« Complot fasciste » et « médias » : les motivations de Dekhar ? (France Info)

France Info

Le procureur de la République de Paris a dévoilé jeudi ce qui pourraient être les motivations d’Abdelhakim Dekhar, au lendemain de son arrestation pour les tirs au journal Libération et à La Défense. Dans une lettre non datée, il évoque un « complot fasciste », les médias « qui participent à la manipulation des masses », le « capitalisme » et la « gestion des banlieues ». Le tireur est dorénavant audible selon les médecins, il va donc être entendu par les enquêteurs.

« Complot fasciste » et « médias » : les motivations de Dekhar ?

Le procureur de la République de Paris a dévoilé jeudi ce qui pourraient être les motivations d’Abdelhakim Dekhar, au lendemain de son arrestation pour les tirs au journal Libération et à La Défense. Dans une lettre non datée, il évoque un « complot fasciste », les médias « qui participent à la manipulation des masses », le « capitalisme » et la « gestion des banlieues ». Le tireur est dorénavant audible selon les médecins, il va donc être entendu par les enquêteurs.

Pourquoi ? C’est la grande interrogation qui demeure après l’arrestation mercredi soir d’Abdelhakim Dekhar, 48 ans, tireur présumé qui a semé la panique à Paris ces six derniers jours. Il est notamment soupçonné d’avoir tiré sur un photographe devant le quotidien Libération lundi, puis d’avoir ouvert le feu à La Défense. Il s’avère qu’il était connu des services de police, condamné à quatre ans de prison en 1998 pour sa participation dans la retentissante « affaire Rey-Maupin ».

Les médias « participent à la manipulation des masses » selon Dekhar

Pourquoi a-t-il tiré sur un photographe de Libération ? Pourquoi voulait-il s’en prendre à la Société générale ou à BFMTV ? Lors d’une conférence de presse jeudi matin, le procureur de la République de Paris, François Molins, a dévoilé certains propos du tireur présumé, découverts dans une lettre. Il y accuse notamment les médias de « participer à la manipulation des masses« , les journalistes d’être « payés pour faire avaler aux citoyens le mensonge à la petite cuillère« .

Un complot « qui viserait à faire revenir le fascisme à travers les médias, les banques, l’action dans les banlieues » selon Dekhar

D’après le procureur, ces écrits dévoilent un « raisonnement confus, qui tourne autour d’un complot, qui viserait à faire revenir le fascisme à travers les médias, les banques, l’action dans les banlieues« . Le tout dans un contexte de « guerre« , le supect évoquant apparemment dans sa lettre le Chant des partisans avec le passage sur les « corbeaux noirs dans nos plaines« .