Tous les articles par Titus

L’économiste Bernard Maris est mort dans l’attentat islamiste.

L’économiste Bernard Maris, actionnaire du journal satirique et chroniqueur sur France Inter, est décédé au cours de l’attaque de Charlie Hebdo, annonce France TV Info.

2865345-bernard-maris-nomme-au-conseil-general-de-la-banque-de-france

Réaction d’ Ivan Rioufol: Une guerre civile menace la France

La tristesse et la rage. Tristesse, immense, pour mes neuf confrères de Charlie-Hebdo (1), assassinés ce matin dans leur journal, à Paris (IX e), par un commando terroriste puissamment armé. Deux policiers ont également été tués. Rage, immense, contre tous ceux qui ne cessent de s’aveugler sur la montée en puissance de l’islamisme dans les cités françaises. J’entendais encore, ce mercredi sur Europe 1 , Alain Juppé s’enflammer contre ceux qui sonnent l’alarme au prétexte d’un risque d’ « amalgame avec l’ensemble des musulmans ». François Hollande, lundi, refusait de parler d’ »ennemis de l’intérieur ». Ces discours émollients participent à l’endormissement des vigilances. Il y a, oui, un retour aux années trente. Mais il se lit, ce retour, non pas chez les peuples d’Europe qui craignent l’islamisme chez eux, mais chez les donneurs de leçons qui se veulent pas voir ce nouveau totalitarisme coranique. C’est pour se protéger de son intolérance et de sa violente judéophobie que 7 000 Français juifs ont quitté la France en 2014, nous alertant ainsi du pire. Le pire est là: les loups sont entrés dans Paris. Les belles âmes, qui insultent les lanceurs d’alerte et refusent de voir les faits, se rendent complices de l’islamo-fascisme qui nous a déclaré la guerre.

Car ce mercredi, la France est en guerre. En guerre civile peut-être, demain. Son ennemi Continuer la lecture de Réaction d’ Ivan Rioufol: Une guerre civile menace la France

Réaction de Robert Ménard maire de Béziers: Il faut cesser la politique de l’autruche.

C’est avec une émotion indicible que j’apprends l’attaque dont vient d’être victime la rédaction de Charlie Hebdo. Je pense aux journalistes abattus, aux policiers tués, à leurs familles.

Après 23 ans à parcourir le monde pour défendre la liberté d’information et les journalistes, jamais je n’aurai cru vivre cela dans mon pays, jamais je n’aurais cru cela possible. Personne d’ailleurs, il y a encore quelques années, n’aurait pu l’imaginer.

Cela étant, il faut cesser la politique de l’autruche.

Non, les assassins ne sont pas des « fous » ou des « marginaux ». Ce sont des tueurs islamistes qui veulent imposer la terreur comme leurs congénères de Syrie ou d’Irak. La différence est qu’aujourd’hui, après trente ans d’immigration galopante, ces choses là sont possibles à Paris et en France.

Non, la rédaction de Charlie Hebdo n’a pas été attaquée par des gens adversaires de la liberté de la presse. Elle a été attaquée parce qu’elle avait osé, courageusement, librement, critiquer l’islam.

Si des conséquences politiques ne sont pas tirés de cette tragédie, alors, d’autres Continuer la lecture de Réaction de Robert Ménard maire de Béziers: Il faut cesser la politique de l’autruche.

2006, caricatures danoises : Quand Boubakeur menaçait ouvertement Charlie Hebdo

Article de Riposte Laïque

Nous nous attendons à voir le défilé des musulmans modérés, et l’ineffable recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, nous faire le coup des musulmans modérés et de « l’islam ce n’est pas cela », sans oublier le « surtout pas d’amalgame ! ». Il n’est donc pas inutile de republier ce texte lourd de menaces du recteur liberticide, qui osait affirmer : qui sème le vent récolte la tempête…

valls-boubakeurrupturejeunCaricatures offensantes du Prophète Mohamed (SAWS)
Paris, le 1er février 2006
La publication de caricatures du Prophète de l’Islam par le quotidien danois « Jyllands Posten » relayé par un quotidien parisien est un acte exécrable mettant une nouvelle fois Continuer la lecture de 2006, caricatures danoises : Quand Boubakeur menaçait ouvertement Charlie Hebdo

Témoignage de la dessinatrice Corinne Rey, présente lors de la fusillade.

Lu sur l’Humanité

Jointe par téléphone, alors qu’elle était encore sur les lieux de la fusillade, en état de choc, la dessinatrice Corinne Rey dite « Coco », témoigne : « J’étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l’immeuble du journal deux hommes cagoulées et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu… ça a duré cinq minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau… Ils parlaient parfaitement le français… Se revendiquait d’Al Qaïda ».

