Archives par mot-clé : al-Qaida

Selon un rapport secret du FBI, des antifas anti-Trump entretiendraient des liens directs avec Daech et Al-Qaïda

Une enquête confidentielle du FBI sur le violent mouvement de «résistance» dans les campus universitaires contre le président Donald Trump aurait conduit à une découverte alarmante : la collusion entre des anarchistes américains et des terroristes étrangers de l’État islamique et d’Al-Qaïda, selon un rapport confidentiel du FBI.

« Il y a des preuves accablantes qui montrent clairement qu’il existe des liens croissants entre les « antifas » américains anti-Trump et l’Etat islamique, ainsi que plusieurs groupes islamistes », selon le rapport du FBI, qui a été remis au directeur intérimaire Andrew McCabe le 11 juillet. 2017, et qui est publié pour la première fois dans un livre All Out War: The Plot to Destroy Trump écrit par Edward Klein, ancien journaliste à Newsweek et à New York Times Magazine.

Ce rapport du FBI montrerait les efforts des terroristes islamistes pour recruter des activistes radicaux américains anti-Trump.

« C’est le plus grand défi pour les forces de l’ordre depuis le Weather Underground et le Black Panther Party », dirait le rapport du FBI.

L’été dernier, le FBI a dépêché un groupe de travail en Europe pour Continuer la lecture de Selon un rapport secret du FBI, des antifas anti-Trump entretiendraient des liens directs avec Daech et Al-Qaïda

Manchester : le terroriste Salman Abedi aurait été en lien avec Al-Qaïda et aurait voyagé récemment en Libye

Salman Abedi, soupçonné d’avoir perpétré l’attentat de Manchester qui a fait 22 morts et des dizaines de blessés, serait en lien avec l’organisation terroriste Al-Qaïda et aurait suivi une formation à l’étranger.

L’homme soupçonné d’être responsable de l’attentat qui a frappé la salle omnisports Manchester Arena serait lié au groupe terroriste Al-Qaïda et aurait même suivi une formation à l’étranger, relate la chaîne de télévision NBC, se référant à une source au sein du renseignement américain proche du dossier.

Le journal The Times a confirmé de son côté que l’individu en question était récemment revenu de Libye, où il aurait pu suivre une formation dans un camp terroriste. La police et les services de renseignement vérifient ces informations. Continuer la lecture de Manchester : le terroriste Salman Abedi aurait été en lien avec Al-Qaïda et aurait voyagé récemment en Libye

En même temps que Daesh, Al Qaïda progresse et menace l’occident de nouveaux attentats.

Les américains ont cru faire reculer Al Qaïda et fragilisé le régime syrien en participant à la création de Daesh. S’ils ont atteint un de leurs objectifs, ils ont totalement échoué sur l’autre. Daesh s’est transformé en menace pour l’Europe et Al Qaïda s’est renforcé.


 

Ce dernier a diffusé dimanche un message audio dans lequel il appelle à multiplier les attentats en Occident.

Le chef d’Al Qaïda, Ayman al Zaouahiri, appelle les jeunes musulmans des Etats-Unis et d’autres pays occidentaux à mener des attentats dans ces pays dans un message audio enregistré diffusé dimanche sur internet. « J’appelle tous les musulmans qui peuvent nuire aux pays de la coalition des croisés à ne pas hésiter », déclare Zaouahiri, en faisant référence aux Etats occidentaux. « Nous devons désormais travailler à porter la guerre au coeur des maisons et des villes de l’Occident croisé et en particulier de l’Amérique », ajoute-t-il.

Al-Qaïda progresse en Syrie et au Yémen. Mercredi dernier, les jihadistes d’Al-Qaïda en Syrie et leurs alliés islamistes ont par ailleurs capturé l’aéroport d’Abou Douhour, dernière base militaire du régime de Bachar al-Assad dans la province d’Idleb après un siège de deux ans, rapporte une ONG. […]

Source

Le « Djihadistan », nouvel Etat islamiste au Proche-Orient

Ces valeureux soldats d’Allah nous ont été présentés, par les média-menteurs et l’UMPS, comme des rebelles et des insurgés qu’il fallait soutenir. Lors de notre intervention militaire en Libye orchestrée par Sarkozy, BHL et Kouchner, nous étions à leurs côtés. En Syrie nous les avons armés contre Bachar El Assad.

