignons aussi que le socialiste benoit Hamon fut pendant quelques années le directeur du planning stratégique d’Ipsos.Comme quoi au PS, on sait aussi travailler avec l’UMP quand c’est une question de gros sous.

L’institut BVA est géré par Edmond de Rothschild Investment Partners, principal actionnaire du journal de gauche Libération et très présent dans l’équipe de François Hollande et les affaires du Parti socialiste.

Opinion Way.: Cet institut est proche du Figaro et de Patrick Buisson, spécialiste des études d’opinion et conseillé de sarkozy. En 2009, la cour des comptes, alors présidée par Philippe Seguin, révélait que l’Élysée finançait les sondages d’Opinion Way publiés par le Figaro.

Bien que la plupart des sondeurs travaillent de façon « confidentielle » pour la présidence, un seul est cité par la Cour, sans doute en raison de l’importance de ses relations avec l’Elysée : Opinion Way. Le cabinet anonyme a facturé en un an 392 228 euros à la présidence pour participer au « politoscope » bimensuel du sondeur. Or, cette enquête est régulièrement publiée par LCI et Le Figaro et il s’avère que « la comparaison des résultats publiés dans la presse et de ceux remis à la Présidence » ne fait « pas apparaître de différence »… Au moins quinze autres sondages parus dans la presse, réalisés par des instituts non précisés, ont également été facturés (en partie ?) à l’équipe présidentielle.

La Cour des comptes s’interroge sur le bien-fondé de la dépense pour l’Elysée.source

Alors peut-on encore décemment croire à l’indépendance des sondages qui nous sont données ?

Michel Field: un gauchiste devenu le chien de garde de l’UMPS (vidéo)

Lundi soir, dans Parole de candidat sur TF1, Michel Field interroge – pour la énième fois – Marine Le Pen au sujet de la « coïncidence troublante » entre la citation, par son père, de l’auteur collaborationniste Robert Brasillach et sa présence dans un bal à Vienne avec « le gratin des nostalgiques du troisième Reich » comme disent les anti-fascistes de carnaval. Michel Field fut plus discret et moins curieux quelques minutes plus tard avec Mélenchon. Pourtant il avait là une nouvelle occasion d’exercer sa vigilance de petit flic. Pourquoi ne poser aucune question sur le soutien qu’a manifesté Mélenchon en faveur de l‘antisémite grec  Mikis Theodorakis ?. Et pourquoi aussi ne rien dire sur ses accointances avec des islamistes. Ce laxisme s’expliquerait-il par un réflexe de connivence idéologique ? Ou par un sentiment nostalgique pour le passé gauchiste qu’ont en commun ces deux révolutionnaires devenus de grands bourgeois.
Hier alliés de Mao, Hồ Chí Minh, Fidel Castro… aujourd’hui complices comme des brigands. Car, franchement, quelle valeur peut bien avoir leur indignation de procureur quand on sait l’horreur des massacres qu’ils ont tout à la fois soutenu et nié ? Qui sont ces foutriquets aux mains pleines de sang pour délivrer des certificats de bonne conduite ?

Si il est bon dans une démocratie de tenter de démasquer les politiques, il devient urgent de dévoiler qui sont réellement ces « journalistes » omnipotents et menteurs.

Michel Field: De la Révolution prolétarienne aux plateaux de TF1

Au Lycée Claude-Bernard, Michel Field est responsable lycéen de la Ligue communiste. Il y milite de 14 à 20 ans. Élève brillant mais frondeur, il est à la fois présenté au concours général et exclu du lycée Claude-Bernard à l’automne 1971 au moment où un mouvement de protestation agite le milieu lycéen (parmi les leaders de l’époque : Jean-Christophe Cambadélis). À la suite de son exclusion, Michel Field fait paraître une tribune dans Le Monde. Il est l’un des leaders du mouvement lycéen contre la Loi Debré (1973) : lors d’un débat télévisé, il lance un fameux « rigolo ! » au ministre de l’Éducation, Joseph Fontanet.

Il obtient son agrégation de Philosophie et devient professeur à l’École normale d’institutrices de Douai puis à l’École normale d’instituteurs de Versailles. En 1992, il quitte l’enseignement, et arrive à France 2 où il crée et présente « Le cercle de minuit ».

