Tous les articles par Titus

Al Qaïda et l’Etat islamique, deux faces rivales d’un même totalitarisme

es frères Kouachi se réclamaient d’Al Qaïda au Yémen (qui a revendiqué leur attentat vendredi soir) , tandis que leur complice Coulibaly affirmait agir au nom de l’Etat islamique (EI), organisation rivale. Ce n’est contradictoire qu’en apparence. L’EI, aussi connu sous son acronyme arabe Daech, peut être considéré comme une filiale cherchant à supplanter sa maison mère, Al Qaïda. Les deuxorganisations se rejoignent dans une haine pathologique de l’Occident et le projet d’établir la communauté mondiale des musulmans, l’Oumma. La tactique, les dirigeants et de subtils aspects doctrinaires divergent. Mais les deux organisations, comme d’autres groupes djihadistes tels Boko Haram au Nigéria, sont au service du même totalitarisme politico-religieux.

Cette rivalité-complicité est illustrée par les attentats de Paris de la semaine dernière. L’un des frères Kouachi s’était entraîné au Yémen dans les rangs d’Al Qaïda. L’attentat contre « Charlie Hebdo » serait donc la première opération réussie en Occident par Al Qaeda depuis les attentats de Londres en 2005. De quoi redorer le blason d’une organisation sur la défensive depuis la mort de son leader, Oussama Ben Laden il y a quatre ans. L’EI, au contraire, a le vent en poupe. Fédération de groupes djihadistes en Irak affilié à Al Qaïda et dirigé par le mystérieux Abu Bark al Baghdadi, il a récusé la tutelle d’Al Qaïda en juin 2013. Il a enregistré des succès militaires en Irak et Syrie à partir du printemps 2014 qui en font aujourd’hui la référence mondiale pour les djihadistes tels que Coulibaly. Toutefois, s’il est incontestable que ce dernier, via la cellule dite des Buttes Chaumont, avait des liens avec les frères Kouachi, il n’est pas certain qu’il fut réellement membre de l’EI, lequel n’a pas revendiqué son action. Peut-être n’est-il qu’un loup solitaire opportuniste, fasciné par la « marque » EI.

L’EI n’a d’ailleurs jamais frappé en Occident jusqu’ici, soit par choix tactique soit par manque de moyens et de cellules dormantes. Mais il était derrière les spectaculaires exécutions d’otages occidentaux diffusées sur Internet ces derniers mois, ainsi que celles, Continuer la lecture de Al Qaïda et l’Etat islamique, deux faces rivales d’un même totalitarisme

Aymeric Chauprade (FN): La France est en guerre avec des musulmans (vidéo)

On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique. Certes mais une majorité d’Allemands l’était avant 1933 et le national-socialisme allemand. Une majorité de Russes, de Chinois, de Khmers étaient pacifiques avant qu’ils ne réalisent d’abominables crimes au nom du communisme. Quand le totalitarisme s’empare d’une minorité conséquente et active, l’argument de la majorité pacifique ne tient plus.

Je refuse de faire ce pari là sur le dos de nos enfants et c’est tout le sens de mon engagement au Front national parce que je vois dans le Front national le seul recours possible pour stopper l’islamisation de la France.

Nous devons, de manière ferme et claire, engager la lutte pour la dé-islamisation de notre pays. Sinon notre fière civilisation française mourra, démocratiquement, comme nous le conte le roman tragique de Houellebecq, lorsqu’une sorte d’Henri IV musulman aux apparences paisibles finira par convaincre une majorité de Français qu’il est la solution de compromis idéale pour sortir du conflit entre l’islam radical et le réveil identitaire.

Monsieur Kacimi, j’ai lu ce que vous écrivez, ne parlez pas d’Islam, d’islamistes, ils trouvent ça stigmatisant.

Visite de l’écrivain dramaturge Mohamed Kacimi, dans un lycée professionnel du Val-de-Marne.

