Tous les articles par Machefer

Claude Levy-Strauss : Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres.

Première publication le 23 octobre 2012

La gauche a voulu faire de l’anthropologue claude Levy Strauss, un apôtre du métissage, un disciple de la tolérance cool et sympa. C’est d’ailleurs toujours l’image trompeuse qu’en donne la propagande éducative mise en musique par une armée de profs de gauche dont le travail consiste à expurger de l’œuvre de Levy Strauss tout ce qui pourrait aller contre leur catéchisme.
Or ceux qui ont lu « Tristes Tropiques » sans passer par le filtre soviétoïde de l' »educazion nazionale » savent que l’ethnologue n’a jamais caché son aversion envers l’Islam. Et dans « Le regard éloigné », dans « Race et Histoire, ou encore dans « Race et Culture, l’éminent intellectuel remet les pendules de l’antiracisme à l’heure. En fin observateur de la chose humaine, il a su prévoir le détournement sémantique dont a été l’objet le mot race. Il avait compris que cette manipulation avait pour but d’imposer un projet de civilisation aux apparences certes aimables mais terriblements dangereuses. En cela, il devançait Alain Finkielkraut pour qui l’antiracisme est le communisme du XXIè siècle.

Notons qu’il est impossible de débattre aujourd’hui de la civilisation dans laquelle nous pousse les bobos modernistes sans prendre le risque de se faire étriller par la police de la pensée. Claude Guéant a essayé. Mal lui en a pris. Le terrorisme intellectuel est tel que les textes de Claude Levy-Strauss auraient aujourd’hui beaucoup de mal à être publiés et enseignés avec un minimum honnêteté. Triste époque !


Citations 1

Extraits de Le regard éloigné (1983) :

« […] je m’insurge contre l’abus de langage par lequel, de plus en plus, on en vient à confondre le racisme défini au sens strict et des attitudes normales, légitimes même, et en tout cas inévitables. Le racisme est une doctrine qui prétend voir dans les caractères intellectuels et moraux attribués à un ensemble d’individus, de quelque façon qu’on le définisse, l’effet nécessaire d’un commun patrimoine génétique. On ne saurait ranger sous la même rubrique, ou imputer automatiquement au même préjugé l’attitude d’individus ou de groupes que leur fidélité à certaines valeurs rend partiellement ou totalement insensibles à d’autres valeurs.

Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres, et d’éprouver peu d’attirance envers tels ou tels dont le genre de vie, respectable en lui-même, s’éloigne par trop de celui auquel on est traditionnellement attaché. Cette incommunicabilité relative n’autorise certes pas à opprimer ou détruire les valeurs qu’on rejette ou leurs représentants, mais, maintenue dans ces limites, elle n’a rien de révoltant. Elle peut même représenter le prix à payer pour que les systèmes de valeurs de chaque famille spirituelle ou de chaque communauté se conservent, et trouvent dans leur propre fonds les ressources nécessaires à leur renouvellement.

Si comme je l’ai écrit ailleurs, il existe entre les sociétés humaines un certain optimum de diversité au-delà duquel elles ne sauraient aller, mais en dessous duquel elles ne peuvent non plus descendre sans danger, on doit reconnaître que cette diversité résulte pour une grande part du désir de chaque culture de s’opposer à celles qui l’environnent, de se distinguer d’elles, en un mot d’être soi ; elle ne s’ignorent pas, s’empruntent à l’occasion, mais, pour ne pas périr, il faut que, sous d’autres rapports, persiste entre elles une certaine imperméabilité. » Continuer la lecture de Claude Levy-Strauss : Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres.

L’armée française et ses musulmans (rediff)

Article publié en 2011.

A la fin de l’émission inquisitoriale » Des paroles et des actes » diffusée sur France2, Marine Le Pen a subi les foudres de la surveillante en chef, Caroline Fourest. Cette dernière a voulu démontrer par une manipulation dont elle a le secret que dans le programme du FN de 2007, figuraient des propos racistes contre les musulmans (1). Nous ferons juste remarquer à la petite maitresse d’école que la religion n’étant pas une race, on ne voit pas bien en quoi la critique d’une religion relève du racisme… mais bon, en 2010 il semblerait qu’il soit impossible d’être à la fois journaliste et intelligent.