Au fil des ans, le révolutionnaire devient un présentateur à tout faire de la télévision française. Il n’est donc pas étonnant que Michel Field soit l’un des « héros » -involontaire- du film Les Nouveaux Chiens de garde qui dénonce la collusion des journalistes avec les pouvoirs économiques et politiques. Dans l’extrait qui suit vous allez découvrir  Michel Field faire des « ménages » pour le groupe Casino (ces prestations commerciales sont normalement interdites aux journalistes), et animer un meeting de l’UMP pour le « oui » au Traité constitutionnel européen, où il fait acclamer son patron sur Europe 1, le milliardaire et marchand d’armes, par ailleurs intime de Nicolas Sarkozy, Arnaud Lagardère. Il est aussi un invité récurrent des dîners du Siècle, où se réunit toute l’oligarchie française.

Ancien trotskyste, homme-sandwich pour Casino, animateur de meeting UMP, membre du Siècle… Le cas Michel Field illustre parfaitement de quelle manière les médias dominants recyclent l’impertinence, digèrent la contradiction.
Michel Fiel est un cerbère du système; ce qui explique qu’il ait montré les crocs ce lundi soir face à Marine Le Pen… son ami sarko lui a surement dit avant l’émission: « Allez Michel: attaque t’auras ton no-n’os ( OUAF! OUAF!)… gentil le chien….

Les « économistes à gages » sur la sellette

On a encore vu, lors de l’émission Parole de candidat sur TF1, des économistes ou journalistes économiques s’opposer de façon fielleuse et mensongère aux propos de  Marine Le Pen.

Un exemple de mensonge relevé parmi une série d’autres:

EDF et GDF.

Marine Le Pen prétend que si les prix comme celui de l’énergie augment c’est en partie à cause de la privatisation partielle de nos entreprises publiques. Le journaliste prétend qu’il n’y a pas eu de privatisation d’EDF-GDF. Or cet ancien monopole, après un changement de statut,(  la loi 2004-803 du 9 août 2004, transforme l’EPIC en société anonyme .) a bien été ouvert aux actionnaires privées dans le cadre d’une privatisation partielle comme le commandait l’Europe de Bruxelles.

 

La loi no 2006-1537 relative au secteur de l’énergieautorisant la privatisation de Gaz de France est finalement adoptée le 7 décembre 2006 après une bataille parlementaire qui verra l’opposition déposer plus de 140 000 amendements et le gouvernement menacer d’utiliser le « 49-3 » (adoption sans vote).

( voir les article: Électricté de France, Gaz de France)

 

Aujourd’hui EDF a 15 % d’actionnaires privés, et GDF 64 %.  Marine Le Pen a donc eu raison de parler d’une privatisation partielle.

De plus, le journaliste de TF1 prétend que cette augmentation est due à l’investissement nécessaire dans le parc Nucléaire. Là aussi, notre économiste oublie de parler de la loi NOME.  Cette  loi entrée en application le 1er juillet 2011  et qui vise à favoriser la concurrence dans le marché de l’électricité, a , comme le soulignait le nouvel Observateur en 2010, ouvert la voie à la hausse des prix. D’autre part, le financement des investissements dans le nucléaire peut fort bien être financé par des emprunts, puisqu’il correspond à un prolongement sur 10 à 20 ans de l’utilisation des centrales. Prétendre  comme le fait le pseudo-expert que ces investissements doivent être financés sur 5 ans c’est confondre la durée des travaux avec la durée des remboursements. C’est comme prétendre que puisque la construction d’une maison prend un an, il faut pouvoir payer les travaux en 1 an, même si la maison dure 50 ans.

Alors pourquoi cette malhonnête de la part de nos économistes médiatiques ? Peut-être parce qu’ils ont tous des intérêts dans ce système, comme le souligne l’article du Monde diplomatique dont on vous propose quelques extraits.

Pour lire l’ensemble du texte c’est ici: Le Monde Diplomatique

 

Les « économistes à gages » sur la sellette

Éditoriaux, matinales radiophoniques, plateaux de télévision : en pleine campagne présidentielle, une poignée d’économistes quadrillent l’espace médiatique et bornent celui des possibles. Présentés comme universitaires, ils incarneraient la rigueur technique au cœur de la mêlée idéologique. Mais leurs diagnostics seraient-ils aussi crédibles si ces « experts » rendaient publiques leurs autres activités ? Continuer la lecture de Les « économistes à gages » sur la sellette

UE / Crise grecque : Etats-Unis d’Europe, euro-bonds, avec ou sans l’euro ?

