Tous les articles par Titus

Goldnadel: «La seule cause nationale : lutter contre l’idéologie de la connerie !»

Contre toute attente, le principal profanateur du cimetière juif de Sarre-Union est un antifasciste revendiqué. L’occasion pour Gilles-William Goldnadel de constater l’échec de l’ «antiracisme professionnel».

Misère de la gauche antiraciste. On ne peut pas dire qu’elle ait fait des merveilles pour éradiquer le mal. Depuis que SOS-Racisme a vu le jour, la haine raciale ne s’est jamais aussi bien portée et n’a jamais été aussi violente. À croire qu’ils ont eu raison, les linguistes psychologues qui ont fait observer que l’intitulé de l’organisation politisée signifiait qu’elle se proposait de secourir l’objet prétendu de sa détestation. Mais foin de philologie appliquée.

Un peu d’actualité. Encore raté: contrairement aux prévisions pleines d’espérance d’un député socialiste, le profanateur en chef du cimetière juif de Sarre-Union n’était pas membre du Front National, mais était au contraire un antifasciste revendiqué et détestait viscéralement le parti lepéniste.

Je sais c’est difficile, mais c’est ainsi: les résistants de la 25e heure entonnant le chant des partisans, les islamo-gauchistes à keffieh font des antisémites beaucoup plus sérieux, et surtout infiniment plus violents, que les héritiers en extrême droite ligne de Pierre Poujade.

En ce qui me concerne et depuis fort longtemps, lorsque j’entends quelqu’un me dire: je suis militant antiraciste, je cours me réfugier vers l’abri le plus proche. Ces gens-là ne peuvent imaginer qu’un blanc puisse vraiment souffrir ou un musulman avoir vraiment tort. Il est vrai que ces gens-là ont plus de préjugés que d’imagination.

Après cela, que les organisations antiracistes puissent être toujours à la manoeuvre les lendemains des tragédies sanglantes à organiser le défilé des pleureuses professionnelles, elles qui auront favorisé par leurs petits calculs et leurs grandes théories les tragédies, en dit long sur l’impudence et la folie du temps.

Autre actualité, toute aussi cruelle: M. Mélenchon a menacé de ses foudres judiciaires le distingué Dominique Régnier. Le sourcilleux président du front de gauche n’a pas en effet supporté que le politologue puisse affirmer, au micro de France Inter et sondages à l’appui, que ses électeurs fassent partie des plus antisémites du paysage politique. Bien lui en a pris d’ailleurs: à peine avait-il vu rouge que l’aimable radio de service public lui accordait un droit de réponse que ni le droit ni l’usage ne lui imposaient.

Sur le fond, je conseillerais à l’impétueux imprécateur de brider ses ardeurs judiciaires. Depuis Jules Guesde, il est acquis au débat politique que l’extrême gauche socialiste n’a jamais souhaité désespérer un «lumpenprolétariat» bouffeur de juifs, de curés et de bourgeois. Dreyfus comme Israël sont coupables d’être militaires et patriotes. Quant à M. Continuer la lecture de Goldnadel: «La seule cause nationale : lutter contre l’idéologie de la connerie !»

Isabelle Dath : « Daesh est en train de s’infiltrer sur les ruines de la Libye à un rythme exponentiel »

Petite précision: prétendre qu’il aurait été possible de créer un gouvernement national après la chute de Kadhafi est une supercherie. La Libye a toujours été divisée de façon tribale, il était totalement illusoire et irresponsable de croire que ce pays aurait résisté à la mort de celui qui en était le ciment.
Nous n’étions pas nombreux à nous opposer à l’intervention militaire de Sarkozy, Juppé et BHL… aujourd’hui, on mesure le désastre qu’il ont engendré; et il serait donc juste et légitime que ces gens là n’aient plus aucune responsabilité politique et soient virés définitivement de la scène publique.


Isabelle Dath : "Daesh est en train de s… par rtl-fr

slide_230657_1058031_free_01

Abdallah Zekri (CFCM) : « Les cimetières juifs profanés l’ont été par des Français de souche, pas par des musulmans »

Abdallah Zekri, président de l’Observatoire des actes islamophobes du CFCM, répondait lundi aux propos de Roger Cukierman

« Les cimetières juifs qui ont été profanés dernièrement, et qui ont été profanés toutes ces dernières années, l’ont été par des Français de souche, des extrêmistes, des skinheads et non pas par des musulmans. »

Le profanateur principal du cimetière juif de Sarre-Union est antifa

Bernard Cazeneuve veut créer une fondation pour promouvoir l’islam

Après l’émotion suscitée par les attentats de janvier, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a présenté, ce mercredi matin, en conseil des ministres un plan de «communication sur le dialogue avec l’islam de France».

Le ministère souhaite créer une fondation consacrée à l’islam de France, qui permettra notamment de promouvoir cette religion et «dynamiser les recherches» faites en la matière.

Ce plan prévoit notamment un certain nombre d’actions pour renforcer la sécurité de la communauté musulmane, le dialogue avec les fidèles et améliorer la promotion de «l’islam de France». En voici les principaux éléments :

Sécurité. Depuis la mise en place du plan Vigipirate antiterroriste début janvier, quelque 1000 lieux liés au culte musulman (mosquées, centres culturels) sont surveillés par la police, les gendarmes ou les militaires. Des crédits financiers vont être dégagés pour mettre en place de la vidéo-surveillance sur les sites les plus menacés.

Dialogue. Une nouvelle instance de dialogue va être créée. Elle sera notamment constituée Continuer la lecture de Bernard Cazeneuve veut créer une fondation pour promouvoir l’islam

CRIF : le Grand Retournement (Renaud Camus)

Nicolas Gauthier a raison, les déclarations de Roger Cukierman sont à marquer d’une pierre blanche.