Tout ceci sous le commandement de Barack Obama qui ne faisait que prendre la suite de Bush à qui l’on doit la chute de l’Irak au profit des Islamistes les plus fous.

Il n’y a pas à dire, nous sommes gouvernés par de grands hommes intelligents.

La prise de Mossoul. dites-vous que tout ceci est la faute de Fabius, Hollande et sarkozy

lire également Après la prise de Mossoul par les djihadistes, l’Irak est au bord de l’implosion

——

Taillé à coups de raids meurtriers et d’attentats, un nouveau « pays » voit le jour dans le monde arabe : appelons-le le « Djihadistan ». Il s’installe à cheval sur la Syrie (dans le nord-est du pays) et sur l’Irak (dans l’Ouest et le Nord). C’est un événement d’une portée considérable, non seulement pour la région, mais aussi pour l’Europe.

Profitant de l’affaiblissement, voire de l’éclatement, de ces deux ex-Etats forts du Proche-Orient, le groupe djihadiste que dirige l’Irakien Abou Bakr Al-Baghdadi, l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ne cesse d’agrandir son domaine. Jamais Al-Qaida, même en Afghanistan sous le règne des talibans, à la fin des années 1990, n’avait contrôlé pareil territoire.

L’EIIL supplante Al-Qaida en puissance de feu et en moyens financiers. Prônant officiellement la même pureté islamiste sunnite et la même violence extrême, il peut modifier durablement la carte de la région – amputant la Syrie et l’Irak d’une partie de leurs provinces pétrolières. L’Europe ne peut rester indifférente : l’EIIL séduit des centaines, peut-être des milliers, de jeunes musulmans européens, venus se battre dans ses rangs, essentiellement en Syrie.

UN MINI-ETAT ENTRE SYRIE ET IRAK

Ces quatre derniers jours, les colonnes d’Al-Baghdadi  se sont emparées de Mossoul, la capitale du nord de l’Irak, au bord du Tigre, mettant la main sur toute la région de Ninive. Elles se sont installées à Fallouja, à moins d’une centaine de kilomètres à l’ouest de Bagdad, à Tikrit, à Samarra – bref, elles dominent la quasi-totalité du pays sunnite irakien.

En Syrie, l’EIIL a conquis toute une partie de l’est du pays, s’assurant une continuité territoriale avec son fief irakien. Ainsi, c’est un mini-Etat qui prend racine, levant l’impôt, rançonnant, pillant et vendant le pétrole en contrebande. Tel est le but d’Al-Baghdadi : recréer une base djihadiste, à l’instar de ce que fut l’Afghanistan pour Al-Qaida.

LAISSER-FAIRE SYRIEN, IMPUISSANCE IRAKIENNE Continuer la lecture de Le « Djihadistan », nouvel Etat islamiste au Proche-Orient

Le gouvernement déroule le tapis rouge à un djihadiste

Communiqué de presse de Marion Maréchal – Le Pen, Député du vaucluse

Marion Maréchal – Le Pen dénonce la venue très discrète sur notre territoire de Monsieur Abdelhakim Belhadj, reçu début mai au Quai d’Orsay, à l’Institut de Recherche et d’Etudes Méditerranée-Moyen Orient et à Science-Po Paris.

Alors que le 1er ministre clame haut et fort que le gouvernement va régler le problème des djihadistes français, c’est l’ex numéro deux d’Al Qaïda que celui invite en France, actuellement responsable de centres de détention en Libye dans lesquels exécutions sommaires et actes de torture sont couramment pratiqués.

Ce n’est pas un hasard que cette visite peu glorieuse ait été aussi peu médiatisée compte tenu des états de services de cet éminent djihadiste : vétéran de l’Afghanistan dans les années 80 aux côtés des Talibans, fondateur du Groupe Islamique combattant en Syrie, responsable d’Al Qaïda à Bagdad pendant la guerre du Golfe, responsable de l’assassinat de deux députés tunisiens, arrêté en 2003 par la CIA et enfin, suspecté par les autorités espagnoles d’être impliqué dans les attentats du 11 mars 2004 à Madrid.