Lire l’Article entier sur les site des Échos

(…)

Celui-ci est habillé comme tous les proviseurs, il a un costume bleu pétrole et une cravate rouge. C’est à croire que tous les proviseurs se fournissent dans le même magasin. Il m’a introduit dans son bureau qui ressemble à tous les bureaux de tous les proviseurs, une table Conforama en agglo et une cafetière Moulinex. L’ambiance est tendue mais mon hôte est affable:

« – Vous savez, c’est un peu tendu en ce moment, mais moi je m’en suis bien sorti. On a fait la minute de silence, j’ai baissé la tête, certains ont rigolé, mais tout le monde a applaudi. Je respire. A Bondy, il y a des profs qui ont refusé d’observer la minute de silence. Vous allez rencontrer nos classes, ils sont très gentils, vous verrez, je crois qu’ils vont parler de ce qui s’est passé, des… événements… Il faut juste faire attention au mot, il faut bien choisir les mots, ils sont gentils les élèves, mais il faut faire attention.
– C’est à dire ?
N’utilisez pas le mot « terroriste », « terrorisme », ils ne comprennent pas.
– Pourquoi ?
– C’est des ados, pour eux « terroriste », c’est positif, c’est guerrier, dites plutôt « attaquants ».
– Je vois…
– Oui, il y a un autre mot qu’il ne faut pas utiliser c’est « attentat ».
– Ah bon?
– Oui, c’est la même chose, c’est quelque chose de héroïque, vaut mieux dire « opération »…
– Je comprends.
– Une dernière chose, monsieur Kacimi, j’ai lu ce que vous écrivez, ne parlez pas d’Islam, d’islamistes, ils trouvent ça stigmatisant.
– Qu’est ce que je dois dire ?
– Religieux, fondamentaliste, et si vous parlez d’Islam n’oubliez pas de citer les deux autres religions, c’est ce que je fais à chaque fois, quand je parle de l’Islam je cite obligatoirement les deux autres religions, le christianisme et le judaïsme. »

Je m’installe au CDI où je suis reçu par la prof de Français qui ressemble à toutes les profs de Français du public, car elle a des cernes qui tombent jusqu’aux chevilles.

« Aucun contact entre les deux sexes et les deux « races » »

Entre la première classe de terminale qui ressemble à toutes les classes de terminale des lycées professionnels, dans la mesure où elle compte 22 blacks et deux blancs que l’on dirait égarés. Les 22 blacks sont habillés comme tous les blacks, Nike, jeans et doudoune avec capuche. Et les deux blancs égarés sont habillés comme les blacks sauf qu’ils portent de lourdes chaînes en argent.

Entre la deuxième classe des filles, pareille à toutes les classes de lycée professionnels de France, car elle compte 16 blacks et 6 arabes, toutes habillées en Gap. La prof se lance dans de grandes questions sur Beckett, le théâtre de l’absurde et l’incarnation. Les garçons regardent leurs baskets et les filles leurs ongles.

Comme dans tous les lycées de ce genre il n’ y a aucun contact entre les deux sexes et les deux « races ». Les filles d’un côté les garçons de l’autre, les arabes d’un côté, les blacks de l’autre. Il y a une thèse à rédiger sur ce phénomène  » Ce que cachent aux adultes les ongles des jeunes filles ». Il faudrait que je revende ce titre à Yasmina Khadra.

« Ils l’ont bien cherché »

Sentant mon auditoire peu passionné par la dramaturgie, j’ai décidé de mettre les pieds dans le plat :

« – Bon je vois que le théâtre ne vous passionne pas beaucoup, pouvez vous me dire comment vous avez vécu les…. événements du journal… satirique ?

Un frisson parcourt les deux classes :

– Vous parlez de Charlie ?
– Oui c’est ça.
– Vous l’avez vécu comment, vous monsieur ?
– Je dois vous avouer que j’ai eu beaucoup de peine.
– Ah, s’esclaffent certains, pas nous.
– Pourquoi?
– Ils l’ont bien cherché.
– Ils l’ont voulu.
– Ils ont eu ce qu’ils voulaient.
– On n’insulte pas les gens comme ça. Continuer la lecture de Monsieur Kacimi, j’ai lu ce que vous écrivez, ne parlez pas d’Islam, d’islamistes, ils trouvent ça stigmatisant.

Roubaix (59) : climat tendu et incidents à répétition depuis les attentats

« Je vais vous fumer ! Les attentats, c’est pas fini. On va faire péter la France ». Depuis les attentats, les incidents se multiplient dans la ville où règne un climat particulièrement tendu. Tag justifiant les attentats, propos faisant l’apologie du terrorisme et colis suspect ont été recensés ces derniers jours. Au point que des policiers municipaux ont fait valoir leur droit de retrait.

Une minute de silence, observée dans la cour du commissariat central, à la mémoire des victimes des attentats, a été perturbée par des passants au cri d’« Allahu akbar ».

