Tous les articles par Machefer

Pas deux fois Sarkozy !!! (vidéo)

Dette, immigration, discrimination positive, laïcité ouverte, islamisation, métissage, abandon de notre souveraineté, vente de la France aux marchés financiers, au Qatar et à l’Europe de Bruxelles… Sarkozy au pouvoir c’est la gauche qui gagne.

Pour l’élection de ce Week-End, nous connaissons déjà la fin du film : si Sarkozy est au second tour, il perdra devant un autre candidat tout aussi mondialiste et anti-national que lui. La présence de Sarkozy au second tour est donc totalement inutile. Il faut dés le premier tour préparer l’avenir en créant un pôle de rassemblement patriote, souverainiste et républicain. C’est la seule solution pour résister ensemble à l’hégémonie culturelle et politique d’une gauche inquisitrice qui s’apprête à accaparer tous les pouvoirs, de l’Université aux principaux médias, de la plupart des grandes villes, départements et régions françaises jusqu’au Sénat et pour finir la Présidence de la République… au bout de cinq ans, avec les bobo-collabos au pouvoir, la France ne sera plus que l’ombre d’elle même.
Européistes, immigrationnistes, multiculturalistes, différentialistes, cleintélistes, maffieux, ils ne feront que poursuivre le travail de destruction entrepris depuis plus de trente ans, et dont sarkozy fut l’un des artisans. Car les électeurs de gauche qui croient encore à leurs idéaux risquent vite de déchanter. Ils sont l’incarnation bien vivante de la phrase d’Ortéga y Gasset:  » Se dire de droite ou de gauche, c’est souffrir d’hémiplégie Morale ». Dans l’Histoire, la défense des intérêts de la France n’a jamais rien eu de commun avec les ambitions sectaires de gauche ou de droite. Et se dire fier d’appartenir à l’un ou à l’autre des deux camps relève plus de l’endoctrinement et de la fidélité fanatique qu’à de la politique.

C’est pour cela qu’au-dessus des partis mondialistes et anti-France, il est urgent de créer un rassemblement patriotes et républicains constitué d’éléments hétérogènes mais dont l’ objectif commun sera de rétablir la liberté et l’indépendance d’une Nation qui fut toujours souveraine.

Marine Le Pen: Voter Sarkozy c’est un vote inutile, car il a déjà perdu.(vidéo)

MERDRIGNAC, Côtes-d’Armor (Reuters) – Marine Le Pen a fait campagne jusqu’au bout dans la France rurale ou périurbaine, qu’elle voit « transformée en désert » en se rendant vendredi dans une exploitation laitière en Bretagne.(…)

A l’exception de ses meetings, Marine Le Pen a effectué la plupart de ses déplacements dans des campagnes, des ports de pêche ou des petites communes qui constituent selon elle « le coeur de la France qui souffre. »

Priée il y a quelques semaines d’expliquer pourquoi elle ne se rendait pas en banlieue à la différence des autres candidats, elle avait expliqué: « Tout le monde passe sa vie en banlieue et bien moi je ne vais pas en banlieue. Je vais en campagne parce que l’immense majorité de la population vit dans la ruralité ».

Vendredi, elle a donc conclu son « cahier de doléances de la ruralité », ouvert lors du Salon de l’agriculture à Paris, dans une exploitation laitière bio de Merdrignac, dans les Côtes d’Armor.

« LA RÉVOLTE GRONDE »

Dans une grange remplie de bottes de foin, elle a répété devant une centaine de sympathisants et journalistes: « Bruxelles veut en finir avec nos paysans, nos pêcheurs, nos artisans, avec tous ceux qui sont les forces vives de notre pays ».

S’inquiétant de la fermeture d’écoles, de bureaux de postes ou de gendarmeries, elle a mis en garde contre un monde rural « transformé en désert, en dortoir ou en parc de loisir actif durant les vacances ».

« La révolte gronde, l’heure est venue de donner le pouvoir aux honnêtes gens, aux oubliés, aux invisibles et d’écouter leurs doléances », a-t-elle ajouté, estimant que la France « se vide de sa substance, se prive de ses racines, mais aussi de sa sève ».
Continuer la lecture de Marine Le Pen: Voter Sarkozy c’est un vote inutile, car il a déjà perdu.(vidéo)

Pour que rien ne change, votons Mélenchon

À trop vouloir jouer des effets de manche, le candidat du front de Gauche ne dupe plus personne sur sa vraie nature : Faux populaire et candidat du ralliement au système.