Les média poussent à la bipolarisation de la campagne. Les candidats de l’UMPS font dans la démagogie et enfilent comme des perles des mesures de pacotille.
Pendant ce temps, en Europe la crise avance. Ce week-end, la Banque centrale européenne a débloqué la bagatelle de 1 000 milliards d’euros pour les prêter, une fois encore, à quelques 500 établissements financiers européens au taux très avantageux de 1%, à charge pour ces derniers de prêter aux États à des taux de 4, 5 ou 6%. Notons au passage que personne ne trouve scandaleux que la BCE fasse marcher la planche à billet. En revanche le monde médiaticopolitique ne trouve jamais de mot assez dur pour dénoncer l’idée que l’on pourrait faire la même chose avec la banque de France dans le cadre d’un retour à notre monnaie nationale.

Voilà donc la grande arnaque de l’Europe que nous ont construis en 30 ans le PS, l’UMP, les verts et le Modem.

En ce qui concerne la Grèce, nous l’avons souvent dit, l’acharnement contre la peuple Grec soutenu dés le début par le PS ( souvenons-nous que c’est Strauss-Khan alors président du FMI qui a donné le top départ du grand délire) et par l’UMP ressemble à une tragédie. Et les prochaines décisions qui risquent d’être prises ne vont rien arranger. Comme le souligne nicolas Doze dans sa chronique sur BFM/TV, les créanciers grecs vont devoir accepter de « bien vouloir abandonner 73 % de la dette que leur doit la Grèce ». Si les créanciers refusent, la Grèce fera défaut, et sera contrainte de faire appel aux CDS ( primes d’assurances) privées. Ce serait une première en Europe.

Ce qui pousse le chroniqueur vers une conclusion qu’il n’aurait même pas imaginé prononcer il y a un an:

« Le MES, mécanisme européen de stabilité, c’est le point de départ des États-Unis d’Europe et des euro-bonds, allons jusqu’au bout du processus, disons si on veut garder l’euro ou l’abandonner ? »

Halal: Sarkozy ment… comme toujours !

Quand Marine Le Pen prend le risque de dénoncer l’omniprésence du Halal dans nos assiettes c’est raciste. C’est fasciste. C’est nazi. Ou pour parler comme Guéant c’est National socialiste. Et si vous vous permettez d’insister, le gouvernement comme les média-complices vous garantissent qu’il n’y a pas de problème.

Or, le président du communautarisme et de l’immigration vient justement de déclarer ceci:

« Reconnaissons à chacun le droit de savoir ce qu’il mange, halal ou non. Je souhaite donc l’étiquetage des viandes en fonction de la méthode d’abattage. »

Cela en serait presque risible s’il ne s’agissait pas d’un président de la république en fonction depuis 5 ans après avoir occupé le poste de ministre de l’intérieur pendant 4 ans.
Et si la majorité présidentielle n’avait pas dernièrement refusé une proposition de loi sur l’étiquetage comme nous le rappelle le journal Le Monde:

(…) pour la seconde fois en moins d’un an et demi, les députés UMP ont dû renoncer à débattre de l’étiquetage des viandes abattues en France. Cette fois, c’est une proposition de loi déposée le 21 février par Françoise Hostalier (UMP) qui a fait les frais des réticences du gouvernement : la députée du Nord a retiré son texte, jeudi 1er mars. […]

Interrogé par Mme Hostalier en février 2011, le secrétariat d’Etat au commerce répondait : « Le gouvernement français n’est pas favorable à la mention obligatoire de l’abattage sans étourdissement, (…) qui pourrait stigmatiser des pratiques ayant des fondements relatifs à la liberté religieuse et serait de nature à déstabiliser les marchés de la viande de manière durable. » Le Monde

Il faut aussi se souvenir des déclarations du président de la discrimination positive et de la laïcité ouverte au sujet des révélations faites sur le Halal:

– En visite à Rungis il déclarait que la polémique n’a pas lieu d’être: Viande halal : Sarkozy à Rungis estime que « la polémique n’a pas lieu d’être. Et que l’attitude de Marine Le Pen est pitoyable Viande halal : Sarkozy dénonce l’attitude « pitoyable » du FN

Il serait assez courageux de la part des média de mettre en perspective ce que dit aujourd’hui sarkozy avec l’aveu fait par Brigitte Bardot. Cette dernière soulignait dans une interview que le gouvernement a tout fait pendant 5 ans pour contourner la loi européenne (la réglementation européenne impose l’étourdissement des animaux de consommation avant leur d’abattage) afin de favoriser l’abatage rituel en France, et ce malgré les promesses faites par le candidat sarkozy en…. 2007. La Fondation brigitte Bardot a d’ailleurs porté plainte contre le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux et le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire, pour n’avoir pas fait retirer les agréments à certains abattoirs.