Samedi, un groupe d’amis souhaitant participer à la manifestation de soutien aux victimes des attentats emprunte les transports en commun pour rejoindre la marche à Lille. Vers 13h, à Eurotéléport, un Hémois tient dans ses mains une affiche « Je suis Charlie ». C’est alors que le jeune homme est pris à partie par un groupe d’individus. S’ensuit une bagarre au cours de laquelle la victime est frappée au visage. L’agresseur principal, un Roubaisien de 15 ans est interpellé. En garde à vue, il a nié les faits, expliquant qu’il avait juste voulu lire l’affiche. L’adolescent est convoqué devant un juge pour enfants.

Lundi, vers 18 h 15, lors d’un contrôle, un jeune âgé de 20 ans s’énerve. « Je vais vous fumer ! Les attentats, c’est pas fini. On va faire péter la France. » Placé en Continuer la lecture de Roubaix (59) : climat tendu et incidents à répétition depuis les attentats

Biarritz : un homme tué d’un coup de couteau dans la carotide

Les secours ont été appelés ce dimanche matin vers 7h30 avenue de Lasvignottes, à Biarritz, pour un coup de couteau porté sur un homme de 47 ans, dans un petit appartement.

Sur place, à l’arrivée du Samu et des pompiers, l’homme est inconscient. Le coup de couteau a été porté dans le cou, à un point fatal : l’artère carotide. L’homme ne pourra être sauvé, il décède.

Les protagonistes de cet homicide sont deux jeunes hommes, qui étaient dans l’appartement, lorsqu’une troisième personne – la victime, un quadragénaire – les aurait réveillés, vers 7 heures.

Les occupants de l’appartement ont été interpellés et ils sont actuellement entendus par les enquêteurs de la police. Ils invoquent une tentative de cambriolage pour expliquer le geste fatal, porté par l’un des deux.

source

Marine Le Pen, nouvelle responsable des attentats contre Charlie ?

« Il y a une lepénisation de l’islam qui le rend terroriste », a dit Romain Goupil à la soirée d’hommage pour les victimes des attentats sur France 2. Précisons que l’homme, ancien trotskiste, a soutenu l’invasion de l’Irak en 2003 : a-t-il donc du sang sur les mains ? Jean-Luc Mélenchon a, quant à lui, osé déclarer que « Marine Le Pen fait partie du problème que nous avons à régler ». Plus tard, l’ancienne présidente du MEDEF, Laurence Parisot, n’a pas non plus hésité à attaquer le Front national, sur sa fantasmatique responsabilité dans les événements. Mieux : un éditorialiste de Libération a osé dire que les attentats avaient « la sale gueule de la victoire idéologique de Zemmour, Camus et Marine Le Pen ».

Pourtant, je n’ai jamais vu Marine Le Pen se promener une kalachnikov à la main, ni de militants du Front national tuer gratuitement des innocents. Comme me le disait hier l’excellent Karim Ouchikh, en paraphrasant Guy Debord : « Avec le FN, le système a désigné sa figure politique du pire. Tout sera bon pour l’abattre, y compris l’outrance. »

L’outrance était déjà présente dans le cortège officiel, qui voyait se côtoyer les responsables et les coupables, d’ici et d’ailleurs. On a vu, unis et en rangs serrés, l’« intellectuel » de salon Bernard-Henri Lévy, pour partie fauteur des guerres syriennes et libyennes, l’ultra-laxiste (avec les voyous, mais pas avec les familles des Manifs pour tous) ministre de la Justice, Christiane Taubira, ou bien le frère de l’émir du Qatar, dont les accointances avec les terroristes de l’État islamique en Irak et au Levant sont un secret de polichinelle. Continuer la lecture de Marine Le Pen, nouvelle responsable des attentats contre Charlie ?

Déchéance de nationalité : et si on prenait les choses dans l’ordre ?

La nationalité est au cœur du débat. Les djihadistes sont-ils encore français ? Pire, l’ont-ils jamais été ?

