Archives de catégorie : Politique

Corbeil : les gendarmes se font tirer dessus, faute de véhicule, la police ne peut les secourir.

Il faudrait dire à Manuel Valls qu’il fasse arrêter préventivement les militants du « Printemps français » et du FN qui sèment la terreur dans les « quartiers sensibles ».

———————————-

Ils ont essuyé cinq tirs de carabine à plomb. Les policiers municipaux de Corbeil, en patrouille dans le quartier des Tarterêts, vendredi vers 9h30, ont été la cible de tireurs vraisemblablement embusqués dans les étages des immeubles voisins.

2301251205_1

Les agents arrivaient sur ce secteur pour permettre l’enlèvement de deux véhicules mal stationnés sur la chaussée qui empêchaient le passage d’un camion.

 Trois fonctionnaires étaient à pied au moment des premiers tirs. Ils se sont rapidement réfugiés dans la voiture conduite par un quatrième agent.

L’un des policiers a néanmoins été très légèrement touché à l’aine par l’un des projectiles de plomb. Son uniforme a été percé, mais la bille a dévié et n’a pas pénétré la chair. En revanche, la voiture a été criblée de billes de plomb.

Selon le syndicat de policiers SNPM-FO, les fonctionnaires ont, au moment des faits, demandé des renforts, sollicitant leurs collègues de la police nationale. Celle-ci ne s’est pas déplacée, arguant du fait qu’«il n’y avait pas de véhicule disponible», assure le syndicat dans un courrier transmis à l’AFP.

Brest : La permanence du FN vandalisée par l’extrême gauche sous les yeux de la police

Samedi, la permanence du Front National de Brest a été attaquée par une soixantaine de militants identifiés comme appartenant à l’extrême gauche. L’ouverture, début septembre, rue Anatole-France, dans le centre de la ville, de ce local n’avait pas manqué de provoquer une montée d’adrénaline parmi l’extrême gauche locale.

brest_antifa_front_national

 

Depuis deux mois, de nombreux tags ornaient la façade du local, mais les choses se sont accélérées samedi dernier, puisque la porte a été fracturée et un bloc de béton projeté à travers les vitres. Le tout en marge d’une manifestation organisée par un « collectif antifasciste » qui appelait à manifester pour « montrer au Front National qu’il n’est pas le bienvenu à Brest La Rouge » (sic).

Visages masqués par des cagoules, les « antifas » de « Brest la Rouge », armés pour certains de chaînes et de bâtons, ont pu agir en toute impunité. Les policiers présents sur place les ont en effet laissé se positionner devant l’entrée du local pour en interdire l’accès aux sympathisants et adhérents frontistes. Une conseillère municipale Europe-Ecologie les Verts, Julie Le Goïc, s’est vantée sur Twitter d’avoir participé à cette « descente ». Aucune interpellation n’a bien entendu été effectuée.

Le secrétaire départemental du Finistère du FN, Éric Dechamps, a annoncé le dépôt d’une plainte, la quatrième en un mois. […]

breizh-info 

Agroalimentaire : le modèle breton en question

À la suite de la fermeture d’un des abattoirs GAD et de mauvaises nouvelles concernant l’emploi dans le secteur agroalimentaire et la compétitivité de l’agroalimentaire breton, la région Ouest de la France s’agite ; proteste contre l’éco-taxe ; remet en cause un certain nombre des charges qui lui sont imposées ; et n’est pas loin de remettre en cause – d’une façon ou d’une autre – son exception par rapport à la République. Par Hervé Juvin


Le modèle breton en question par realpolitiktv

Christiane Taubira : « Nous sommes à un tournant identitaire. Les Guyanais de souche sont devenus minoritaires sur leur propre terre »

Article rediffusé par Fdesouche

1112947-exclusif-prix-special-le-printemps-620x0-1Ce même Antoine Karam a récemment dénoncé une « palestinisation de la région », évoquant le repli des communautés sur elles-mêmes. La crainte de perdre son identité s’exprime de vive voix.

