Archives par mot-clé : Affaire Méric

Affaire Méric, Manif pour tous, émeutes au Trocadéro… etc le pouvoir socialiste a menti

Après l’affaire Méric, le Bloc Identitaire demande la vérité sur les « agressions » d’Argenteuil !

Sur la Manif Pour Tous du 24 mars, en dénonçant de prétendus « groupuscules » pour mieux gazer (oui, gazer !) les familles sur les Champs-Elysées, le pouvoir socialiste a menti.

Au sujet des émeutes du Trocadéro, en affirmant que les incidents étaient le fait de « supporters ultras du PSG » alors qu’il s’agissait de hordes de racailles de banlieue, le pouvoir socialiste a menti.

Sur la Manif Pour Tous du 26 mai, en faisant peur aux familles pour tenter – vainement – d’affaiblir le mouvement de contestation populaire, le pouvoir socialiste a menti.

En minorant systématiquement les chiffres de participation pour l’ensemble des Manifs Pour Tous, le pouvoir socialiste a menti.

Dimanche dernier, en minimisant le déferlement de haine des groupuscules d’extrême-gauche lors de l’hommage à Clément Méric (tags anti-France, vitrines brisées, agressions…) soldé par 14 interpellations, le pouvoir socialiste a menti.

Hier, les révélations du Point nous apprennent que loin de la thèse du « crime politique » évoquée par la Gauche quelques heures après la tragique disparition de Clément Méric, sa bande serait en fait à l’origine de la rixe fatale. Si bien qu’en relayant une thèse fallacieuse à des fins politiques sans attendre les conclusions de l’enquête, une fois de plus, le pouvoir socialiste a menti !

Un « coup involontaire » selon Direct Matin
Un « coup involontaire » selon Direct Matin

Devant ces faits avérés, le Bloc Identitaire s’inquiète d’un contexte de mensonges et de manipulations d’État peu propice au débat démocratique apaisé.

Le Bloc Identitaire en vient donc légitimement à se poser des questions sur le dernier fait divers non résolu mais déjà exploité par les Socialistes : les « agressions » de femmes voilées à Argenteuil.

Nous demandons expressément au pouvoir socialiste d’apporter le plus rapidement possible toutes les preuves de ces agressions, qui semblent servir l’instrumentalisation par le gouvernement d’une prétendue « islamophobie » (au demeurant peu probable en plein cœur d’Argenteuil) pour mieux culpabiliser un réveil patriote bien réel.

Affaire Méric : une vidéo confirme que Méric est l’agresseur d’Esteban. Retour sur une récuperation politique sordide.

C’est aujourd’hui une certitude. Grâce au témoignage de la vidéo surveillance, on sait que Esteban Morillon n’a fait que répliquer à l’agression dont s’est rendu coupable le jeune antifa, Clément Méric. Selon RTL la vidéo montre :

Clément Méric se précipiter vers Esteban Morillo, le meurtrier présumé, alors de dos, pour lui asséner un coup. Le skinhead se retourne alors et le frappe avec son poing en plein visage. Le militant d’extrême-gauche tombe immédiatement au sol, inconscient. Ces images permettent de confirmer l’identité du meurtrier. Elles excluent l’hypothèse d’un lynchage, montrent un Clément Méric provocateur et confortent la thèse du juge sur une mort accidentelle à la suite de coups donnés. Source: RTL

Plusieurs sources affirment que le jeune militant d’extrême gauche était très agressif. Sur le site de RMC l’éditorialiste avoue

On le voit en effet se précipiter dans le dos d’Esteban Mourillo afin de lui porter un coup à la tête alors que ce dernier est en prise avec deux autres assaillants.

(…) les images conforteraient le juge dans son idée qu’aucun lynchage du militant de gauche à terre n’a eu lieu. Enfin, il semblerait que ce nouvel élément aille donc dans le sens du juge qui n’a jamais cru à l’hypothèse du meurtre, penchant plus pour une mort accidentelle.

Sur le site du journal Le Point on apprend :

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d’extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c’est près d’elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : « Les mecs d’extrême droite ont cherché à échapper à l’affrontement, n’ont fait que se défendre, puis ont répliqué. » […]

Depuis le début de cette affaire, il a été révélé que le groupe d’extrême gauche cherchait à casser du facho. Il a notamment été démontré qu’une liste dans laquelle figuraient les noms et des photos d’Esteban et sa compagne Katia avait été mis en ligne  sur le site internet Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric. Ces éléments, aujourd’hui entre les mains de la police, peuvent laisser supposer que l’attaque des militants d’extrême gauche contre Esteban et son amie était programmée.