Les tweets des chances pour la France, enfants de l’UMPS

B6vwWv7IEAASVBQ

Charlie Hebdo victime d’une attaque à l’arme automatique; « Les assaillants ont crié Allahou Akbar – Le Prophète a été vengé »


Continuer la lecture de Charlie Hebdo victime d’une attaque à l’arme automatique; « Les assaillants ont crié Allahou Akbar – Le Prophète a été vengé »

Marseille : un dentiste retrouvé égorgé dans son cabinet

Un dentiste âgé de 57 ans a été retrouvé mort lundi soir dans son cabinet de Marseille (Bouches-du-Rhône). D’après les premiers éléments, il a été égorgé.

Un dentiste de Marseille (Bouches-du-Rhône) a été retrouvé mort lundi soir dans son cabinet de l’avenue du Prado (8e arrondissement), un quartier huppé du sud de la ville. L’homme, âgé de 57 ans, portait une importante plaie à la gorge.

Selon BFM TV, c’est le frère de la victime se serait déplacé à son cabinet et l’aurait découvert aux alentours de 21 heures. La famille du dentiste s’inquiétait de ne pas le voir rentrer et de ne pas avoir de ses nouvelles.

«Il semblerait que le cabinet ait été fouillé», a précisé un porte-parole de la police judiciaire, chargée de l’enquête. Selon les informations de La Provence, le coffre-fort de son cabinet était ouvert au moment de l’arrivée de la police.

Une autopsie était en cours mardi matin.

Les Emaux de Longwy sont à vendre

Fondée en 1798, la faïencerie historique des Emaux de Longwy (Meurthe-et-Moselle) cherche un repreneur pour éviter la faillite. Réputés au temps du japonisme puis de l’Art déco, avant de tomber en désuétude, les précieux émaux, des faïences chatoyantes uniques en leur genre, peinent aujourd’hui à séduire une nouvelle clientèle.

emaux_longwy_decoration_vie_interieure_zoomUne reprise serait la seule solution, selon Arnold Kostka, dont la famille est à la tête de la société depuis 1991 et qui emploie actuellement une petite quarantaine de salariés à Longwy. « On est un peu obligé d’en arriver là » pour éviter un dépôt de bilan et une « casse sociale », explique-t-il.

Depuis trois ans M. Kostka tentait de récolter 1 million d’euros auprès de différents acteurs publics pour honorer des dettes bancaires. Mais les financements sont arrivés « au compte-gouttes », et aujourd’hui il manque toujours 420 000 euros, une partie des soutiens ayant fait défaut. « La solution la plus propre était de chercher un acheteur qui ait les moyens de solder ces dettes et de repartir avec un peu d’argent à investir », a ajouté M. Kostka.

Vente rapide de l’entreprise

Continuer la lecture de Les Emaux de Longwy sont à vendre

Le leader de la CGT Thierry Lepaon et son bureau proposent leur démission

Thierry Lepaon et les huit autres membres du bureau de la CGT vont remettre leur mandat à la disposition du « parlement » du syndicat, selon une source interne citée par l’AFP.

Lors de leur réunion lundi soir les neuf membres du bureau – le dixième administrateur-trésorier, Eric Lafont ayant déjà démissionné- ont décidé de remettre leur mandat à la disposition du CCN, celui-ci pourrait les rejeter ou les reconduire.

Vœux malthusiens (chronique de Richard Millet)

Les épidémies ne sont plus ce qu’elles étaient, murmure un misanthrope de mes amis, en regrettant les faibles résultats d’Ebola qui avait pourtant tout pour incarner une forme de malédiction biblique, comme tant de choses qui naissent en Afrique, ajoute-t-il, au contraire des irénistes qui tentent de nous persuader que ce continent est promis à un fabuleux destin économique en prenant pour exemple l’Afrique du Sud (où la criminalité est pourtant l’une des plus hautes du monde), et le Ghana, le Sénégal, le Nigéria où Boko Haram affiche lui aussi des résultats décevants, au regard des 170 millions d’habitants que compte ce doux pays.

Ce malthusianisme n’est après tout pas plus choquant que les manipulations génétiques, la procréation « assistée » ou les lois sur la « fin de vie », eugénisme et euthanasie marchant si bien ensemble que le vieux nom d’ennemi du genre humain revendiqué par mon ami devient, dans l’Empire du Bien, un titre de noblesse oppositionnel. Plus encore qu’Ebola ou le sida (épidémie plus féconde, certes, et qui a contribué à la « déculpabilisation » d’une sexualité marginale en remplaçant la punition biblique par l’hygiénisme éthique – le cancer venant d’être déclaré « fruit du hasard », donc « déculpabilisé », lui aussi), il se peut que l’épidémie la plus redoutable soit l’homme même.

