Archives par mot-clé : Alain Finkielkraut

Injures contre Alain Finkielkraut : le suspect a évolué dans la mouvance islamiste radicale

Selon nos informations, cet homme qui aurait été identifié par un policier est connu des services de renseignement pour avoir évolué en 2014 dans la mouvance radicale islamiste. Mais il n’a jamais fait l’objet d’un suivi au titre du Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Ce dimanche soir, le manifestant radicalisé n’avait pas encore été interpellé. Ni aucun de ces acolytes.

Le matin même, une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion par parole, écrit, image ou moyen de communication ». Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la PJ parisienne. Plusieurs manifestants agressifs ont notamment crié face au philosophe : « Barre-toi, sale sioniste de merde », « grosse merde sioniste », « nous sommes le peuple », « la France, elle, est à nous ».

Le Parisien

Paris : Alain Finkielkraut pris à partie par des « Gilets jaunes » pro-palestinien et antisionistes aux cris de « la France est à nous »

La gauche mélenchoniste, l’extrême gauche indigéniste, les islamopithèques et les dieudonnistes en action….. La preuve encore une fois que la gauche est porteuse du pire antisémitisme. Cela fait une semaine non-stop que les politiques de ce pays expliquent que la recrudescence de l’antisémitisme en France est due à « la montée de l’extrême-droite » : c’est encore une fois tout un argumentaire qui se casse la gueule.
Un gilet jaune s’enfile si facilement qu’il donne une légitimité à n’importe quel islamo-gauchiste. Doit-on continuer à faire semblant de trouver quelque chose de prometteur dans ce mouvement?. Une chose est sûre : la foule est bête et dangereuse.


«Barre-toi !», «sale merde», «rentre chez toi», lui ont-ils crié, alors qu’ils le croisaient rue Campagne-Première, dans le XIVe arrondissement de Paris. «Elle est à nous la France», a poursuivi un «gilet jaune». Les forces de l’ordre sont rapidement intervenues.

Alain Finkielkraut sur l’hommage à Johnny: «Les non-souchiens brillaient par leur absence»

C’est l’une des raisons qui font de la mort de Johnny un évènement. Ce décès résonne comme le requiem d’une génération qui aura permis l’américanisation, le multiculturalisme et l’islamisation de France.
Une génération de baby boomers, composée des 1er gallo-ricains, qui ne s’est sans doute pas rendu compte que les obsèques de la star de variété avaient un caractère profondément identitaire. Paradoxe et pied de nez de l’Histoire: c’est cette génération qui a laissé filer l’identité.

Alain Finkielkraut ne fait que dire ce que la sociologie révèle: il existe une grande fracture culturelle entre la France profonde (constituée essentiellement de petits blancs qui se sentent les héritiers d’une France en perdition) et la France de la  » diversité  » qui considère la France comme une page blanche.

L’émission dans son intégralité

Alain Finkielkraut accuse Edwy Plenel de trouver des excuses aux terroristes

Finkielkraut : « Il faut voir ce qui se passe à Belleville, comment s’y sentent les Français d’origine française »

Le philosophe et essayiste Alain Finkielkraut, invité d’i24NEWS dimanche soir, est revenu sur le meurtre de Sarah Halimi, dont le caractère antisémite ne fait aucun doute selon lui. 

« Je n’ai pas voulu tout de suite parler de cette affaire parce que je n’étais pas sûr (du caractère antisémite de cette affaire, ndlr) et même le CRIF nous mettait en garde contre le risque de rependre de fausses rumeurs », a expliqué le philosophe sur i24NEWS.

Dans la nuit du 3 au 4 avril, Kada Traoré, un Musulman de 27 ans, est Continuer la lecture de Finkielkraut : « Il faut voir ce qui se passe à Belleville, comment s’y sentent les Français d’origine française »

Finkielkraut : «Ma réponse à Marlène Schiappa»

Le philosophe répond dans «Libération» à la missive de la Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

J’ai regretté publiquement que La République en marche ait jugé bon de présenter dans l’Essonne un candidat contre Malek Boutih qui sollicitait pourtant l’investiture du parti du Président et qu’«en même temps» soit nommé au gouvernement Marlène Schiappa, une militante connue pour son opposition à la loi sur les signes religieux à l’école.

Piquée au vif, la Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes m’écrit dans une lettre publiée par Libération : «Jamais je n’ai milité contre l’interdiction du port du voile par les enseignantes ou par les élèves à l’école !» Aurais-je donc menti ? Me serais-je laissé abuser par les fake news, les faits alternatifs, la post-vérité qui prospère sur Internet ? Serais-je une victime paresseuse et donc coupable de la rumeur ? Non. J’ai lu, de mes yeux lu, une autre lettre adressée par notre épistolière à Manuel Valls quand il était à Matignon. Voici ce qu’elle Continuer la lecture de Finkielkraut : «Ma réponse à Marlène Schiappa»

Le « reductio ad hitlerum » va faire gagner Macron

On dit souvent que le peuple a les élites qu’il mérite; je pense que cette maxime est malheureusement vraie.  Ce que nous révèle ce second tour, (mais aussi les résultats du premier) c’est que les français sont dans leur grande majorité aliénés, lâches, massivement incultes, gangrenés pas la pensée gauchiasse, et abrutis par la massification de la connerie médiatique.

Nous sommes entrés dans l’ère du vide, celui de la post-démocratie.