Car si la petit prétentieuse avait travaillé son sujet, elle se serait vite rendu compte que l’attitude de certains soldats français de confession musulmane pose parfois de réels problèmes à l’armée. Des problèmes qui devraient d’ailleurs nous faire réfléchir à la question de la double nationalité.

En 2009, le journaliste Jean-Dominique Merchet, alors responsable des questions de défense au journal Libération, révélait que des soldats musulmans de l’armée française refusaient de partir se battre en Afghanistan contre leurs frères de religions.

( vous remarquerez la prudence des propos du journaliste de gauche.)

Moins de cinq engagés volontaires de l’armée de terre (EVAT) ont exprimé, en 2008, le souhait de ne pas partir en opérations extérieures « pour des raisons confessionnelles », reconnait l’état-major interrogé par Secret-Défense. Il s’agit de jeunes musulmans qui ne voulaient pas aller combattre d’autres musulmans en Afghanistan…

Ces cas sont rarissimes (moins de 0,01 % des engagés) mais ils existent.

source

En juin 1999, le journal L’humanité se faisait l’écho d’une mutinerie à bord du porte avion Foch

Dans la Marine, les officiers n’oublieront pas de si tôt la mutinerie de 1999 à bord du porte-avions Foch. Une soixantaine d’engagés volontaires, tous de parents maghrébins, avaient pris en otage leur officier. Après s’être retranchés 2 jours dans la cafétéria du porte-avions, ils avaient dû être délogés par un commando de fusiliers-marins. Ces « beurs » réagissaient contre une punition collective infligée à la suite d’une rébellion survenue lors d’une mission au large de la Yougoslavie au cours de laquelle les Super-Etendards avaient effectué des frappes sur le Kossovo considéré par les recrues musulmanes comme un sanctuaire islamique.

Dans le Monde Diplomatique, en septembre 2001, on apprend sous la plume de Karim Bourtel que:

Un rapport du Ministère de la Défense de janvier 2007 évoque “l’attitude intransigeante et revendicative tournant à la provocation” des JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine) et de “la surdélinquance au sein même de leur régiment.

et un peu plus loin il est précisé ceci:

les JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine, dans le langage militaire) commettent 3,5 fois plus de désertions, 6 fois plus de refus d’obéissance, 6 fois plus d’outrages à supérieurs et 8 fois plus d’insoumission

source

Dans le livre de Joachim Véolias, L’islamisation de la France à la page 370, l’auteur Continuer la lecture de L’armée française et ses musulmans (rediff)

La vérité sur les massacres du 8 Mai 1945 à Sétif avec Roger Vétillard (rediff vidéo)

À l’occasion de la visite inédite d’un ministre français à Sétif (1) en Algérie pour commémorer le 70e anniversaire du massacre d’Algériens sous la colonisation française; il nous a semblé important de rediffuser une interview réalisée en 2010 de l’historien Roger Vétillard.
Il apporte une réponse détaillée et plus proche de la vérité que celle que nous délivre depuis trente ans, l’historien officiel du régime remplaciste, Benjamin stora et tous les média de propagande.

À écouter et à faire tourner.

(1) cette visite a été récemment dénoncée par l’historien Bernard Lugan. Une critique qui lui a valu d’être limogé de St Cyr.


 

Roger Vétillard est né à Sétif. Il a donc très tôt entendu parler de ce qu’il est convenu d’appeler, les massacres de Sétif et de Guelma. Un beau jour, lassé d’entendre le récit d’une histoire falsifiée à force de manipulation politique et d’occultation idéologique, ce médecin de Toulouse décide de mener sa propre enquête historique. Pendant près de 7 ans, il va consulter les archives françaises, algériennes, anglo-saxonnes, et aller à la rencontre de nombreux témoins. Le fruit de ce travail est concentré dans un livre objectif et rigoureux « Sétif, mai 1945 : massacres en Algérie » (Editions de Paris).

Avec ce livre, Roger Vétillard est bien loin des polémiques auquelles nous avons été habituées ces dernières années. Et c’est de façon méticuleuse qu’il restitue à l’histoire la complexité et les nuances dont personne ne devrait la priver.  Il y  précise, que lors de ce 8 Mai 1945, ce sont les massacres d’Européens qui ont engendré la répression des manifestants indépendantistes. Un élément que l’on a tendance à occulter.

