Archives de catégorie : Politique

Enquête sur Bernard Squarcini, le maître-espion des réseaux sarkozystes

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/11/04/534×0/5025156_7_90e5_bernard-squarcini-dans-son-bureau-de-la-dcri-a_02e6e6fb092caacfb20295d5bab6a2ec.jpg

Bernard Squarcini dans son bureau de la DCRI à Levallois-Perret le 22 mars 2012.

Ils appartiennent à un cercle très fermé, celui des hauts gradés de la police nationale. Proches de Nicolas Sarkozy, virés par la gauche, ils sont membres, aujourd’hui, d’une confrérie secrète, dissimulée derrière des noms mystérieux, les « Happy few » ou le « club de Quenza », un village de Corse-du-Sud, dînent les uns chez les autres…

Ils s’appellent Frédéric Péchenard, Michel Gaudin, Claude Guéant, Ange Mancini, Christian Flaesch… Recasés auprès de l’ancien président de la République ou dans le privé, ils forment un réseau informel, très bien renseigné et toujours influent. Ils patientent, priant pour un retour en grâce électorale de leur mentor.

Parmi ces hommes, il en est un qui fait office de courroie de transmission avec le cœur du réacteur sarkozyste : c’est Bernard Squarcini, l’ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur – DCRI, devenue Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Continuer la lecture de Enquête sur Bernard Squarcini, le maître-espion des réseaux sarkozystes

Alexandre Djouhri, le petit caïd devenu l’encombrant ami de Sarkozy

L’homme d’affaires sulfureux est au cœur de l’enquête sur un possible financement libyen de la campagne de 2007 de l’ex-chef d’Etat.

12480-100247139

10 avril 1986, 16 h 10. Ahmed Djouhri ne desserre pas les dents devant les enquêteurs de la brigade criminelle venus l’entendre à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Non, il ne sait pas pourquoi son ami David Tordjman, proche du milieu franco-tunisien, gérant en sous-main de plusieurs discothèques parisiennes, a été victime un an plus tôt d’une tentative d’assassinat.

Non, il ne sait pas non plus pourquoi il a lui même été la cible d’une tentative de règlement de comptes à Paris quelques jours plus tôt. Il s’est défendu en faisant « largement usage d’une arme à feu de calibre 9 mm », notent les policiers. « Je ne me connais pas d’ennemi », leur dit M. Djouhri, qui nie avoir fait feu.

Ce n’est pas l’avis des policiers, habitués à la loi du silence dans le milieu. Continuer la lecture de Alexandre Djouhri, le petit caïd devenu l’encombrant ami de Sarkozy

La fondation Clinton confirme le don d’1 million d’euro du Qatar, alors qu’Hillary était au département d’État.

NDLR: Cela confirme les accusations de Julian Assange et de Trump.

(…) «Les Saoudiens, les Qataris, les Marocains, les Bahreïniens, surtout les deux premiers, donnaient tout cet argent à la fondation Clinton, alors qu’Hillary Clinton était secrétaire d’Etat et le département d’Etat approuvait des ventes d’armes massives, en particulier à l’Arabie saoudite», a ainsi rappelé Julian Assange, ajoutant que durant le mandat de Hillary Clinton en tant que secrétaire d’Etat, le plus grand contrat de vente d’armement jamais signé dans le monde, d’une valeur de 80 milliards de dollars, a été conclu avec l’Arabie saoudite. Par ailleurs, durant son mandat, le montant des exportations totales d’armes des Etats-Unis a doublé, rappelle-t-il.


Traduction de Reuters

La Fondation Clinton a confirmé avoir accepté un don de 1 million $ du Qatar alors que Hillary Clinton était à la tête de la diplomatie américaine. Le chèque était un cadeau pour célébrer le 65e anniversaire de Bill Clinton.

Hillary Clinton n’a pas informé le secrétariat d’État comme elle s’était engagée à le faire lorsque la fondation qui porte son nom a reçu du Qatar un don d’un million de dollars (900 000 euros) alors qu’elle dirigeait la diplomatie américaine.

Des responsables politiques qataris s’étaient engagés en 2011 à verser cette somme pour célébrer le 65e anniversaire de Bill Clinton et ils devaient lui remettre le chèque en personne l’année suivante, montre le contenu d’un courriel adressé par la fondation à John Podesta, qui dirige l’équipe de campagne de la candidate démocrate.

Ce courriel fait partie des milliers de messages piratés depuis le compte personnel de John Podesta et qui ont été divulgués le mois dernier par WikiLeaks.

Huit autres pays donateurs

Continuer la lecture de La fondation Clinton confirme le don d’1 million d’euro du Qatar, alors qu’Hillary était au département d’État.

Julian Assange affirme que sa prochaine sortie garantira l’arrestation d’Hillary Clinton

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a déclaré que sa prochaine version fournira suffisamment de preuves pour garantir l’inculpation d’Hillary Clinton.

Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a déclaré que Wikileaks a obtenu des informations qui, une fois libérées, garantiront un acte d’accusation de Hillary Clinton.

Lors d’une récente interview avec une chaîne de télévision, Assange a déclaré que sa prochaine version «fournira suffisamment de preuves» pour voir Hillary arrêtée. Avec des rapports laissant entendre que son rival et candidat républicain, Donald Trump, a franchi le pas dans le dernier sondage, la fuite pourrait s’avérer un gros coup à sa campagne.

WikiLeaks a déjà publié 30 322 courriels du serveur de messagerie privé de Clinton, couvrant du 30 juin 2010 au 12 août 2014. Alors qu’Assange ne Continuer la lecture de Julian Assange affirme que sa prochaine sortie garantira l’arrestation d’Hillary Clinton

Éric Zemmour : « L’hypothèse Fillon, pour faire barrage à Juppé, prend de l’épaisseur »

Ceux qui veulent se débarrasser de Juppé et de Sarkozy doivent voter Fillon. Sarkozy n’a aucune chance contre Juppé au second tour. Il attire trop d’opposition et ne pourra pas bénéficier d’un bon report de voix.
Juppé face à Fillon aura en revanche plus de mal. Fillon pourrait bénéficier des voix de Bruno Lemaire et de Sarkozy.
Un match Fillon contre Sarkozy pourrait là aussi profiter à Fillon. L’anti-sarkozysme du camp Juppé, de l’UDI et du MODEM apporterait une grande quantité de voix à l’ancien premier ministre.

LES INSOLENCES D’ERIC ZEMMOUR – Manque de charisme, de caractère, d’audace… L’ancien premier ministre a souvent été critiqué. Aujourd’hui, dans la primaire de la droite, il fait l’unanimité sur les sujets économiques et fait entendre sa différence sur l’international.

cwaargaxcaeu-mm

Marion Maréchal Le Pen renvoie Estrosi et Sarkozy à leur responsabilité en matière d’islamisation

Pour Yves Thréard c’est Fillon qui a gagné le deuxième débat de la primaire de la droite et du centre

L’ensemble des politologues sont d’accord