Archives de catégorie : Politique

À Villeneuve-Saint-Georges et à L’Hôpital (moselle): Fusions des listes FN et DVD (Maj vidéo)

TV Libertés : Interview de Dominique Joly (FN) :

Europe 1 – 26/03/14

Philippe Gaudin est le candidat de droite à la mairie de Villeneuve de Saint-Georges qui a rompu la digue entre la droite modérée et le Front national.

A Villeneuve-Saint-Georges, on a 40% de logements sociaux, il y a des fusillades tous les jours…


Philippe Gaudin : "Je franchis la ligne jaune" par Europe1fr
 

Réaction des candidats PC et DVD de Villeneuve-Saint-Georges :

Annonce de Marine Le Pen au sujet des fusion et des soutiens. Continuer la lecture de À Villeneuve-Saint-Georges et à L’Hôpital (moselle): Fusions des listes FN et DVD (Maj vidéo)

Être républicain, qu’est-ce que ça veut dire ?

L’historien Franck Ferrand  s’interroge dans les pages du Figaro sur l’omniprésence du mot « républicain » dans le discours politique.

——–

C’est le mot à la mode: dans les médias, ces temps-ci, les bonnes choses sont qualifiées de «républicaines», les mauvaises, d’«antirépublicaines». «C’était un grand républicain», proclame ainsi – parmi cent exemples – un communiqué de l’Elysée, publié à l’occasion de la mort de Maurice Faure.

PHO11d92d9a-b021-11e3-8639-82fb40492513-805x453Mais de quoi parle-t-on, au juste?

Quelqu’un pourrait-il m’expliquer en quoi le fait d’être «républicain» ou «républicaine» constituerait, en soi, un brevet de vertu?

Déjà, cela supposerait qu’on définisse clairement la notion, d’autant plus répandue qu’elle est complexe à cerner. Aux Etats-Unis, être Républicain traduit une appartenance politique. En Espagne, dans les années 1930, cela relevait d’un engagement fort. Mais en France, de nos jours, que signifie ce terme, si crânement revendiqué par le premier venu? Rien, ou pas grand-chose – n’en déplaise aux tribuns, aux éditorialistes, aux analystes qui, à tous vents, en usent et en abusent.

Qu’on permette à l’historien de souligner, pour commencer, que la forme républicaine d’un gouvernement n’a jamais garanti son caractère démocratique.

Même de nos jours, une république n’est pas forcément une démocratie: la dictature en vigueur à Pékin porte le nom de «République populaire de Chine» ; or, l’idée ne viendrait à personne de louer ses mœurs politiques! Le chef de l’Etat y est désigné à huis clos par le Continuer la lecture de Être républicain, qu’est-ce que ça veut dire ?

L’UMP doit lever l’interdiction des alliances locales avec le FN

Après le premier tour des élections municipales, tous les commentateurs ont convenu de la baisse du PS, du bon résultat du l’UMP et de la poussée du FN. Effectivement, mais il faut insister sur les deux derniers points : l’UMP (tout comme l’UDI) ne réalise pas de véritable percée, aucun « nouveau nom » n’apparaît au soir de cette élection et cette formation est incapable d’inquiéter la gauche, pourtant en recul, à Paris, Lyon ou Lille. La performance c’est le FN qui la réalise en multipliant ses scores par deux ou trois par rapport aux municipales précédentes et en réussissant des cartons dans de nombreuses villes (Hénin-Beaumont, Béziers, Fréjus, Forbach, Tarascon, Perpignan, Avignon, etc.). Lorsque le FN présente une personnalité connue (Florian Philippot, Louis Aliot, Gilbert Collard, Robert Ménard) ou bien implantée (Steeve Briois, David Rachline à Fréjus, Valérie Laupies à Tarascon), le candidat UMP est balayé de la même façon que celui du PS. Il faut se rendre à l’évidence : le Front National constitue l’élément le plus dynamique de la droite.

Dans ce cadre, l’interdiction par l’UMP de toute alliance locale avec le FN est stupide car elle coupe en deux de façon artificielle l’électorat de droite ; un électorat qui, lui, y est favorable selon tous les sondages récents, dont le dernier en date. Elle empêche de donner un grand coup de balai à la gauche municipale. Elle traduit un mépris pour les électeurs FN que ceux-ci font payer au deuxième tour lors d’un duel PS/UMP (par exemple Hollande-Sarkozy…). Elle est incompréhensible car au niveau local les différences de programme entre UMP et FN sont faibles, et en réalité convergent autour des thèmes de l’insécurité et de la baisse des impôts.

Et cela n’empêcherait en rien de refuser tout accord au niveau national, tant il est vrai que les différences sur les programmes économiques demeurent irréconciliables, nous sommes bien d’accord.