Cette campagne électorale menée par L’UMPS avec la complicité des média-menteurs est décidément la pire insulte faite au peuple, ainsi qu’à la vérité et à la dignité que nécessiterait le débat politique dans une démocratie.

Mais sommes-nous réellement en démocratie ????

Voir aussi:

– Abattoirs Halal: le gouvernement et les pouvoirs publics sont complices !

PS : Le socialiste André Vallini, accusé de harcèlement moral, conclut une conciliation

Mon hébergeur a reçu des menaces de poursuites judiciaires de la part du cabinet d’avocats du socialiste André Vallini. Je ne suis pas Cahuzac; ni socialiste, ni Franc Maçon, et je n’ai pas la chance de profiter de la manne des impôts pour me payer des avocats, je suis donc contraint de retirer l’article.
Pour en savoir davantage sur la bonté d’âme de Monsieur le sénateur Socialiste et président du conseil départemental de l’Isère, vous pouvez vous reporter à l’article de l’AFP de l’époque; en cliquant sur l’affiche :

cliquer sur l'image
cliquer sur l’image

Cenon : Une ex-conseillère municipale socialiste condamnée à de la prison ferme !

Les média ont parfaitement relayé le dernier opus anti-mariniste. En revanche, ils ignorent le livre de Dalongevile, « Rose Maffia » qui démonte le système maffieux mis en place par le PS dans le Nord-Pas-de-Calais. Il ne faudrait pas déranger les nuits du candidat choisit par le système avec de vilaines histoires de corruption.

Mais heureusement la justice de ce pays fonctionne encore un peu. Et elle vient de condamner Samira Guerra, à trois ans de prison (dont un an ferme) pour faux et escroqueries.

L’ancienne « Directrice du pôle de coordination des dispositifs contractuels à la Ville de Cenon » avait escroqué 41 000 euros à deux associations : L’Association de création et réalisation d’idées par les jeunes (Acri), et l’association Pass’port. Très engagée dans le milieu associatif de gauche, Samira Guerra déclarait en 2005 à la Fédération Léo Lagrange (proche du PS) :

« Nous ne cherchons pas à avoir des Cenonnais formatés, mais des Cenonnais qui acceptent la différence et contribuent à l’enrichissement de la dynamique sociale » !

Cenon, comme de nombreuses villes dirigées par la gauche, pratique une politique de subventions très généreuse, dont a su profiter largement Samira Guerra. Mais ce n’est pas la première affaire touchant la ville de Cenon dirigée par le socialiste Alain David.

En 2011, Laïla Merjoui, 1ère adjointe socialiste de la mairie de Cenon, était condamnée à trois mois de prison avec sursis par la Cour d’appel de Bordeaux, dans une affaire de « violences habituelles sur mineur de moins de 15 ans ».

Si cela continue on va devoir pousser les murs de nos prisons pour y loger les élus PS et UMP. En attendant, notre rubrique corruption s’épaissit.


La lutte contre la corruption selon François… par lessuper0s

Taxation à 75% des hauts revenus – François Hollande ment au Français

Comme nous vous le disions, François Hollande n’appliquera pas les 75 % d’imposition sur les hauts revenus supérieurs à 1 millions d’euro par an. C’est une annonce de boutiquier comme l’ensemble des propositions qui sont faites par l’UMP/PS.
Cette stratégie permet à l’ectoplasme du socialisme de rassurer les mélenchonistes et d’ occuper le terrain médiatique afin de reprendre la main sur Sarko le petit. Sauf que ce genre de procédé présente le risque d’inquiéter une catégorie d’électeurs généralement favorable à la gauche et dont la parole est très médiatisée comme par exemple des journalistes, des chanteurs, des acteurs ou des footballeurs.

