Archives de catégorie : Politique

La gigantesque hypocrisie de François Hollande sur l’UOIF(vidéo)

Alors que trois des plus hauts responsables du Parti Socialiste soutiennent l’UOIF localement, Martine Aubry à Lille, Jean-Marc Ayrault à Nantes, et Jacques Santrot à Poitiers, François Hollande ose dénoncer Nicolas Sarkozy qui avait fait entrer l’UOIF au Conseil Français du Culte Musulman et avait assisté à un de ses meetings…comme Martine Aubry :

Rafraichissons la mémoire du Parti socialiste qui finance ces islamistes :

A Poitiers, le maire PS Jacques Santrot fit voter durant le conseil municipal du 31 mars 2006, une subvention de 150 000 euros à l’Association Communauté musulmane de Poitiers affiliée à l’UOIF. La mosquée est aujourd’hui construite avec son minaret toisant la ville.

A Nantes, ville dirigée par le chef du groupe PS à l’assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, le journal local Presse-Océan rapportait dans son édition du 11 mai 2009 concernant la mosquée du quartier de Malakoff:

« L’AIOF finance la construction, estimée à 4,4 millions d’euros, en quasi-totalité, la Ville apportant 200 000 pour le centre culturel. Continuer la lecture de La gigantesque hypocrisie de François Hollande sur l’UOIF(vidéo)

Sarkozy et l’UOIF: quelques vérités dérangeantes

Lors de l’élection de 2007, Caroline Fourest, journaliste de gauche bienpensante dénonçait les accointances entre Sarkozy et l’UOIF ( elle oubliait de préciser celles de la gauche…)


Crise de la citoyenneté par RollingPat

Extrait de l’article du journaliste Mohamed Sifaoui pour le Hufftington Post:

Sarkozy et l’UOIF: quelques vérités dérangeantes

(…) Il est nécessaire de préciser que l’UOIF a gagné en respectabilité et en légitimité grâce à Nicolas Sarkozy, le ministre de l’Intérieur, mais aussi grâce au même Nicolas Sarkozy, élu président de la République. Celui qui semble découvrir, en pleine campagne électorale, le caractère intégriste de cette organisation s’était rendu « en ami », en avril 2003, au congrès de la même association pour faire un discours devant des femmes séparées des hommes légitimant ainsi, par une telle présence, le caractère sexiste du mouvement intégriste.

Certes, il avait défendu, au risque de se faire huer, le principe républicain qui stipule que les femmes devaient ôter leur voile pour les besoins des photos d’identité, mais en contrepartie, il a insisté pour que l’UOIF, mais également le Tabligh, une association prosélyte, intègrent, toutes les deux, le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), imposant ainsi des organisations intégristes aux autres courants plus ouverts et prônant un islam compatible avec les valeurs universelles.

Pendant cette lune de miel entre le ministre de l’Intérieur, futur chef d’État, et l’UOIF, le chantre de la « laïcité positive » s’est transformé en ardent défenseur de l’association, allant jusqu’à demander aux journalistes, sur des plateaux de télévision, de ne plus la considérer comme une organisation « extrémiste », « islamiste » ou « intégriste », préférant l’affubler du doux euphémisme d’association « orthodoxe » alors qu’il n’existe nulle orthodoxie en islam. Théologiquement parlant, ce concept n’a aucun sens en islam. Mais passons sur la sémantique…

Pour paraphraser le titre du livre très documenté du journaliste Farid Hannache, on peut affirmer, en effet, que Sarkozy entretient avec l’islamisme « des hypocrisies explosives ». Continuer la lecture de Sarkozy et l’UOIF: quelques vérités dérangeantes