Première partie:

durée: 19mn


Sétif, mai 1945 : massacres en Algérie par luette

Seconde partie:

durée: 18mn


Sétif, mai 1945 : massacres en Algérie- seconde… par luette

 


Retranscription partielle de l’interview vidéo:

Riposte Laïque : Quand avez-vous eu l’envie de faire un livre d’historien sur les massacres de Sétif et de Guelma ?

Roger Vétillard : J’ai décidé de m’intéresser d’un peu plus près aux massacres de Sétif et de Guelma après avoir visionné en 1995 sur ARTE un film documentaire réalisé par Medhi Lallaoui et Bernard Langlois « Les Massacres de Sétif, un certain 8 Mai 1945. » J’y ai vu un certain nombre de témoignages que je savais erronés. Je me suis donc mis au travail. Au bout de 7 ans, j’ai abouti à ce livre que j’ai présenté à des historiens et qui ont salué sa rigueur scientifique. Guy Pervillé, professeur d’histoire contemporaine à Toulouse- le Mirail, et l’un des meilleurs spécialistes de l’Algérie, a accepté de rédiger la préface, et j’ai obtenu en 2008 le prix de l’Académie des sciences d’Outre-mer.

Riposte Laïque : Au cours de vos recherches avez-vous constaté des approximations dans la façon dont les historiens ont à raconter ces événements ?

Roger Vétillard : Oui bien sûr, chez certains d’entre eux, et j’en cite quelques exemples dans mon livre. Mais le plus déplorable c’est l’utilisation politique et militante qui est faite de ces événements. Parfois on en oublierait presque de préciser que ce sont les massacres d’Européens qui ont engendré la répression.

Riposte Laïque : Le 8 Mai 1945 le peuple français s’apprête à fêter la victoire des alliés et un peu partout des cérémonies officielles sont organisées. Pouvez-vous nous dire comment les choses vont se dérouler à Sétif, à Guelma et dans les environs ?

Roger Vétillard : Tout commence à Sétif. Là, comme dans d’autres endroits en Algérie, à la veille du 8 Mai, les nationalistes du PPA (Parti du Peuple Algérien) de Messali Hadj et de l’AML (les Amis du Manifeste de la Liberté) demandent dès le 7 mai à la sous-préfecture l’autorisation d’organiser une manifestation en dehors des cérémonies officielles. La sous-préfecture donne son autorisation à condition que celle-ci se déroule le matin, qu’elle soit pacifiste et qu’il n’y ait ni revendication politique, ni présentation du drapeau indépendantiste, contrairement à ce qui s’était passé quelques jours plus tôt à Alger, Oran et Bône lors des défilés du 1er mai. Les organisateurs s’engagent à respecter ces consignes.

Le 8 mai après la prière de 8h00, la manifestation des indépendantistes part de la Continuer la lecture de La vérité sur les massacres du 8 Mai 1945 à Sétif avec Roger Vétillard (rediff vidéo)

David Pujadas, le laquais du Siècle au QG de Sarkozy (photo et vidéo) (Rediff)

24 fevrier 2012

David Pujadas est un journaliste de connivence. Avec son ami directeur du Point, Franz Olivier Giesbert que vous avez pu voir dans l’émission inquisitoriale  » Des Paroles et des Actes », il est l’un des plus fidèles participants des diners du Siècle
Sur twitter une photo tourne montrant Pujadas sortir du QG de campagne de Nicolas Sarkozy le lendemain de l’émission avec Marine Le Pen… le larbin serait-il allé chercher sa récompense ?
Ou Sarkozy avait-il de nouvelles consignes à lui faire passer ?

L’ alliance historique entre l’islamisme et le National-socialisme (vidéo)(rediff)

Nous rediffusons cet article suite aux propos d’Aymeric Chauprade sur l’intérêt que portaient les cadres nazis pour l’islam, et sur l’alliance qui s’est nouée entre ls frère musulmans et l’Allemagne nazis.