Ce refus d’alliances locales est aussi dangereux car ce premier tour montre l’émergence Continuer la lecture de L’UMP doit lever l’interdiction des alliances locales avec le FN

Communautarisme : Le CRIF demande à un candidat PS d’aller au bout de ses convictions et de se retirer face au FN

Où ils se croient ? en Israël ?. De quel droit interviennent-ils dans le jeu politique d’une république laïque ces agités de la Kippa ?

C’est quoi ce pays où des communautaristes juifs de l’UEJF et des maffieux du CRIF donnent des leçons de « républicanisme » ?!?

Le Front ripoux-blicain est vraiment l’alliance de toutes les canailles !

———

Dans un communiqué, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) demande à Garo Hovsépian, candidat socialiste à la mairie du 7e secteur de Marseille (13e-14e arrondissements) arrivé hier en troisième position du premier tour avec 21,66% des suffrages, de retirer sa liste au second tour.

Capture-d_ecran-2013-03-24-a-11-14-01-87347« Nous demandons à Monsieur Garo Hovsépian, grand humaniste qui a toujours combattu la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme d’aller au bout de ses convictions en retirant sa liste au profit du candidat en place en seconde position (Richard Miron, candidat UMP-UDI, avec 27,83%, ndlr). » Le Crif justifie cette demande en raison du risque de victoire de Stéphane Ravier, candidat FN qui a obtenu 32,88% au premier tour dans ce secteur.

voir: Déjeuner-débat du CRIF Marseille-Provence : Garo Hovsepian, Maire des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille

La Provence

Totalitarisme : Les Jeunes socialistes lancent l’opération « Les routes de la République » pour barrer la route au Front National.

Comme le disait Jean Gabin dans le film le président d’Henri Verneuil : « Figurez-vous que quand il y a un sale coup qui se prépare, il y a toujours une République à sauver« .
ou encore : « C’est une habitude bien française que de confier un mandat aux gens et de leur contester le droit d’en user« .

——

les-jeunes-socialistes-lancent-les-routes-de-la-republique

Dès aujourd’hui, les Jeunes socialistes vont sillonner la France en minibus pour aider sur le terrain les candidats socialistes et de la gauche rassemblée face au Front National.

Les Jeunes socialistes appellent à : « Un sursaut républicain suite aux scores du Front National au 1er tour des élections municipales ».

Ces résultats doivent d’abord nous mobiliser partout en France pour empêcher le Front National de prendre des villes.

Retrouvez les de Perpignan à Brignoles en passant par Saint Gilles dans le Sud de la France, de Forbach à Lens en passant par Noyon et Hayange dans le Nord.

>> En savoir plus sur l’opération Les routes de la République

Le Pen à Peillon : « Vous venez me donner à moi des leçons de démocratie ? » (vidéo)

Marine Le Pen explose le franc maçon Peillon. Lorsque la patronne du FN déclare: « les français ont repris leur liberté ce soir », Peillon répond (attachez-vous bien) : « La liberté ? mais pourquoi faire ? ».

Incroyable!

Totalitarisme : A gauche, des bus prêts à partir pour mobiliser contre le FN

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes »
Winston Churchill

———

Jeunes socialistes d’un côté, UEJF et SOS Racisme de l’autre se préparent à envoyer leurs militants pour empêcher certaines communes de basculer à l’extrême droite

2013-12-26T064445Z_383347777_GM1E9CQ13X901_RTRMADP_3_CHINA-MAO_0ls préchauffent les moteurs, vérifient les niveaux et chargent leurs coffres de tracts anti-Front national. Jeunes socialistes d’un côté et associations antiracistes de l’autre se préparent à un entre-deux tours actif dans les villes convoitées par Marine Le Pen. Les premiers font partir dès demain deux minibus, l’un direction le Sud-Est, l’autre le Nord-Est, avec l’objectif de visiter «une vingtaine de villes», selon sa présidente, Laura Slimani.
De leur côté, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et SOS Racisme conduiront lundi un bus d’une cinquantaine de personnes à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) avant de rejoindre d’autres communes qui pourraient basculer à l’extrême droite: Béziers, Fréjus, Saint-Gilles, Brignoles…

«On veut pousser les gens à se mobiliser pour voter contre le FN et pousser les partis localement à tenir le front républicain», explique Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF. Car si le PS, et son premier secrétaire Harlem Désir, martèle depuis plusieurs jours que «pas une ville ne doit passer au FN», certaines équipes locales refuseront de se désister. Continuer la lecture de Totalitarisme : A gauche, des bus prêts à partir pour mobiliser contre le FN

Le rapport qui fait peur aux collectivités locales

Le premier ministre a déclaré de façon honteusement anti-démocratique qu’il fallait tout faire pour qu’il n’y ait pas de mairie FN. L’un des arguments de cet apprenti dictateur était que les expériences précédentes des mairies FN s’étaient conclues par un échec.  Cette allégation n’est pas seulement  fausse, elle est aussi hypocrite. En effet, on ne compte plus les collectivités PS  sur-endettées et gérées avec des méthodes de maffieux.
La preuve avec ce rapport explosif remis dernièrement à l’Elysée.