Or, si l’on en croit Mickaël Darmon de l’émission «La Matinale» diffusée sur Canal+ (01 mars 2012) François Hollande serait depuis hier en train de faire la tournée du Showbiz et du milieu sportif afin de rassurer tout ce petit monde:

«depuis hier, François Hollande envoi un émissaire secret dans le monde du showbiz et du sport pour dire : on ne le fera pas !».

La présentatrice de l’émission lui demande si c’est vrai, Mickaël Darmon confirme par un «Oui (…) c’est un coup politique contre Sarkozy mais on le fera pas !»

Nous l’avons dit et nous ne cesserons de le répéter: François Hollande et Sarkozy partagent non seulement le même programme mais aussi le cynisme qui fait tant de mal à notre démocratie.

La Libye: guerre tribale, milices islamistes et tortures sont devenues la norme du pays libéré par BHL.

La Libye voulue par BHL et Sarkozy est devenue un vaste champs de bataille. Un terrain de jeu pour les islamistes les plus fous et un marché à ciel ouvert pour des trafics en tout genre. Après vous avoir menti sur la réalité de cette pseudo-révolution, les média français ont décidé de quitter les lieux et de ne rien dire sur ce qui s’y passe aujourd’hui. Un manquement à l’éthique la plus élémentaire. Car leur déontologie devrait les inviter à user d’un droit de suite.
Or si ce droit de suite était effectif en France, les média complices seraient obligés de diffuser des images comme cette vidéo où l’on voit des Africains noirs enfermés dans une cage, traités de sales chiens (un animal considéré impur dans l’islam) et forcés de manger le drapeau par les rebelles racistes aux cris d’Allah Akbar. Autant dire que BHL, Sarkozy et toute la caste qui a soutenu notre intervention militaire ne seraient pas content:

Le journal Marianne est le seul journal à consacrer un article à la situation. Et il est accablant.

Voici un extrait. Pour lire l’article en entier: En Libye, les miliciens-mafieux font la loi

Plus de cent milices dans la seule ville de Tripoli

Dans la capitale, l’ancien diplomate Patrick Haimzadeh décrit une véritable dérive mafieuse : « Chaque milice a son quartier et une véritable économie de la violence s’est mise en place. Il y a de l’alcool, des armes, des trafics des luttes d’influence. Tout cela dégénère très vite en règlements de comptes. Tous les ingrédients d’une guerre civile larvée »…..

La Kalachnikov plutôt que le bulletin de vote

…)En butte au pouvoir des milices, et aux rumeurs de déstabilisation, le CNT qui entend promouvoir la réconciliation nationale est complètement désemparé comme le décrit Jeune Afrique : « Les responsables politiques, toutes obédiences confondues, se sentent redevables à l’égard des milices. Leur propre sécurité est aujourd’hui encore assurée par ceux-là mêmes qui les contestent. D’autant que l’obsession de la « cinquième colonne » est ravivée par les déclarations des derniers membres de la famille Kaddafi. Réfugié au Niger, Saadi Kaddafi a ouvertement appelé au soulèvement contre le nouveau pouvoir, dans une interview téléphonique diffusée le 10 février par la chaîne saoudienne Al-Arabiya ». Continuer la lecture de La Libye: guerre tribale, milices islamistes et tortures sont devenues la norme du pays libéré par BHL.

Le Front de Gauche de Mélenchon relaie l’appel d’un antisémite Grec, Mikis Theodorakis

Après avoir manifesté avec des représentants du Hezbollah et du Hamas dans le cadre d’un manifestation anti-israélienne, après que Clémentine Autain ait signé l’appel des Indigènes de la république, le petit père sans peuple du Front de Gauche soutient l’appel du compositeur antisémite Mikis Theodorakis dont le texte figure en bonne place sur le site du parti de Gauche.

Mikis Theodorakis est  un antisémite convaincu et assumé. Et il est impossible de l’ignorer. Car le coming out du célèbre compositeur a fait l’objet d’une vive polémique, comme nous l’apprend sa fiche Wikipédia. En effet, le 4 novembre 2003, lors d’une conférence de presse pour promouvoir l’un de ses livres, Míkis Theodorakis a accusé les Juifs d’être « à la racine du Mal ».