Addendum : 03 décembre 2013

Les phalangistes faisaient régner la terreur en Dordogne

En 1944, une unité de supplétifs nord-africains encadrée par des truands est venue traquer les résistants en Périgord. Patrice Rolli consacre un livre à cet épisode peu connu.

« Ils avaient été envoyés ici pour terroriser et humilier la population. Début 1944, en Dordogne, on a appliqué les méthodes des grandes compagnies de soldats du Moyen Âge. » Patrice Rolli, historien et ethnologue, raconte dans un nouveau livre (1) l’histoire de la phalange nord-africaine envoyée par la Gestapo dans le département pour traquer les résistants. Une unité de triste mémoire que les anciens Périgordins avaient baptisé du terme de « bicots », venu des coloniaux.

Cette unité d’une cinquantaine d’hommes était basée à Périgueux face à la Kommandantur, dans le bâtiment qui abrite aujourd’hui la BNP. Elle était composée de supplétifs d’origine nord-africaine, recrutés dans les quartiers populaires de Paris et encadrés par des truands notoires, et notamment d’Henri Lafont. Celui-ci fut proche de Pierre Bonny, un policier aux origines périgourdines qui fut responsable de la Gestapo française et dont Guy Penaud a retracé le parcours il y a quelques années.

sud Ouest

– – – – – – – – –

Article publié la 18 juillet 2012

Jean Luc Aubarbier est libraire à Sarlat dans le périgord. Il est aussi écrivain. Passionné par l’histoire et les religions, il a publié de nombreux ouvrages. Son dernier livre est un roman historique qui s’intitule « Le chemin de Jérusalem » aux éditions du Pierregord.

L’auteur y aborde un sujet trop souvent occulté par l’histoire officielle française : l’alliance entre certains islamistes et les nationaux socialistes. Des liens sulfureux qui traversent l’histoire du 20ème siècle, des années 20 à nos jours.

En effet, très tôt, la secte des frères musulmans (1), le grand mufti de Jérusalem (2), et les Nationaux-socialistes ont décidé de travailler ensemble pour permettre la victoire d’Hitler.

Mais au delà des intérêts stratégiques, politiques ou spirituels des uns et des autres, c’est l’antisémitisme qui sera le ciment de l’alliance entre les Nationaux-socialistes et les islamistes.

Au fil des pages, Jean Luc Aubarbier nous fait découvrir : la brigade Nord Africaine qui sème la terreur dans plusieurs départements français ; l’armée musulmane Bosniaque, la Handschar, qui s’entraine à Villefranche de Rouergue ; des membres de mouvements anticoloniaux et indépendantistes comme Belkacem Radjeff de l’étoile Nord Africaine, ou Mohammed el Maadi responsable du journal français « er rachid » ce qui signifie en français « le guide » en référence au Führer.

De l’Algérie, au Liban, en passant par Israël, nous comprenons le rôle qu’ont joué en digne héritier du Mufti de Jérusalemn et d’Hitler des personnages comme Nasser, Sadate, Khomeiny, Izetbeovic, ainsi que tous les dignitaires Nationaux-socialistes qui, une fois la guerre finie, trouverons refuge auprès des régimes arabes.

S’il ne faut pas négliger la fidélité des soldats musulmans, engagés sous l’uniforme français et anglais pendant le conflit de 39-45, il serait dangereux de ne pas réfléchir sur ce qui fonde le rapprochement philosophique et politique entre l’islamisme et le national socialisme. Se priver d’une réflexion sur ces faits historiques nous empêcherait de comprendre les racines des mouvements islamistes qui sévissent aujourd’hui dans le monde arabo-musulman et en Europe.
Première partie de l’entretien avec Jean-Luc Aubarbier:
Retrouver l’émission radio originale ici

La brigade Nord africaine- El Maadi- Henri Laffond-La Handschard- La phalange Nord Africaine de Doriot- les mouvements d’indépendance algérienne et les manifestations anticoloniales- Sétif.


Alliance entre l’islamisme et le… par luette

 

Deuxième partie de l’entretien avec Jean-Luc Aubarbier: Continuer la lecture de L’ alliance historique entre l’islamisme et le National-socialisme (vidéo)(rediff)

Une journaliste de Press TV tuée par les services secrets turcs pour avoir dévoilé les liens entre Ankara et Daesh

Serena Shim, journaliste américano-libanaise travaillant pour la chaîne iranienne anglophone Press TV, a été tuée dimanche dans un accident de route suspect à la frontière syro-turque.

