Caroline Galactéros sur les frappes en Syrie : Je doute de leurs efficacité. On essaie de reprendre place dans un jeux où on a eu des positions hasardeuses.

Ces frappes ne sont pas dommageables pour le régime syrien. Ce qui doit nous interroger c’est qu’elles interviennent juste avant que les enquêteurs de l’ONU débarquent en Syrie pour mener leur enquête. Si on avait voulu cacher quelque chose on ne s’y serait pas pris autrement.
Ne soyons pas dupe. Ce qui se joue aujourd’hui en Syrie c’est la guerre qui pourrait opposer Israel à l’Iran dans les mois qui viennent. Et ces frappes affaiblissent très opportunément l’arsenal de la Syrie qui, en cas de conflit, serait un soutien de premier plans aux iraniens.
En ce qui concerne le France elle ne doit pas aller plus loin dans ses attaques. Si elle persiste a apparaitre comme le caniche servile des américains alors elle perdra toute crédibilité dans le monde arabe et aura à gérer sur son sol et partout où elle présente au moyen orient le terrorisme de Hezbollah et des iraniens.
Contrairement aux américains nous n’avons rien à y gagner. Cette position ne fait pas de nous des alliés de Bachar, de Poutine, des ayatollahs ou du Hezbollah comme tente de le faire croire le criminel de guerre BHL. Au contraire elle offre à la France la possibilité d’occuper le rôle d' »arbitre » objectif qu’elle a toujours eu.