« Les enfants comoriens susceptibles d’acquérir la nationalité française par le droit du sol seront bientôt plus nombreux que les Mahorais », s’alarme Ali Souf. « Nous sommes à un tournant identitaire. Les Guyanais de souche sont devenus minoritaires sur leur propre terre », lui répond en écho Christiane Taubira, député et membre du Parti radical de gauche.

(…)

RFI

Quand le dessinateur de Minute posait avec Christiane Taubira

Minute que l’on présente comme un journal d’extrème droite a appelé à voter Nicolas Sarkozy. L’ancien directeur du journal est patrick Buisson, conseillé de Nicolas Sarkozy. Lorsque Sarkozy a composé son gouvernement, christiane Taubira a été approchée, et celle-ci a longuement hésité avant de refuser les proposition d’ouverture de Sarkozy.
Le journal Minute a une dent contre Marine Le Pen. Lors de la campagne interne au FN, les rédacteurs du journal ont mené une campagne acharnée contre Marine Le Pen.

Si on avait l’esprit un peu complotiste on pourrait croire à un petit arrangement entre l’ UMP et le PS… qui serait pour les gagnant-gagnant.

taubira dessinateur minute

Barroso : « La Roumanie et la Bulgarie n’entreront pas dans l’espace Schengen » Vidéo

C’est drôle d’entendre une ancien maoïste, apprenti dictateur européen, parler de la montée des extrémistes. À part çà on voit que les européïstes commencent à mouiller leurs culottes. Les incontinents du vieux continent ont peur des peuples…. les élections européennes approchent… dans deux mois ils nous promettront l’arrêt de l’immigration, la sortie de l’euro, le retour aux monnaies nationales, et le protectionnisme….

Quelle bande de véreux !

Polémique Minute-Taubira : « une stratégie de diversion du gouvernement » (FN)

Addendum :


Florian Phillipot "Le quinquennat de Hollande… par Europe1fr

Le vice-président du Front National Florian Philippot a accusé samedi sur Europe1 le gouvernement d’avoir fait « la publicité » de Minute.

« Le gouvernement est dans une stratégie de diversion par rapport aux vrais sujets qui préoccupent les Français. Ce n‘est pas une ficelle c’est un câble », a raillé le vice-président du Front National Florian Philippot samedi matin sur Europe1 alors qu’il était interrogé sur la polémique sur la Une de Minute sur Christiane Taubira.

Tout en condamnant cette Une « pour la 101ème fois », Florian Philippot a accusé : « Mais qui a fait la publicité de ce journal confidentiel ? Le gouvernement ! »

TaubiraMarine« Il y a derrière cette polémique très artificielle et très show-biz une instrumentalisation évidente par le pouvoir. C’est de la faute du gouvernement si on en parle autant », a t-il accusé. « Nous aussi, on pourrait instrumentaliser les insultes que l’on reçoit.On ne l’a pas fait quand Marine Le Pen s’est faite traitée de ‘truie’ par un élu Front de gauche parce qu’on estime qu’on a une autre mission : s’occuper des Français », a-t-il affirmé.

« Entre nous, je ne suis pas certain que Jamel Debbouze soit victime de beacupoup de racisme », a avancé le leader frontiste en fustigeant « ces donneurs de leçon qui viennent expliquer aux Français que les problème en France ce n’est pas le chômage, ce n’est pas l’insécurité, ce n’est pas les petites retraites (…) mais c’est le peuple français affreusement raciste et affreusement de beauf ».

Quand François Hollande demande si une voiture s’appelle Volage parce que le prince Albert II l’a conduit

 Monsieur-petites-blagues a encore frappé. « Vanne hallucinante » selon les termes de Yann Barthès diffusée ce vendredi 15 novembre par Le Petit Journal de Canal Plus, François Hollande a profité de sa parenthèse monégasque pour taquiner publiquement le prince Albert II sur sa tumultueuse vie privée.
Le contexte :

Jeudi 14 novembre, dans l’après-midi, le président de la République accompagné du Prince Albert II visite les ateliers de fabrication et le bureau d’étude de la société Venturi Automobiles. Ils passent notamment devant une voiture de sport électrique baptisée « Volage ».