Amed Sahnouni n’a pas de chance. C’est mardi qu’était examinée par le Conseil constitutionnel la validité de la déchéance de nationalité française dont ce Marocain de 45 ans, naturalisé en 2003, fait l’objet depuis le 28 mai. Condamné en 2013 à sept ans de prison, il est considéré comme la tête pensante d’un réseau Al-Qaïda sur Internet. Or, une libération serait envisageable fin 2015… Forcément, le contexte actuel n’est pas très porteur pour sa requête.
D’autant que la grande, la vraie question est là. La carte d’identité que l’on a retrouvée dans la voiture des frères Kouachi a fait le tour du Web, avec ce seul commentaire « léger » : quelle bande de pieds nickelés ! Paumer ça dans leur bagnole ! Des pieds nickelés qui ont quand même réussi à faire descendre les dirigeants du monde entier dans la rue. Pour ainsi dire, à faire cesser la Terre de tourner.

Mais cette carte avait surtout une haute valeur symbolique : j’ai la même, vous avez la même, nous avons tous la même, aux mentions près, dans notre portefeuille. Ils sont nos compatriotes. Français, comme vous et moi. Au moins en théorie.

On peut organiser une marche unitaire. Dire que la France est Charlie. Mais la France n’est pas Charlie, et la marche n’est pas unitaire, puisque ceux-ci – qui n’ont pas l’air très Charlie, n’est-ce pas ? – sont aussi français. Comme ceux qui tweetent #JeSuisKouachi. Et encore ceux qui claquent à grand bruit la porte de l’école au moment de la minute de silence. Et les conflits sanglants entre gens de même nationalité portent un nom, un nom que l’on n’a pas envie de prononcer pour ne pas porter la poisse, un nom qui est familier aux Libanais, par exemple. Et que le déploiement brutal de 10.000 soldats à travers la France n’est pas sans évoquer.

Alors, oui, évidemment, la nationalité est au cœur du débat. Les djihadistes sont-ils encore français ? Pire, l’ont-ils jamais été ?
La question de la déchéance de nationalité est possible en droit. Mais fort peu appliquée (celle-ci est la première depuis 2006). Par exemple, parce que Continuer la lecture de Déchéance de nationalité : et si on prenait les choses dans l’ordre ?

Paris: Une jeune fille égorgée dans le hall de son immeuble

C’est une macabre découverte qu’ont fait ce mardi matin des habitants de la rue de Ménilmontant dans le XXe arrondissement de Paris. Le corps inanimé d’une jeune femme de 19 ans a été trouvé dans le hall de son immeuble.

Elle a été égorgée par son agresseur qui est toujours en fuite, alors que les forces de l’ordre tentent de retrouver sa trace. Les circonstances de la mort de cette jeune femme ne sont pas encore connues.

RTL

Hommage aux victimes : un député PS diffame Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard (tweets sur la Manipulation politico-médiatique)

Vu et lu sur Fdesouche

Le tweet de Christophe Castaner, député socialiste de la 2 circonscription des Alpes-de-Haute-Provence fait polémique. Il accuse Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard d’être resté assis durant la minute de silence en hommage aux policier et la Marseillaise qui a retentit cette après-midi à l’Assemblée Nationale.

Hommage aux victimes des attentats : un député PS en flagrant délit de diffamation sur le FN

La photo suivante, prise durant la Marseillaise, montre pourtant le contraire, ce que confirme la vidéo mise en ligne par BFMTV.

eroOTep

Radicalisation sur internet: Manuel Valls à côté de la plaque

Paris, Bruxelles, Toulouse… la radicalisation des terroristes n’a pas eu lieu sur le Web

Pour Manuel Valls, le premier ministre, les priorités sont claires, au lendemain de la marche qui a rassemblé plus de quatre millions de Français en hommage aux attentats de la semaine dernière et pour la défense de la liberté d’expression : « Comme le prévoit la loi antiterrorisme votée récemment, la priorité, c’est de travailler sur Internet, c’est là qu’une partie de la radicalisation se forme », a-t-il déclaré sur BFM-TV, mentionnant également un « travail sur les prisons ». « La sécurité des Français ne peut pas se discuter. »

Mais si un certain nombre de messages haineux ou soutenant les terroristes ont bien été publiés sur le Web ces derniers jours, les auteurs des principaux attentats ayant touché la France et la Belgique depuis deux ans ne s’étaient pas du tout « radicalisés sur Internet ». Le profil des auteurs de ces tueries montre plutôt un double processus de radicalisation, en prison ou au contact de radicaux dans des mosquées proches des salafistes.