Sarkozy arrête les islamistes qu’il a laissé prospérer pendant dix ans

Comment doit-on comprendre l’agitation policière spectaculaire que met en scène actuellement le gouvernement ? Est-elle la conséquence de la mort sordide des trois soldats français et des enfants juifs assassinés par l’islamiste Mérah ? Si c’est le cas, cela voudrait dire que l’on a attendu qu’un crime odieux soit commis pour enfin intercepter des tueurs en puissance alors qu’on les a laissé prospérer sur notre sol.
Si, en revanche, comme le prétend Claude Guéant, ces arrestations n’ont aucun lien avec l’affaire Mérah, alors cela signifie que le gouvernement à laisser se dégrader volontairement la situation pour en tirer un profit électoral. Ces gesticulations ne seraient donc que de la propagande assimilable à une opération de manipulation de grande ampleur.
Dans tous les cas de figures, l’arrestation des islamistes folkloriques de Forsane Alizza et l’expulsion de tous les autres témoignent du cynisme de Sarkozy et de son inefficacité politique.

15 ans pour expulser un terroriste malien !

Quand on se penche sur le CV des islamistes expulsés, on découvre qu’en dix ans de pouvoir, Nicolas Sarkozy a été incapable d’agir. En lisant notammentle Figaro on apprend que parmi les 5 imams expulsés, figure un malien condamné pour terrorisme :
« Le premier visé, Ali Belhadad, présente un profil d’ancien terroriste. Militant islamiste algérien de 45 ans, il a été cueilli en douceur à Draveil (Essonne) par les services spécialisés de la Préfecture de police de Paris. Condamné à dix-huit mois d’emprisonnement en 1997 pour son rôle dans les attentats de Marrakech en 1994 (14 morts et 23 blessés), il est connu, selon une note de police, «pour ses liens très étroits avec un islamiste radical membre du Groupe islamique armé (GIA), « 

Face à cette situation, les français sont en droit de demander des comptes à ce président inconscient des dangers qu’il nous a fait courir. Car comment de tels individus ont pu rester sur notre sol sans être inquiété ? Comment cet islamiste a-t-il fait pour vivre ? Avec quel argent ? Dans quel logement ? Et combien d’islamistes ont pu profiter, et profitent encore, de la mansuétude du pouvoir Sarkozyste pour endoctriner les prochains Mohamed Merah ?
Il serait fou que les Français, et les militants laïques que nous sommes, se satisfassent d’un scénario de série B où un président joue les fiers-à-bras à la veille des élections, alors que pendant toute la durée du film, il a été l’allié et le complice de ceux qui ont répandu les germes de la haine. Ne serait-ce que pour cela nous devons sanctionner Sarkozy dès le premier tour de l’élection présidentielle.

10 ans de sarkozysme c’est toujours plus d’immigrés et toujours plus d’islamisme.

Il faut bien comprendre que cette situation est la conséquence des politiques immigrationnistes et communautaristes menées par la gauche et par la droite. Continuer la lecture de Sarkozy arrête les islamistes qu’il a laissé prospérer pendant dix ans

Affaire Merah : il déchire son passeport français dans une mosquée, « Allah akbar » (vidéo)

Sarkozy a beaucoup fait pour l’islam en France. Mais les islamistes ne lui sont pas reconnaissant. En Algérie ils sont même limite grognons. L’affaire Mérah leur reste en travers du coran.
Nous ne pouvons que leur conseiller de rester calme. Il n’y a aucune raison d’aller égorger des prêtres ou de se faire sauter dans un restaurant d’Alger à l’aide de quelques bâtons de dynamites discrètement dissimulés dans une couscoussière. Il faut raison garder.
Car en soutenant le père de Mohamed Mérah dans sa volonté de porter plainte contre la France, Pierre Laurent, premier secrétaire du PCF, vous a démontré qu’il existe des gens en France capables de faire preuve d’un peu d’humanisme. En déclarant que s’il était élu il se rendrait en Algérie parce que là bas nous y avons que des amis, le Franc-maçon Jean-Luc Mélenchon vous a fourni la preuve que la gauche aura toujours la main tendue en direction des damnés de la terre. Et François Hollande n’ a-t-il pas déclaré qu’il fallait que la France fasse repentance ?.
Alors, restons calme! Vous et tous vos amis barbus de la planète n’avez aucune raison de vous énerver. Dans quelques semaines, une fois élu à l’Élysée, les porteurs de valise de la gauche mélenchoniste, et l’ami de Ben Bella devraient vous arranger les choses. Et vous verrez tout redeviendra comme avant…

