Bintu a quitté la Côte d’Ivoire en mars pour fuir un mari violent

La côte d’ivoire n’est pas en guerre. Mais Bintu est une femme battue, et à ce titre elle va pouvoir bénéficier du droit d’asile. Va-t-on devoir recevoir toutes les femmes battues du monde?

(…)
Bintu a quitté la Côte d’Ivoire en mars pour fuir un mari violent – elle montre des marques de coups de ceinture sur ses bras –, épousé de force quand elle n’avait que 16 ans, et pour aller travailler en Libye.

Elle a laissé ses quatre aînés au pays et pris la route avec Usman, «Usu», un an, et son frère Mohamed, trois ans.

Un calvaire d’un mois et demi à travers le Mali, le Niger, puis l’Algérie, à pied, en bus, puis

un dernier tronçon vers Tripoli, cachée dans un camion. «On a passé la frontière à quatre pattes, parfois même en rampant au sol», mime-t-elle.

Mais le pire n’a pas été la longue marche dans le désert nigérien où, bébé sur le dos, elle s’est entaillée la jambe en tombant sur des pierres sèches. Ni la traversée de trois jours, entassés à 85 hommes, femmes et enfants ouest-africains dans une minuscule embarcation instable. L’enfer, ça a été le séjour libyen.

(…)
Lire la propagande La Voix du Nord