Tous les articles par Titus

Paris : 7 Anglais d’origine pakistanaise arrêtés pour “tentative de meurtre” après avoir tenté d’écraser un gendarme devant l’ambassade d’Israël

ENQUETE Sept Anglais d’origine pakistanaise ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi à Paris. Ils sont soupçonnés d’avoir cherché à percuter un gendarme avec leur véhicule devant l’ambassade d’Israël.

Leur mobile reste encore flou. Dans la nuit de mardi à mercredi, sept Britanniques d’origines pakistanaises, parmi lesquels deux mineurs, ont été interpellés à Paris, soupçonnés d’avoir tenté la veille de percuter un gendarme en faction devant l’ambassade d’Israël, dans le 8e arrondissement de Paris, a appris 20 Minutes de source policière, confirmant une information de RTL. Une enquête a été ouverte pour « tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique » et confiée au premier district de police judiciaire (1er DPJ). Continuer la lecture de Paris : 7 Anglais d’origine pakistanaise arrêtés pour “tentative de meurtre” après avoir tenté d’écraser un gendarme devant l’ambassade d’Israël

Professeur décapité : le grand imam d’Al-Azhar, “la plus haute autorité morale de l’islam sunnite”, déclare “qu’insulter des religions est un appel à la haine”

Le grand imam sunnite égyptien d’Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, a condamné mardi la décapitation d’un professeur en France, “un acte criminel odieux”. Insulter les religions au nom de la liberté d’expression constitue toutefois “un appel à la haine”, a-t-il ajouté.

Il s’exprimait à distance dans un discours lu à Rome, sur la célèbre place du Capitole, devant un prestigieux parterre de leaders religieux du christianisme, du judaïsme et du bouddhisme – dont le pape François, le patriarche oecuménique Bartholomée ou encore le grand rabbin de France Haïm Korsia- qui se sont retrouvés mardi pour signer un appel commun à la paix. Continuer la lecture de Professeur décapité : le grand imam d’Al-Azhar, “la plus haute autorité morale de l’islam sunnite”, déclare “qu’insulter des religions est un appel à la haine”

Assassinat de Samuel Paty : Béziers, l’hommage de Robert Ménard en forme de réquisitoire politique et d’appel au combat ( Il affiche les caricatures de Charlie dans les rues de Béziers)

Professeur décapité : les déclarations de Samuel Paty aux policiers quatre jours avant sa mort

Le professeur d’histoire Samuel Paty avait été interrogé le 12 octobre par des policiers après qu’une plainte a été déposée à son encontre. Il était accompagné par la principale du collège venue le soutenir.

Il a alors confié aux policiers : “J’ai proposé aux élèves de voir ou de ne pas voir une des caricatures émanant de Charlie Hebdo selon leur sensibilité. J’ai proposé à mes élèves de détourner le regard quelques secondes s’ils pensaient être choqués pour une raison ou pour une autre.”

Mon objectif quand je leur ai demandé de détourner le regard était qu’ils ne se sentent pas froissés.Continuer la lecture de Professeur décapité : les déclarations de Samuel Paty aux policiers quatre jours avant sa mort

Professeur décapité : 2 collégiens déférés pour “complicité d’attentat terroriste”, ils ont désigné Samuel Paty à l’assaillant contre rémunération

(…)

L’élève, accompagné d’un camarade, lui fait alors une description en échange d’une forte somme d’argent, entre 300 et 350 euros.

Abdoullakh Anzorov leur verse une partie de l’argent et précise alors son projet. Il affirme aux élèves vouloir “filmer le professeur, l’obliger à demander pardon pour la caricature du prophète, l’humilier, le frapper”, précise le procureur national antiterroriste. Les deux collégiens informent d’autres camarades, certains acceptent de participer, d’autres non.

(…) Lorsque Samuel Paty sort de l’établissement, des collégiens vont le désigner auprès d’Abdoullakh Anzorov. Le premier collégien récupère le reliquat de la somme d’argent promise, et quitte les lieux. Le terroriste part alors à la poursuite du professeur.

Pierre, enseignant dans le Val-d’Oise : “J’en ai assez d’entendre à longueur de journée “sale Juif” ou “sale Français””

J’ai eu l’occasion cette semaine de poser deux ou trois questions à un prof de gauche. Ce dernier m’a dit que « les élèves des banlieues se sentent discriminés et stigmatisé car ils sont musulmans. Il faut les comprendre ils entendent 24h/24 des chroniques islamophobes. En réaction à cette stigmatisation ils font de la provocation. Et puis quand on est jeune on dit tous des conneries. Alors il suffit de les laisser dire et d’essayer de déconstruire ce qu’ils disent… mais pour ça il nous faut des moyens… et on en a pas. »

Islamisme en France : “Ca me rappelle la fin des années 80 en Algérie”, déplore le recteur de la Grande mosquée de Paris

Voilà ce que le PS, les verts, et les LR ont fait à la France


Chems-Eddine Hafiz, recteur de la Grande mosquée de Paris, retrouve dans l’attentat contre samuel Paty, une “véritable stratégie qui existait dans un certain nombre de pays comme l’Algérie à la fin des années 1980 et au début des années 1990”.

A l’époque, on tuait des intellectuels, des journalistes, et en même temps on se victimisait en prenant le gouvernement à partie“, rappelle Chems-Eddine Hafiz, évoquant les attentats perpétrés en Algérie par le FIS, Front islamiste du salut, entre 1989 et 1992. 30 ans plus tard, il dit reconnaitre cette “stratégie de victimisation” dans l’attitude de certaines mosquées face aux contrôles de l’Etat. “Il suffit d’un simple contrôle de l’Urssaf ou de policiers dans une mosquée pour qu’on essaye de discréditer les pouvoirs publics en les taxant d’islamophobes.Continuer la lecture de Islamisme en France : “Ca me rappelle la fin des années 80 en Algérie”, déplore le recteur de la Grande mosquée de Paris

Jérôme Rivière, eurodéputé RN : « Il n’y a pas de place pour une 2è civilisation en France »