Agée de 30 ans et mère de 2 enfants, la journaliste couvrait depuis la Turquie les combats dans la ville frontalière de Kobané, (Aïn el-Arab en arabe).

Après avoir achevé un reportage à Suruc (localité turque proche de la frontière syrienne qui accueille des milliers de réfugiés), un poids lourd a percuté sa voiture la tuant sur le coup. Le cameraman Judi July qui l’accompagnait a été blessé.

Press TV a diffusé un message télévisé de Serena Shim qui avait exprimé peu avant sa mort sa peur d’être arrêtée par les services de renseignements turcs qui l’avaient accusée d’être une espionne, vu qu’elle avait accusé -preuves à l’appui- les autorités turques d’entretenir des liens avec Daesh. Elle a fait état d’infiltration des takfiristes en Syrie via la frontière turque.

Elle avait également indiqué sur Press TV détenir des images de ces miliciens traversant la frontière, dissimulés dans des camions d’ONG et du Programme alimentaire mondiale (Pam) de l’Onu. Une affaire qui lui aurait couté la vie.

Dans un entretien avec Press TV, Rodney Martin, président de l’American Nationalist Continuer la lecture de Une journaliste de Press TV tuée par les services secrets turcs pour avoir dévoilé les liens entre Ankara et Daesh

Assurance-vie : Le conseil d’une ex-directrice de Goldman Sachs

Selon Natacha Valla, ancienne directrice exécutive chez Goldman Sachs de 2008 à 2013, l’argent placé sur les contrats d’assurance-vie est depuis longtemps évaporé et il faudra donc prendre les pertes, d’une manière ou d’une autre.

Émission C dans l’air (15 Oct. 2014)

Natacha Valla a été Directrice Exécutive chez Goldman Sachs de 2008 à 2013, après avoir été économiste à la BCE, puis à la Banque France. Elle a également été consultante pour le FMI et l’OCDE. Parallèlement elle a enseigné à HEC, l’IEP et l’université de Paris Dauphine. Elle a reçu le prix 2000 de la Society for Computational Economics.

Revoir: Crise de la dette, MON EPARGNE EN DANGER ! (vidéo)

Ville de Paris : un budget de 95 millions d’euros pour deux mille jeunes clandestins

Une quinzaine de jeunes clandestins africains soutenus par les syndicats lycéens seront pris en charge par la Ville de Paris.

La Mairie de Paris fait, elle, valoir ses efforts : 95 millions d’euros en 2014 (contre 35 millions d’euros en 2008) sont consacrés à la prise en charge de deux mille jeunes, dont sept cents sont majeurs et bénéficient d’un contrat « Jeune majeur », à condition qu’ils suivent avec sérieux leur scolarité.

Mardi 21 octobre, on savoure la victoire, et l’humeur est à la fête dans les locaux de ce Continuer la lecture de Ville de Paris : un budget de 95 millions d’euros pour deux mille jeunes clandestins

60 parlementaires seraient en délicatesse avec le fisc

L’hebdomadaire les appelle les «nouveaux Thévenoud», du nom de l’ex-secrétaire d’Etat débarqué sitôt nommé pour cause de problèmes fiscaux. Selon le «Canard enchaîné» à paraître ce mercredi, une soixantaine de députés et sénateurs seraient en délicatesse avec le fisc. Aucun nom ne circule pour l’instant.

«La liste définitive des fraudeurs devrait être connue d’ici à la fin de l’année», mais «après les régulations en cours, ils ne pourraient être qu’une grosse poignée», écrit l’hebdomadaire.

Toujours d’après le «Canard enchaîné», «la Direction générale des finances publiques procède actuellement à plusieurs recoupements, en s’appuyant sur les déclarations de patrimoine, désormais obligatoires, des 925 députés et sénateurs».