 La vanne :

« C’est un démonstrateur, il est resté depuis deux ans chez Michelin. […] Ce véhicule s’appelle Volage », explique-t-on à la délégation franco-monégasque.

Réplique du chef de l’État :

C’est pas parce que le prince l’a conduit ?

voiture volage

L’adjectif volage, du latin volaticus désigne, selon l’encyclopédie Larousse une personne peu fidèle en amour.

Un sujet sensible pour les monégasques. Avant de se marier avec Charlène Wittstock, Albert II de Monaco a reconnu la paternité de deux enfants nés hors mariage en 1992 et 2003.

Le préfet de Haute-Savoie et 2 policiers agressés par une trentaine de jeunes

Addendum 18 novembre : Le jeune homme qui avait aspergé le préfet de Haute-Savoie de gaz lacrymogène a été condamné à un an de prison ferme. Ce lundi 18 novembre, ses acolytes ont également écopé de peines de prison ferme, notamment pour l’agression d’un policier. L’un a pris 22 mois, l’autre 10.

(…) France 3 Alpes

Addendum 16.11.2013 :

Le Figaro relève le silence assourdissant de la presse et des politiques UMPS bien-pensant qui depuis deux semaines passent leur temps à traiter les français de racistes afin de re-diaboliser le FN

Agression du préfet de Haute-Savoie : 3 arrestations, la classe politique silencieuse

Les trois jeunes hommes seront jugés lundi en comparution immédiate à Thonon-les-Bains pour avoir aspergé le représentant de l’État de gaz lacrymogène lors d’un contrôle dans un quartier sensible.

À part la présidente du Front national Marine Le Pen, aucun responsable politique n’a encore réagi face à cette affaire, qui concerne pourtant un représentant de l’État. Pour la dirigeante frontiste, «un nouveau seuil a en effet été franchi dans le remplacement de la loi de République par la loi des caïds».

Le Figaro

 

Addendum 16-11-13

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’agression du préfet de Haute-Savoie lors d’un contrôle de la BAC dans la nuit de jeudi à vendredi est un événement très grave que le gouvernement semble vouloir minimiser par son silence alors qu’il devrait l’alerter au plus haut point.

Un nouveau seuil a en effet été franchi dans le remplacement de la loi de République par la loi des caïds. Outre l’agression du premier représentant de l’Etat dans le département, un policier a été roué de coups par la trentaine de voyous qui ont fondu sur la BAC.

A travers cette agression du préfet de Haute-Savoie, c’est l’Etat et la République qui sont défiés, c’est le bilan désastreux de Manuel Valls qui est mis en cause, grand ministre dans la parole et le mensonge mais tout petit ministre dans l’action.

La spirale de la violence qui frappe notre pays depuis des années n’a jusqu’ici trouvé face à elle que le laxisme et les effets de manche de l’UMP et du PS.
L’agression du préfet nous montre qu’il est plus que temps de tourner le dos à ces années de mollesse pour choisir la tolérance zéro, la réhabilitation de la sanction et le rétablissement de l’ordre républicain partout en France.

– – – – – – – – –

Encore des suédois d’extrême droite. Nous attendons la réaction indignée de Manuel Valls, le beau discours d’Harlem Désir sur la montée du racisme, les déclarations de Taubira sur l’extrême droite qui menace la République, les paroles rassurantes de Ayrault sur le vivre ensemble, les leçons d’Histoire de Jamel Debbouze et les analyses politiques d’Harry Roselmack.

prefet haute-savoie

La France est raciste on vous dit, et son problème c’est l’extrême drouaaaate !!!!!!!

– – – – – – –

Sur son site, Le Dauphine rapporte qu’une trentaine de jeunes d’un quartier sensible de Thonon-les-Bains ont agressé le préfet de Haute-Savoie et des policiers de la BAC, dans la nuit d’hier à aujourd’hui.