Avec la gauche vous aimerez la France à nouveau… et vous aurez même le droit de vote ! c’est pas cool ça !

une allocution du cheikh algérien Ali Belhadj, du Front Islamique du Salut, allocution lors de laquelle un musulman détenant la double nationalité française et algérienne déchire son passeport français devant la caméra.

Mélenchon est-il soutenu par des poivrots ?

Le meilleur allié de Sarkozy, Jean-Luc Mélenchon, s’en prend toujours à Marine Le Pen et à son électorat. Il traine dans la boue, diffame, insulte, vocifère, éructe, crache, et appelle régulièrement à la haine de 20 % des Français sous les hourras du PS et de l’UMP. La dernière insulte en date de Mélenchon est de faire passer les cadres du Front National pour des poivrots ! Sauf que

90% des Français refusent d’être sondés, et ils ont raison !

Chaque jour nous vaut son lot de sondages sur l’élection présidentielle. Et voilà que Nicolas Sarkozy croise la courbe de François Hollande, et voilà que Jean-Luc Mélenchon dépasse François Bayrou et Marine Le Pen, atteignant le seuil symbolique des 15%.

Bien sûr, chaque publication se fait fort de reproduire l’avertissement de la Commission des sondages : « les sondages ne sont qu’un instrument d’analyse de l’opinion publique et non pas un outil de prévision des résultats électoraux. » Il n’empêche que les politologues en tirent des conclusions hâtives.

Or ces sondages sont entachés de nombreux biais et approximations qui mettent en cause leur « vérité » présentée comme scientifique voire comme parole d’Evangile.

Premier biais : les fameux « redressements ».

Les chiffres bruts sont corrigés à la hausse ou à la baisse, sous prétexte que des électeurs auraient honte de déclarer leur vote pour tel ou tel. En 2002 et 2007, les scores de Jean-Marie Le Pen étaient multipliés par deux voire par trois. On sait que cette correction fut insuffisante en 2002, et comme pour se rattraper, les sondeurs ont poussé le balancier trop loin dans l’autre sens en 2007. Et qu’en est-il pour Marine Le Pen en 2012 ? Mystère total, puisque les chiffres bruts sont soigneusement cachés au public.

Ces redressements relèvent donc plus de cuisine interne et opaque que d’une démarche scientifique. On dit qu’il se baseraient sur les déclarations de vote des sondés quand on les interroge sur leurs votes précédents. Encore faudrait-il qu’ils s’en souviennent, et qu’ils ne mentent pas… par honte ! Les nombreux déçus du sarkozysme diraient-ils tous qu’ils ont voté pour l’actuel président-candidat en 2007 ? Et si les vieux « frontistes » ne se gênent plus de dire vouloir voter pour Marine Le Pen, qu’en est-il de nouveaux électorats qu’elle pourrait conquérir, comme les fonctionnaires ou les personnes âgées, qui pourraient craindre le « qu’en dira-t-on » ? Et les jeunes, sont-ils plus francs et moins soucieux de la famée que leurs parents par franchise et bravoure, ou sont-ils encore plus soumis au « politiquement correct » de leurs aînés ? (1)


Bref, les « redressements », c’est du doigt mouillé soumis à des vents contraires et qui peuvent donc aller dans tous les sens.

Second biais connexe aux redressements : les sondés peuvent tout simplement mentir.