S’il devait être comparé à un personnage, le rôle que joue Coluche dans la scène de la manifestation dans « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ » lui irait comme un gant. Porte parole du peuple en colère devant le palais de César, il est tellement peu vindicatif devant les promesses et les forces de sécurité de l’empereur que la foule le lâche. Il ne suffit pas d’aller dans le sens de l’humeur du peuple pour être crédible. Vouloir en être le porte voix ne s’improvise pas.

Les classes populaires, c’est à dire la catégorie des ouvriers et des petits employés, ne sont pas très séduites par les propos et le sérieux de la candidature de Mélenchon. Ce bon élève discret du parti socialiste qui a été favorable au Traité de Maastricht leur donne sûrement l’impression d’être un réservoir de voix pour François Hollande au second tour. L’option à gauche de la gauche était une opportunité à saisir. Avec un parti communiste en chute libre à chaque élection depuis une vingtaine d’années, une extrême-gauche morcelée, l’opportunité de se refaire une virginité était trop tentante pour les caciques du parti. Henri Emmanuelli ou les autres leaders du NPS ont dû y penser un temps, mais Mélenchon a été le plus rapide.

Le parti socialiste s’est accommodé avec le mondialisme et l’économie libérale, c’est le triste constat des deux mandats de Mitterrand. Notre candidat porte malgré lui l’abandon des classes populaires par la gauche. S’il arrive à séduire un électorat, c’est celui des étudiants et de la gauche bobo travaillant dans le tertiaire qui se cherche un supplément d’âme. La vraie ligne de fracture politique aujourd’hui est celle qui sépare les défenseurs de la souveraineté des nations et les partisans du mondialisme libéral. Le courage politique se mesure à la capacité d’un candidat à résister aux puissances de l’argent et aux réseaux mondialistes dans l’intérêt de sa nation. Malheureusement pour le petit peuple, le terme nation fait peur à la gauche, il sonne comme une insulte à l’oreille de notre député européen.

Ainsi, la candidature du front de Gauche est celle qui porte la plus grosse contradiction politique et économique. Nul besoin d’avoir fait Saint-Cyr pour s’en rendre compte. Comment vouloir un Etat fort, interventionniste et partageur d’un côté et s’accommoder des règles de l’Europe de Maastricht et son Continuer la lecture de Pour que rien ne change, votons Mélenchon

Juif, admirateur de Marc Bloch, je voterai Marine pour défendre la France que j’aime

Tribune de Michel CIARDI

Président de l’Union des Français juifs

Enfant, je passais mon temps aux puces de Bicêtre où, avec mes vieux Lewis à 300 F j’achetai des brassées de « miroir de la guerre » revue qui me fascinait, car, je ne sais pour quelles raisons ces soldats français m’apparaissaient comme proches et lointains.Petit garçon juif, je cherchais dans les photos des soldats français une ressemblance avec les visages d’autour de moi et je souffrais de voir les photos des tranchées, ensuite j’aimais les numéros où l’on voyait après 1917, l’armée russe puis l’armée rouge ou je cherchais ou plutôt essayais de deviner la photo de mon grand-père, mort dans l’épidémie de typhus qui décima l’armée russe puis l’armée rouge.

Je pense à cela aujourd’hui ou pour la première fois de mon existence j’ai le sentiment que mon choix politique de dimanche n’est pas un choix de tel ou tel, mais un choix pour la France qui me renvoie aux photos de « miroir de la guerre » et de « l’illustration ».

Aujourd’hui je sens que comme en 1914 la Patrie est en danger, non point un danger immédiat, repérable avec un visage, non un danger plus vicié, plus sournois et donc plus dangereux.

Je voudrais savoir écrire aussi bien que Marc Bloch et exprimer pourquoi, devant ce danger que je ressentais, j’ai pris sur moi de créer avec un camarade, Stéphane, puis plusieurs autres, David, Francis, Isaac, Clara, Nancy, etc.. qui se sont amalgamés à nous, l’Union des Français juifs pour appeler les Français juifs, et même les juifs de France à voter pour Marine Le Pen.

Au-delà du programme qui me convient, j’ai adhéré à son désir politique, désir fondé sur son amour de tous, si j’étais politiquement correct je dirais son amour du peuple, si l’on entend par peuple des banquiers aux industriels en passant par les terrassiers, les boulangères, les agriculteurs, enfin toute la panoplie des métiers à laquelle aujourd’hui il faut ajouter chômeurs… alors oui c’est l’amour de ce peuple qui l’anime et m’a fait la rejoindre sans aucune réticence.