Abdelhakim Belhadj, aidé en cela par le Qatar et la France, est également l’un des principaux acteurs de l’insurrection de 2011 en Libye qui a débouché sur le chaos que l’on connait. Aujourd’hui à la tête de 25000 hommes, très impliqué dans l’entraînement des djihadistes (dont des français), appliquant la charia dans les zones qu’il contrôle en Libye, il a aussi la mainmise sur les champs pétrolifères libyens. Une raison vraisemblablement suffisante pour que le gouvernement en oublie subitement ses prétendues valeurs et les sacro-saints droits de l’homme.

Djihad en Syrie : « C’est par vagues entières que ça part de France » (vidéo)

Lu sur Fdesouche

Aujourd’hui, la menace s’accentuerait avec le retour en Europe de jeunes radicalisés, partis combattre en Syrie. 700 « djihadistes » français seraient actuellement sur le sol syrien. Ces derniers jours, huit personnes, âgées de vingt à trente ans, soupçonnées de vouloir faire le djihad en Syrie ont été arrêtées à Paris et dans le Val-de-Marne. Une partie du groupe aurait été en lien avec un groupe affilié à Al-Qaïda.

« Depuis maintenant quelques années, particulièrement avec le conflit syrien, on essaie même de les arrêter avant qu’ils ne partent tellement on n’est pas sur de pouvoir bien les traiter au retour, vu le nombre ».

Marc Trevidic, Juge d’instruction – Pôle anti-terrorisme


C dans l'air : ados, Français et djihadistes 13… par Earth_Home

Des milliers de Libyens fuient vers la Tunisie

Depuis le renversement, en 2011, du régime de Mouammar El Gueddafi par une coalition occidentalo-qatarie, la situation sécuritaire va de mal en pis en Libye.

les deux  chefs de guerre Nicolas Sarkozy et BHL en Libye.. merci pour tout
Les deux chefs de guerre, Nicolas Sarkozy et BHL en Libye… merci pour tout.

Cette instabilité chronique trouve en grande partie ses raisons dans la prolifération, à travers le pays, de milices lourdement armées engagées dans une terrible lutte pour le pouvoir, l’implantation de cellules terroristes liées à Al Qaîda et, surtout, l’incapacité du gouvernement à asseoir son autorité.

La multiplication, ces dernières semaines, des attentats terroristes et combats fratricides Continuer la lecture de Des milliers de Libyens fuient vers la Tunisie

Irak : la ville de Faloudja tombe aux mains d’al-Qaida

Où sont toutes ces belles âmes qui ont défendu l’intervention américaine en Irak ? Où sont ces va-t-en guerre qui ont fermé les yeux sur la propagande du gouvernement Bush ? Aujourd’hui que nous savons que Colin Powell a menti à la planète entière sur les pseudo-armes chimques de Saddam Hussein , n’ont-ils pas l’impression d’avoir collaboré à un crime contre l’humanité ? Et pour quels résultats ? Sont-ils satisfait dans leurs petits appartements cossus du beau Paris d’avoir semé la terreur, le chaos, réveillé des haines, de la rancœur au sein d’un peuple qui n’avait rien demandé, et ouvert la voie aux islamistes ? Qu’est-ce-qu’ils ont à dire aujourd’hui les BHL, Kouchner et compagnie….???

histoire05-colin-powell-anthrax-irakEst ce qu ‘un jour on se rendra compte de tout le mal qu’ont fait ces racailles ? Est-ce-qu’un jour on pourra dire que finalement les fascistes… ce sont eux ?

——————

Devenu un bastion de l’insurrection après l’invasion américaine, la ville est le théâtre d’intenses combats depuis le début de la semaine. 55 combattants d’al-Qaida auraient été tués ce samedi.

