Baby Loup veut quitter Chanteloup-les-Vignes

Dans l’affaire Baby Loup les islamistes n’ont pas seulement remporté une victoire juridique… mais aussi politique et morale. Voilà l’exemple de ce qui attend la France si l’état continue à créer des enclaves musulmanes dans le pays.

merci à Chariaphobe pour sa vigilance.

– – – – – – – – –

Les salariés de Baby Loup, victimes de pressions après l’affaire de la nounou voilée, veulent partir. La crèche pourrait déménager à Conflans.

«C’est un déchirement, il y a même eu des larmes au moment du vote », raconte un membre du conseil d’administration de la crèche associative Baby Loup de Chanteloup-les-Vignes. Implanté au cœur de la cité sensible de la Noé, ce service unique en France, qui accueille les enfants de mères seules, travaillant souvent en horaires décalés et occupant des emplois précaires, pourrait déménager à Conflans-Sainte-Honorine.

Cette hypothèse a été étudiée vendredi dernier afin de répondre au souhait des salariés de la crèche qui évoquent des pressions de la part d’habitants.

Certains employés pensent que leur vie est menacée

La situation est en effet tendue après la récente annulation par la Cour de cassation du licenciement d’une salariée de l’établissement qui refusait d’ôter son voile sur son lieu de travail. « Les 23 employés n’en peuvent plus et certains estiment que leur vie est menacée, explique l’un des dirigeants de Baby Loup. Nous nous sommes rangés derrière leur volonté. Il a même été envisagé de saborder la crèche. Un déménagement peut permettre de repartir sur de nouvelles bases. » Les 120 familles qui utilisent le service ont été informées de cette possibilité.

La majorité municipale, mise devant le fait accompli, se dit surprise. « Je peux percevoir le sentiment d’insécurité des employés mais je ne comprends pas, j’y vois un coup politique, estime Catherine Arenou, la maire (UMP). Nous avons toujours été derrière Baby Loup dans les coups durs mais aussi pour la soutenir financièrement et la défendre auprès du département et de l’Etat. »

Certes, mais les salariés constatent une détérioration du climat depuis l’arrêt de la Cour de cassation il y a un mois. « C’est un engrenage infernal, poursuit le porte-parole. L’affaire se transforme en débat national sur la laïcité. » Un habitant, qui soutient la crèche, souligne même que « la décision de justice embarrasse aussi les pratiquants de la mosquée. »

Peu après l’arrêt de la Cour de cassation, Philippe Esnol, le sénateur-maire (PS) de Conflans, s’est proposé d’accueillir la crèche. « Ce n’est pas de la récupération politique, dit-il. Le but est de sauver et d’assurer la pérennité de Baby Loup. » Jeudi prochain, il fera le point avec les responsables de la crèche, qui pourrait s’installer à Conflans à l’horizon 2014.

 

Le Parisien