Le 3 février 2011, dans un entretien donné à la chaine de télévision grecque HIGH, Míkis Theodorakis a déclaré : « Oui, je suis antisémite et antisioniste. J’aime le peuple juif et j’ai vécu avec lui, mais les Américains juifs se cachent derrière tout, les attentats en Irak, les attaques économiques en Europe, en Amérique, en Asie, les Juifs américains sont derrière Bush, Clinton et derrière les banques. (…) les Juifs américains sont derrière la crise économique mondiale qui a aussi touché la Grèce

Dans un texte intitulé Antisémitisme et Sionisme publié sur son site, Míkis Theodorakis écrit qu’il considère ceux qui l’accusent d’antisémite comme de « répugnants vers de terre » avant de regretter « le rôle du lobby juif américain dans l’élaboration de la politique impérialiste des États-Unis ». « Mes adversaires se livrent à des actions qui me salissent en tant que personne et en tant que compositeur. Surtout en tant que compositeur puisque les Sionistes contrôlent 99 % de la vie musicale mondiale (…) le lobby juif américain, tant pour son rôle leader dans les crimes de la machine de guerre américaine en Irak que pour ses plans visant à éliminer les États-nations, avec le but ultime d’établir la prédominance mondiale des colosses de la Banque financière entièrement contrôlés par lui. »

La polémique conduira le Parlement autrichien à retirer la Trilogie de Mauthausen du programme de la Journée de Commémoration de l’Holocauste à Vienne du 5 mai 2011.

Míkis Theodorakis a également mis en doute la responsabilité d’Oussama Ben Laden dans les attentats du 11 septembre 2001, il estime ainsi que Ben Laden « a très bien pu travailler pour les services secrets américains » (lorsque les attaques ont eu lieu). « Je ne pense pas que ce sont ces nus-pieds d’Afghanistan [qui ont fait le 11-septembre]. C’est une blague. Même la technologie japonaise ne peut pas faire ça. Pas même la technologie allemande. (…) Le Mossad a la technologie. Mais même, ils ne sont pas une superpuissance. Les Américains contrôlent tout ».

Mélenchon qui reprochait à Jean Marie Le Pen de citer Brasillach devrait tourner 7 fois sa langue dans sa bouche édentée. On aimerait aussi que nos média si friands de vérité demandent des explications à Mélenchon, comme ils se seraient empressés de le faire si cet appel avait figuré sur le site de Marine Le Pen.  Rappelons aussi à nos baltringues de l’information que le plus grand représentant du négationnisme dans le monde est un communiste français: Roger Garaudy.

Alors oseront-ils poser la question suivante: Mélenchon est-il Antisémite ou pas ?

Voir aussi cet article de la presse Israélienne.

Livre: Circus Politicus dévoile la fuite en avant anti-démocratique européenne(Vidéo)

On vous le dit sur ce blog: la politique française n’est qu’un théâtre d’ombre. Hollande et sarkozy sont des pantins. Leurs promesses ne les engagent à rien, aucune ne pourra être tenue. Car l’essentiel du pouvoir se trouve aujourd’hui à Bruxelles.
C’est cette situation que dénoncent Christophe Deloire et Christophe Dubois dans leur livre « Circus Politicus « .
S’appuyant sur des documents secrets et des archives inédites, les auteurs dévoilent les coulisses à la fois édifiantes et surprenantes de notre Circus politicus, sur fond de crises gouvernementales et de chaos européen.
Une enquête percutante qui démontre que les décideurs européens sont en train de construire une « démocratie éloignée des contraintes électorales »… en gros un pouvoir technocratique et autoritaire.
On découvre entre autre que Sarkozy est d’une servilité confondante et que Dominique Strauss-Kahn militait pour une autorité budgétaire indépendante.

L’interview commence à partir de 2mn30 et elle est à voir absolument !

Mesure-t-on véritablement les conséquences du putsch qui a été commis, à notre insu, contre la démocratie?

Pasolini: Télévision, fascisme et société de consommation (vidéo)

Entre le Frioul, où il naît, et Ostie, où il meurt, Pier Paolo Pasolini aura passé sa vie à taper du pied dans tous les centres idéologiques. Poète, cinéaste, romancier, dramaturge et essayiste, Pasolini vocifère. Brûle. Hurle. Amplifie. Irrite. Viole. Il faut le comprendre, c’est pas sa faute, à lui qui collectionne les scandales ; c’est pas sa faute s’il est quasi seul, en Italie, à se battre contre une violence neuve, et encore souterraine dans les années 70, la violence du « vrai fascisme ». La violence du conformisme. La violence de l’homogénéisation sociale, et de sa conséquence, l’acculturation.