Le pessimiste que je suis n’est pas surpris, l’héritier de civilisation que je suis devenu lui est en revanche très inquiet.

« Chaque peuple a son principe propre et il tend vers lui comme s’il constituait la fin de son être ; une fois cette fin atteinte, il n’a plus rien à faire dans le monde.» G.W.F. Hegel

Dans les livres d’histoire et dans les cours de Sciences Po, la campagne de Macron apparaîtra certainement comme celle d’un Bonaparte, non du Pont d’Arcole, mais de la mondialisation, prenant le pouvoir par un 18 Brumaire, c’est-à-dire grâce aux brumes médiatico-politicardes d’un mois de mai que sont les ignobles manipulations d’Oradour-sur-Glane, du Mémorial de la Shoah, de l’hommage à la mémoire de Brahim Bouarram, Marocain mort noyé dans la Seine un jour de défilé FN en 1995.

Philippe Bilger, en 1998 avocat général dans le procès de Michaël Freminet condamné pour le meurtre de Brahim Bouarram, dénonce aujourd’hui une démarche électoraliste. A l’époque, il avait cédé à la bien-pensance et requis contre Freminet en parlant de meurtre alors qu’il s’agissait d’une bousculade ayant provoqué la mort sans intention de la donner. Le Marocain à Paris ne savait pas nager et Freminet ne pouvait le savoir.

Mais Bilger votera Macron.

http://www.atlantico.fr/decryptage/brahim-bouraam-victime-mais-pas-fascisme-3035926.html

De même, pour ce qui concerne la visite de l’amateur de cougar au Mémorial de la Shoah. Finkielkraut, fils de déportés, dénonce la manœuvre. «On ne peut pas faire de l’extermination des juifs un argument de campagne. Les morts, et ces morts tout particulièrement, ne sont pas à disposition. Le devoir de mémoire dont on parle tant consiste à veiller sur l’indisponibilité des morts », dit le philosophe qui s’hystérise facilement.

Mais Finkielkraut votera Macron. Continuer la lecture de Le « reductio ad hitlerum » va faire gagner Macron

Les clips de Poutou

C’est un ouvrier et c’est respectable. C’est surtout un trotskiste du NPA et ça c’est beaucoup moins respectable.
Cependant l’honnêteté me pousse à dire que ses clips m’ont fait rire et qu’ils prouvent que ce n’est pas la peine d’avoir beaucoup d’argent pour être inventif.

Poutou parodie son passage dans On n’est pas couché où il a dû subir le mépris de classe des petits bourgeois de la télé publique.

Alain Finkielkraut : « Macron, c’est la liquidation de tout ce qui est solide, la libération de tous les flux »

S’il est resté, jusqu’ici, discret sur l’élection présidentielle, Alain Finkielkraut n’en a pas perdu une seconde. C’est en philosophe qu’il a observé, avec effarement, le feuilleton judiciaire et médiatique.

La politique, selon lui, abandonne l’école, la nation, la laïcité, la culture, pour se réduire à une simple dialectique entre les ouverts et les fermés, à une simple marche pour le progrès et contre « le péril brun ».

Continuer la lecture de Alain Finkielkraut : « Macron, c’est la liquidation de tout ce qui est solide, la libération de tous les flux »

Finkielkraut sur l’affaire Fillon : « Les journalistes jouissent d’avoir le premier rôle »

Chaque dimanche, à midi, sur les ondes de RCJ, la Radio de la Communauté juive, Alain Finkielkraut commente, face à Elisabeth Lévy, l’actualité de la semaine. Un rythme qui permet, dit-il, de « s’arracher au magma ou au flux des humeurs ». Vous retrouverez ses réflexions chaque mois dans Causeur.

 

« Imagine-t-on le Général de Gaulle mis en examen ? » a dit François Fillon au début de sa campagne. Cette phrase qui visait à discréditer un Nicolas Sarkozy plombé par les affaires m’a scandalisé pour trois raisons : elle faisait bon marché de la présomption d’innocence ; elle transformait De Gaulle en personne de bibliothèque rose : De Gaulle c’était l’association de la grandeur et de la raison d’État, de l’appel du 18 juin et des basses œuvres de Foccart ou de Charles Pasqua. Certes, il payait son électricité et les déjeuners auxquels il invitait ses collaborateurs, mais à son machiavélisme politique, la justice des anges qui règne aujourd’hui trouverait sans nul doute à redire. Last but not least, François Fillon, en parlant ainsi, Continuer la lecture de Finkielkraut sur l’affaire Fillon : « Les journalistes jouissent d’avoir le premier rôle »

« Pas pour les fachos ! » : L’extrême-gauche s’oppose à la venue de Finkielkraut à Sciences-Po

L’invitation d’Alain Finkielkraut, par l’Institut d’études politiques, à se prêter à son «Grand Oral», a suscité un tollé parmi les organisations étudiantes d’extrême gauche et antifascistes. Le philosophe est toutefois parvenu à prendre la parole.

58b72121c461880d208b4768

 

Entre les étudiants «antifa» et Alain Finkielkraut, les relations ne s’améliorent pas. Déjà expulsé de la place de la République par les «Nuit Debout» en avril 2016, l’intellectuel s’est encore heurté à des groupuscules.

Plusieurs collectifs ont appelé à empêcher Alain Finkielkraut de Continuer la lecture de « Pas pour les fachos ! » : L’extrême-gauche s’oppose à la venue de Finkielkraut à Sciences-Po