Voilà qu’on m’appelle au téléphone pour me demander pour qui je vais voter. La dame au bout du fil se présente de la part de tel ou tel institut, mais je n’ai aucun moyen de vérifier. Vais-je livrer mes opinions politiques (et parfois d’autres plus intimes parce que le sondage politique est noyé parmi d’autre pour limiter les frais) à une parfaite inconnue qui connaît donc mon numéro de téléphone et peut ainsi avoir mon identité ? Alors oui, je serai tenté de lui mentir, de lui dire que je ne pratique pas la sodomie, que j’ai tout ce qu’il me faut en équipement internet et téléphonique, et que je ne soutiens pas l’ultra-gauche.

Second biais : les refus de répondre. Dans une interview de 2011 Brice Teinturier, grand sondeur devant l’Eternel et les caméras, nous apprenait que pour constituer le classique panel de 1000 votants, les instituts de sondage réalisaient 7000 appels. Alain Garrigou, spécialiste du sujet qui donne moult conférence, parle quant à lui de 13 000 appels pour obtenir 1000 réponses. Soit un rapport moyen de 1 à 10 !

Quand est-ce que les sondeurs tombent sur « des becs » ? Continuer la lecture de 90% des Français refusent d’être sondés, et ils ont raison !

Marine Le Pen « Je suis l’exception française dans cette campagne » (vidéo)

Marine Le Pen est l’invitée de l’émission « Politique matin » présentée par Patrick Chêne sur la Chaîne Parlementaire, LCP.

Marine Le Pen s’interroge sur le fait de savoir si nous sommes encore en démocratie en France, elle rappelle que « le but de la démocratie, c’est de défendre ses idées pour arriver au pouvoir (…) c’est ce qui fait la particularité de ma candidature, c’est pour cela que je suis l’exception française dans cette campagne ! Moi, je défends les idées du peuple français, je défends la survie de la France et je ne vais pas vendre les voix à tel ou tel pour avoir un maroquin ministériel, ça n’a aucun intérêt ça ! »

Marine Le Pen est l’invitée du journal télévisé de 13h sur France 2.

Interrogée au sujet des sondages qui la positionnent en troisième ou quatrième position, Marine Le Pen réagit « Je n’y crois pas ! Je crois qu’il y a une révolte qui gronde, silencieuse, dans notre pays, que les gens n’ont pas une mémoire de poisson rouge, qu’ils se souviennent des 5 années de cauchemars qu’ils viennent de vivre, qu’ils se souviennent lorsqu’ils reçoivent leurs impôts locaux, que ce sont les socialistes qui sont à la tête des régions, qu’ils se souviennent des affaires qui fait qu’on les volent comme au coin d’un bois ! Que ce soit au niveau des régions, que ce soit au niveau de l’État, on vole les français comme au coin d’un bois. Je pense qu’il y a une très grande chance que cette révolte saine et populaire me propulse au second tour de l’élection présidentielle pour que les Français s’offrent le choix, le choix de la France ! »

Georges marchais dévoile l’imposture Mélenchon sur l’immigration

C’est certainement parce que notre société s’attache un peu trop aux apparences et au spectacle que les média-complices présentent Mélenchon comme une réplique de Georges Marchais. Or, même si le petit père sans peuple interprète à merveille son rôle de composition, il est à des années lumières du secrétaire générale du PCF. Et particulièrement sur la question de l’immigration. Parce que pour Jean-Luc Mélenchon,  » les pays qui vivent entre vieilles souches se rabougrissent ». Mêchantcon a le même objectif que celui du MEDEF: accueillir toujours plus d’immigrés et régulariser tous de ceux qui se trouvent sur notre sol.

C’est la confirmation que Mélenchon n’est qu’un attrape BOBO… pour Marchais, il en allait tout autrement:

Roubaix : Quatre mosquées en chantier ou en projet

Hiver 2010, l’affaire du Quick halal divise Roubaix entre « pro » et « anti ». Le maire s’en mêle, s’emmêle, et finit par inviter les représentants des six mosquées de la ville à une réunion censée purger la polémique.