Les services fiscaux sont en train de contacter les parlementaires qui ne seraient pas en règle. «Nombre d’entre eux minimisent leur patrimoine, par négligence ou par calcul, mais sans dépasser les 5 ou 10 % de la valeur réelle. En revanche, ils sont quelques-uns à tenter sciemment de tromper l’administration», explique un responsable de Bercy au «Canard enchaîné».

Source

Les « nouveaux Thévenoud », comme se plait à les appeler l’hebdomadaire satirique, seraient actuellement contactés par les services fiscaux. Au terme d’une procédure contradictoire, ils seront invités à « se mettre en règle avec la loi ». De quoi rectifier le tire et faire sérieusement dégonfler la liste.

Source

Calais : des centaines de migrants ont pris d’assaut la zone portuaire

La tension s’est encore aggravée lundi et mardi avec une série de heurts avec la police et la mort d’une jeune Éthiopienne.

Calais semble au bord de l’explosion. La mèche allumée depuis des mois avec l’afflux exponentiel des clandestins dans la ville (1.500 selon les autorités préfectorales, 3.000 selon la police) semble aujourd’hui enflammer ce qui est devenu une véritable poudrière. Lundi et mardi, une série d’affrontements opposant les migrants entre eux et aux forces de l’ordre, et la mort d’une adolescente de 16 ans, ont encore fait monter la pression.

Lundi après-midi, vers 15 heures, la ville portuaire a vécu une énième intrusion massive de migrants qui ont pris d’assaut les camions pour tenter de rejoindre «l’eldorado anglais».

Trois cents à quatre cents clandestins se sont rués sur une file de poids-lourds s’étirant sur deux kilomètres, selon le même modus operandi qui, depuis l’été dernier, consiste à profiter des ralentissements de camions sur la rocade desservant la zone portuaire pour sauter à leur bord.

Dépassés par les événements, les 180 CRS, déjà dépêchés en renfort dans le Calaisis ces dernières semaines, ont dû appeler à l’aide les forces de la Police aux frontières, du commissariat de Calais mais aussi de Boulogne-sur-Mer, soit entre «60 et 70 hommes» supplémentaires, témoignait mardi un policier. L’utilisation de gaz lacrymogènes a été nécessaire pour disperser ces réfugiés venus d’Afrique de l’Est mais aussi de Syrie, d’Afghanistan ou encore d’Irak. Les forces de sécurité n’y avaient eu recours qu’une seule fois jusque-là, en septembre, lors d’une intrusion dans le port où les migrants avaient tenté d’arracher les hautes clôtures barbelées.
«Une bataille rangée de jets de pierre et coups de bâton»

Lundi après-midi, la grande majorité de migrants «a été repoussée» vers le camp «Tioxide», nouvelle «jungle» de plus de 500 personnes réinstallée, depuis les démantèlements successifs de mai et juillet derniers, sur un site industriel toujours en activité, près de la rocade. «Pas mal ont cependant réussi à rester dans les camions et certains sont passés outre-Manche malgré les contrôles, comme d’habitude», déplore un officier de police.

Mais plus tard dans la soirée, alors que la situation était revenue sous contrôle, la zone d’accès au port s’est de nouveau enflammée.
Vers 22 heures, un affrontement entre le camp des Érythréens et le camp des Éthiopiens à cause d’«un différend pour vol», explique une source policière, a donné lieu à «une bataille rangée de jets de pierre et coups de bâton», occasionnant «un chaos» digne «d’une scène de guérilla», raconte un témoin.

Bis repetita: gaz lacrymogènes, appel au renfort des CRS. La bagarre a fait une dizaine de victimes parmi les migrants, aucune parmi les policiers. Les blessés ont été conduits Continuer la lecture de Calais : des centaines de migrants ont pris d’assaut la zone portuaire

Quand le socialiste Gérard Filoche ironise sur la mort du PDg de TOTAL, Christophe de Margerie

Rappel pour Gérard Filoche les morts du communisme n’existent pas parce que le communisme ça n’a jamais existé. CQFD
Gérard Filoche: Le communisme n’a jamais existé et n’a tué personne.

Florian Philippot sur France 2

Florian Philippot sur France 2 face à l’immondice du journalisme Anne-sophie Lapix.
A noter: le petit socialiste, collabo de la dictature technocratique européenne, est tellement obnubilé par les déficits qu’il en oublie que ce sont les socialistes qui étaient au pouvoir quand nous avions de la croissance et que nous pouvions sans faire trop de dégâts réduire la dette et les déficits.
Ces incompétents sont donc doublement coupables.