Charlie Hebdo : qui sont les tueurs présumés ? par lemondefr

Les frères Kouachi

Les premiers éléments de l’enquête sur les frères Kouachi, auteurs de la tuerie à Charlie Hebdo, montrent des profils très éloignés du jeune autoradicalisé en ligne. Au contraire : Chérif Kouachi faisait partie de la filière dite « des Buttes-Chaumont », du nom de ce quartier de Paris où il a fréquenté plusieurs mentors salafistes, dont Farid Benyettou. Arrêté en 2005 alors qu’il tente de rejoindre l’Irak pour y faire le djihad, il fait la connaissance à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis d’un nouveau père spirituel, Djamel Beghal. Sa seule utilisation connue d’Internet dans le cadre de ses activités terroristes se limite à la consultation de sites Web sur le maniement des armes.

Lire la suite

Attentats : 200 « incidents » recensés dans les écoles lors de la minute de silence

Quelque 200 incidents en rapport avec les attentats de la semaine dernière se sont produits dans les établissements scolaires. Une quarantaine de « situations » ont été signalées à la police et la justice, selon le ministère de l’Éducation.

Selon ce texte publié dans la nuit de mardi à mercredi, les rectorats ont informé le ministère des incidents liés à la minute de silence observée le 8 janvier, en mémoire des 12 morts de Charlie hebdo. Le ministère précise que les données sont déclaratives et ne concernent que des incidents qui ont pu être réglés par les enseignants des écoles, collèges et lycées dans le cadre scolaire. Elles ne « constituent donc pas un recensement exhaustif de l’ensemble des difficultés qu’ont pu rencontrer les équipes éducatives« , relève-t-il.

« Pour accompagner les personnels dans la gestion de ces événements et ne laisser aucun enseignant démuni ou isolé« , ajoute le texte, « la ministre a donné instructions aux recteurs de dépêcher, dès cette semaine, dans chaque établissement qui en exprime le besoin, des inspecteurs pédagogiques habilités à les assister dans leur mission« .

RTL via Fdesouche

Charlie Hebdo: «Émigré, émigré, reste là, t’en va pas, tu es chez toi chez moi»

Humour: Charlie Hebdo dans les années 80 c’était « Touche pas à mon pote ». En 2015 c’est « Mon pote m’a tué »

Philippe Val et Patrick Font ont relancé Charlie Hebdo dans les années 90. Un charlie Hebdo moins irrévérencieux que ne l’était celui des années 70 et plus politique tendance écolo bobo. Quelques années plus tard Philippe Vall est devenu l’incarnation du parfait libéral libertaire: ami de BHL, proche de carla Bruni, il fut nommé directeur des programmes de France Inter par le président Sarkozy. En ce qui concerne Patrick Font, il fut chroniqueur dans l’émission rien à cirer de Ruquier. Fondateur et directeur d’une école de spectacle, en 1996 il est accusé et condamné pour pédophilie.


Font et Val Emigré 19/01/1984 par susacacon

B7QmQ8eCEAA6jW1

tumblr_inline_nhxhikCXXC1rx2lzr


Continuer la lecture de Charlie Hebdo: «Émigré, émigré, reste là, t’en va pas, tu es chez toi chez moi»

Claude Levi-Strauss : « ll m’a fallu rencontrer l’Islam pour mesurer le péril qui menace la pensée française»

Claude Levi-Strauss, anthropologue (1908-2009). Extraits choisis de Tristes tropiques, Presses Pocket, pp. 475-490)  

« Les brefs contacts que j’ai eus avec le monde arabe m’ont inspiré une indéracinable antipathie.  ll m’a fallu rencontrer l’Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd’hui la pensée française. [On ne peut que] constater combien la France est en train de devenir musulmane.

Déjà l’Islam me déconcertait par une attitude envers l’histoire contradictoire à la nôtre , et contradictoire en elle-même : son souci de fonder une tradition s’accompagne d’un appétit destructeur de toutes les traditions antérieures.

Dans la civilisation musulmane, les raffinements les plus rares – palais de pierres précieuses, fontaines d’eau de rose, mets recouverts de feuilles d’or – servent de couverture à la rusticité des moeurs et à la bigoterie qui imprègne la pensée morale et religieuse.

Sur le plan moral, on se heurte à une tolérance affichée en dépit d’un prosélytisme dont le caractère compulsif est évident. En fait, le contact des non-musulmans les angoisse.

Tout l’Islam semble être une méthode pour développer dans l’esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions Continuer la lecture de Claude Levi-Strauss : « ll m’a fallu rencontrer l’Islam pour mesurer le péril qui menace la pensée française»