Archives par mot-clé : Alain Juppé

Nicolas Bay (FN) accuse Estrosi et Juppé d’avoir financé des islamistes

L’attaque de Londres »montre que le risque zéro n’existe pas face au terrorisme islamiste, mais la tolérance zéro existe et on devrait l’appliquer », estime Nicolas Bay dans les 4 vérités ce jeudi matin.

« Quand les personnes sont en lien étroit avec des filières jihadistes, les conditions sont réunies pour les juger pour intelligence avec l’ennemi et les emprisonner », poursuit le secrétaire général du Front national.

« On a des pouvoirs publics comme Christian Estrosi à Nice et Alain Juppé à Bordeaux qui ont aidé, qui ont financé des structures islamistes telles l’UOIF », accuse-t-il. « Ils ont fait preuve, pour des raisons de clientélisme électoral, de bienveillance à l’égard de groupes qui sont directement rattachés à la mouvance islamiste et c’est très grave », assène le député européen.

FranceInfo

Valérie Pécresse de retour dans le giron de François Fillon

Fillon  gouvernera avec les tocards du Sarkozysme et les immigrationistes de Juppé.

La preuve que les primaires sont une grosse arnaque. Tout ce petit monde va se retrouver pour mener la même politique que celle qu’a mené Hollande puisque c’est la seul qui puisse être mené dans le cadre de l’Union Européenne.

Les électeurs de LR seront toujours des cocus.


Le candidat de la droite et la présidente de la région Ile-de-France, qui avait choisi de soutenir Alain Juppé, se sont vus ce lundi.

6278016_1-0-751388018_1000x625

La présidente de la région Ile-de-France, filloniste historique, lui avait pourtant préféré Alain Juppé pendant la campagne. Dans une interview au Figaro, le 1er novembre, elle avait expliqué son choix en estimant que le maire de Bordeaux serait le seul à pouvoir «battre Marine Le Pen à plates coutures». On connaît la suite de l’histoire et la fin de la campagne marquée par une victoire écrasante… de François Fillon. (…)

Au soir du second tour, Valérie Pécresse a laissé un message vocal sur le portable de François Fillon. Si le vainqueur de la primaire, Continuer la lecture de Valérie Pécresse de retour dans le giron de François Fillon

Le collectif contre l’Islamophobie sort un clip contre Fillon et pro-Juppé

Le ccif est une association musulmane financée par Georges Soros et présidée par Marwan Muhammad qui n’hésite pas à déclarer ce gendre de chose:

ccif-marwan-muhammad

Judith Waintraub évoque Alain Juppé et ses « accommodements raisonnables avec l’Islam »

Judith Waintraub (Le Figaro) évoque Alain Juppé et ses « accommodements raisonnables avec l’Islam ». Propos qu’il avait tenus dans une interview au Figaro et relus avant publication.

Juppé n’a toujours pas digéré les révélations sur son islamophilie

Appel d’associations musulmanes à voter Juppé:

« Ali Juppé » : les juppéistes dénoncent une « campagne nauséabonde de diffamation » sur les réseaux sociaux

Les accointances de juppé avec les frères musulmans sont avérées


Comment expliquer l’effondrement du maire de Bordeaux dans la dernière ligne droite de la primaire des Républicains? Les juppéistes ont une première explication. Invités à commenter ce lundi dans les matinales le score décevant d’Alain Juppé, arrivé loin derrière François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Valérie Pécresse ont tous deux dénoncé la déferlante ordurière orchestrée sur les réseaux sociaux par l’extrême droite et certains soutiens sarkozystes pour miner la campagne de celui qui fut longtemps le chouchou des sondages.

Sur France Inter, la présidente LR de la région Ile-de-France, qui avait abandonné François Fillon pour se rallier à Alain Juppé, s’en est pris « à la campagne nauséabonde de diffamation sur ses relations avec l’islamisme ». « On lui a reproché des compromissions avec l’islamisme et ça, ça a été un fil rouge de la campagne sur les réseaux sociaux, un fil rouge délétère qui a miné une partie de sa campagne », assure l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur.

Au même moment sur BFMTV, l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin se désolait qu’Alain Juppé ait été « victime de fausses accusations parfois graves » tandis que François Fillon avait lui été « protégé ».