Beaucoup m’ont parlé de son père. Depuis quand des juifs excipent du père pour reprocher aux enfants une supposée hérédité. Ou alors les eugénistes avaient raison, ce serait génétiquement transmissible, et au fait qu’est-ce qui serait transmissible, ce qu’ils sous-entendent encore et toujours, c’est l’antisémitisme et le supposé antisémitisme du père aurait déteint sur la fille.

Lorsque je pense à mes amis qui désormais me regardent avec ce regard inquiet que l’on a en présence des grands malades, pour surveiller les progrès de la maladie, j’ai plus envie de rire que de me sentir exclu d’un monde où finalement je me demande aujourd’hui ce que j’y faisais.

Aujourd’hui, comme hier et avant-hier, Jean-Marie Le Pen ne fut et n’est antisémite, Continuer la lecture de Juif, admirateur de Marc Bloch, je voterai Marine pour défendre la France que j’aime

Histoire: Les socialistes marseillais censurent Jean-Marie Le Pen qui ne fait que leur rappeler des faits historiques (vidéo)

« 1962-2012 : Non aux subventions à la FNACA !
Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 devait permettre la fin des violences dans les départements français d’Algérie. Cette date marqua en fait la multiplication des massacres : entre le 19 mars et l’été 62, plus de civils furent assassinés que durant les 8 ans de guerre ! Des milliers d’Européens et des dizaines de milliers d’Harkis périrent torturés, mutilés, égorgés pour avoir choisi la France et non le terrorisme. Malgré cela, l’exécutif régional subventionne régulièrement des associations telle que la FNACA qui cautionnent de fait ces crimes en célébrant le 19 mars 1962. […]
Aujourd’hui, les représentants de l’UMPS favorisent l’implantation en PACA d’individus dont, trop souvent, la haine de la France éclate au grand jour, brûlant le drapeau tricolore, sifflant la Marseillaise, insultant, agressant ceux qui ont à leurs yeux le seul tort d’être français.
Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. Un demi-siècle après ces évènements, nous sommes les seuls à ne pas oublier… »

Le président du Conseil régional, Michel Vauzelle, a fait signifier à plusieurs reprises par son directeur de cabinet qu’il refusait de publier l’article du groupe Front National dénonçant les subventions aux associations telles que la FNACA qui militent pour commémorer le funeste 19 mars 1962. Faisant fi de la liberté d’expression, il ose exiger que soient supprimés dans l’article les termes « torturés, mutilés, égorgés » concernant les harkis massacrés après le 19 mars 1962, « CGT » à propos de certains dockers passant par-dessus bords les biens des Pieds-noirs rapatriés en Métropole, et « socialiste » à propos du maire de Marseille Gaston Deferre. […]

lire le texte entier

Les héritiers du socialisme, du communisme comme du gaullisme ont-ils honte de leur passé ? […] Jean-Marie Le Pen engage dès à présent un recours devant le tribunal administratif pour que les 23% d’électeurs de la Région PACA qui lui ont fait confiance puissent disposer de représentants libres de leur expression. […]

La leçon d’histoire de Le Pen au conseil régional PACA

Les socialistes et la gauche BOBO-Collabo disent défendre la liberté d’expression sauf quand il s’agit d’appliquer ce principe à leurs adversaires politiques. La gauche est par nature sectaire, elle est toujours prête à censurer et insulter celui ou celle qui émettrait une vérité contraire aux petites fables qu’elle a mis tant d’années à inventer.

« Je voulais dire un témoignage que je ne pensais jamais faire un jour » (Vidéo-RMC)

Un auditeur raconte pour qui il va voter.

« J’ai été élevé par un père relativement étroit d’esprit et xénophobe. Ce qui a fait de moi dans les années 80 quelqu’un de très sensible aux thèses socialistes. […] Depuis mon service militaire dans les années 90, j’ai vu l’arrière de la scène. Je suis passé d’une sensibilité de gauche très forte à une sensibilité chiraquienne, qui est en fait la même chose. […] Mais dimanche, je sais que je vais voter Marine Le Pen. » – Fabrice

Source

Zone euro : la fin des illusions

par Jacques Sapir

Où l’on apprend que la crise de la dette rebondit avec les tensions sur les taux d’emprunt de l’Italie et de l’Espagne. Jacques Sapir nous explique pourquoi cela ne fait que commencer et comment il faudrait en sortir.