Il apparaît alors à tous les protagonistes qu’il manque à Roubaix une interface entre communauté musulmane et municipalité. Deux mois plus tard, le Collectif des institutions musulmanes de Roubaix (CIMR) voit le jour, fort de l’adhésion de cinq des six mosquées roubaisiennes. La sixième, celle de la fameuse rue Archimède, réputée pour ses positions radicales, reste à l’écart.

 « Il y avait déjà eu des tentatives, mais ça n’avait pas abouti car on se focalisait sur nos différences plutôt que sur nos points communs, explique Ibrahim Alci, président du CIMR. Il s’est trouvé à ce moment que les représentants des différentes mosquées ont accepté de faire ce pas. »
Dans une ville où, selon le président de l’association de la mosquée Abou Bakr (la principale de Roubaix), « la population (NDLR : 95 000 habitants) est à 50 % de religion ou de culture musulmane »,
la prise en compte des attentes de ce public est un enjeu majeur. Un premier pas a été fait en 2002 avec le schéma directeur des lieux de culte, qui contribue à l’accompagnement municipal des projets de construction ou de rénovation de mosquées. Mais au-delà de cette question purement immobilière, rien n’existait avant le CIMR. (…)

Quatre mosquées en chantier ou en projet
Continuer la lecture de Roubaix : Quatre mosquées en chantier ou en projet

Jean-Luc Mélenchon… l’idiot utile du système

A un mois du premier tour de l’élection présidentielle de 2012, l’islamogauchiste Jean-Luc Mélenchon est porté aux nues dans les médias. Car il entre dans le jeu tactique du candidat Sarkozy, dont il affaiblit les concurrents, et dans la stratégie de la superclasse mondiale car si le sénateur Mélenchon vitupère il ne conteste ni l’immigration, ni le libre-échange ; enfin, il concentre ses coups sur la candidate populiste.
Michel Geoffroy décrypte pour Polémia une séquence de la campagne électorale.

M. Jean-Luc Mélenchon monterait dans les sondages. Il talonnerait, paraît-il, Marine Le Pen et dépasserait François Bayrou (LeFigaro.fr du 27 mars 2012). C’est la nouvelle que les médias nous diffusent en ce moment sur l’air des lampions.

C’est en tout cas une bonne nouvelle pour Nicolas Sarkozy. Car le candidat du Front de gauche aurait l’avantage de prendre des voix à la fois au parti socialiste et à Marine Le Pen. Il favoriserait en outre une dispersion des suffrages au premier tour dont le président candidat espère profiter. Comme la majorité des journalistes déclare en outre une sensibilité de gauche, tout le monde rame dans le même sens : des pigistes aux commanditaires, pour promouvoir saint Jean-Luc en qualité de populiste fréquentable. Voilà, pour l’oligarchie, ce qui s’appelle joindre l’utile à l’agréable.

Un vieux film nostalgique

L’homme a, il est vrai, un talent oratoire certain : une voix impérieuse qui s’entend, un style gouailleur et la tête de l’emploi. On le verrait bien jouer dans un film policier en noir et blanc à côté de Lino Ventura ou avec Jean Gabin dans La Bête humaine de Jean Renoir.

Car il nous la joue sur un mode nostalgique, Jean-Luc : il nous mime le retour de la gauche laïque du temps des deux Georges : Georges Marchais pour le parti communiste et Georges Séguy pour la CGT. Il nous repasse un vieux film politique mais en version colorisée, badigeonnée d’un soupçon de révolte sur la Place de la Bastille, au son de l’accordéon : cela plaît aux bobos qui, eux, rêvent de revivre Mai 1981 à défaut de Mai 1968.

Jean-Luc excelle à nous renvoyer à l’époque où le monde était simple et écoute son programme électoral comme on verrait de vieilles images d’actualité en cinéma muet : il n’y a qu’à « prendre l’argent où elle est », comme disait le vieux Georges, créer des emplois publics et des logements sociaux, nationaliser et, bien sûr, faire payer les riches. Jean-Luc promet aussi de mettre en place une Constituante, comme en 1946.

