Archives par mot-clé : allocations sociales

Un bourreau de DAESH et le commanditaire des attentats du 13 novembre ont touché près de 12 000€/an d’allocations familiales

Voir aussi:
QUAND LES DÉPUTÉS FN DÉPOSAIENT UN AMENDEMENT POUR LA SUSPENSION DES AIDES SOCIALES AUX DJIHADISTES

CES DJIHADISTES FRANÇAIS EN SYRIE QUI TOUCHAIENT ENCORE LEURS ALLOCATIONS SOCIALES (MAJ)

«Salim Benghalem, qui est l’un des bourreaux de DAESH et qui est aussi l’un des cerveaux présumés des attentats de l’Hypercasher et de Charlie Hebdo, a touché des mois entiers, après son départ en Syrie, des allocations familiales pour 12 485€/an. Ismaël Mostefaï, l’un des tueurs du Bataclan, recevait 290€/mois pendant qu’il décapitait des otages devant une caméra. Dernier exemple sidérant, Jean-Michel Clain touchait 11 095€/an d’aides sociales quand il est arrivé en Syrie pour y commanditer les attentats du 13 novembre. On estime qu’environ un quart des Djihadistes français ont ainsi bénéficié des largesses de l’Etat. Il a fallu chaque fois que les services anti-terroristes alertent l’administration pour que le robinet des allocations soit définitivement coupé une bonne fois pour toutes.»

Ces djihadistes français en Syrie qui touchaient encore leurs allocations sociales (Maj)

Allocs versées aux djihadistes: « Le transfert France – Syrie prend 3 min via Western Union »

Des Français partent-ils faire le djihad aux frais de la République ? Le Figaro affirme qu’environ « 20% des combattants français ont continué de recevoir des allocations ». Thomas était guichetier à La Poste, établissement bancaire qui inclut le service « Western Union ». Pour lui, la situation est hors de contrôle : « Des dizaines de milliers d’euros partent en Turquie et personne ne fait rien », déplore-t-il. « Si je fais un signalement aux forces de l’ordre, je peux être licencié au nom du secret bancaire ».

Depuis 2008, un groupe entier de la Brigade criminelle s’est spécialisé dans la traque du financement de l’État islamique. Les policiers se sont aperçus que 20 % des combattants français sur zone continuaient de recevoir des prestations sociales.

(…) Selon nos informations, 420 virements frauduleux ont été mis au jour en 2016. Explorant le filon financier, le groupe spécialisé de la Brigade criminelle a débusqué une tentaculaire affaire internationale de collecteurs de fonds servant à financer l’État islamique. Devant l’ampleur du dossier, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Sous-direction antiterroriste (Sdat), Continuer la lecture de Ces djihadistes français en Syrie qui touchaient encore leurs allocations sociales (Maj)