Archives de catégorie : Non classé

Une jeune femme a été sauvagement agressée en pleine rue mardi soir à Strasbourg alors qu’elle rentrait chez elle. Un homme l’a étranglée jusqu’à lui faire perdre connaissance et a procédé sur elle à des attouchements. Il a été incarcéré. (…) Alors qu’elle marchait en tongs, elle a été déséquilibrée par un individu qui lui a fait un croche-pied. L’homme s’est jeté sur elle et a commencé à la serrer au cou. Avec son autre main, il lui a touché la poitrine et le sexe par-dessus les vêtements. La jeune femme a réussi à se libérer de son étreinte. Elle s’est mise à courir mais son agresseur l’a rattrapée. Il l’a fait chuter une deuxième fois. L’individu, couché sur elle, a repris ses manœuvres de strangulation et ses attouchements, tentant de glisser sa main dans le pantalon de la victime. Il l’a serrée si fort à la gorge qu’elle a perdu connaissance. Un témoin qui passait au même moment dans le secteur a mis l’agresseur en fuite. (…) Les policiers ont rapidement interpellé un suspect dans les environs. Le demandeur d’asile soudanais âgé de 25 ans a nié les faits, bien qu’il ait été formellement reconnu tant par la victime que par le témoin. DNA.fr

La rumeur a été largement diffusée grâce à un média d’extrême-gauche. Il sont plus au moins revenus sur leur info :

Désiré*, présent depuis neuf jours, rapporte les détails de l’accident : « On s’échappait par les toits, à l’arrière du bâtiment, pour descendre dans une petite rue à côté. Les gars de la BAC [Brigade anti-criminalité] étaient à nos trousses. Un camarade a voulu enjamber le parapet pour se laisser glisser le long du mur. Un baqueux lui a chopé la cheville. Ç’a l’a déséquilibré, et le camarade est tombé du haut du toit, en plein sur le nez. On a voulu le réanimer. Il ne bougeait pas. Du sang sortait de ses oreilles… » Désiré* et ses camarades ont aussitôt appelé les pompiers, « en courant ». Emmené par les pompiers, dans un état Continuer la lecture de Une jeune femme a été sauvagement agressée en pleine rue mardi soir à Strasbourg alors qu’elle rentrait chez elle. Un homme l’a étranglée jusqu’à lui faire perdre connaissance et a procédé sur elle à des attouchements. Il a été incarcéré. (…) Alors qu’elle marchait en tongs, elle a été déséquilibrée par un individu qui lui a fait un croche-pied. L’homme s’est jeté sur elle et a commencé à la serrer au cou. Avec son autre main, il lui a touché la poitrine et le sexe par-dessus les vêtements. La jeune femme a réussi à se libérer de son étreinte. Elle s’est mise à courir mais son agresseur l’a rattrapée. Il l’a fait chuter une deuxième fois. L’individu, couché sur elle, a repris ses manœuvres de strangulation et ses attouchements, tentant de glisser sa main dans le pantalon de la victime. Il l’a serrée si fort à la gorge qu’elle a perdu connaissance. Un témoin qui passait au même moment dans le secteur a mis l’agresseur en fuite. (…) Les policiers ont rapidement interpellé un suspect dans les environs. Le demandeur d’asile soudanais âgé de 25 ans a nié les faits, bien qu’il ait été formellement reconnu tant par la victime que par le témoin. DNA.fr

Asile: l’Assemblée vote l’extension de la « réunification familiale ». Les mineurs réfugiés pourront faire venir leurs « frères et sœurs », et non plus seulement leurs parents

L’Assemblée a adopté jeudi matin l’article du projet de loi « asile et immigration » qui étend la « réunification familiale » pour les mineurs reconnus réfugiés, très contesté par la droite et le FN, l’ensemble de l’opposition dénonçant aussi la tenue des débats.

Après une soirée électrique la veille, plusieurs élus ont appelé à la « sérénité ». Mais les tensions étaient encore latentes, des députés LR revenant à la charge sur un « plan caché de 40.000 régularisations » de sans-papiers.

« Il est beaucoup trop tôt pour s’énerver », a observé la vice-présidente de l’Assemblée Annie Genevard (LR) au perchoir. Continuer la lecture de Asile: l’Assemblée vote l’extension de la « réunification familiale ». Les mineurs réfugiés pourront faire venir leurs « frères et sœurs », et non plus seulement leurs parents

Universités : les étudiants anti-blocages s’organisent

Dans les universités, entre pro et anti-blocage, la tension monte. Parfois à bout de nerf, des étudiants opposés au blocage ont décidé d’agir. À Strasbourg (Bas-Rhin), dans la nuit du 18 au 19 avril, ils se filment en train de dégager eux-mêmes les accès. Limes et pinces en main, ils entrent sur le campus puis évacuent les poubelles et des poutres en bois installées par les contestataires.

La riposte s’organise aussi sur internet, derrière le hashtag #MaFacMonAvenir sur Twitter ou via des pétitions. Plus de 1.100 signatures pour l’une d’entre elles, pour laquelle ses auteurs écrivent : « Il est temps que la pratique des blocages cesse ». Débloquer ou court-circuiter les manifestants. À Montpellier (Hérault), ce jeudi 19 avril, les examens se sont déroulés sous très haute surveillance dans des lycées, loin de la faculté. Les lieux ont été tenus secrets jusqu’au dernier moment.

Marine Le Pen à l’assemblée nationale : l’Etat pousse tous les clandestins à déposer une demande d’asile pour avoir la paix.

Bravo!

La réplique de Marine Le Pen m’a faite penser au film de Coline Serreau, la crise.

Tout ça c’est bien gentil mais à un moment donné faut que des gens fassent de la place et c’est pas vous qui faite de la place pour permettre à l’ensemble de ces personnes de se loger!

Bruno Gollnisch au parlement européen : Pourquoi nous a-t-on caché que la Ghouta était aux mains de groupes radicaux tenant les civils en otages?

Thierry Mariani qualifie de «dévastateur» l’amendement au projet de loi Asile Immigration qui prévoit le regroupement familial pour les “mineurs”

Une statue de nu d’un héros grec antique couverte pour un congrès musulman : polémique en Italie

Lors d’un congrès musulman d’une petite ville de Ligurie, l’un des responsables décide de couvrir la nudité d’une statue d’un voile. L’affaire a pris depuis une ampleur nationale et indigne la droite italienne.

Samedi, dans le théâtre communal de la ville de Savona, en Ligurie, la communauté musulmane était réunie pour un congrès. Au centre de la salle se dresse une statue de 1880 : elle représente un homme nu, le héros antique grec Epaminondas. L’un des participants décide alors de couvrir d’un voile la partie basse du corps de la sculpture, pour, affirme-t-il à l’un des responsables du théâtre, « symboliser les dunes du désert ». Celui-ci prend une photo de l’oeuvre masquée.

La polémique est lancée, et l’affaire de la statue censurée de Savona prend bientôt une ampleur nationale. La droite italienne s’indigne devant la photo, et l’histoire fait parler d’elle dans les journaux. Continuer la lecture de Une statue de nu d’un héros grec antique couverte pour un congrès musulman : polémique en Italie