A lire son programme électoral on se sent rajeunir : nous ne sommes plus en 2012 mais au mieux en 1970. Cela doit assurément plaire aux papys qui rêvaient d’un grand soir de « justice sociale ». Nostalgie, quand tu nous tiens…

Il a tout compris
Continuer la lecture de Jean-Luc Mélenchon… l’idiot utile du système

Mali : une guerre qui en cache une autre par Bernard Lugan

par Bernard Lugan, universitaire africaniste, directeur de L’Afrique réelle

Au Mali, deux guerres sont en cours :

– La première qui concerne les seuls Touaregs est menée par le MNLA. Son but est l’indépendance de l’Azawag, la terre touareg, ce qui passe par la partition du Mali.

– La seconde est menée par un petit mouvement islamiste du nom d’Ansar Dine dont l’objectif est totalement différent puisqu’il veut contrôler tout le Mali pour y instaurer la charia. Même s’il est dirigé par un Touareg Ifora, tribu qui fournit l’essentiel des troupes du MNLA, Ansar Dine est composé de sahéliens de diverses ethnies et d’abord d’Arabes sahariens comme les Chamba, les Reguibat ou les Maures. En effet, les Touaregs ne peuplent pas tout le Sahara, mais seulement sa partie centrale, tout l’ouest du désert jusqu’à l’Atlantique étant une zone arabe ou arabisée.

Tombouctou est considérée comme hors du territoire touareg, la capitale de l’Azawag étant Kidal. C’est d’ailleurs pourquoi le MNLA qui a une force militaire supérieure à celle d’Ansar Dine, a laissé la ville à ce dernier qui fait désormais tampon entre ce qui reste d’armée malienne et le territoire touareg « libéré ».

L’évolution de la situation va dépendre des réponses qui seront données aux questions suivantes :

1) Depuis Tombouctou, Ansar Dine va-t’il tenter de remonter le Niger jusqu’à Mopti, Ségou et au-delà jusqu’à Bamako ? Mais avec quelles troupes ? Quant aux Etats voisins, vont-ils laisser le sud du Mali passer sous la coupe d’islamistes ?

2) Combien de temps l’alliance de circonstance entre le MNLA et Ansar Dine peut-elle tenir ?

3) Ne sommes-nous pas en réalité face à une habile manœuvre d’ « enfumage » mise au point par les chefs des deux mouvements et dont le but serait d’attirer l’attention sur les islamistes afin de crédibiliser la revendication touareg ?

Quoiqu’il en soit, la seule politique réaliste consiste à prendre en compte la division de l’Etat sans Nation qu’est le Mali, mais tout en évitant la contagion islamiste. Or, et je le redis une fois de plus, une telle politique passe par un appui donné aux Touaregs. Faute de quoi, acculés, ils basculeront du côté des groupes islamistes et la situation dans tout le Sahara ainsi que dans l’ensemble sahélien deviendra alors ingérable.

Une situation à suivre.

Voir aussi:

Du Mali à la Libye, la recomposition de l’Afrique sahélo-saharienne est en cours.

Printemps arabes : deux millions de personnes ont fui vers l’Europe

Les demandeurs d’asile en provenance des pays du printemps arabe et des nations ouest-africaines souffrant de troubles civils ont fait un bond en Europe l’an dernier selon les derniers chiffres révélés.

La Brookings Institution, un groupe de réflexion (think tank) basé à Washington, a déclaré que près de deux millions de personnes ont quitté leur foyer au cours de la dernière année en raison de l’impact du Printemps arabe à travers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. (…)

Euro-stat, l’agence des statistiques de l’Union européenne, a déclaré que les demandes d’asile des Tunisiens ont augmenté de près de 12 fois, progressant de 540 en 2010 à 6330 en 2011.

