Charlotte d’Onellas : Aujourd’hui vous avez des Français qui se sentent étrangers chez eux. Cela ne s’appelle pas de la xénophobie, cela s’appelle la volonté de rester soi-même