Lire et re-lire les écrits corsaires de Pasolini…

Marine Le Pen et les journalistes.

Dans les média, l’anti-sarkozysme semble céder sa place à l’anti-marinisme. Le rouleau compresseur est en marche, et généralement, rien ne l’arrête. C’est ainsi que nous avons eu droit à l’occasion de l’émission « Des paroles et des actes » à une réplique des procès de Moscou. Ce fut la démonstration que cette émission n’a pour seul objectif que de flatter l’égo du journaliste qui y participe et de lui donner, sans trop de risque, le rôle du vaillant résistant opposé à la bête immonde.

Certains diront qu’une bonne dose d’agressivité de la part d’un journaliste, ça ne peut pas faire de mal. Oui, mais à condition que cette agressivité soit aussi destinée à l’ensemble des autres candidats. Or, il faudrait être aveugle pour ne pas voir que le traitement médiatique est aujourd’hui totalement déséquilibré. Et notamment au détriment de Marine Le Pen.

Car enfin, de deux choses l’une : soit on considère que le FN, notamment de par les idées qu’il véhicule, constitue un danger pour la démocratie et doit donc être interdit ; soit on estime qu’il s’agit d’un parti politique comme les autres et on en tire toutes les conséquences.
Dans ce dernier cas, les journalistes devraient mettre un point d’honneur déontologique à se montrer d’une parfaite neutralité.

C’est semble-t-il ce comportement qu’ont choisi d’adopter François Bachy de LCI et Roland Sicard de France 2. Leurs interviews offrent l’avantage pour le citoyen de se faire une idée sur le programme d’un candidat, à la différence de ces faux débats et de ces joutes de bateleurs qui imposent aux téléspectateurs un spectacle toujours néfaste à la démocratie.

François Bachy sur LCI dans l’émission « Les mots politiques »

Lien: Marine Le Pen - Les mots politiques

Marine Le Pen invitée des « 4 vérités » sur France 2

Les secrets de fabrication des sondages

Un gouffre électoral sépare les instituts Ipsos, LH2 et BVA de leurs homologues Ifop et CSA. Les premiers voient François Hollande loin devant Nicolas Sarkozy. Cinq, six à sept points d’avance. Des millions de voix. Les deux autres mettent un point seulement entre les deux candidats, le socialiste voyant sa cote reculer. Un point, l’épaisseur du trait. Et pas la même histoire, du moins au premier tour. Plusieurs questions se posent. (…)

Qu’est-ce que le « redressement »?

Voilà l’explication majeure. Les sondeurs corrigent tous les réponses de leurs échantillons. Ce lifting est indispensable. Un rapport des sénateurs Hugues Portelli (UMP) et Jean-Pierre Sueur (PS) datant de 2010 en livrait les clés.

Phénomène connu : les sondés d’extrême droite cachent leurs préférences. « À l’inverse, on peut observer que les partis de la gauche modérée sont généralement surreprésentés, phénomène dénommé ‘sinistrisme’ que les spécialistes de science politique peinent à s’expliquer », indiquaient les sénateurs.

Du coup, les instituts relèvent ou abaissent les intentions de vote en fonction de leur propre cuisine. C’est leur secret de fabrication. Le plus souvent, ils se réfèrent aux choix passés de l’électeur. S’ils sont peu nombreux à avoir voté Le Pen par rapport aux résultats réels des scrutins, alors le score est relevé. Il y a d’autres moyens : la popularité du candidat, la prise en compte de phénomènes d’image… « Dans cette procédure finale, il y a une part humaine, par définition faillible et subjective », rappelle un membre de la profession.

(…) Les instituts sont-ils politisés?

La palette des redressements offre une latitude d’appréciation aux instituts. Peuvent-ils échapper aux pressions, à leurs propres opinions, voire au désir de plaire aux partis politiques qui leur achètent des études? « Certains sont réputés proches du pouvoir, d’autres sont perçus comme plus indépendants« , glisse un ancien du métier. « Je ne crois pas à l’influence manipulatrice des sondages, réfute Denis Pingaud, conseil en stratégie d’opinion et auteur de Secrets de sondages (le Seuil). L’opinion est acculturée. Continuer la lecture de Les secrets de fabrication des sondages