Source : Dailymail.co.uk, Merci à Bernard

Les petits patrons font bon accueil à Marine Le Pen

Addendum:

Marine Le Pen devant les entrepreneurs de la CGPME (vidéo intégrale)


Marine Le Pen présente son projet économique et… par MarineLePen

Les petits patrons font bon accueil à Marine Le Pen

Article du Monde

Marine Le Pen a reçu un bon accueil, mardi 3 mars, au siège de la CGPME à Puteaux. La candidate du Front national y passait son « grand oral », devant les « petits patrons  » dont elle se veut « la candidate ». Elle a été précédée dans cet exercice par Eva Joly (Europe-Ecologie-Les Verts) et par François Hollande (PS).

Jean-François Roubaud, le président de la CGPME, avait pourtant, dans son allocution, glissé quelques piques en direction de son invitée du jour. « Je ne vous cache pas que peu d’entre nous – et c’est un euphémisme – sont favorables à un retour au franc. Pour nos entreprises cela serait véritablement ingérable, en particulier dans les relations internationales », a déclaré M. Reboud.

Durant environ une heure, Mme Le Pen, très à l’aise, a décliné ses propositions phares en matière économique. Si elle a rapidement balayé la question de la sortie de l’euro, elle est revenue sur la monétisation de la dette, sur la hausse de 200 euros net pour les salaires allant jusqu’à 1,4 fois le smic grâce « à la prise en charge par l’Etat du même montant de cotisations salariale » – ce mécanisme serait financé par une taxe de 3 % sur les importations – ou encore sur le fond de financement des PME-PMI « abondé par 15 % des résultats des plus grosses capitalisations boursières ». « Ce n’est pas une taxe, c’est un investissement », a-t-elle précisé.

Marine Le Pen a ensuite développé ses propositions relatives au patriotisme économique, en mettant l’accent sur « le produire Français », et la création d’un « small business Act » à la française pour privilégier les entreprises hexagonales.

De même, elle a estimé que le manque de compétitivité française n’était pas dû au coût du travail, mais à un « dumping monétaire », un « dumping social » et au haut niveau de chômage : « Plus il y aura du chômage dans notre pays, plus le coût qui pèsera sur nos entreprises sera important », a-t-elle souligné.

APPLAUDISSEMENTS

Elle s’est aussi prononcée pour une simplification administrative et juridique, et pour la fusion de l’impôt sur les sociétés et de la contribution économique territoriale pour créer un seul impôt avec « trois taux progressifs selon le chiffre d’affaires et le bénéfice ». Continuer la lecture de Les petits patrons font bon accueil à Marine Le Pen

Alors que le chômage explose, Pôle emploi collabore à un programme européen visant à favoriser les migrations en provenance d’Afrique du Nord

Alors que le chômage atteint aujourd’hui en France des taux records, Pôle emploi s’apprête à mettre en place le « projet TEAM », un programme européen visant à « améliorer et faciliter »  pendant deux ans la gestion des migrations de main d’œuvre vers l’Europe – en particulier vers la France – en provenance d’Afrique du Nord. Un projet que Nicolas Sarkozy se garde bien d’évoquer.

Ancien patron de l’Inspection générale des finances, Jean Bassères a pris ses fonctions à la tête de Pôle emploi depuis 3 mois, où il a succédé à Christian Charpy. Quand il était le patron de Pôle emploi, ce dernier avait commencé à mettre en place, conformément aux souhaits du Medef, une politique ouvertement mondialiste favorisant la « diversité » et la discrimination positive au détriment des salariés « de souche », et ce alors que le nombre des chômeurs français connaissait une augmentation sans précédent.