Le gouvernement irakien a perdu le contrôle de Faloudja, tombée aux mains de combattants liés à al-Qaida, une ville où les forces américaines ont subi de lourdes pertes face à l’insurrection. Aucun bilan global des violences de la semaine à Faloudja, à 60 km à l’ouest de Bagdad, ou à Ramadi, à 50 km plus à l’ouest, n’était disponible, mais des responsables ont fait état de 103 morts vendredi, dont 32 civils, et de 65 morts samedi, dont 55 combattants liés à al-Qaida.

«Nous ne céderons pas tant que nous n’aurons pas vaincu tous les groupes terroristes et sauvé notre peuple à Anbar», a assuré le premier ministre Nouri al-Maliki, selon des propos rapportés par la télévision d’Etat. Les combats ont été déclenchés lundi par le démantèlement d’un camp de protestataires anti-gouvernementaux dans la province d’Al-Anbar, bastion sunnite hostile à Nouri al- Maliki, un chiite accusé d’accaparer le pouvoir et de marginaliser les sunnites. Après l’invasion américaine en 2003, Faloudja et Ramadi ont été des bastions de l’insurrection. Et c’est à Anbar que l’armée américaine a compté près d’un tiers de ses pertes en Irak, selon le site indépendant icasualties.org.

«Faloudja est sous le contrôle de l’EIIL», l’Etat islamique en Irak et au Levant, filiale d’Al-Qaïda en Irak, a annoncé samedi un haut responsable de la sécurité, précisant que le groupe extrémiste sunnite avait «désigné un gouverneur» pour la ville. Ce responsable a cependant précisé que les alentours de Faloudja restaient aux mains de la police locale. Un correspondant de l’AFP sur place a confirmé que la ville était «totalement contrôlée par al-Qaida», assurant que «ni les forces de sécurité ni celles des (milices anti-Qaïda) Sahwa n’étaient présentes dans Faloudja» samedi.

«Les combats vont commencer» Continuer la lecture de Irak : la ville de Faloudja tombe aux mains d’al-Qaida

Fusillade à Istres : un homme se revendiquant d’Al-Qaida tue trois personnes en pleine rue

Un homme de 19 ans affirmant appartenir à Al-Qaida a tué trois personnes dans une fusillade survenue ce jeudi 25 avril sur la voie publique à Istres (Bouches-du-Rhône).

Trois personnes ont été tuées et une autre blessée dans une fusillade survenue ce jeudi 25 avril à Istres (Bouches-du-Rhône). Le suspect aurait tiré sur la voie publique avec un fusil à pompe peu après 14 heures. Des impacts ont notamment été retrouvés sur des automobiles.

RTL.fr

Un avion évacué à cause d’une inscription Al-Qaïda dans la soute à Nice

« Al Qaïda bomb squad was here. » En version française : « Les poseurs de bombes d’al-Qaïda sont passés par là. »

C’est cette mention inquiétante, inscrite sur un simple flyer, qui a déclenché l’alerte à l’aéroport de Nice Côte d’Azur, hier matin. Car ce message a été découvert dans la soute à bagages d’un Boeing 737, en train d’embarquer ses passagers. Conséquences : avion évacué, intégralement fouillé, retardé de près de trois heures… et sans doute bien plus d’investigations en vue pour en déceler l’origine.

Source : Nice Matin

Libye : un rapport critique du CF2R

Que savons-nous sur ce qui se passe en Libye ? Rien.
Que nous disent les média sur ce conflit ? Rien.
Qui sont ces soit-disant rebelles pour lesquels nous nous sommes engagés ? Pas de réponse. Est-ce que nous soutenons une révolution populaire ou une guerre civile ? Silence total.

Pour les quelques journalistes qui ont travaillé sur le sujet, leurs réponses sont sans détour : derrière les insurgés, les islamistes sont à la manoeuvre. (1).
Voilà une information qui aurait dû soulever des interrogations, susciter des enquêtes supplémentaires, des débats…. Et bien non. RAS.

Il semblerait que les média français ne s’en tiennent qu’à la version du tartuffe BHL, celui par qui la guerre est arrivée.
Peu importe que celui-ci se soit fait prendre en flagrant délit de mensonge en cherchant à faire croire au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qu’il était porteur d’un message du CNT (le Conseil National de Transition, organe des rebelles libyens). Un message selon lequel « le futur régime libyen constitué par les rebelles sera un régime modéré et anti-terroriste, qui aura le souci de la justice pour les Palestiniens et de la sécurité pour Israël« , et « qu’il entretiendra des relations normales avec les autres pays démocratiques, y compris avec Israël« .