Les faits se sont produits vers 22 h 30 alors que les policiers étaient en train de contrôler un jeune homme de 19 ans connu des services pour revendre de la drogue. Sur lui, ils trouvent d’ailleurs 100 grammes de cannabis.

« Refusant de monter dans la voiture banalisée, il a alerté en criant une trentaine de jeunes qui a pris à partie les deux policiers et le préfet » indique le quotidien. « L’un des deux policiers a été roué de coup alors qu’il se trouvait à terre. Les jeunes ont tenté d’extraire leur collègue de la voiture de police mais en vain. »C’est à ce moment que l’un des jeunes projette du gaz lacrymogène qui atteint le préfet.

Le frère du dealer a été interpellé pour outrage, provocation à la rébellion et rébellion en réunion. L’auteur du gazage a été interpellé ce matin.

Le Figaro

Marion Maréchal-Le Pen demande à nouveau la suppression de l’AME (vidéo)

L’AME ( l’aide médicale d’État, un dispositif de prise en charge des dépenses de santé pour les étrangers ) va nous couter près d’un milliard d’euros cette année.  Marion Maréchal Le Pen vient une nouvelle fois de demander l’arrêt de cette gabegie. À l’heure où les français subissent un matraquage fiscal hors norme, que certaines personnes n’arrivent plus à se soigner et que la TVA va augmenter et donc plomber le pouvoir d’achat, cette requête semble logique et de bon sens. Pourtant les députés de l’UMPS s’y refusent. Il faut garder en mémoire que l’an dernier déjà les députés UMP s’étaient prononcés contre l’amendement n°376 de la loi de finances rectificative, déposé par les députés du Rassemblement Bleu Marine et visant à supprimer l’AME ou à en limiter le montant.

Encore une belle prestation de la députée du Vaucluse

communiqué de presse :

Ce mercredi 13 novembre sera discutée à l’Assemblée la mission santé du budget 2014. J’ai déposé un amendement visant à supprimer l’aide médicale de l’Etat, système de gratuité totale des soins pour les clandestins, comme je l’avais fait l’an dernier.

Le coût du dispositif a encore augmenté, officiellement 600 millions, mais d’ores et déjà on suppose que le chiffre en fin d’année devrait se rapprocher des 800 millions. Je demande à conserver la seule prise en charge des urgences médicales.

A cet endroit de l’examen du budget, l’UMP a déposé plusieurs amendements pour rétablir la procédure d’agrément préalable ou le forfait qui existait jusqu’en 2012 mais pas la suppression de l’AME, alors que plusieurs de ses dirigeants la réclamaient bruyamment. Or, aucune des mesures précitées n’avait enrayé la hausse des coûts et des bénéficiaires.

Le Front National a donc encore seul le courage de proposer les solutions qui s’imposent

Bruxelles valide le budget national : la France réduite à l’état de province

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National

2606879Ce jour est un jour noir pour la France. La Commission européenne vient de valider le budget de la Nation conformément aux nouveaux pouvoirs que lui ont transférés l’UMP et le PS – depuis les votes du Two-Pack et du Pacte budgétaire (TSCG) – et plaçant de fait la France sous tutelle budgétaire.

Outre la forme, qui rappelle que les Français ont été dépossédés de leur souveraineté, cette validation révèle sur le fond une réalité particulièrement inquiétante. Elle confirme que ce n’est pas l’intérêt du peuple qui a été défendu dans ce budget mais bien celui des banques et de la grande-finance.

Tous les efforts financiers engagés l’ont été pour sauver l’euro et le système bancaire en général (plans de renflouement à répétition, Mécanisme européen de stabilité, etc.), au détriment des ménages, des entreprises et de l’Etat.

C’est donc un budget frappé de sceau de l’austérité et de l’hyper-fiscalité qui a été validé par la Commission européenne, sa véritable inspiratrice.

Comme si cela ne suffisait pas, cette humiliante validation annonce également des Continuer la lecture de Bruxelles valide le budget national : la France réduite à l’état de province