(…) Huffington Post

Sarkozy joue la carte du « moi ou Le Pen »

Toujours plus distancé dans les sondages par Alain Juppé, Nicolas Sarkozy veut distiller l’idée que s’il n’est pas choisi fin novembre lors de la primaire de la droite, beaucoup se déporteront vers Marine Le Pen… Le « vote utile » comme argument de la dernière chance.
Nicolas Sarkozy au Zénith de Paris ce 9 octobre 2016 – capture d’écran BFMTV

« Je vous préviens, si Nicolas Sarkozy n’est pas élu, vous allez avoir des surprises ! » Marie-Anne Montchamp assaisonne la presse quelques minutes avant le début du meeting de ce 9 octobre et annonce la couleur. S’il est un peu tôt pour parler de meeting de la dernière chance, les sarkozystes, réunis au Zénith de Paris ce dimanche, jouent désormais la carte du vote utile face au péril frontiste. « Si on ne contient pas la colère du peuple, il n’y aura plus de limite en 2017 », ajoute l’ancienne ministre, persuadée qu’une défaite de l’ancien président fera glisser dans le camp de Marine Le Pen toute une partie des sympathisants de Nicolas Sarkozy. « De 30 à 35% des sympathisants de Nicolas Sarkozy pourraient se déporter sur Marine Le Pen », assure un conseiller, bien conscient des difficultés rencontrées par l’ancien chef de l’Etat, chaque jour plus distancé par Alain Juppé dans les sondages. Continuer la lecture de Sarkozy joue la carte du « moi ou Le Pen »

Pour sa campagne présidentielle, Alain Juppé fait la quête auprès d’éventuels donateurs aux Etats-Unis

Alain Juppé est en campagne pour la primaire UMP. Et une campagne, ça coûte cher. Surtout quand on n’a pas l’appareil du parti avec soi. Alors le maire de Bordeaux part à la chasse aux sousous. L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, qui se rendra au Canada et aux Etats-Unis fin avril, en profitera donc pour chercher des fonds pour sa campagne présidentielle.

Selon Le Canard Enchaîné de ce mercredi 23 avril, Alain Juppé a ainsi inscrit à son agenda une ripaille à New-York, au luxueux Rainbow Room, avec d’éventuelles donateurs voulant soutenir sa campagne.

Un e-mail adressé aux heureux convives précise que le prétendant à l’Elysée ne bénéficie Continuer la lecture de Pour sa campagne présidentielle, Alain Juppé fait la quête auprès d’éventuels donateurs aux Etats-Unis

Juppé opposé à l’interdiction du voile à l’université

«Dans l’espace public, moi, ça ne me choque pas de voir quelqu’un qui porte un foulard», a dit l’ancien Premier ministre.

Alain Juppé ne croit pas qu’il soit nécessaire de légiférer sur le port du voile à l’université. C’est en tout cas ce qu’il a affirmé dans l’émission Bondy Blog Café, selon des extraits publiés sur le site internet de La Chaîne Parlementaire.

«Qu’on l’interdise [le foulard, ndlr] dans des lieux comme l’école, où les enfants sont en formation, n’ont pas encore complètement acquis l’esprit critique […], je pense que c’est une bonne chose et j’ai voté cette loi et elle s’applique», a rappelé l’ancien Premier ministre. Mais «à l’université, c’est différent. On a des jeunes gens et des jeunes femmes qui sont adultes, qui ont tout à fait leur liberté de jugement et je ne vois donc pas tout à fait nécessaire de légiférer dans ce domaine-là». […]

Libération

Libye : qui présentera “l’addition” à MM. Sarkozy, Juppé et BHL ? Par Bernard Lugan

Au mois de mars 2011, à l’issue d’une campagne médiatique d’une rare intensité initiée par BHL, Nicolas Sarkozy décida d’entrer en guerre contre le colonel Kadhafi avec lequel il était encore dans les meilleurs termes quelques mois auparavant.

al-furqan_media_afp_2_0Le 17 mars, Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, arracha la résolution 1973 [1] au Conseil de Sécurité de l’ONU, ce qui permit d’ouvrir les hostilités.

Le 19 mars, 19 avions français (chasseurs et ravitailleurs) lancèrent un raid de 2h30 au dessus de la Libye. L’incompréhensible guerre franco-libyenne ou otano-libyenne, venait de débuter.

Les raisons de ce conflit aux conséquences à ce point dramatiques qu’une intervention internationale paraît aujourd’hui indispensable sont toujours aussi mystérieuses. A l’époque, l’Elysée avança l’argument d’une action humanitaire destinée à “sauver la population de Benghazi”. Le mardi 16 décembre 2014, le président tchadien Idriss Deby donna une autre explication en déclarant qu’en entrant en guerre en Libye: ” l’objectif de l’OTAN était d’assassiner Kadhafi. Cet objectif a été atteint ” [2].