Florian Philippot – 20 octobre 2014 par hurraken75

Les Français puisent de plus en plus dans leur livret A

Et ça continue. Les français ne peuvent plus se contenter des allocations et de leurs maigres salaires; depuis de long mois, et de façon peu perceptible, les épargnants vident leur bas de laine, non pas pour investir, mais pour survivre…. à la fin, quand il n’y aura plus rien ça craquera, et là ça ne sera pas beau à voir.

——–

En septembre, pour le cinquième mois consécutif, les retraits ont été supérieurs aux dépôts. Les ménages ont retiré plus de 2 milliards d’euros de leur livret A. Un montant record.

Publicité

Les Français continuent de puiser dans leur livret A. La tendance s’est même sensiblement accélérée en septembre. Déçus par la nouvelle rémunération du placement, tombée le 1er août à seulement 1% net, ils ont ainsi retiré 2,37 milliards d’euros de leur placement. Septembre rime aussi avec impôts et nombreuses dépenses de rentrée et certains épargnants auront sans doute été contraints de puiser dans leur bas de laine pour payer le dernier tiers de leur impôt sur le revenu, par exemple. En septembre, pour le cinquième mois consécutif, les retraits ont été supérieurs aux dépôts. Entre janvier et septembre, les ménages ont retiré 1,66 milliard d’euros de leur livret A. Un scénario que l’on n’avait pas connu depuis le début de la crise.

L’assurance-vie a retrouvé grâce aux yeux des épargnants

En septembre pour la première fois depuis le début de l’année (à l’exception de mai avec 10 millions de retraits), les ménages ont aussi puisé dans leur livret de développement durable (LDD), retirant 780 millions d’euros. Depuis le début de l’année, la collecte sur ce placement adossé à un compte courant reste positive, les ménages ayant déposé au total 870 millions d’euros entre janvier et septembre.

Une bonne partie de l’épargne retirée des livrets A aura été transférée sur les fonds en euro des contrats d’assurance-vie, un peu plus rémunérateurs (2,6% à 2,7% en moyenne cette année avant prélèvements sociaux de 15,5%). Ce placement, délaissé ces dernières années, a en effet retrouvé grâce aux yeux des épargnants, conscients des difficultés de rémunérer son épargne dans le contexte de taux très bas et de marchés actions chaotiques. Au cours des huit premiers mois de l’année, l’assurance-vie a collecté 15,3 milliards d’euros, soit bien plus que sur l’ensemble de l’année 2013.

Quand un agriculteur s’oppose au culte du « progrès » urbaniste …

Près de Lyon, dimanche 19 octobre 2014, avait lieu, sur ses terres, un rassemblement de soutien. Ses terres ? Défigurées, saccagées par le passage et l’action des pelleteuses. Là où jadis la nature triomphait, on ne trouve plus que boue, sillons creusés par les engins de chantier et désolation.

On veut ici faire passer les routes qui mèneront au futur Grand Stade de l’Olympique lyonnais, un projet pharaonique porté par le président de l’OL Jean-Michel Aulas et ses promoteurs qui, pour marquer la démesure de leur ambition, l’ont appelé « OL Land ». Bientôt, le béton aura tout recouvert. Quelques centaines de personnes étaient venues dire leur horreur, leur tristesse et leur colère devant le sort ignoble qu’un projet financier fait subir à cet irréductible contre qui des forces mille fois supérieures s’abattent. Pour le moment, le roseau plie mais ne se rompt pas.

Lorsque l’homme arrive, la petite foule l’ovationne, le regarde avec ce mélange d’admiration et de respect. Il prend la parole, roule cigarette sur cigarette, confie avoir perdu sommeil et appétit. Sa détermination est intacte, il exige la restitution de ses terres et leur remise en état devant une assemblée qui applaudit et fait corps avec le tribun improvisé. Chacu, ici, est concerné comme si son propre jardin était en jeu, signe Continuer la lecture de Quand un agriculteur s’oppose au culte du « progrès » urbaniste …