Au début de cette année, nous nagions dans l’optimisme et – s’il faut en croire notre Président – la crise était « derrière nous ». Les crédits à trois ans de la Banque centrale européenne (LTRO ou Longer Term Refinancing Operations) semblaient avoir calmé la vague de spéculation qui avait failli emporter l’euro au mois de novembre dernier. La BCE avait injecté 489 milliards d’euros en décembre et 530 à la fin du mois de février. Le Mécanisme européen de stabilité (MES), adossé à des plans de rigueur généralisés officialisés dans le Pacte budgétaire européen, était censé nous garantir contre un retour de la crise. Enfin, la question de la Grèce était apparemment réglée par la restructuration de la partie de sa dette détenue par des investisseurs privés.

Toutes ces illusions ont éclaté cette semaine. Les taux espagnols et italiens se sont à nouveau brutalement tendus à la suite de l’échec d’une vente de bons du trésor espagnols. Mercredi matin, les taux à dix ans sur la dette espagnole dépassaient 6%. Des rumeurs, entretenues par des membres de la BCE, les faisaient redescendre mercredi et jeudi à 5,8%. Mais, ce vendredi, ils étaient à nouveau à 5,99%. Les taux italiens à dix ans sont quant à eux à 5,50%, tandis que les taux à trois ans sont montés de plus de 1% cette semaine. Plus inquiétant encore : les primes des CDS, ces « assurances de crédits », montrent une ascension constante depuis deux semaines. L’Espagne a ainsi dépassé son précédent maximum, qui datait de décembre dernier.

 

Lire l’intégralité de l’article sur Marianne2

Pourquoi je ne voterai pas SARKOZY – par Frédéric PICHON, avocat à la Cour. (vidéo)

« Cocu, battu mais content »… La sagesse populaire contient des réalités éternelles que les électeurs de l’UMP seraient bien inspirés de méditer.

Après avoir réalisé un hold-up électoral en 2007, au détriment de Jean-Marie Le Pen, à l’issue d’une campagne aux accents johanniques et péguiens, le Président Sarkozy, une fois fêtée sa victoire au Fouquet’s puis sur le yacht du millionnaire Bolloré, s’empressa de mettre en place sa politique dite d’ouverture à gauche, politique programmée de longue date.
Kouchner aux Affaires étrangères, Fadela Amara aux banlieues dont les bureaux jouxtaient ceux de Christine Boutin, Rama Yade pour la diversité, certains électeurs cocus de l’UMP juraient qu’on ne les y reprendrait plus.
En fait de rupture avec mai 68, on eut droit au contraire à une politique d’inspiration libérale-libertaire. L’état de grâce dura quelques mois, le temps du retour cruel à la réalité.
L’imposture « sarkoziste »
L’imposture commença avec un acte dont le caractère anti-démocratique disqualifiera par la suite toutes les leçons de morale aux présidents-dictateurs déchus de Libye, de Tunisie ou d’Égypte : après avoir assuré, lors du débat l’opposant à Ségolène Royal à quelques jours du second tour de 2007, qu’il ne reviendrait pas sur le « non » des électeurs français au traité de l’union européenne, le Président fit ratifier par voie parlementaire l’adhésion de la France au dit traité.


Avant/après: Sarkozy et le traité de lisbonne par europeenne2009

Or, le voilà de nouveau à la charge, dans ses récents discours électoraux, contre les technocrates de Bruxelles et les accords de Schengen, ceux-là même à qui il a donné les mains libres en contournant la souveraineté populaire ! On ne saurait être plus incohérent.
Quant aux finances, après avoir stigmatisé pendant longtemps la calamiteuse gestion de la gauche, un simple rappel de ses discours passés, sera encore plus pédagogique que de longs discours : en 2004, alors qu’il était ministre de l’Économie et des Finances, Nicolas Sarkozy déclarait : « Il n’y a pas de fatalité à la dette publique (…) Elle atteint aujourd’hui mille milliards d’euros (…) Il faut d’abord la stabiliser (…) C’est mon objectif pour 2006 (…) je prouverai dans les mois qui viennent que ce discours n’a rien d’utopique » ( discours de Bercy du 4 mai 2004).
Lucide sur le double langage de son ministre des Finances, Jean Arthuis (sénateur UDF) et président de la Commission des finances du Sénat, tirait, déjà, la sonnette d’alarme : « Il y a comme une schizophrénie entre le discours du Ministre des Finances sur la dette et la gestion des finances publiques au quotidien » (Les Échos du 18 avril 2006).
Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la dette publique a augmenté de plus de 600 milliards d’euros et représentait 87% du PIB en 2011.

