« Cabinet noir » : Hortefeux rappelle que Fillon souhaitait s’en servir contre Sarkozy

(…) À la suite de la déclaration de François Fillon, Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarkozy, aurait lancé ironiquement : « Fillon est certainement sincère. Il croit tellement à ce cabinet noir qu‘il est allé voir Jouyet pour lui demander d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy », aurait-il ainsi lancé ironiquement comme rapporte le Canard Enchaîné dans son édition de mercredi 29 mars. Un « souvenir » qui met encore un peu plus à mal la stratégie du candidat, acculé par sa mise en examen et les défections de son camp.

(…) Trois ans plus tôt, François Fillon aurait donc tenté de se servir de ce système d’écoutes qu’il dénonce aujourd’hui dans une tentative de déstabilisation contre Nicolas Sarkozy, alors lui aussi cerné par les procédures judiciaires. L’information avait été relevée à l’époque par le journal Le Monde. Le 24 juin 2014, François Fillon avait déjeuné avec le secrétaire général de l’Élysée, Jean-Pierre Jouyet. 

Lors du repas, le premier avait demandé au second de « taper vite »en accélérant les enquêtes en cours sur Nicolas Sarkozy afin de « ne pas le laisser revenir ». Une information confirmée quelque temps plus tard parFrançois Hollande. Le président avait alors précisé que si la demande avait bel et bien existé, il ne serait jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire, contrairement à « (ses) prédécesseurs ».

La manœuvre avait d’ailleurs été évoquée par Didier Hassoux, co-auteur de Bienvenue place Beauvau. Interrogé sur France Inter à propos de l’existence d’un « cabinet noir », le journaliste avait aussitôt démenti, dénonçant une instrumentalisation de son livre : « François Fillon y croit tellement que le 24 juin 2014 (…), il est allé voir Jean-Pierre Jouyet, qui est le numéro 2 de l’Élysée, pour lui demander d’activer ce cabinet noir. Ce cabinet noir n’existe pas », a-t-il insisté.

Source