Notons que ce préconise ce rapport est d’ores et déjà en marche : les maires que vous allez élire ne possèdent plus aucune marge de manœuvre pour prendre des décisions. Leurs compétences les plus importantes ont été transférées aux communautés de commune, et demain la mise en place des métropoles leur retirera le peu qui leur reste.

C’est la fin de la hiérarchie administrative qui garantissait l’égalité sur le territoire national. Les lieux de la démocratie s’éloignent, la souveraineté du peuple est belle et bien terminée….. l’UMPS voilà l’ennemi de la démocratie et de la république.

———–

Un document remis tout début mars à l’Elysée préconise une cure d’austérité aux communes, aux départements et aux régions. Au risque d’une mise sous tutelle. Explosif !

manifestation-elus-locaux-reforme-territoriale_441227Les pères de la décentralisation devraient se retourner dans leur tombe. Le rapport — d’étape, au stade actuel — a été remis en toute discrétion le 3 mars à l’Elysée. Sous l’appellation volontairement technocratique « Pour une maîtrise collective des dépenses publiques », il dissimule en fait une petite bombe politique qui risque, si ses conclusions sont retenues par le président de la République, d’entraîner un bouleversement radical du fonctionnement des communes, des départements et des régions ainsi que leur relation avec l’Etat.

Le contexte est sans surprise : pour casser la spirale infernale de notre endettement, le gouvernement, pressé par Bruxelles, est à la recherche de 50 Mds€ d’économies d’ici à 2017. Un effort à partager entre l’Etat, la Sécurité sociale et les administrations locales.

Toucher au pouvoir des élus, un jeu dangereux

Les propositions évoquées dans le rapport sont sans précédent. Elles enferment les collectivités dans un double carcan. Tout d’abord, un gel en valeur de leurs dépenses jusqu’en 2017, ce qui signifie (compte tenu de l’inflation) une baisse de leurs interventions. Du jamais-vu ! Et de l’explosif puisque le personnel, les investissements et surtout certaines aides sociales, tout sera passé au rabot. Encore plus inédit, si l’engagement n’est pas respecté, les maires, notamment, perdront toute maîtrise de leur budget, ils se verront interdire toute augmentation des impôts locaux et seront mis sous tutelle de l’Etat.

« Ce serait une attaque en règle, réagit vivement un élu local. Car la nature même de la Continuer la lecture de Le rapport qui fait peur aux collectivités locales

Municipale 2014 : Lille, interview du candidat Eric Dillies du FN (vidéo)

Les média tentent de nous faire croire qu’il n’y a que des buses au sein du FN. Or quand on prend le temps, et quand on a la curiosité d’écouter le discours de certain d’entre eux, on voit qu’ils n’ont rien à envier à la caste UMPS. Prenons par exemple Eric Dillies : candidat FN à Lille depuis de nombreuses années, il connait parfaitement les dossiers et les problèmes que rencontrent au quotidien les lillois.
À la tête de la mairie, on peut parier qu’il ne ferait pas pire que le festivisme vulgaire de Martine Aubry.
Notons d’ailleurs que cette dernière a été élu à la dernière élection avec 55% d’abstention. Autant dire qu’elle est loin de représenter les lillois… à peine représente-t-elle les électeurs de gauche.

Soumis aux questions neutres d’une apprentie journaliste, Dillies met à bat le socialisme coréen de mère Martine… un régal.

En trois jours, 4 500 migrants ont débarqué en Sicile.

Ces trois derniers jours, près de 4 500 migrants et demandeurs d’asile ont débarqué en Sicile. Profitant d’une météo clémente, la plupart ont embarqué des côtes libyennes.

Ils ont lancé un appel de détresse et ont pu être secourus in extremis. Jeudi 20 mars, 90 migrants, dont l’embarcation se trouvait au large de l’île de Gozo, sont sortis sains et saufs de leur traversée de la mer Méditerranée. Pris en charge par les forces maltaises, ils ont été transbordés sur des bateaux et amenés à Malte.

Ces derniers jours, les navires de la marine italienne ont secouru au sud de la Sicile plus de trois mille migrants qui venaient des côtes nord-africaines, notamment libyennes.

Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), en trois jours, ce sont au total 4 457 migrants et réfugiés qui ont débarqué en Sicile. Une dizaine d’autres bateaux ont par ailleurs été détectés dans le Canal de Sicile.

Des familles Continuer la lecture de En trois jours, 4 500 migrants ont débarqué en Sicile.