Rentrer au pays pour Najat Vallaud-Belkacem : « On ne sait jamais »

Pour la franco-marocaine Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande, rentrer un jour « au pays » n’est pas exclu.

Entretien daté de mai 2010 accordé au site féministe La Marocaine et repris par le site du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, créé en 2007 par le Roi du Maroc et dont Najat Vallaud-Belkacem est membre.

– Bonjour, avant tout, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis née au Maroc dans un milieu rural et j’ai grandi dans la banlieue d’Amiens, j’ai ensuite fait des études de droit, de avant de rejoindre Paris pour travailler et achever mes études à l’Institut d’études politiques.

Mon engagement politique n’a pas été une évidence même si je me suis toujours reconnue dans les valeurs de gauche (…) C’est plus tard que j’ai rencontré Gérard Collomb, le maire de Lyon, qui m’a proposé de le rejoindre pour travailler à ses côtés. J’ai commencé à militer au Parti Socialiste, puis les choses se sont enchaînées : j’ai été élu un peu par surprise en 2004 aux côtés de Jean-Jack Queyranne au Conseil Régional Rhône-Alpes, je me suis ensuite présentée à la Députation, puis j’ai soutenu et accompagné Ségolène Royal pendant la campagne Présidentielle avant d’être élue à la Ville et au Département.

– Comment ca se passe votre journée de travail en tant que conseillère municipale ?

(…) Je m’occupe notamment des 12 MJC et 16 Centres Sociaux de Lyon, des Maisons de Quartier, mais aussi de tous les événements festifs, culturels, sportifs ou citoyens qui se tiennent sur l’espace public pour créer des moments de rencontre, de partage et de « vivre ensemble ». (…)

– Rentrer définitivement au pays est-il envisageable un jour ?

On ne sait jamais ce que nous prépare la vie ! Mais pour l’instant, c’est vrai, ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour. Cela dit j’y retourne toujours avec énormément de plaisir et d’émotion… et, plus sérieusement, j’essaie de m’investir au sein de la communauté des Marocains de l’étranger pour contribuer, à ma mesure, à son développement. (…)

– Que pensez-vous de la situation de la femme au Maroc ?

La situation semble progresser et c’est bon signe, notamment avec le nouveau code de la famille, mais il reste tant à faire ! Ségolène Royal était invitée au Maroc pour parler du rapport des femmes au pouvoir (surtout politique) : je vous invite à lire son intervention (comme souvent presque invisible dans les médias français), elle est très intéressante. Beaucoup de travail reste encore à accomplir comme dans beaucoup d’autres parties du monde, y compris la France qui est loin d’être exemplaire !

Source : CCME.org.ma

Le portrait de Najat Vallaud-Belkacem ayant mystérieusement disparu du site du CCME, une capture d’écran de cet entretien est disponible.

Les « affaires » qui devraient nous interdire de voter pour le PS (vidéo)

  1. Les frères Guérini
  2. Les pizzas de Robert Navarro
  3. Les scandales DSK
  4. La « mafia » du Pas-de-Calais
  5. Le gênant Patrick Sève
  6. Les boulets SOS-Racisme / FIDL
  7. Les vidéos de Clamart
  8. Rhône : un élu de gauche condamné pour agression sexuelle sur mineur
  9. PS : Le socialiste André Vallini, accusé de harcèlement moral, conclut une conciliation
  10. Cenon : Une ex-conseillère municipale socialiste condamnée à de la prison ferme !
  11. Parti Socialiste : un palais à 20 millions pour les amis d’Huchon
  12. Khadija Aram, élue PS et mère de l’humoriste de France Inter Sophia Aram condamnée pour escroquerie auprès d’immigrés clandestins.


La lutte contre la corruption selon François… par lessuper0s

Voir nos articles sur la corruption de l’UMPS

Marine Le Pen face au fascisme des journalistes de France Inter.(vidéo)

Si vous ne savez pas à quoi ressemble un pays stalinien. Si vous ignorez ce que peut-être un rebelle de confort. Si la malhonnêteté intellectuelle, le mépris et la haine sont des sentiments qui vous sont étrangers. Si vous pensez que nous vivons dans une démocratie. Alors je vous invite à écouter France Inter, France Culture et Le Mouv’ (radio d’endoctrinement pour lecteurs de Télérama en retard de puberté), des radios où s’expriment une bourgeoisie de gauche pédante et inculte, et qui vous donnerons le gout cool et branché de la dictature.