D’abord : Marine Le Pen est « personnellement irréprochable » – c’est bien pourquoi j’ai appelé à voter pour elle il y a trois ans, ce qu’on m’a beaucoup reproché et qu’on me reproche encore, et qui m’a coûté très cher.

Deuxièmement : « Toutes les violences antisémites sont commises par de jeunes musulmans » – pour ma part je n’aurais peut-être pas dit toutes, par précaution oratoire, mais enfin c’est (presque) tout à fait vrai. Si les juifs n’avaient à craindre que les fas, en tout cas, ils pourraient se reposer en Europe pour mille ans. En revanche, ils devraient commencer à se méfier des antifas, semblerait-il. C’est un des aspects de la grande redistribution de cartes qui s’esquisse et que, dans l’ensemble, je trouve hautement réjouissante.

Il y a quinze ans (quelques-uns des lecteurs de Boulevard Voltaire s’en souviennentpeut-être), j’ai été pris dans une sale affaire. J’avais écrit qu’une émission de France Culture – et non pas du tout France Culture soi-même, comme le répètent depuis lors des palanquées de journalistes qui, s’ils n’apprenaient plus qu’une chose dans leurs écoles (et on n’en est pas loin), apprendraient et répéteraient encore cela – prenait un tour nettement communautaire, alors qu’elle était censément généraliste (le « Panorama »). Ce n’était certes pas bien grave, c’était même plutôt comique, mais ce qui était déplaisant, si c’était vrai, c’était qu’on ne pût pas le dire (ce qui fut amplement prouvé… ). Or j’ai toujours pensé que la tâche d’un écrivain est de se porter toujours au non-dit d’une époque et d’une société, d’énoncer ce qu’elles ne veulent pas entendre. Et ce qui me Continuer la lecture de CRIF : le Grand Retournement (Renaud Camus)

Olivier Delamarche : Mauvais fonctionnement

La Grèce : On ne fait que gagner du temps.

« les grecs sont du bon côté du pistolet […] les cartes sont dans les mains des allemands : soit ils veulent faire éclater l’euro et ils disent non à chaque fois que les grecs veulent demander quelque chose, soit ils veulent à tout prix conserver cette monnaie qui n’a pas d’avenir et à ce moment là il faudra qu’à un moment ils plient »

L’euro est une monnaie qui n’a pas d’avenir pour la simple raison que ça a été mal monté au départ. […] Je pense que les grecs ont en effet tout intérêt à sortir de l’euro pour essayer de repartir sur des bases correctes ; c’est ce qu’ils auraient dû faire il y a 5 ans.

L’euro : ça ne peut pas fonctionner.

[…] vous ne pouvez pas avoir des économies totalement différentes avec une espérance de croissance extrêmement faible à qui on impose des taux qui n’ont rien à voir avec la réalité, à qui on impose des rythmes qui n’ont rien à voir avec la réalité. Il n’y a pas d’unification fiscale, c’est une aberration.

On n’arrive à s’accorder sur rien. […] [L’euro] été fait de la manière la plus ridicule qui soit, il faut quand même se mettre ça dans la tête. […] Ca ne peut pas tenir et ça ne tiendra pas.

Dès que vous parlez de la possibilité de quitter l’euro, on vous traite de fasciste. Ca ne va pas !

Français de souche : Charles Consigny Vs Caroline de Haas

Marine Le Pen: Cukierman « n’est pas l’arbitre des élégances »

Paris (AFP) – Marine Le Pen a contesté mardi à Roger Cukierman, le président du Crif, le rôle d' »arbitre des élégances », au lendemain des déclarations successives de celui-ci sur la présidente du FN.

« M. Cukierman n’est pas l’arbitre des élégances, il n’est pas professeur de fréquentabilité », a affirmé Mme Le Pen lors d’une conférence de presse à Paris visant à présenter le soutien que lui apporte le groupe « Agir pour la France », composé d’anciens responsables locaux villiéristes et pasquaiens.

Roger Cukierman avait déclaré lundi matin, jour du dîner annuel du Crif, que Marine Le Pen était « irréprochable personnellement » avant de revenir sur cette déclaration: « Marine Le Pen n’est pas une personne fréquentable ni irréprochable aussi longtemps qu’elle continuera à ne pas se désolidariser des propos de son père pour lesquels il a été condamné par la justice », a-t-il précisé avant de déplorer qu’elle « continue d’accepter au Front national des personnalités qui sont des négationnistes, des vichystes, des pétainistes ».

« Je ne vais pas cracher sur un compliment même s’il a été assez court dans le temps, car ils sont assez rares. Même quand ils durent quelques heures, je les prends avec assez de plaisir », a ironisé la patronne du FN.

« Toutes ces associations qui se sont présentées comme représentatives des Français de confession juive n’ont eu de cesse que de lutter contre le FN, considérant que le FN était un danger. Les propos de M. Cukierman sonnent comme un aveu, celui d’une erreur lourde de conséquence », a-t-elle ensuite lancé.

« Pendant tout le temps où ils luttaient contre le FN, le véritable danger pour les Français de confession juive, c’était la montée du fondamentalisme islamiste. Et contre celui-là, le FN se battait un peu seul, il faut le dire », a poursuivi la fille de Jean-Marie Le Pen.

Elle a assuré qu’il existait « chez nos compatriotes de confession juive un débat de fond qui les agite, entre ceux qui veulent rester sur un schéma ancien et tellement confortable, à savoir: l’antisémitisme, c’est l’extrême droite, et ceux qui disent que ça n’existe plus depuis des décennies. La réalité de l’antisémitisme qui frappe, qui blesse, qui tue, c’est celui issu du fondamentalisme islamiste », a accusé Mme Le Pen.