Interrogé dans Actions, le magazine de Pôle emploi, Jean Bassères  – qui déclarait il y a peu « ne pas avoir une connaissance approfondie »  de sa nouvelle affectation – multiplie lieux communs et déclarations lénifiantes : « Notre mission est plus essentielle que jamais,…nous allons écrire une nouvelle page,…nous devons profiter de l’expérience de chacun, …l’engagement de tous est nécessaire,… nous devons nous projeter dans l’avenir avec confiance…, nous allons définir un nouveau contrat social. »

En réalité le nouveau responsable de Pôle emploi entend bien  poursuivre  la politique initiée par Christian Charpy. Pour preuve, Pôle emploi vient de prendre en charge le projet TEAM (« Techniques Educatives, Accompagnement et Médiation ») « pour faciliter les migrations professionnelles ». De quoi s’agit-il en réalité?

Ce projet – en grande  partie financé par l’Union européenne –  vise à « améliorer et faciliter  pendant deux ans la gestion des migrations de main d’œuvre vers l’Europe – et en particulier la France – de cinq pays d’Afrique du nord : Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, et Egypte». Seule la Libye manque à l’appel. Mais comme on le sait ce pays rencontre  actuellement quelques « problèmes ».

Répondant à des enjeux clairement géopolitiques, ce programme se veut « un élément de réponse aux évolutions probables concernant la mobilité internationale, car les flux migratoires en provenance d’Afrique du Nord demeureront importants (sic). » Le chef de projet à Pôle emploi, M. Sadiki, n’en attend rien moins qu’une « gestion efficace de la mobilité internationale de main d’œuvre en renforçant  les systèmes de prospection à l’étranger et les parcours migratoires pilotes ». Les résultats de ces actions seront bien sûr « présentés à la Commission européenne. »
Cette nouvelle mesure prise par Bruxelles, et que la France entend appliquer, intervient au moment où le taux de chômage de la zone euro a atteint, selon l’Office européen des statistiques Eurostat, son plus haut niveau depuis quinze ans, avec 17,13 millions de personnes, soit 10,8 % de la population active. La France compte pour sa part 4,278 millions de chômeurs au 1er mars 2012. Continuer la lecture de Alors que le chômage explose, Pôle emploi collabore à un programme européen visant à favoriser les migrations en provenance d’Afrique du Nord

Abattage: attention à la bactérie du poulet

C’est l’épidémie d’origine alimentaire qui inquiète en ce moment les instances sanitaires. Elle est provoquée par une bactérie Campylobacter, présente notamment dans la volaille. L’Efsa — Autorité européenne de sécurité des aliments — vient de rendre un rapport sur le sujet. « C’est un sujet de préoccupation car les cas de Campylobacter se multiplient.

Ils se caractérisent par des diarrhées avec de la fièvre et des douleurs abdominales qui durent de vingt-quatre heures à quelques jours, explique Gilles Salvat, directeur de la santé animale et du bien-être à l’Anses — Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. Les complications sont plus rares. » Il y a eu quelques cas de syndromes neurologiques de Guillain-Barré.

En 2010, on a compté 212064 personnes contaminées par la bactérie en Europe, soit 7% de plus qu’en 2009, et ce, pour la cinquième année consécutive. A titre de comparaison, les cas d’Escherichia coli, cette bactérie plus connue et plus dangereuse que l’on retrouve aussi dans l’alimentation, notamment les steaks hachés, ne représente que 4000 cas, soit 50 fois moins. « Cette augmentation est sans doute due à l’évolution de nos habitudes de consommation. On mange plus de volaille, or cette infection a pour origine la manipulation des viandes de poulet, de dinde, de pintade ou de canard contaminées par la bactérie », explique le spécialiste.

(…)

Selon un rapport européen de 2009, 80% de la volaille, y compris les poulets bio ou Label rouge, serait en fait infectée. « Cette bactérie est hébergée dans les intestins des volailles qui sont porteurs sains et elle arrive à contaminer la viande lors de l’abattage, détaille Pierre Alexandre Beloeil, épidémiologiste à l’Efsa. La Commission européenne réfléchit à mettre en place une réglementation pour rendre obligatoires des mesures de maîtrise de ce risque. Les guides de bonnes pratiques existent déjà, mais il faut sans doute améliorer les procédés d’abattage. »

article Le Parisien