Colonisation : élu président, Hamon pourrait présenter des «excuses»

Ça fait 60 ans que nous regardons notre histoire en face comme ils disent. Ça fait 60 ans que l’Algérie nie ses propres crimes. Et ça fait 30 ans que nous sommes colonisés par nos anciennes colonies.


«Je ne suis pas pour caractériser cela comme (tel). Pourquoi? Parce que président de la République, demain, cela veut donc dire que l’on envisage qu’une Cour pénale internationale puisse juger des Français pour crimes contre l’humanité, d’une part. Et d’autre part que nous hissons cette blessure-là au niveau de la Shoah, du génocide rwandais, du génocide arménien… Et je ne veux pas, moi, rentrer dans une forme de concurrence mémorielle», a-t-il avancé.

Toutefois, le député des Yvelines a ajouté qu’il considérait «que la blessure (et) le fardeau qui est celui de la France à l’égard des peuples qu’elle a colonisés et opprimés, est un fardeau qui suppose que l’on exprime publiquement les regrets qui sont ceux de la République à l’égard de (ces) peuples». «Ça peut aller jusqu’à des excuses», a-t-il même dit. Avant de temporiser: «Il faudra exprimer des regrets. Vous parlez d »excuses’, je verrai si c’est sous cette forme-là que nous devrons adresser nos regrets aux peuples qui sont ceux d’Algérie, de Tunisie, du Maroc et tous les pays qui ont subi la colonisation, mais il me semble que nous devons regarder notre histoire en face.» […]

Le Figaro