Archives par mot-clé : Alija Izetbegović

BHL a présenté, chez lui, l’opposition ukrainienne à des artistes, des patrons de presse et aux candidates à la mairie de Paris ( opinion de Fillipot sur BHL en video)

Addendum:

F. Philippot/BHL : « Qu’il reste à St Germain des Prés, qu’il prenne une coupe de champagne au café de Flore ! »

La nausée… BHL me fout la nausée. Qu’un homme ait autant de pouvoir au sein des média et de la sphère politique montre que nous ne sommes plus dans une démocratie normale? Comment peut-on encore donner du crédit à se pseudo-intellectuel plus soucieux de l’avenir des Étas-Unis et d’Israël que de la France qu’il ne cesse de dénigrer? Comment peut-on lui faire confiance après la Bosnie, le Kosovo, la Libye,les printemps arabes, la Syrie….?
Notons que BHL tient une tribune dans l’hebdo Le Point, journal dont est extrait ce texte.

————-

À quoi sert Bernard-Henri Lévy ? Quand on le voit grimper les marches du perron de l’Élysée vendredi 7 mars en compagnie de Vitali Klitschko, candidat à la présidence ukrainienne, et Petro Porochenko, lui aussi candidat et ancien ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine ainsi que figure très atlantiste et pro-américaine de la révolution de la place Maïdan, médias et observateurs se posent des questions. Récupération ? Volonté de se faire de la pub ? De provoquer le buzz ? Pas du tout, il est l’homme sans qui cette rencontre n’aurait pas eu lieu. C’est à son initiative que les deux frères ennemis de la révolte ukrainienne sont venus à Paris. L’ancien boxeur en provenance de Dublin et l’ex-homme d’affaires venu de Kiev sont arrivés en milieu de journée au salon Signature de l’aéroport du Bourget. BHL leur a ensuite organisé une série de rencontres avec les hommes et des femmes qui comptent pour populariser leurs causes.

L’après-midi, des artistes, des patrons de presse et les candidates à la mairie de Paris Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet et Marielle de Sarnez ont pu discuter au domicile de l’écrivain avec ces visages de l’opposition. Le soir, le cinéma Le Saint-Germain était archi-comble pour un grand meeting populaire. Entre-temps, François Hollande a reçu le trio. La rencontre a duré 1 h 30. Les Ukrainiens en sont sortis rassurés et heureux, avec le sentiment d’avoir – enfin – été écoutés et peut-être même entendus.

Comme avec le président bosniaque Alija Izetbegovic et François Mitterrand, comme avec les figures de l’opposition libyenne et Nicolas Sarkozy, BHL a joué le rôle de « diplomate pirate ». Il est l’auteur du premier acte de la pièce. Les autres scènes appartiennent désormais à l’histoire…

 Le Point

Documentaire: Bosnie-Kosovo : quand Allah s’en allait en guerre

Le lundi 12 novembre 2012 a eu lieu sur les antennes de France Télévisions, en deuxième partie de soirée, un événement médiatique d’une importance considérable (bien que notre pays n’y ait pas prêté l’attention qu’il méritait) : la diffusion sur France 3, dans le cadre de l’émission Docs interdits, d’un reportage, intitulé « Les Ch’tis d’Allah – Le gang de Roubaix », d’Olivier Pighetti, remarquable d’objectivité et de conscience professionnelle par la qualité de sa documentation.

Une véritable mais salutaire onde de choc au vu du conformisme ambiant sur ce sujet ! (…)

(…) Mais, attention, pas au sein de n’importe laquelle de ses divisions ! Non, dans sa brigade la plus férocement radicale et la plus violemment extrémiste : des fous d’Allah, regroupés sous le nom de « El Moudjahidin » et en contact direct avec « al-Qaida », venus expressément d’Afghanistan, du Pakistan ou du Maghreb pour non seulement faire la peau, au prix des pires atrocités (qui effrayaient jusqu’aux vrais soldats bosniaques eux-mêmes), aux Serbes orthodoxes, jugés « infidèles« , mais, plus profondément encore, instaurer ainsi en Europe, via la Bosnie précisément, le premier État islamiste de son histoire !