Manque de bol pour l’ineffable philosophe à paillette, Abdelhafid Roka, vice-président du Conseil national de transition (CNT) a très vite démenti ces élucubrations : « Je démens au nom du Conseil national de transition tout ce qu’a déclaré l’écrivain et philosophe Bernard-Henri Lévy au nom du CNT. Ce dernier n’a jamais demandé à Lévy de transmettre un quelconque message sur ce sujet (nouer des relation avec Israël) »…. « Le CNT n’entretiendra jamais des relations avec Israël », a-t-il affirmé tout en expliquant que les informations rapportées par les médias récemment sont infondées… (2)

C’est très certainement cette absence d’information et cette accumulation de mensonges qui auront donné l’idée au Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme et d’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT) et au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), d’envoyer une délégation internationale d’experts à Tripoli et en Tripolitaine (du 31 mars au 6 avril), puis à Benghazi et en Cyrénaïque (du 19 au 25 avril), afin d’évaluer la situation libyenne en toute indépendance et neutralité et de rencontrer les représentants des deux parties. (3)

Il en est ressorti un rapport de 44 pages. Les informations que ces organisations délivrent sont assez révélatrices de la confusion qui règne dans les rangs des insurgés :

« Il n’est nul besoin d’insister sur la nature hautement critiquable de la dictature imposée, depuis 1969, par Muammar Kadhafi à ses concitoyens.

Face à une telle situation, rien n’est plus légitime que l’aspiration à plus de liberté et de démocratie. Néanmoins, l’étude des faits conduit à affirmer que la « révolution » libyenne n’est ni démocratique, ni spontanée. Il s’agit d’un soulèvement armé de la partie orientale du pays, dans un esprit de revanche et de dissidence, qui tente de s’inscrire dans la dynamique du « printemps » arabe, dont il ne relève cependant pas.

Le mouvement libyen ne peut donc être comparé avec les révoltes populaires tunisienne et égyptienne. Plus inquiétant, le CNT s’affirme n’être qu’une coalition d’éléments disparates aux intérêts divergents, dont l’unique point commun est leur opposition déterminée au régime. Les véritables démocrates n’y sont qu’une minorité, et doivent cohabiter avec des d’anciens proches du colonel Kadhafi, des partisans d’un retour de la monarchie et des tenants de l’instauration d’un islam radical

Le CNT n’offre, en conséquence, aucune garantie pour l’avenir, malgré la détermination des démocrates, car les autres factions entendent bien orienter le conseil dans le sens de leurs objectifs.

Surtout, la Libye est le seul pays du « printemps » arabe dans lequel le risque islamiste s’accroît, la Cyrénaïque étant la région du monde arabe ayant envoyé le plus grand nombre de djihadistes combattre les Américains en Irak.

Il semble donc que les puissances occidentales ont fait preuve d’un aventurisme excessif en s’engageant dans cette crise. Ce qui devait être une victoire facile est devenu un semi-échec en raison de l’inconsistance des forces rebelles. L’enlisement des opérations des insurgés ne leur laisse que deux possibilités : un recul peu glorieux ou un engagement accru dans le conflit, notamment par l’envoi d’unités terrestres.

L’intervention occidentale est en train de créer plus de problèmes qu’elle n’en résout. Elle risque fort de déstabiliser toute l’Afrique du Nord, le Sahel, le Proche-Orient, et de favoriser l’émergence d’un nouveau foyer d’islam radical, voire de terrorisme, en Cyrénaïque.

La coalition parviendra peut-être à éliminer le guide libyen. Mais l’Occident doit prendre garde qu’il ne soit pas remplacé par un régime plus radical et tout aussi peu démocratique« 

Le rapport dénonce aussi les « dangereuses illusions » de Sarkozy :

 » Nous sommes convaincus que cet engagement irréfléchi de Paris dans le conflit libyen fait le jeu de Washington, qui laisse Nicolas Sarkozy s’afficher en moteur de la coalition, au risque, en cas d’échec, d’endosser toute la responsabilité de cette affaire. L’attitude plus discrète du président Obama permettra alors aux Etats-Unis de tirer les marrons du feu. ».

