Cimetière de Castres: le déséquilibré en djellabah hospitalisé

Et encore un déséquilibré…ah,ah,  C’est dingue le nombre de déséquilibré chez les musulmans…

(Avec AFP) – Un suspect, placé en garde à vue jeudi à la mi-journée à Castres (Tarn) dans l’enquête sur la profanation de plus de 200 tombes du cimetière Saint-Roch de la ville, a été hospitalisé d’office dans l’après-midi, a-t-on appris de source judiciaire.

« La garde à vue a été levée, le suspect, âgé de 21 ans, étant dans un état délirant inaccessible à la communication, et il a été hospitalisé d’office », a indiqué le vice-procureur Charlotte Beluet à l’AFP. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait indiqué en début d’après-midi qu’une garde à vue était en cours à Castres.

« Le suspect, interpellé à 12h45 jeudi, correspond au signalement donné par un témoin, un employé du cimetière, qui avait repéré un homme vêtu de blanc de type djellaba, et l’avait suivi », a expliqué la magistrate.

« On a retrouvé des vêtements correspondants à la description à son domicile », dans le même quartier que le cimetière et que la salle de prière musulmane attenante, a ajouté Mme Beluet.

La magistrate souligne que rien n’a pu venir éclairer les actes dont l’homme est suspecté, et notamment pas une revendication religieuse.

« L’homme répète en boucle des prières musulmanes, il bave et est inaccessible à la communication : son état a été déclaré incompatible avec une garde à vue » en raison de ses troubles psychiatriques, a-t-elle cependant précisé.

« On poursuivra des investigations pour mesurer son degré de responsabilité et savoir

si à un moment il est audible ou non », a déclaré le vice-procureur de Castres.

Ce jeune homme habitait à Castres chez des membres de sa famille, mais, selon une source judiciaire, il résiderait habituellement à Graulhet (Tarn).

Selon la magistrate, cet homme « était seul » lors des faits. La nature des dégradations est compatible avec l’action d’un seul homme, a-t-elle estimé, en précisant : « On n’est pas sur des tombeaux ouverts, ce sont des croix décrochées, jetées par terre. » Rien de grave, en somme...