(…) S’en étonnera-t-on vraiment, du reste, lorsque l’on sait que ce même Alija Izetbegovic, fondamentaliste musulman, écrivit, dans sa Déclaration islamique (parue, en 1970, à Istanbul, puis republiée, en 1990, à Sarajevo),

qu’ »il n’y a pas de paix ni de coexistence entre la religion islamique et les institutions sociales et politiques non islamiques ». Une flagrante négation, cette affirmation, de l’une des valeurs suprêmes de nos sociétés modernes : la laïcité !

Et Izetbegovic, que certains des intellectuels les plus médiatisés ne cessèrent pourtant jamais d’encenser, d’ajouter ces mots funestes pour la sauvegarde de nos démocraties, sinon du sens de la fraternité entre les peuples : Continuer la lecture de Documentaire: Bosnie-Kosovo : quand Allah s’en allait en guerre

Libye : destruction des tombes de soldats chrétiens et juifs (Vidéo)/ Bosnie-Herzégovine: menaces sur les catholiques

C’est surement en signe de reconnaissance envers les soldats anglais et Français qui les ont « libérés », que les nouveaux amis Libyens de BHL, SarKozy et Mélenchon détruisent des tombes de soldats anglais et italiens tombés au combat pendant la deuxième guerre mondiale.

En Bosnie-Herzégovine, c’est plus viril. Après avoir bénéficié du soutien militaire de l’occident lors de la guerre qui opposa différents groupes ethniques de l’ex-Yougoslavie (1), les musulmans de ce pays ont décidé de se livrer à une véritable purge contre les catholiques, comme nous l’apprend radio Vatican dans un article intitulé, L’avenir des catholiques est menacé en Bosnie-Herzégovine

Benoît XVI est préoccupé pour l’avenir des catholiques en Bosnie-Herzégovine. Les statistiques annuelles des curies diocésaines sont alarmantes.

Il y avait 800 000 catholiques en 1991 dans le pays, ils ne sont plus que 440 000. Certaines paroisses ne comptent plus que quelques fidèles très âgés.

[…] Il y a quelques jours, le cardinal Vinko Pulijic, archevêque de Sarajevo, avait dénoncé, selon ses propres termes, le nettoyage ethnique pratiqué contre les catholiques avec l’approbation tacite de la communauté internationale. Interrogé par l’association «ide à l’Église en détresse», le cardinal Puljic avait affirmé que les musulmans dominent tout et qu’ils poussent les catholiques à quitter le pays.

On attend avec impatience les réactions de notre belliciste BHL et de nos européistes, qui déjà à l’époque étaient sur le pont pour guider nos missiles au nom du bien. En ce qui concerne l’église catholique française, elle est trop occupée à organiser des cercles du silence en faveur des sans papier…. mais chut, ne parlons pas trop fort on risque de la réveiller…

(1) Rappelons que, Alija Izetbegović, que BHL nous présentait comme un gentil résistant lors de cette guerre, était membre de l’organisation des « Jeunes Musulmans ». Dans le cadre de cette organisation, Alija Izetbegović avait participé durant la seconde guerre mondiale au recrutement pour la 13e division de montagne de la Waffen SS Handschar.
En 1970, il publie la Déclaration islamique (Islamska deklaracija) dans laquelle il exprime ses vues concernant la relation entre l’État, la religion et la société et qui fut interprété par les autorités yougoslaves comme un appel à l’instauration de la Charia en Bosnie.

voilà ce qu’il y déclarait:

« Il n’y a pas de paix, ni de coexistence entre la religion islamique et les institutions sociales non-islamiques […]. Le mouvement islamique doit et peut prendre le pouvoir dès qu’il est normalement et numériquement fort, à tel point qu’il puisse non seulement détruire le pouvoir non-islamique, mais qu’il soit en mesure d’être le nouveau pouvoir islamique […] »