Christchurch (Nouvelle-Zélande) : Tuerie dans deux mosquées diffusée en direct sur internet, au moins 40 morts

Certains pays ne vont pas se laisser islamiser avec l’apathie dont nous avons fait preuve. L’immigration et l’islamisation, idéologiquement voulues par la gauche et organisées par les mondialistes, vont nous pousser à la guerre civile.
Il est donc souhaitable de ne pas céder aux envie de meurtres que la situation de crise identitaires fait naître. Cela ne sert que nos adversaires politique et victimisent les musulmans. Nous devons adopter des méthodes qui soient à la hauteur des exigences de notre civilisation. Et comme le dit Renaud Camus : Les colonisés n’ont pas à imiter les méthodes du colonisateur. C’est déjà devenir comme lui et céder à la colonisation.


Nouvelle-Zélande : des attaques contre deux mosquées à Christchurch font plusieurs morts

La police a annoncé l’arrestation de quatre personnes. Elle dit aussi avoir neutralisé des engins explosifs artisanaux.

[…]

De « nombreuses » personnes ont été tuées dans des fusillades contre deux mosquées du centre-ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Les coups de feu ont été tirées durant la prière, vendredi 15 mars. Quatre personnes ont été arrêtées, selon la police qui dit aussi avoir désamrocé des engins explosifs artisanaux. Aucune information officielle sur le nombre exact de victimes n’est disponible en fin d’après-midi. Suivez la situation sur franceinfo.fr

Quatre arrestations. Il s’agit de « trois hommes et une femme », explique la police qui n’ets pas certaine du nombre précis de tireurs. Elle précise que l’armée a désamorcé des engins explosifs retrouvés sur les véhicules des suspects avaient été sécurisés.

Une ville en état de siège. En ce jour de prière, la police demande aux fidèles d’éviter les mosquées partout en Nouvelle-Zélande. La municipalité a ouvert une ligne de téléphone d’urgence pour les parents inquiets du sort de leurs enfants, qui participaient à une marche contre le changement climatique non loin de là. Des bâtiments publics comme la bibliothèque centrale étaient aussi fermés.