Archives de catégorie : Politique

Un Gilet Jaune : « Ce que je veux, c’est la démission de ce gouvernement et surtout de Macron, il nous a pris de haut ce petit fils de bourge »

Gilets Jaunes, acte IV à Paris : Echec de Castaner, des violences partout.

Continuer la lecture de Gilets Jaunes, acte IV à Paris : Echec de Castaner, des violences partout.

Belgique : des Gilets Jaunes tentent de s’attaquer au Parlement européen à Bruxelles

Un manifestant réclame la dissolution de l’Assemblee Nationale et la mise en place de la proportionnelle

Faux Gilets Jaunes : un cortège d’’extrême-gauche avec des Gilets Jaunes à Saint-Lazare

Ça fait 50 ans qu’ils portent des gilets rouges sans arriver à faire sortir le peuple dans la rue. Une fois que le peuple sort sans eux et s’affuble d’un gilet jaune… ils abandonnent leurs chasubles rouges floquées de la faucille et du marteaux et font semblant d’être les porte-paroles de la souffrance populaire.
La gauche est une pute qui se vend toujours au plus offrant.

Finkielkraut sur les Gilets Jaunes : « On ne voyait pas cette France car on ne voyait que la diversité. Toutes les réserves de compassion étaient épuisées par les banlieues et les migrants »

Le philosophe Alain Finkielkraut apporte son soutien à la France des oubliés, et se sent plus proche «des ploucs que des branchés» mais s’insurge contre le «déchaînement de barbarie» qui a eu lieu samedi dernier.

Finkielkraut : (…) La classe moyenne et les classes populaires vivent en France dans un double état d’insécurité économique et d’insécurité culturelle. Ces gens ordinaires ont été chassés des métropoles par les loyers prohibitifs et des banlieues parce qu’ils ont perdu la « guerre des yeux », comme dit Christophe Guilluy.

D’autres, qui habitent depuis longtemps les villes moyennes, voient leurs commerces fermer du fait de la concurrence des grandes surfaces et leurs emplois détruits du fait de la désindustrialisation provoquée par la mondialisation. Celle-ci, qui devait signer l’apothéose de l’Occident, se transforme en défaite, au moins provisoire.

(…) Ce surgissement soudain, cette révolte des « somewhere » (les « gens de quelque part ») contre les « anywhere » (les « gens de partout ») m’a, en effet, ravi.

Le Figaro : Pourquoi cette France oubliée resurgit- elle avec tant de violence aujourd’hui ? Continuer la lecture de Finkielkraut sur les Gilets Jaunes : « On ne voyait pas cette France car on ne voyait que la diversité. Toutes les réserves de compassion étaient épuisées par les banlieues et les migrants »

« Un véhicule essence émet autant de particules fines que dix vilains diesel ! »

Alain Bonnafous est professeur émérite de l’Université de Lyon (IEP) et chercheur au Laboratoire Aménagement, Économie, Transports.

Ici où là on voit surgir la première question dérangeante qui nuance la condamnation du diesel: comment peut-on décréter la lutte contre les gaz à effet de serre et «en même temps» favoriser la disparition du diesel qui émet moins de CO2? Cela devient plus dérangeant encore si l’on compare les effluents nocifs des plus récents moteurs selon qu’ils soient à essence ou au diesel, les seconds étant devenus plus propres.

En préalable à toute argumentation, je précise que je ne me situe pas dans une opposition butée aux préoccupations écologiques, qu’il s’agisse des déséquilibres de la biosphère où de la pollution locale. Ayant été co-auteur du premier livre qui, il y a plus de 40 ans, suggérait de prendre en compte l’environnement dans l’évaluation de la politique des transports, je serais mal placé pour occulter quelques données bien établies, notamment sur les deux inconvénients initiaux du diesel: les émissions de particules fines aux effets nocifs reconnus et le dangereux dioxyde d’azote (NO2) qui, outre ses effets inflammatoires sur les voies respiratoires, favorise la formation de ces particules, notamment les plus fines, sous forme d’aérosols de nitrates.

Les avantages du petit Satan

En regard, le diesel a des avantages substantiels par rapport à l’essence: il émet 15 à 20 % de moins de CO2, gaz inoffensif mais qui alimente l’effet de serre, et nettement moins de monoxyde de carbone (CO) et d’hydrocarbures ; à l’exception du benzo(a)pyrène, souvent cité car cancérigène et produit essentiellement par des moteurs diesel anciens.

Aujourd’hui, un acheteur qui choisit l’essence émet autant de particules fines que dix vilains qui achètent un diesel.

La question des particules fines est une question sérieuse sur Continuer la lecture de « Un véhicule essence émet autant de particules fines que dix vilains diesel ! »

Rioufol : « S’il n’y avait pas eu de violence dans les rues, le pouvoir n’aurait pas bougé d’un iota.