La thèse que nous avons soutenu était donc la bonne. Les militants d’extrême droite n’ont pas cherché la bagarre, et l’ont même évité. Le coup porté par Esteban au jeune Clément était donc de la légitime défense. Il n’y a donc aucune préméditation et aucun caractère politique contrairement à ce que la gauche a tenté de nous faire croire.

Une manipulation politique et un mensonge d’État : la gauche et ses média complices se sont une nouvelle fois fourvoyés dans les pires mensonges

Face à ces révélations, on ne peut que s’interroger sur la façon dont le pouvoir médiatique, l’État socialiste et toute la gauche ont cherché à instrumentaliser ce sordide fait divers.  Mis à la une de l’actualité suite à une manipulation orchestrée par le parti de Gauche, c’est sur la seule dénonciation du parti de Mélenchon que les média ont commencé leur travail de propagande, comme on peut le voir dans cette vidéo :

Très vite  la volaille qui fait l’opinion parle d’assassinat politique. La porte parole du Front Continuer la lecture de Affaire Méric : une vidéo confirme que Méric est l’agresseur d’Esteban. Retour sur une récuperation politique sordide.

Les droitophobes

Lu sur Valeurs Actuelles

Acharnement, deux poids, deux mesures, lynchage médiatique : les zélateurs de la gauche morale, politique et intellectuelle tirent à vue sur la droite et lancent leurs “fatwas” sur ceux qui osent “penser contre”. Où s’arrêteront-ils ? Enquête sur ces nouveaux inquisiteurs.

droitophobes

« Un acte étonnant, grave et inadmissible. » Le sénateur PS Jean-Pierre Michel n’a pas de mots assez durs pour clamer son indignation. « Nous allons tout mettre en oeuvre pour retrouver le responsable », promet-il. L’heure est grave. Le crime ? il a été découvert le lundi 10 juin à 10 heures par l’assistant parlementaire de Jean-Pierre Michel, rapporteur PS au Sénat de la loi sur le “mariage pour tous”. Épouvanté, le jeune homme aperçoit, sur la porte de son bureau, un… autocollant du mouvement antimariage homosexuel le Printemps français ! Trois mains brandies, bleue, blanche et rouge, dominant le slogan “On ne lâche rien !” La porte du bureau est photographiée, les lieux sécurisés. Jean-Pierre Michel s’empresse de demander « une enquête approfondie au président du Sénat Jean-Pierre Bel pour savoir d’où cela venait »… Panique à gauche. Terreur sur le Sénat. Peur sur la République…

L’affaire prêterait à sourire, si elle ne révélait le malaise d’une époque et les méthodes de ces « Torquemada de café du commerce », selon le mot d’Éric Zemmour, nouveaux chantres de la pensée unique autorisée. Qu’importe si l’assistant parlementaire en question, quelques jours plus tôt, se livrait sur Twitter à une diatribe autrement plus inquiétante :

« Bonaparte tira des coups de canon face aux ennemis de la République ! Valls devrait faire de même, concernant le Printemps français ! »

L’affaire Méric a donné une autre illustration du sectarisme de ces “droitophobes” : Continuer la lecture de Les droitophobes

Affaire Méric : Autopsie d’une manipulation

Tribune libre de Paysan Savoyard

Le régime en place, organisé au plan politique par le consortium UMP et PS, 957511Merics’efforce de façon permanente de manipuler l’opinion. On peut dire même que la manipulation constitue pour lui un principe de fonctionnement.

La manipulation peut poursuivre des objectifs différents. Il s’agit tantôt de conduire l’opinion à partager les positions et les analyses de l’oligarchie. Tantôt de dissimuler les faits et gestes du régime, les mauvais résultats obtenus ou les conséquences catastrophiques des décisions prises. Tantôt encore de discréditer l’opposition. Tantôt enfin de créer un climat de menace et de tension destiné à dissuader le peuple de manifester son mécontentement ou son désaccord avec les orientations suivies.

Pour manipuler l’opinion, le régime dispose de tous les relais et vecteurs qui exercent une influence sur les différents secteurs de la société : les politiciens bien sûr, mais aussi les médias, le cinéma, le monde artistique, la publicité, les intellectuels organiques, l’université, les écoles, les groupes de pressions, les associations subventionnées…

Dans le cadre de l’affaire Méric, plusieurs de ces vecteurs ont été mobilisés.

Nous avons déjà eu l’occasion de mettre en évidence certaines des manipulations mises en œuvre par le régime (voir notamment la tribune libre précédente). L’affaire Méric constitue une illustration supplémentaire et significative, qui mérite que l’on s’y arrête.