L’homme, ou, par exemple, les Nigérians, qui seront, nous dit Le Point, 440 millions en 2050, donc plus nombreux que la population d’Europe de l’Ouest, avec les conséquences migratoires qu’on imagine. Non que j’aie rien contre les Nigérians, cela va de soi ; mais le nombre devenu l’innombrable est effrayant – et un malheur, une figure démoniaque. Que ce cauchemar démographique puisse être un facteur d’optimisme, voilà qui dépasse l’entendement.

Le nombre (la réduction de l’humain au nombre, à la statistique) est d’ailleurs un des visages de l’année qui s’achève et de celle qui s’ouvre : outre le rappel anniversaire du tsunami de décembre 2004 (grand objet d’épanchements touristiques), il y a eu 162 morts Continuer la lecture de Vœux malthusiens (chronique de Richard Millet)

Lettre ouverte des Identitaires à Michel Houellebecq : « N’aie pas peur Michel, on est là ! »

Monsieur,

Demain paraîtra votre livre SOUMISSION dans lequel vous avez cru utile de nous citer, et même de faire de nous des acteurs de l’histoire, ou tout du moins de votre histoire.
Qu’est-ce que votre livre ? Nous l’ignorons, à l’instar d’ailleurs des critiques littéraires qui, nous expliquant chacun tout ce qu’il est et tout ce qu’il n’est pas, s’annulent avec une invariabilité mathématique.

Une chose nous apparaît cependant certaine : vous nous connaissez mal. La chose en soi a fort peu d’importance puisqu’elle est réciproque. De vous, nous ne savons au fond que ce que vous voulez bien montrer, au hasard d’une interview. Pour autant, vous conviendrez que se retrouver dans un ouvrage promis à des ventes zemmouriennes et être si mal servi dans sa description, son être et son objet, en chagrinerait de moins délicats que nous.

Écrire, c’est, paraît-il, toujours parler de soi. C’est en tous les cas ce qu’écrivent les gens savants à qui nous empruntons cette réflexion. Aussi, peut-être, à travers nous, ne parlez-vous que de Michel Houellebecq. De ses névroses, de ses freins, de ses limites. Peut-être l’observateur du monde que vous êtes aurait aimé être un militant, c’est-à-dire un faiseur du monde… Là encore, nous l’ignorons.

Mais ce que nous savons, en revanche, c’est que votre livre est une création du réel. Sans l’immigration massive, sans l’islamisation qui en est la conséquence, SOUMISSION n’aurait pu voir le jour.

C’est dans ce contexte – que vous nous pardonnerez de qualifier par anticipation d’historique – que votre livre restera peut-être. Non en ce qu’il annonce ou pas, mais en tant que prise de conscience d’un nombre toujours grandissant d’intellectuels, bien après la prise de conscience populaire, de l’invasion subie par l’Europe. C’est sans doute cette prise de conscience que vous décrivez quand, dans un intéressant entretien réalisé pour la revue littéraire américaine Paris Review, vous dîtes avoir été frappé « des énormes changements » constatés en France au retour de votre paisible exil irlandais. Oui la France a changé, à commencer par ses habitants. Ce changement, certains le nomment le Grand Remplacement. Votre livre se situe dans la continuité fictive de cette réalité bien effective.

Dans ce même entretien, vous avez déclaré : « En fait, on ne sait pas bien de quoi on a peur, si c’est des identitaires ou des musulmans. » Sérieusement Michel, vous ne savez pas qui vous fait peur ? Ceux qui font de l’islam une arme politico-religieuse totalitaire, ceux qui méprisent toute notion de liberté individuelle, ceux qui aujourd’hui au nom du Califat rétabli décapitent, ou bien ceux qui face à l’islamisation se font des éveilleurs de peuple, ou pour le dire autrement, en reprenant un terme à la mode, des lanceurs d’alerte ?
Vous, qui déclariez en 2001 « Dès que l’islam naît, il se signale par sa volonté de soumettre le monde. Sa nature, c’est de soumettre. C’est une religion belliqueuse, intolérante, qui rend les gens malheureux. », avez donc titré en toute connaissance de cause votre ouvrage SOUMISSION – traduction du mot arabe… « islam ». Vous l’avez intitulé Continuer la lecture de Lettre ouverte des Identitaires à Michel Houellebecq : « N’aie pas peur Michel, on est là ! »