Il ne fait aucun doute que si les lois le permettaient, ces petits juges de la bienpensance n’hésiteraient pas à envoyer leurs opposants mourir dans des mines de sel.

OUI, mettre la démocratie en danger, c’est voter à gauche et s’extasier devant le conformisme d’une anticonformiste bobo comme Pascal Clarck.


Matinale spéciale : Marine Le Pen dans 5 minutes… par franceinter


Matinale spéciale : Marine Le Pen invitée du 7/9 par franceinter

Florian Philippot: Marine Le Pen, la seule candidate d’avenir.(vidéo)

Sur Itélé, Florian Philippot démontre que Sarkozy restera le président qui aura le plus trahi son camp. Mis à part les résultats catastrophiques de sa politique, il a toujours appelé à voter à gauche pour contrer le FN, a gouverné avec des ministres socialistes, aura subventionné l’ensemble des associations inquisitrices de gauche, et placé des journalistes de gauche à la tête des média du service public. Sarkozy, c’est la gauche qui gagne.

Face à François Hollande, Nicolas sarkozy n’a objectivement aucune chance de gagner. Il n’a pas de réserve de voix suffisante. C’est donc un vote inutile car l’UMP sortira très affaibli de cette élection pour aller aux législatives. Seule Marine Le Pen, portée par une dynamique électorale, peut créer un grand rassemblement et former une opposition radicale à la gauche maffieuse, communautariste, clientéliste qui aura les coudés franches, au Sénat, au parlement, au gouvernement, dans les régions, et les départements, pour mettre à sac ce qui reste de la France.

Alors pour faire obstacle au totalitarisme rouge et rose…. le vrai geste de résistance c’est voter Marine Le Pen.

Sarkozy dans le texte: à lire avant de voter (vidéo)

Voici un florilège de déclarations de Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, donc de l’immigration, de 2002 à 2007 (à quelques mois près), président de la république depuis 2007, qu’il est bon de connaître avant de voter.
IL N’AIME PAS LA FRANCE
A Philippe de Villiers (cité par Eric Branca et Arnaud Folch dans Le Mystère Villiers, éd. du Rocher) :
« Toi, tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. »

IL PROGRAMME LA DISPARITION DES FRANÇAIS DE SOUCHE ET SE DÉFINIT COMME UN MÉTÈQUE
Témoignage (XO éditions, juillet 2006, p. 280) :
« La France d’après (…), c’est une France où l’expression “Français de souche” a disparu. »

Le 9 décembre 2002, dans l’émission « Cent minutes pour convaincre », sur France 2 : « Je n’aime pas l’idée du droit du sang. Vous savez bien ce qu’un certain nombre en ont fait : c’est la pureté. Qu’est-ce que ça veut dire, la pureté du sang ? » [Manque de chance pour M. Sarkozy, le « droit du sang » (traduction du latin jus sanguinis), autrement dit le principe de filiation, n’a pas à être institué… puisqu’il est la base du droit de la nationalité dans notre pays depuis 1803. Il figure aujourd’hui à l’article 18 du code civil : « Est français l’enfant, légitime ou naturel, dont l’un des parents au moins est français. »]

A Dominique Strauss-Kahn (cité par Le Monde, 10 décembre 2011) :
« Dominique, toi et moi, on ne nous aime pas, on est pareils, on est des métèques, on aime le fric et les femmes. »

IL PLAIDE POUR LE MÉTISSAGE

Discours prononcé le 17 décembre 2008 à l’Ecole polytechnique :
« Quel est l’objectif ? Ça va faire parler, mais l’objectif, c’est relever le défi du métissage. Continuer la lecture de Sarkozy dans le texte: à lire avant de voter (vidéo)

Sarkozy et François Hollande ont eu recours aux mêmes éléments de langage (vidéo)

À l’occasion de cette campagne de l’ère post-démocratique, la communication et le marketing se seront totalement substitués à l’honneur et au courage politique.
Hollande et Sarkozy sont les candidats d’Euro RSCG et de Publicis mais certainement pas de la république française.
Ou comme le disait feu Philippe Seguin: « L’UMP et le PS sont deux détaillants qui se fournissent chez le même grossiste. »


Hollande-Sarkozy : on refait le match… par LeNouvelObservateur