Politique

Ce que l’immigration nous coûte (rediff.)

5 milliards d’euros pour le chômage, 2,6 milliards d’aides au logement, 316 millions pour les demandeurs d’asile…

Moins qualifiés, plus souvent au chômage et ayant plus d’enfants en moyenne, les immigrés touchent d’avantage d’aides (chômage, allocations familiales…) que le reste de la population. C’est ce que montrent les chiffres que nous publions ci-après. Mais ils participent aussi au financement de la protection sociale et, au final, contribuent plus qu’ils ne reçoivent.

Allocations

Elles profitent à 40% des familles africaines

Les familles immigrées touchent plus souvent les «allocs» que les autres, à cause des fratries nombreuses : on y trouve trois fois plus de familles de quatre enfants que dans la population générale. Résultat ?

Ces prestations profitent à 30% des personnes originaires du Maghreb et à 40% de celles issues du reste de l’Afrique, contre un quart des familles «autochtones».

Mais, selon les démographes, dès la deuxième génération, la fécondité des femmes s’aligne sur celle du pays d’accueil. […]

Délinquance
Dans les quartiers, plus de crimes et moins de policiers qu’ailleurs

Dans ce foyer du nord de Paris, les 70 à 80 jeunes accueillis chaque année sont presque tous français. Mais «à plus de 90% nés dans une famille comptant un parent étranger», explique, sans tabou, le directeur de la structure. Educateurs et juges pour enfants le savent bien, les enfants d’origine étrangère sont surreprésentés parmi les jeunes délinquants – même si aucune statistique ne vient confirmer cette impression. […]

A Grenoble, en 2002, Sebastian Roché a ainsi découvert que 66% des mineurs jugés avaient un père né à l’étranger. Plus récemment, Hugues Lagrange a étudié des cohortes d’ados de Mantes, Nantes et Paris, pour mettre au jour le poids de l’origine sur la délinquance.

Dans son échantillon, 4,7% des ados issus de familles françaises depuis plusieurs générations ont été verbalisés, contre 11,2% des ados de familles maghrébines et 16,5% des ados de familles originaires du Sahel. Ces travaux montrent une surdélinquance en fonction des origines, même quand les scientifiques comparent à niveau social égal. Elle devient spectaculaire dans les «quartiers», où se cumulent échec scolaire, chômage et pauvreté. […]

Capital