Cette affirmation vient confirmer les déclarations de Paul Craig Roberts sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan, économiste renommé et chroniqueur du Wall Street Journal. (4)
Dans un entretien du 12 mai au quotidien serbe Politika, Paul Craig Roberts déclare que l’Amérique n’a pas suscité les révolutions arabes, mais « s’est mise aux aguets lorsque les manifestations ont éclaté en Tunisie et en Égypte, et s’est très vite aperçu que les mouvements de protestation arabes pouvaient être exploités pour éliminer la Russie et la Chine de cette partie du monde, sans confrontation directe ».

En revanche en Libye…:

« Nous n’avons pas semé les troubles en Égypte ou à Bahreïn ou en Tunisie ou en Arabie saoudite. C’est bien là la grande différence par rapport aux événements de Syrie et de Libye. Là les doigts de l’Amérique sont impliqués dans les désordres, dans l’organisation des manifestations, dans leur financements, etc. »…. « La Chine a investi d’énormes sommes dans les sources d’énergie dans l’Est de la Libye et elle compte sur ce pays en raison de ses besoins énergétiques. Il s’agit ici d’une tentative de la part de l’Amérique pour interdire à la Chine l’accès aux ressources en question. L’intérêt, s’agissant des manifestations en Syrie tient au fait que les Russes y ont une importante base maritime, ce qui leur assure une présence en Méditerranée. Washington s’est décidé en faveur d’une invasion de la Libye, et fait aussi de plus en plus pression pour une intervention en Syrie, de manière à nous débarrasser des Russes et des Chinois. »

Si on en croit toutes ces informations, les réels objectifs de cette guerre nous ont une nouvelle été dissimulés.
L’armée française est-elle en train de participer à la mise en place d’un régime islamiste en Libye, comme l’ont fait les américain en Afghanistan à la fin des années 80 ?
Il serait temps que notre classe politique pose la question à qui de droit.

Jérôme Cortier

ADDENDUMdu 18 juin 2011:

Dans un entretien accordé au journal France Soir, Yves Bonnet préfet honoraire, ancien patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) et fondateur du Centre International de Recherches et d’Études sur le Terrorisme (CIRET-AVT), vient de déclarer:

F.-S. Vous accusez la rébellion d’avoir « détroussé » et « assassiné » des centaines de travailleurs africains.
Y.B. Ces malheureux se sont retrouvés pris entre deux feux. Accusés d’être des mercenaires à la solde du colonel Kadhafi par les gens de Benghazi, et détroussés par les forces de ce même Kadhafi quand ils tentaient de fuir vers la Tunisie ou l’Egypte.

F.-S. Peut-on parler pour autant, comme le fait votre mission, d’un « caractère raciste de l’insurrection » ?
Y.B. Aujourd’hui, l’insurrection désigne les gens de couleur noire comme des ennemis. Même s’ils sont libyens. Un chef de tribu nous a dit : « Nous les noirs, on ne veut plus en entendre parler. Ils ont pris le parti de Kadhafi ! ».

F.-S. Comment voyez-vous les choses évoluer ?
Y.B. (…) Certains dirigeants politiques occidentaux semblent ne pas avoir lu les rapports de leurs services de renseignements. Avec la Libye, nous disposions d’un verrou solide contre al-Qaida et contre l’immigration clandestine. Il vient de sauter

Vous pouvez télécharger le rapport :

http://www.cf2r.org/

(1) http://www.prechi-precha.fr/2011/05/03/lybie-les-islamistes-a-la-manoeuvre/

(2) http://blogs.mediapart.fr/blog/rahir/020611/libye-le-cnt-n-entretiendra-jamais-de-relations-avec-israel
(3) http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110601trib000626151/les-revolutions-arabes-ne-sont-que-des-coups-d-etat-militaires-masques.html

(4) http://www.nationspresse.info/?p=136302

Revue de presse et commentaires sur l'actualité