Quoiqu’il en soit de ses causes officielles ou officieuses, réelles ou supposées, étayées ou fantasmées, le résultat de cette guerre “pour la démocratie et les droits de l’homme”, est catastrophique :

– Les alliés islamistes du Qatar et de la Turquie ont pris le contrôle d’une partie des approvisionnements gaziers et pétroliers de l’Europe.

– Daesh a lancé une entreprise de coagulation des milices islamistes. Celles qui lui ont fait allégeance contrôlent une partie de la Cyrénaïque et à l’ouest, elles sont sur la frontière tunisienne. Partout, elles font régner la terreur.

– L’Egypte est directement menacée ainsi que la Tunisie et l’Algérie. Au sud, le Tchad et le Niger sont en première ligne alors qu’avec Boko Haram un second front islamiste s’est ouvert sur leurs frontières.

– Les gangs islamo-mafieux déversent des dizaines de milliers de migrants sur les côtes européennes. Au lieu de les refouler, la marine italienne les récupère en mer pour les installer en Europe… d’où ils ne repartiront plus. Or, tout le monde sait que des terroristes se dissimulent parmi eux et qu’ils vont créer des cellules “dormantes” au sein de l’ “espace Schengen”.

Face à ce désastre, comme s’ils étaient étrangers au chaos qu’ils provoquèrent, Nicolas Continuer la lecture de Libye : qui présentera “l’addition” à MM. Sarkozy, Juppé et BHL ? Par Bernard Lugan

Quand Juppé excluait un membre du RPR pour avoir voté PS contre le FN (maj vidéo)

Addendum: vidéo d’archive qui montre la duplicité de l’UMP d’aujourd’hui

Le RPR décide de sanctionner Alain CARIGNON, après sa proposition d’un Front Républicain anti Front National et son appel à voter pour la candidate socialiste au 2ème tour des cantonales partielles de Villeurbanne.Déclaration d’Alain JUPPE, Secrétaire RPR refusant de faire la courte échelle au parti socialiste et justifiant ainsi l’exclusion d’Alain CARIGNON du RPR.

http://youtu.be/PRq3wMEWeLQ

Comment Alain Juppé s’est converti au front républicain

1990: il exclut un membre du RPR qui vote PS contre le FN

Le Alain Juppé de 1990, par exemple, était sur une toute autre ligne. Alors numéro 2 du RPR, il avait décidé d’exclure Alain Carignon, alors maire de Grenoble, de son parti puisqu’il avait appelé à voter socialiste au second tour d’une élection partielle à Villeurbanne pour contrer le FN. «Nous n’avons pas du tout l’intention de faire la courte-échelle au Parti socialiste», s’était justifié l’ancien ministre, après avoir mis en congé le maire RPR.
2013: Juppé préfère le vote blanc

Plus récemment, en juin 2013, l’édile de Bordeaux avait indiqué sur RMC/BFMTV qu’il n’était «pas sûr» que la stratégie du front républicain pour faire barrage au FN soit une «bonne idée». Il invitait alors à la prudence sur l’utilisation de la formule. «Je me demande même si ça n’alimente pas, d’une certaine manière, la propagande du Front national qui veut mettre l’UMP et le PS dans le même sac», disait-il à l’époque. Sa seule préoccupation était celle de l’alliance. «Nous avons une incompatibilité de valeurs mais aussi de programmes avec le Front national», vantait-il.
Trois mois après ces déclarations, Alain Juppé concrétisait sur son blog. «En cas de duel électoral FN/PS , hypothèse rarement vérifiée jusqu’à ce jour, je n’hésiterai pas , pour ma part: vote blanc», avait-il exprimé sur son blog, en septembre 2013, après les propos polémiques de François Fillon qui envisageait de voter pour «le candidat le moins sectaire».

Municipales 2014: le «piège» du front républicain

B855QgCCMAExu_B

Quand Alain Juppé soutenait une intervention militaire en Syrie

Lu sur Novopress

On ne peut que frémir, au vu de la situation des Chrétiens d’Orient ou des Yazidis et de la réalité de l’Etat islamique, à l’écoute des propos d’Alain Juppé – candidat à la primaire UMP pour l’élection présidentielle de 2017- il ya presqu’un an. Interrogé le 5 septembre 2013 par Jean-Michel Apapthie, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy s’est glissé dans la peau d’un va-t-en-guerre en Syrie ressortant de nombreux bobards bellicistes. Mais surtout Alain Juppé s’est servi des bombardements contre la Serbie en 1999, avec les conséquences que l’on connaît, pour justifier une action militaire contre la Syrie.


Alain Juppé : "Je voterais en faveur d'une… par rtl-fr